Navigation – Plan du site

Mathieu Rigouste, La domination policière, une violence industrielle

Tristan Maarawi
La domination policière
Mathieu Rigouste, La domination policière. Une violence industrielle, La Fabrique, 2012, 260 p., ISBN : 978-2-35872-045-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1   Stephen Graham, Villes sous contrôle : la militarisation de l’espace urbain, La Découverte, Paris (...)

1Comment la violence policière est-elle encadrée, orientée et utilisée ? Quels en sont les objectifs et à quelles fins est-elle utilisée ? Quels mécanismes sociaux sont engendrés par celle-ci ? C’est ce que Mathieu Rigouste propose d’analyser de manière très précise dans son ouvrage. En décrivant rigoureusement l’histoire des pratiques policières dans certains quartiers populaires qui découlent de logiques politiques, économiques et médiatiques depuis les années 1970, il dénonce un système de ségrégation endocolonial néolibéral français. Son concept découle notamment du travail du géographe Stephen Graham sur l’étude du phénomène de la violence policière « dans la plupart des grandes puissances impérialistes »1.

2L’auteur développe sa théorie de l’industrialisation de la violence policière envers les « damnés de l’intérieur » au long de sept chapitres complémentaires. Ces populations victimes de la violence policière légitimée par l’État, sont le plus souvent pauvres et non-blanches, originaires de quartiers identifiés et stigmatisées. Mathieu Rigouste illustre son exposé en retraçant précisément le déroulement de faits et d’événements « historiques », en citant des extraits d’entretiens avec des habitants de « quartiers sensibles », de policiers ainsi que des déclarations de chefs de la Police et dirigeants politiques (ministres de l’intérieur). L’auteur aborde ainsi successivement l’héritage colonialiste des brigades policières spécialisées, les intérêts politico-médiatiques de la violence policière, le marché international et les intérêts économiques autour de l’armement et du développement des techniques contre-insurrectionnelles ou encore la politique du chiffre dans les services de Police.

3À travers son livre, on découvre également une vision de l’histoire de la mise à l’écart de certains quartiers et populations au cours du XXe siècle. En démontrant de manière très précise l’héritage colonial de la stratégie contre-insurrectionnelle de la Police, Mathieu Rigouste introduit son concept de socio-apartheid et de ségrégation endocoloniale néolibérale, qui dépasse d’une certaine manière celui de ghetto concernant surtout les pays anglo-saxons. Ce système repose selon lui sur la désignation de zones « sensibles », « dangereuses » nécessitant un traitement spécifique en matière de maintien de l’ordre. Les populations qui y résident, qu’il qualifie de « damnés de l’intérieur » sont ainsi mises à l’écart et considérées comme des « indigènes » par les institutions publiques, les médias et la Police. Il devient alors légitime de les contrôler en permanence. Le développement d’une contre-culture rejetant le système mis en place dans ces zones, est ainsi le résultat d’une politique de long terme visant à garder une partie de la population à l’écart. C’est pourquoi selon l’auteur, il n’est pas possible de légitimer la violence policière qui interviendrait contre ces comportements délinquants alors qu’elle serait à l’origine de ceux-ci. Pour étayer son argumentaire il s’appuie d’ailleurs sur de nombreux exemples de développement d’actions associatives légales et pacifistes qui ont été ébranlées par l’action des pouvoirs publics et de la Police. Il retrace de cette manière une série de ce qu’il nomme des « batailles » menées par la Police dans des « quartiers sensibles » et donne son interprétation du déroulement des événements.

4Par la suite, l’auteur approfondit son analyse en décrivant la construction des liens entre action policière et sphères politique, médiatique et économique. Cette ségrégation territoriale devient un centre d’intérêt majeur pour l’État. Les institutions publiques légitiment et justifient une violence policière à l’aide de l’appareil médiatique, afin de développer en collaboration avec le complexe militaro-industriel des armements et des stratégies testées dans les quartiers avant d’être exportées dans le monde entier. Les « quartiers sensibles » et les réactions des « damnés de l’intérieur » deviennent ainsi respectivement des laboratoires et des cobayes pour l’utilisation de la production industrielle de la coercition. L’existence de « quartiers sensibles », de « zones de non-droit » ou de « ghettos » est donc indispensable pour le pouvoir politique français qui occupe et encadre ces territoires de manière continue.

5Au-delà de cette relation entre production, communication et commercialisation de la coercition, l’auteur montre un autre signe de l’industrialisation de la violence policière. Effectivement, il décrit les moyens d’évaluation de la Police à travers le récit de l’unification des brigades spécialisées dans le traitement des « quartiers sensibles » devenues les Brigades Anti-Criminalité (BAC). Cette évaluation des commissariats se fait à partir du taux d’élucidation des affaires qu’ils traitent et s’inscrit dans un phénomène de « politique du chiffre ». Plus le taux d’élucidation est élevé et plus les commissariats sont récompensés.

  • 2  Laurent Mucchielli, L’invention de la violence. Des peurs, des chiffres et des faits, Fayard, 2011
  • 3  Laurent Mucchielli, La frénésie sécuritaire : retour à l’ordre et nouveau contrôle social, La Déco (...)

6Les agents de la BAC sont en permanence sur le terrain et le flagrant délit est leur façon la plus commune d’élucider des enquêtes. Ainsi ils permettent au commissariat auquel ils sont rattachés d’améliorer ses chiffres. C’est entre autre ce que Laurent Mucchielli aborde précisément dans sa critique de la production des chiffres officiels de la délinquance2. Mais Mathieu Rigouste pointe ici une autre facette de ce problème qu’est la politique du chiffre et la production des chiffres de la délinquance de manière générale. Il reproche ainsi à l’État, par le biais du Ministère de l’Intérieur, d’inciter les agents à provoquer des situations de trouble de l’ordre public et de comportements délinquants en contrôlant outrageusement les mêmes populations, en les « harcelant », afin de résoudre un maximum d’affaires de la manière la plus efficace possible. Dans un milieu où précarité, pauvreté et exclusion se complètent, le développement récent d’une « frénésie sécuritaire »3 entre omniprésence policière et alourdissement de l’appareil législatif permet à ces actions de s’auto-réaliser en améliorant continuellement les chiffres de la Police.

7Cet ouvrage pose donc de nombreuses questions sur l’usage de la violence policière par le pouvoir étatique et sur la culture de l’insécurité. On y découvre les intérêts économiques et politiques qui se développent avec l’entretien du mythe des quartiers difficiles peuplés d’irréductibles « sauvages » qu’il faut maitriser à l’aide de techniques issues des guerres coloniales et anti-terroristes. La violence policière et le harcèlement continu de ces populations provoquent des réactions plus ou moins violentes qui permettent aux médias d’entretenir une image néfaste et aux institutions publiques de faire usage de la force en améliorant sans cesse ses dispositifs en relation avec un marché économique international de la coercition.

8La thèse défendue par Mathieu Rigouste permet de réfléchir sur les logiques d’exclusion des sociétés occidentales. Il prend clairement position et son travail encourage le développement de travaux empiriques toujours plus poussés sur la question. Cet ouvrage nous invite alors à se demander si le concept de ségrégation endocoloniale néolibérale ou de socio-apartheid peut être une bonne alternative au « débat » autour du concept de ghetto.

Haut de page

Notes

1   Stephen Graham, Villes sous contrôle : la militarisation de l’espace urbain, La Découverte, Paris, 2012. Compte-rendu d’Éric Verdeil, « Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain », Lectures 2012.  

http://lectures.revues.org/9021.

2  Laurent Mucchielli, L’invention de la violence. Des peurs, des chiffres et des faits, Fayard, 2011.

3  Laurent Mucchielli, La frénésie sécuritaire : retour à l’ordre et nouveau contrôle social, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Maarawi, « Mathieu Rigouste, La domination policière, une violence industrielle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 février 2013, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10585

Haut de page

Rédacteur

Tristan Maarawi

Diplômé du Master de sociologie de Paris-Sorbonne, directeur d’études associé du cabinet n-clique, réseau d’études sociologiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page