Navigation – Plan du site

Karol Beffa, Comment parler de musique ?

Célia Poulet
Comment parler de musique?
Karol Beffa, Comment parler de musique?, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2013, 64 p., ISBN : 9782213672007.
Haut de page

Texte intégral

1Dans sa leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 25 octobre 2012, Karol Beffa s’attelle à présenter les enjeux intellectuels et institutionnels de la question qui donne le titre de sa présentation : comment parler de musique ? Compositeur et musicologue, la question se pose d’autant plus qu’il n’apparaît pas évident à Beffa que le créateur serait le mieux placé pour produire un discours sur la musique, annonçant en filigrane tout le paradoxe contenu dans l’idée même d’enseigner la création. La musique pose le problème dans le champ artistique mais aussi – et c’est bien là l’intérêt de l’ouvrage pour le sociologue – dans le champ scientifique, de ne pas exprimer le sens par la langue. Là où la critique littéraire parle avec la langue de son objet, la musique présente la difficulté d’être une forme d’expression autre que picturale ou linguistique. Ainsi l’auteur rappelle que Barthes et Lévi-Strauss, aux heures les plus glorieuses du structuralisme, avouaient l’impuissance de leurs méthodes d’analyse pour produire un discours sur la musique en elle-même, ne pouvant qu’exprimer ses rôles sociaux ou se contentant de la décrire par séries d’adjectifs, sans toucher son essence.

2Pourtant, l’heure est à une « invasion du commentaire sur l’art », porté par l’injonction contemporaine de la créativité, le terme s’étendant jusqu’au monde de l’entreprise, et finalement produisant des milliers de « créateurs sans œuvre » dans des domaines bien divers, parmi lesquels le champ musical. Là où l’intuition structuraliste faisait de la musique un objet particulier, se multiplient aujourd’hui les discours sur la musique ; tour à tour discours quotidiens d’appréciation, discours savants technicisés ou babillages anecdotiques sur la vie des compositeurs, produisant des analyses musicales proches selon l’expression de Boulez de « relevés de compteurs », quand le commentaire ne vire pas à un « délire » numérologique quasi-cabaliste, certains cherchant par exemple à prouver que le Nombre d’Or de Fibonacci est la clé de voûte des quatuors à cordes de Bartók. À ces discours sur la musique, s’ajoute la pratique contemporaine de la composition assistée d’un texte, où la musique ne serait plus que le support d’une théorie exprimée par des mots : Beffa attribue à cette dérive l’échec du sérialisme et du dodécaphonisme, qui, pour réinventer l’écriture musicale, en auraient finalement perdu l’autonomie.

3Dans ce paysage discursif, quels sont donc les enjeux de la musicologie en tant que discipline autonome, institution académique particulière ? Citant Margaret Bent, l’auteur rappelle que de tous les beaux-arts, « la musique est en fait le seul (…) qui ait adopté (…) le suffixe –logie pour désigner les savoirs qui lui sont associés » (p. 39). Poursuivant l’intuition d’Alban Berg, Karol Beffa met en garde l’analyse musicologique contre la technicité rationaliste (description quantitative de la partition) autant que l’admiration béate de l’œuvre du point de vue de sa beauté transcendante ou non. L’objet de l’analyse, cœur de la musicologie, c’est alors la recherche du projet esthétique du compositeur, la mise en lumière de l’intention créatrice : outre la conscience de l’artiste, certaines composantes ont été régulièrement oubliées par l’analyse, à commencer par le contexte culturel de l’époque de composition.

4Cette leçon inaugurale a été prononcée dans le cadre de la chaire « Création artistique » du Collège de France, et probablement à destination d’un public de musicologues, de musiciens et de compositeurs. Mais l’interrogation de Karol Beffa ne peut que susciter la curiosité du sociologue à plusieurs niveaux : tout d’abord, sur l’histoire de l’institutionnalisation d’un discours à vocation scientifique sur la musique, où l’on voit bien que l’objet « musique » pose un problème évident au champ académique. Mais on retiendra peut-être surtout, comme corollaire de cette même proposition, une interrogation méthodologique qui mérite d’être explorée : comment interroger l’objet musical, si on l’appréhende comme un texte, dans son sens le plus littéral de « tissu », « matière composée » ? De notre point de vue, cette question est un véritable défi lancé aux sciences sociales et pourrait ouvrir un champ d’études resté jusque là relativement inexploré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Poulet, « Karol Beffa, Comment parler de musique ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10581

Haut de page

Rédacteur

Célia Poulet

Docteur en sociologie, ATER à l’ENS de Lyon. Membre du centre Max Weber, chercheur associé au LAMES MMSH-AMU.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page