Skip to navigation – Site map

Sabine Fortino, Benjamin Tejerina, Beatriz Cavia, José Calderon (dir.), Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne

Jérémy Sinigaglia
Crise sociale et précarité
Sabine Fortino, Benjamin Tejerina, Beatriz Cavia, José Calderon (dir.), Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne, Editions Champ social, series: « Questions de société », 2012, 312 p., ISBN : 978-2-35371-278-6.
Top of page

Full text

1Crise sociale et précarité : voilà un thème qui n’en finit pas d’être d’actualité et qui a suscité, au moins depuis les années 1990 sous cette forme, d’innombrables colloques, ouvrages, numéros spéciaux de revue, etc. Les récents épisodes de conflit social en Europe avec les mobilisations d’ampleur provoquées par la crise économique et les politiques d’austérité budgétaires (principalement en Grèce et en Espagne) mais aussi les révoltes qui ont secoué le monde arabe (Tunisie, Egypte, Libye, Maroc, Yémen, Syrie)1 fournissent de nouvelles occasions d’étudier les liens entre les transformations des conditions de travail et d’existence et le développement des résistances.

  • 2  Définie comme « une restriction, une impossibilité ou une limitation d’accès aux conditions, exige (...)

2Selon les coordinateurs de cet ouvrage collectif, ces mobilisations ont en commun d’exprimer un « vaste mécontentement face aux perspectives socioprofessionnelles limitées qui s’offrent désormais aux jeunes » et « un rejet des modes traditionnels de l’action politique et syndicale » (p. 10). Le premier intérêt du livre se trouve précisément dans le souci de tenir ensemble l’analyse des multiples dimensions de la précarisation sociale (les auteurs proposent la notion de « précarité vitale »2 pour insister sur le fait que ce processus est issu du monde du travail mais s’étend à tous les domaines de la vie sociale : accès à la consommation, à la culture, articulation des temporalités travail/hors-travail) et celle des modalités d’organisation d’une contestation collective. Le deuxième intérêt de cet ouvrage réside dans le choix de l’approche comparative entre la France et l’Espagne (présentée en introduction), ou plus précisément dans la mise en perspective croisée d’analyses de la précarisation et des résistances produites séparément dans deux pays frontaliers formant « des modèles sociétaux qui, à bien des égards, se ressemblent et s’opposent tout à la fois » (p. 10).

3L’ouvrage réunit quatorze contributions, toutes appuyées sur un travail empirique (neuf en Espagne et cinq en France), classées en trois parties : la première porte sur les cibles de la précarité, la deuxième sur les dimensions objectives et subjectives de la précarité et la troisième sur la mobilisation collective des précaires.

4La première partie s’ouvre par un chapitre qui offre une généalogie des usages de la notion de précarité dans la sociologie espagnole (Beatriz Cavia et Marià Martinez). Cette revue de littérature sociologique, fort salutaire (on aurait d’ailleurs apprécié une présentation équivalente sur le cas français), rappelle notamment comment la notion de précarité a d’abord émergé dans les travaux portant sur les transformations du marché du travail puis s’est développée, à mesure que l’on observait ses conséquences concrètes sur l’ensemble de la vie sociale, à d’autres domaines de la sociologie. Ce chapitre aborde également la question des « sujets de la précarité » (p. 47), reprise et développée dans les contributions suivantes. Dans les deux pays, les premières victimes de la précarisation sociale, toujours entravées dans leur accès à l’autonomie, sont en effet les femmes (voir Sabine Fortino pour la France et Teresa Torns pour l’Espagne), les jeunes (Luis Enrique Alonso) et les immigrants (Lorenzo Cachon).

5La deuxième partie part du constat de la précarisation objective des mondes du travail (flexibilisation, intensification, individualisation) pour analyser plus précisément ce que Danièle Linhart nomme une « précarité subjective », y compris désormais chez les « salariés stables » (i.e. les fonctionnaires et titulaires de Contrats à durée indéterminée, qui ressentent également une incertitude face à l’avenir). Cette précarisation subjective peut prendre plusieurs formes : elle engendre des risques pour la santé, physique mais aussi psychologique (Yves Clot), pouvant aller jusqu’au suicide (Pascale Molinier). Elle consiste aussi en diverses formes de culpabilisation et d’assujettissement, induites par l’imposition de notions (flexicurité, employabilité, etc.) et de pratiques managériales orientées vers l’individualisation du travail (Amparo Serrano, Marià Paz Martin et Eduardo Crespo). Elle peut enfin entraîner un sentiment de « malaise temporel », au travail et dans la vie quotidienne, provoqué par la rencontre de cadres temporels différents et donc de multiples injonctions (professionnelles, familiales) contradictoires.

6La dernière partie de l’ouvrage présente plusieurs cas de mobilisation de précaires. Les deux premiers chapitres mettent en avant la précarité de l’emploi comme obstacle à la mobilisation et analysent la manière dont des actions collectives parviennent néanmoins à « prendre ». On retrouve par exemple l’argument classique selon lequel le passage à un mode de production « post-fordiste » a affaibli les syndicats, en particulier pour les jeunes salariés, y compris dans le secteur tertiaire (Pablo Lopez Caille) ou l’idée des précaires comme « salariat bridé » dans ses capacités de mobilisation, nécessitant l’intervention de soutiens mieux dotés qu’eux en ressources politiques et militantes (voir l’exemple des sans-papiers étudié par Pierre Baron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin et Lucie Tourette). Les deux derniers chapitres abordent des effets plus inattendus de la précarité : un renforcement des solidarités, une reconfiguration des collectifs et des dynamiques libératrices (José Angel Calderon) et le socle possible d’une identité collective rassembleuse, comme cela a été le cas dans une partie du mouvement altermondialiste (Benjamin Tejerina et Andrès Seguel).

7Au final, il s’agit là d’un ouvrage intéressant et riche, tant au niveau de la finesse de l’analyse des diverses facettes de la précarisation sociale que de la plus-value apportée par le regard croisé France-Espagne. En revanche, si l’ouvrage est précis et bien référencé pour ce qui concerne les transformations des mondes du travail et, dans une moindre mesure, de l’articulation travail/hors travail, la partie sur les ressorts de l’action collective est de ce point de vue un peu décevante. On aurait pu s’attendre, en effet, à voir davantage mobilisés les nombreux travaux de sociologie politique qui ont analysé au cours des dernières décennies les divers mouvements de pauvres, de chômeurs, de précaires et autres groupes dits à « faibles ressources » (par exemple, pour s’en tenir aux travaux français, ceux de Johanna Siméant sur les sans-papiers, de Lilian Mathieu sur les prostituées, d’Emmanuel Pierru sur les chômeurs, de Cécile Péchu sur les sans-logis, etc.). Cette réserve théorique sur l’analyse des mobilisations n’enlève toutefois rien à l’intérêt de l’ouvrage, en particulier dans la période actuelle.

Top of page

Notes

1  Parmi les publications récentes, voir par exemple le dernier numéro de Revue française de science politique.

2  Définie comme « une restriction, une impossibilité ou une limitation d’accès aux conditions, exigences et ressources considérées comme nécessaires pour pouvoir envisager et mener une vie autonome » (p. 29).

Top of page

References

Electronic reference

Jérémy Sinigaglia, « Sabine Fortino, Benjamin Tejerina, Beatriz Cavia, José Calderon (dir.), Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne », Lectures [Online], Reviews, 2013, Online since 31 January 2013, connection on 16 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10551

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page