Navigation – Plan du site

Francine Labadie (dir.), Inégalités entre jeunes sur fond de crise. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2012

Lionel Francou
Inégalités entre jeunes sur fond de crise
Francine Labadie (dir.), Inégalités entre jeunes sur fond de crise. Rapport de l'observatoire de la jeunesse 2012, Paris, La Documentation Française, 2012, 240 p., ISBN : 978-2-11-009090-4.
Haut de page

Texte intégral

1Ce rapport biennal de l’INJEP (Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire) relatif à « l’état de la jeunesse » en France est le premier du genre. En effet, il remplit une mission qui a été confiée à l’INJEP lors de sa refondation en 2010, à travers son rôle d’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse. Cet observatoire a deux missions complémentaires : synthétiser les connaissances existantes relatives à la jeunesse et les diffuser aux différents acteurs concernés, ainsi que chercher à comprendre les mutations en cours. Un tel rapport est riche en ressources pour l’action publique : s’il n’a pas vocation à « définir de nouvelles politiques, il espère au moins contribuer à les informer » (p. 16), selon O. Toche, directeur de l’INJEP. La jeunesse y a été approchée à travers le prisme des inégalités intragénérationnelles, c’est-à-dire les inégalités entre jeunes, qui se sont accrues avec la crise. « La jeunesse » actuelle s’est fragmentée en plusieurs jeunesses caractérisées par des situations différentes et des besoins variés ; ce qui demande des réponses différenciées au travers des politiques publiques. Le but est de s’intéresser à ces inégalités en lieu et place des inégalités intergénérationnelles qui étaient au centre des attentions jusqu’à présent.

2Ce rapport bien ficelé et assez dense dresse le tableau de la jeunesse française tout en s’intéressant plus spécifiquement à ceux qui sont en souffrance. Il offre un travail abouti, en grande partie accessible et mobilisable par les acteurs de terrain et fonctionnaires en charge des politiques de jeunesse. Les concepts utilisés sont clairement définis, tandis que chaque tableau ou graphe est complété d’une légende extensive. Il est possible d’effectuer une lecture complète, de part en part, mais également d’accéder directement à une contribution portant sur une thématique particulière. Une description de la situation des jeunes français est suivie d’une analyse poussée des inégalités intragénérationnelles divisée en trois volets : le premier porte sur les trajectoires scolaires et d’accès à l’emploi, le deuxième sur le cumul des inégalités et les défis que cela représente pour l’action publique, et le troisième interroge le traitement des jeunes par l’État. Ces différentes contributions, majoritairement de sociologues, sont complétées d’encadrés présentant des données statistiques sur l’éducation, l’emploi, l’entrée dans la vie active des jeunes issus de l’immigration, la santé, les pratiques culturelles, les territoires, les vulnérabilités et les aides à l’éducation. Des « points de vue d’acteurs » enrichissent également le rapport : des dirigeants associatifs ou mandataires publics exposent brièvement leurs priorités, une certaine conception des modifications à apporter à l’action publique, et proposent des actions à mettre en œuvre prioritairement. Il pourrait être intéressant, comme le propose un certain nombre de contributeurs, de compléter un tel panorama par l’étude des différentes réalités qui se cachent derrières ces données chiffrées. R. Cortesero, par exemple, estime que « l’analyse doit alors porter sur l’expérience des inégalités autant que sur les inégalités elles-mêmes » (p. 151). Nul doute que la revue Agora débats/jeunesses dirigée par l’INJEP participe de ce mouvement.

3F. Labadie, qui a dirigé ce rapport, dresse l’état des lieux de la jeunesse en temps de crise et en retire deux enseignements. Tout d’abord, « la crise impacte la transition vers l’âge adulte, en particulier le passage de l’école à l’emploi. » (p. 47). Elle a des effets sur la situation actuelle des jeunes et leurs conditions de vie mais influence également leurs trajectoires, notamment professionnelles. Si le soutien n’est pas suffisant, l’isolement et l’exclusion peuvent survenir ; mais tous les jeunes ne risquent pas autant et au même degré d’être victimes de la crise. Le diplôme et les ressources familiales continuent de jouer un rôle protecteur essentiel ; ce sont « les jeunes qui disposent le moins d’atouts [qui] sont les plus fragilisés » (p. 47), qui vivront le plus dans l’incertitude et seront le plus victimes de la crise. Ensuite, la crise combine un effet de conjoncture (contexte socio-économique défavorable) et des évolutions structurelles, à savoir « l’inadaptation croissante des systèmes éducatif, d’emploi et de protection sociale dans un contexte de mutations économiques, sociales, technologiques et culturelles », ce qui fait dire à l’auteur qu’il est urgent de repenser des politiques publiques inadaptées et dépassées. Depuis 2008, ce sont les jeunes qui sont les plus touchés par le chômage. On voit apparaître ceux qu’on a appelés les « NEET » (Neither in Employment nor in Education and Training), c’est-à-dire des jeunes qui n’ont pas de travail et ne suivent pas de formation, ce qui augmente les risques d’exclusion sociale. Les jeunes « servent de variable d’ajustement selon le niveau de l’activité » (p. 30) étant donné leur absence d’ancienneté et leurs contrats de travail à durée déterminée. Ils sont d’autant plus exposés à la pauvreté que leur protection sociale est plus faible, ce qui les empêche également de franchir le cap de « leur indépendance résidentielle, moment fort de la transition biographique » (p. 42).

4Dans la deuxième partie de ce rapport, différents contributeurs s’intéressent au « creusement des inégalités intragénérationnelles ». Certains le font en portant leur intérêt sur les trajectoires scolaires et d’accès à l’emploi. Pour P. Merle, la « situation dégradée de l’école française n’est en rien une fatalité. Si les politiques éducatives étaient fondées sur les recherches et non sur des idéologies, l’école française renouerait avec le succès. » (p. 71). S. Jugnot constate que l’absence de diplôme éloigne la perspective d’un travail, d’autant plus que les mesures politiques en la matière ont peu évolué depuis une trentaine d’années. D’autres pistes sont proposées par Y. Brinbaum et C. Guégnard qui s’intéressent à l’impact d’une orientation subie à l’école et du sentiment d’injustice qui en découle sur les parcours de formation et d’emploi de jeunes issus de l’immigration.

5D’autres auteurs s’intéressent au cumul des inégalités et à leurs effets sur les pratiques culturelles, la santé et la construction de l’identité. F. Beck et Y. Amsellem-Mainguy rappellent que si l’état de santé des français s’est en moyenne amélioré, « de profondes disparités [persistent], tant il est vrai que les inégalités sociales affectent considérablement la santé d’une partie importante de la population » (p. 124). Il est donc nécessaire de tenir compte de ces inégalités sociales lors de l’élaboration de politiques publiques de prévention et de santé. L’hétérogénéité de la jeunesse française est également culturelle, ce qui amène P. Coulangeon à souligner qu’il est important d’en tenir compte dans l’action éducative et culturelle, ce qui ne se fera pas sans difficultés. Dans les quartiers populaires, les attentes déçues et le sentiment d’injustice entravent la jeunesse dans la construction de son identité ; ce que les institutions ne permettent pas d’éviter, au contraire : « [l]’école massifiée engage les plus faibles dans une compétition “méritocratique” pour laquelle ils manquent de ressources » (p. 155).

6Enfin, deux contributions questionnent les mécanismes d’aides publiques et leurs effets. L. Lima rappelle que les aides sociales données aux jeunes ont toujours été limitées, dans le but d’éviter une incitation à arrêter de se former ou de travailler. Ainsi, pour l’auteur, l’ « État social actif » a été créé en réaction à un « “État social passif” (…) [qui] n’est qu’un mythe. Pour les jeunes notamment, les acteurs de l’État providence n’ont jamais pensé les droits dans une perspective purement indemnisatrice » (p. 184). L’analyse statistique de M. Nicolas souligne que la branche Famille de la Sécurité sociale couvre les jeunes de 16 à 24 ans principalement à travers leurs familles, tenant peu compte de la situation individuelle des jeunes, de leurs difficultés et de leur quête d’autonomie, notamment.

  • 1  Alors que pour certains chercheurs les jeunes français qui sont arrivés sur le marché de l’emploi (...)
  • 2  Ainsi il existe une page sur le site de l’INJEP qui réunit une série d’articles, d’interviews, de (...)

7Cette présentation des situations des jeunes est réussie, mais les prolongations à donner à ce travail ne manquent pas. S’il rend compte des débats en cours comme celui qui porte sur l’existence ou non d’un « effet cicatrice »1, il souligne aussi l’absence ou l’insuffisance d’études sur certains sujets. C’est le cas, par exemple, de « la nature des difficultés et privations rencontrées par les jeunes depuis 2008 » (p. 41, F. Labadie) ou de l’étude des « jeunes adultes non diplômés et non scolarisés [qui] constituent en effet, du point de vue des enquêtes disponibles, un relatif point aveugle de la statistique culturelle et, plus largement, de la statistique des modes de vie de la jeunesse contemporaine » (p. 143, P. Coulangeon). Si de nombreuses informations et analyses ont été rassemblées dans ce rapport, il y a autant de chantiers qui ont été ouverts et qui nécessiteront des approfondissements. Il est clair que l’INJEP cherche à communiquer les résultats de ce rapport par différents canaux dans le but de toucher les différentes catégories d’acteurs concernées2 et de faire passer le message selon lequel il est urgent de réfléchir à des politiques publiques qui s’adressent directement aux jeunes les plus en difficultés et qui répondent à leurs besoins spécifiques. Ainsi, « si une prévention n’est pas ciblée, elle s’avère presque toujours inégalitaire. Il est donc nécessaire de s’assurer que les mesures de santé publique adoptées ne sont pas de nature à renforcer les inégalités. » (p. 134, F. Beck et Y. Amsellem-Mainguy).

Haut de page

Notes

1  Alors que pour certains chercheurs les jeunes français qui sont arrivés sur le marché de l’emploi en période de crise ne seront pas victimes de conséquences sur le plus long terme au niveau de leur carrière professionnelle, d’autres estiment qu’on pourrait avoir affaire à une « génération perdue » ; à moins que ce ne soient les « normes d’emploi » qui évoluent vers toujours plus de flexibilité, et ce indépendamment de la situation de ces jeunes.

2  Ainsi il existe une page sur le site de l’INJEP qui réunit une série d’articles, d’interviews, de vidéos, etc. qui prolongent le rapport ou en communiquent les résultats (www.injep.fr/DOSSIER-Inegalites-entre-jeunes, consulté le 29/01/2013). Une liste de vidéos a également été mise en ligne sur Dailymotion :

(www.dailymotion.com/playlist/x2en99_Injep_inegalites-entre-jeunes-sur-fond-de-crise/1#video=xws2b1) et une page a été créée sur Facebook pour présenter le rapport et informer sur les rencontres où le rapport est présenté et débattu :

(www.facebook.com/LesRencontresDeLObservatoireDeLaJeunesse).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Francine Labadie (dir.), Inégalités entre jeunes sur fond de crise. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10545

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page