Navigation – Plan du site

Bénédicte Rey, La vie privée à l’ère du numérique

Ismail Ferhat
La vie privée à l'ère du numérique
Bénédicte Rey, La vie privée à l'ère du numérique, Lavoisier, coll. « Traitement de l'information », 2012, 297 p., ISBN : 9782746231207.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Benoît Sillard, Maîtres ou esclaves du numérique?, Éditions Eyrolles, 2011.

1Multiplication des bases de données et de fichiers sur les internautes, montée du rôle des réseaux sociaux dans le harcèlement scolaire, entrée dans la jurisprudence sur les licenciements des propos tenus sur Internet etc. : ces faits qui ont parfois fortement marqué l’actualité montrent combien les nouvelles technologies bouleversent la frontière entre vie privée et vie publique. Comme le note Benoît Sillard, ancien délégué interministériel aux usages d’Internet, ce phénomène a des causes multiples qui ne se résument pas à la diffusion d’Internet. Selon lui, les « différents phénomènes antérieurs ou indépendants d'Internet indiquent que nous vivons une mutation en profondeur de la notion de vie privée, dans des sociétés dominées par l'information et la communication »1. La télé-réalité constitue un exemple symbolique depuis la fin des années 1990 de cette évolution multiforme, où les individus exposent volontairement, aux yeux de tous, leur intimité.

  • 2  Daniel Solove, The Digital Person: Technology and Privacy in the Information Age, New York: New Yo (...)

2Bénédicte Rey, sociologue à l’Université technologique de Montbéliard, et spécialiste des nouvelles technologies, propose une réflexion multidisciplinaire sur cette question aussi sensible que finalement mal connue L’ouvrage s’inscrit dans une tendance transnationale de discussion (au sens le plus critique du terme) de l’apport des nouvelles technologies. Dans le monde anglo-saxon, cette réflexion sur les dangers que fait peser le numérique sur la vie privée existe depuis presque une décennie : on peut citer les travaux du juriste américain Daniel Solove qui décortique depuis le milieu des années 2000 les conséquences des nouvelles technologies sur nos intimités, mettant l’accent sur la restriction de l’anonymat et sur les risques d’une société de surveillance où nous serions tous simultanément surveillants et surveillés.2

3L’auteure souligne qu’avant de parler des « dangers du numérique », il faut d’abord cerner la notion polysémique, et en fin de compte très récente, de « vie privée ». En effet, jusqu’à l’époque contemporaine, dans les sociétés occidentales, la question de la vie privée ne se pose pas : chaque individu est sous l’œil permanent de la communauté, qui a un droit de regard, au propre comme au figuré, sur celui-ci. Les conduites individuelles sont dès lors disciplinées par cette surveillance de tous sur tous, impliquant à la fois les personnes et les institutions (on peut penser ainsi au rôle des églises) et les déviants aux normes collectives pouvaient être punis sans que la question de la délation ne soit posée. De même, les régimes autoritaires et totalitaires ont développé un contrôle de la vie privée, considérée comme un lieu potentiellement dangereux. L’exemple (probablement en partie inventé par la propagande soviétique) de Pavel Morozov, enfant qui aurait dénoncé en 1932 son propre père accusé d’aider les paysans riches, est particulièrement célèbre du fait de son utilisation en URSS. En effet, cet exemple à la véracité toujours discutée a servi à encourager une véritable surveillance communautaire, où chaque citoyen soviétique était légitimé par l’État à contrôler, et à reporter aux autorités, les actes et propos de son voisinage et de son entourage. Dès lors, l’émergence de la notion de vie privée, à la fois protégée légalement (ce qui suppose un État de droit) et moralement (ce qui suppose un certain consensus social, politique et culturel) est le propre des démocraties libérales, respectueuses des droits humains et de l’individu.

  • 3  De son titre complet, “Loi n°78-17 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 ja (...)

4Comme le souligne Bénédicte Rey, une partie du dispositif juridique de la protection de la vie privée a été effectuée « en amont » de la révolution numérique des années 1990-2000. En effet, la loi Informatique et Libertés3 (1978) et la CNIL (Commission Nationale Informatiques et Libertés) qui en découlent ont été instituées bien avant l’existence d’Internet. Pourquoi un tel paradoxe, voire une telle préscience ? Indéniablement, la loi de 1978 a nécessité 4 ans avant d’être votée. Cependant, son existence alors que l’informatique de masse en était à ses balbutiements démontre une forte sensibilité des décideurs et de l’opinion vis-à-vis de ses potentialités en termes de fichage, de stockage et d’usage de données à caractère personnel. La CNIL constitue ainsi un exemple précoce de surveillance de l’utilisation de tels fichiers, symbole d’une société alors surtout préoccupée par l’élargissement du respect de la vie privée.

5Cependant, les années 1990 voient à la fois l’ouverture d’Internet au public et l’accroissement spectaculaire de ses enjeux commerciaux. Les « traces » laissées par les internautes alimentent des bases de données à la taille exponentielle. Ces fichiers constituent mine d’or pour les publicitaires, les entreprises de vente ou les sites marchands, qui y recourent de manière croissante. Cette « relation marchande » constitue un des piliers de la remise en cause de la vie privée, érodée par les usages commerciaux potentiels ou avérés d’Internet. Mais elle n’est pas la seule en cause. En effet, les usagers des nouvelles technologies se révèlent être une autre source majeure de remise en cause de la vie privée : par la divulgation de données personnelles, par le recours volontaire à des technologies qui peuvent être hautement liberticides (comme la géolocalisation), par l’utilisation intense des réseaux sociaux, les utilisateurs remettent eux-mêmes en cause l’intimité de leur vie privée. La recherche de la mise en scène numérique de la vie privée est d’ailleurs à l’origine de la vogue des blogs ou des réseaux sociaux, qui regorgent d’informations ou de documents (photographies, récits, liens d’amitiés, goûts, rendez-vous, activités) qui auraient été jusqu’aux années 1990 de nature privée, voire intime.

  • 4  Cf. ainsi le jugement de départage du Conseil des Prud’hommes de Boulogne-Billancourt du 19/11/201 (...)

6Cet usage est d’ailleurs le signe d’une relative inconscience, tant les terminaux portables, qu’ils soient ordinateur, smartphone ou tablette, paraissent « privés » d’apparence (propriété personnelle, usage le plus souvent individuel, sessions d’usage ou messageries protégées par mots de passe). Pourtant, ce caractère privé n’est pas vraiment reconnu par la loi et la jurisprudence. Ainsi, les propos d’un salarié tenu sur les réseaux sociaux à l’encontre d’un supérieur ou de son entreprise peuvent justifier des sanctions allant jusqu’à la reconnaissance de la légitimité d’un licenciement pour faute4. Le droit, la puissance publique et la société sont devant de nouveaux et incessants défis : quel est ainsi le statut juridique d’un courriel, de données privées qui ont été récoltées par une navigation sur Internet, des informations déposées pour créer un compte sur un site Web ? Quel est le statut légal des avatars (par exemple sur « Second life ») ou des reflets numériques des personnes réelles ?

7Comme le remarque l’auteure, la situation est à la fois un retour en arrière et un bouleversement. En effet, le numérique fait paradoxalement régresser les sociétés contemporaines (supposées par certains « post-modernes ») vers des formes de surveillance communautaire qui existaient précisément dans les sociétés pré-modernes. L’expression d’un « nouveau Moyen Âge » parfois utilisée depuis les années 1990 pour désigner les mutations qui affaiblissaient les Etats-nations, prend ici un autre sens, tant Internet fonctionne sur un mode communautaire et en fin de compte très anti-moderne. Deuxième élément fondamental, Bénédicte Rey, au terme d’un ouvrage au cœur de l’actualité, appelle à une régulation citoyenne de la vie privée. Comme elle le souligne en conclusion, les règles légales risquent d’être structurellement en retard sur les évolutions technologiques et pratiques. La clé des transformations se situe dès lors aussi dans les pratiques des individus elles-mêmes, à la fois comme éventuelles victimes de fichage abusif et comme utilisateurs parfois peu scrupuleux. En conséquence, une morale civique de l’usage des nouvelles technologies devient une des solutions centrales pour limiter les éventuelles dérives générées par celles-ci. Selon la réflexion du philosophe Abdennour Bidar, la laïcité est une forme de régulation raisonnée de l’espace public pour protéger la liberté des personnes et des institutions qui la composent. À partir de cette définition, peut-être la laïcité (et avec elle, le modèle républicain hexagonal) a-t-elle pour nouveau défi cette l’agora mouvante et multiforme qu’est l’espace numérique ? Alors que s’élabore l’idée d’une morale laïque dans le cadre de l’enseignement public, l’enjeu du comportement de chacun sur Internet n’est en effet pas mince pour le vivre-ensemble et pour la qualité du lien social.

Haut de page

Notes

1  Benoît Sillard, Maîtres ou esclaves du numérique?, Éditions Eyrolles, 2011.

2  Daniel Solove, The Digital Person: Technology and Privacy in the Information Age, New York: New York University Press,2004.

3  De son titre complet, “Loi n°78-17 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978”.

4  Cf. ainsi le jugement de départage du Conseil des Prud’hommes de Boulogne-Billancourt du 19/11/2010 relatif à un licenciement au sein de la société Alten Sir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Bénédicte Rey, La vie privée à l’ère du numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10542

Haut de page

Rédacteur

Ismail Ferhat

Enseignant d’histoire, doctorant au CHSP/Sciences-Po.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page