Navigation – Plan du site

Petites discriminations ordinaires

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller
Petites discriminations ordinaires
« Petites discriminations ordinaires », Le Sociographe, n° 31, 2010, IRTS-LS, EAN : 9782918621010.
Haut de page

Texte intégral

1La revue « Le sociographe », qui paraît trois fois par an, publie des recherches en travail social. Elle se propose de restituer des réalités à travers les témoignages d'individus sur des thèmes assez variés mais toujours en rapport avec la question sociale. Autrement dit, l'intérêt est d'articuler les témoignages, les recherches de terrain et les écrits de formations pour constituer une socio-graphie 1 .

2La discrimination, comme le souligne l'Editorial, est une pratique de la pensée dans la mesure où elle nous permet de distinguer des catégories. Elle est porteuse, dans certains cas, d'inégalités qui dépassent des simples distinctions [la distinction se caractérisant par une marque d'appartenance non subie] entre des individus ou des groupes d'individus. La discrimination est un outil qui permet également d'asseoir une domination sociale ou raciale. Mais discriminer n'est pas forcément isoler pour mieux dominer, c'est aussi réduire les inégalités dans le cas des discriminations positives [inégalités considérées comme injustes]. Dans ce numéro du « Sociographe », il est question des « petites » discriminations « ordinaires ». Le coordinateur du dossier, Ahmed Nordine Touil distingue les « petites » discriminations des « grandes » par le fait qu'elles sont entrées dans les « usages du quotidien ». Elles sont dites « ordinaires » car peu caractérisées dans l'espace public et presque transparentes, dissimulées derrière les actions les plus anodines.

3La revue est composée de trois grands chapitres et d'un entretien avec François Laplantine, tous articulés autour d'une question générique : Peut-on ne pas discriminer ? Dans la première partie, « Des faux-semblants de la discrimination », il est d'abord question, entre autre, des discriminations ethniques de la part d'associations dites « communautaires » ou « communautaristes ». Les processus de catégorisation mis en œuvre font l'objet de questionnements politiques et méthodologiques. Certaines associations considérées comme « communautaristes » sont exclues de l'espace public et du débat démocratique. Ensuite certaines associations sont difficiles à classer, les outils des sociologues se heurtent à des réalités complexes. C'est le mélange des genres qui rend la tâche du sociologue compliquée. Ces associations qui sont disqualifiées sont-elles si homogènes pour ne pas remettre en question les outils méthodologiques des sociologues ? Le mot « communautarisme » n'est pas le seul à être galvaudé et utilisé à outrance pour exclure des groupes. Il y a également les expressions de « couleurs » et d'« origines ethniques ». Le témoignage de Pape Dieng en est l'expression au sens propre du terme. Il explique précisément les processus discriminants qu'engendre le langage dans l'espace public.

4Les petites discriminations ordinaires se manifestent aussi dans les rapports que les institutions ont entretenu et entretiennent toujours avec les personnes en situation de handicap. Encore une fois il est difficile de regrouper un certain nombre de personnes dans une catégorie. Les « handicapés » comme ils sont nommés péjorativement, ne sont pas tous soumis aux mêmes lois. D'ailleurs un individu pouvant être en situation de mal-être social n'appartient pas à la catégorie « bénéficiant » de la loi de 2005 .

5Certaines discriminations reposent sur le caractère immoral d'une activité, comme cela est souligné dans le second chapitre, « Discriminations en situations ». C'est le cas de l'exemple des travailleuses du sexe au Québec. Un chercheur et une travailleuse du sexe ont mis en place une formation pour lutter contre les préjugés et les conséquences directes de ceux-ci. D'autres groupes, comme les « sourds », sont confrontés à des problèmes en rapport avec leur handicap physique et non avec un handicap qui est assigné à leur métier. L'exclusion sociale des sourds est le résultat d'une société qui est faite pour et par ceux qui entendent. L'apparence de chacun peut susciter une discrimination des plus ordinaires. Ainsi les personnes touchées par des maladies qui provoquent des imperfections physiques donc visibles subissent des discriminations. Le témoignage d'un eczémateux montre comment l'expression somatique d'une maladie provoque des discriminations quotidiennes et ordinaires.

6La troisième partie, « Le travail social peut-il ne pas discriminer ? », pose les jalons d'une réflexion sur la discrimination dans le travail social. Existe-il dans le quotidien des travailleurs sociaux des situations « ordinaires » et discriminantes ? Les discriminations ne sont pas toujours volontaires et se cachent souvent derrière des situations du quotidien. La complexité des situations amènent les travailleurs sociaux à improviser, faute de réponses institutionnelles.

7Le regard avisé des auteurs, qui sont également des travailleurs sociaux pour la plupart, reste intéressant en termes d'outils méthodologiques. Il constitue une véritable source de témoignages qui peut amener à une réflexion plus large sur des termes ou concepts utilisés régulièrement par les sociologues : stigmate, exclusion sociale, professionnalisme, représentation, catégorie, handicap etc. Enfin « Discrimination » ne signifie pas « différenciation » ou « distinction ». Comme le souligne François Laplantine, la discrimination est étroitement liée aux notions de domination et de supériorité ainsi qu'au rejet de soi-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller, « Petites discriminations ordinaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 28 juin 2010, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1058

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page