Navigation – Plan du site

Patrick Vassort, Sexe drogue et mafias. Sociologie de la violence sportive

Igor Martinache
Sexe drogue et mafias
Patrick Vassort, Sexe drogue et mafias. Sociologie de la violence sportive, Editions du Croquant, coll. « Altérations », 2010, 310 p., EAN : 9782914968737.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Football et politique. Sociologie historique d'une domination, Paris, L'Harmattan, 1999

1Difficile de trouver un titre plus raccoleur. Et pourtant, les amateurs d'anecdotes croustillantes risquent de rester sur leur faim. Car si ces différents objets sont bien présents dans ce nouvel ouvrage de Patrick Vassort, déjà auteur d'une charge virulente contre le football institutionalisé 1, c'est pour mettre en évidence les liens structurels qu'ils entretiennent selon lui avec l'institution sportive. Cet auteur, rappelons-le, s'inscrit dans le courant de la critique radicale du sport, né dans le sillage des années 1968 autour de la revue Partisans et de la figure de Jean-Marie Brohm, et qui considère dans une inspiration freudo-marxiste l'« institution sportive » non pas seulement comme un reflet de la mise en compétition généralisée et « névrotique » inhérente au capitalisme contemporain, mais comme matrice même. Ils s'inscrivent ce faisant contre le « positivisme ambiant », particulièrement prégnant en matière de sports, comme l'illustre encore la Coupe du monde de football en cours, où les « excès » sont décrits comme des déviances par rapport aux valeurs supposées intrinsèques du sport : intégrateur, éducateur, vecteur de solidarité ou encore bon pour la santé. C'est aussi contre le « conformisme » supposé des universitaires, à commencer par les sociologues du sport, que Patrick Vassort prétend ici s'exprimer, livrant au passage quelques pages peu amènes sur ces confrères dans le contexte de la mise en œuvre de la loi LRU (Liberté et responsabilité des universités) qui, comme son nom ne l'indique pas, consacre une perte d'autonomie intellectuelle de cette institution. « Les universitaires sont contre la réforme mais ne s'y opposent pas » n'hésite-t-il pas à écrire (p.11), non sans une certaine pertinence. Reste que les facteurs de cet attentisme ne sont guère analysés (ici du moins), et que l'on retrouve un moralisme que l'auteur dénonce par ailleurs quand il est question de sport.

  • 2 Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1991 [1986]
  • 3 Voir, outre ses nombreux articles dans le magazine So foot, sa contribution dans l'ouvrage collecti (...)
  • 4 Christophe Jaccoud, Jean-Philippe Dubey, Dominique Malesta, « Le football entre sport, État et marc (...)

2Selon lui, le « dévoilement » de la nature supposée violente de l'institution sportive est lui-même violent, mais il se défend « d'accentuer le voyeurisme qui trop souvent émerge [du traitement médiatique] des situations « scandaleuses » » (p.16). Celles-ci servent pourtant bel et bien d'appui essentiel à son analyse, comme l'illustrent les pages entières consacrées, à plusieurs endroits, à réciter la longue litanie des « faits divers » médiatisés liés au sport en guise de démonstration de leur caractère systémique. Le premier chapitre de l'ouvrage prend la forme d'un cadrage théorique, où l'auteur s'inscrit en faux contre la fameuse thèse de Norbert Elias et Eric Dunning 2. S'il partage avec eux, contre les discours essentialisants ou universalisants, l'idée que le sport est bien un phénomène moderne apparu dans la gentry britannique du XIXe siècle, il s'oppose cependant à l'idée que cette “sportivisation” des activités physiques s'inscrirait dans le “processus de civilisation” qui forme le cœur de la théorie d'Elias. Au contraire pour lui - et ses homologues du courant de la théorie critique du sport-, ce dernier est à voir avant tout comme le résultat de la “rationalisation du corps au travers de la rationalisation de la société, de l'appareil de production capitaliste et du rapport de production” (p.21). Autrement dit, il participe pleinement de la violence structurelle inhérente au mode de production capitaliste dans ses aspects contemporains.contemporains, et de la “banalisation de l'injustice sociale” qui l'accompagne, explique l'auteur en reprenant l'expression du psycho-sociologue Christophe Dejours. Le cas le plus typique est selon lui représenté par la “violence ordinaire” des supporters de football, animés selon lui par une “hétérophobie” primaire que les études sur le supportérisme extrême, à commencer par celles de Nicolas Hourcade 3 refuseraient de voir. Il n'en est pas moins troublant de voir un discours à prétention scientifique rejoindre l'opinion dominante assimilant les groupes de supporters “extrêmes” à des hordes primitives, et qui va finalement dans le sens d'une “marchandisation sécuritaire” des stades où les spectateurs seraient cantonnés « au rang d'omniclients, consommateurs de loisirs, d'émotions, de gadgets et d'emblèmes » 4.

3Le deuxième chapitre est ensuite consacré au dopage, qui occuperait donc une place systémique et non accidentelle dans le sport tel qu'il est aujourd'hui institutionnalisé. Égrenant une fois de plus une longue liste de “cas”, celui-ci rappelle que cette pratique concerne également le sport amateur, et même les animaux. Là encore, il ne s'agit pas d'infirmer les affirmations de l'auteur, dont la portée politique est indéniable, notamment quand il dénonce “le rôle inavouable des institutions qui restent trop souvent inattaquables” (p.124) tandis que les sportifs pris sur le fait sont traités en délinquant, ou attaque le “mythe de la pureté du sport”, mais de constater que, d'un point de vue “scientifique”, les exemples, aussi frappants soient-ils, ne font pas des preuves. La même remarque vaut concernant les rapports entre sport et crime organisé, qu'il ne s'agit certainement pas de nier, ou même de considérer comme une simple déviance accidentelle. Là encore, l'auteur pointe avec raison les mannes gigantesques que déplacent les droits de retransmission télévisée et la corruption qu'ils ne manquent pas d'entraîner, la financiarisation problématique des “grands” clubs de football basée sur un étonnant “effet de levier”, mais aussi les véritables détournements des finances publiques locales qui s'opèrent dans le financement de certains clubs et installations, à commencer bien entendu par le ballon rond. Au point d'en affirmer que l'économie illicite est le “chaînon manquant de l'organisation sportive capitaliste”. Il n'est cependant pas prouvé que ce soit le sport est une cause plutôt qu'un support parmi d'autres de ces pratiques de blanchiment à grande échelle qu'a grandement facilité la déréglementation des marchés de capitaux dans les années 1980 sous des prétextes d'efficience.

  • 5 Il n'est pas sans piquant de constater en passant que les critiques radicaux du sport sont égalemen (...)
  • 6 Voir Theodor Adorno et Max Horkheimer, La Dialectique de la raison. Fragments philosophiques, Galli (...)
  • 7 Voir notamment Armand Mattelart et Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découve (...)

4De la même manière, si loin d'être intrinsèquement porteuse de toutes les vertus dont la parent si souvent les discours publics institutionnels, la pratique sportive peut être porteuse de pathologies, tant physiques que psychiques, ainsi que l'explore le quatrième chapitre, il peut semble cependant quelque peu réducteur d'affirmer a contrario qu'elle rendrait nécessairement “fou” ses adeptes. La moindre enquête “ethnographique” auprès de pratiquants “ordinaires”, même compétiteurs, montre que la fragilisation individuelle que Patrick Vassort décrit n'est pas aussi systématique qu'il semble l'entendre. Le même constat peut être dressé à propos de la “réification” du corps qu'induirait la pratique sportive et qu'il dénonce dans le cinquième et dernier chapitre, et qui fait de celui-ci le support privilégié des agressions sexuelles, mais aussi du développement d'une homophobie omniprésente. On sort finalement de cette lecture avec une certaine contrariété. Si l'auteur, à l'instar de ses confrères du courant de la théorie critique du sport - dont on éprouve du reste quelque difficulté à voir en quoi il renouvelle les approches-, met le doigt sur un certains nombres de phénomènes éminemment problématiques liés aux affinités électives que l'institution sportive entretiendrait avec le capitalisme contemporain, et largement déniés dans leur dimension structurelle, il n'en reste pas moins que ce discours semble manquer d'ancrages empiriques, autres que la compilation d'un important corpus d'articles de presse 5, et de rares bribes d'entretiens non contextualisés. Il semble ainsi que se rejoue la même “pièce” qu'avec la critique de la “culture de masse” par certains auteurs de l'école de Francfort 6 et que sont venues nettement nuancer les études de réception 7. On peut ainsi se demander si les critiques radicaux du sport ne partageraient pas avec ses contempteurs et autres porteurs de mythes la tendance à lui demander plus qu'il ne peut vraiment expliquer, plutôt qu'à n'y voir qu'un phénomène culturel qui n'aurait d'autre sens que celui que ses pratiquants y investissent.

Haut de page

Notes

1 Football et politique. Sociologie historique d'une domination, Paris, L'Harmattan, 1999

2 Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1991 [1986]

3 Voir, outre ses nombreux articles dans le magazine So foot, sa contribution dans l'ouvrage collectif le plus récent sur le sujet : «  Supporters extrêmes, violences et expressions politiques en France », in Thomas Busset, Christophe Jaccoud, Jean-Philippe Dubey, Dominique Malesta (dir.), Le football à l'épreuve de la violence et de l'extrémisme, Lausanne, éditions Antipodes, 2008, pp.87-106

4 Christophe Jaccoud, Jean-Philippe Dubey, Dominique Malesta, « Le football entre sport, État et marché. Les morphologies du contrôle du risque sportif à l'orée de l'Euro 2008 » in Thomas Busset, Christophe Jaccoud, Jean-Philippe Dubey, Dominique Malesta, op.cit., p.240

5 Il n'est pas sans piquant de constater en passant que les critiques radicaux du sport sont également, pour les besoins de la cause, d'assidus lecteurs de L'Equipe, à l'instar de ces inspecteurs de la Mondaine forcés de regarder des films pornographiques à longueur de journée...

6 Voir Theodor Adorno et Max Horkheimer, La Dialectique de la raison. Fragments philosophiques, Gallilmard, 1983 (éd.originale : 1944)

7 Voir notamment Armand Mattelart et Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, 2003

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Patrick Vassort, Sexe drogue et mafias. Sociologie de la violence sportive », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 23 juin 2010, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1056

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page