Navigation – Plan du site

Jules Falquet, Héléna Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail

Lilian Mathieu
Le sexe de la mondialisation
Jules Falquet, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Nicky Le Feuvre, Fatou Sow, Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Les Presses de Sciences Po, 2010, 278 p., EAN : 9782724611458.
Haut de page

Texte intégral

1Les féministes altermondialistes le dénoncent depuis maintenant de longues années, les femmes sont partout dans le monde les premières à être négativement affectées par les conséquences économiques et sociales de la mondialisation néolibérale. Cet ouvrage collectif apporte des éléments d'analyse à l'appui de cette dénonciation, en 16 chapitres denses écrits par des sociologues, économistes et politistes françaises et étrangères. Soulignons dès à présent la dimension internationale de l'ouvrage et l'important travail de traduction accompli par ses coordinatrices, qui rend accessibles en français les analyses d'auteures faisant référence dans ce domaine.

2La thèse générale autour de laquelle s'organise le propos est que le « genre est un organisateur clé de la mondialisation néolibérale » (p. 13). En d'autres termes, une véritable compréhension de ce qui se joue dans la mondialisation ne peut ignorer que celle-ci est tramée par les rapports inégalitaires entre hommes et femmes. Non seulement la mondialisation s'appuie sur les rapports de genre existants, mais elle tend en retour à les renforcer tout en les transformant sensiblement. Plusieurs thèmes d'une brûlante actualité se trouvent au cœur du propos : les migrations internationales, la prostitution, les violences à l'encontre des femmes, les guerres impérialistes, les mutations du capitalisme mondial, l'exploitation des travailleuses pauvres et leur assignation aux tâches de service et d'entretien aux personnes (ce que l'on appelle le « care »), l'homophobie, etc. Pour autant, et s'il s'inscrit sans aucune ambiguïté dans une posture de vigoureuse critique féministe du néolibéralisme, l'ouvrage, loin d'être un pamphlet militant, vaut avant tout par la diversité de ses angles de vue, la richesse de sa documentation et l'acuité de ses analyses. Il se signale également par la volonté des différentes auteures de ne jamais autonomiser le genre des autres rapports de domination - ceux de classe et de « race » spécialement - avec lesquels il est étroitement imbriqué.

3Les textes sont regroupés en trois parties. La première adopte une perspective avant tout généraliste et économique, et traite des transformations de la division sexuelle et internationale du travail. Si elle a contribué à détruire certains secteurs industriels ou agricoles, la mondialisation néolibérale a ouvert de nouveaux marchés tout en promouvant une déréglementation du travail. Les femmes se sont trouvées engagées les premières dans ce double processus : les nouveaux emplois (essentiellement urbains et de service) sont principalement féminins mais ils relèvent aussi bien souvent de l'économie informelle, et leur accès ne remet pas en cause l'assignation des femmes aux tâches d'entretien de la famille. Saskia Sassen et Lourdes Beneria montrent dans leurs chapitres respectifs combien les femmes pauvres du Sud sont appelées à pallier la « crise du care » dans les « villes globales » : l'accès des femmes des milieux ou pays aisés à l'emploi, les rendant moins disponibles pour les tâches domestiques, a impulsé une offre de travail dont se sont saisies les femmes du Sud. De sorte que si « les immigrés fournissent (...) l'aide nécessaire pour que les femmes et les hommes des classes moyennes européennes puissent participer à la force de travail rémunérée » (p. 77), c'est de manière différente en regard du genre : « les femmes immigrées trouvent plus facilement un emploi que les hommes, avec des rémunérations relativement faibles pour le pays d'accueil, mais suffisamment élevées pour inciter à émigrer » (ibid.). Fatiha Talahite et Diane Elson insistent, chacune à leur manière, sur les effets de la nouvelle division internationale et genrée du travail. L'accès des femmes au marché du travail représente un avantage majeur dans la concurrence économique entre pays, cela spécialement parce que les emplois auxquels elles peuvent prétendre sont fréquemment les moins rémunérés et les moins reconnus et protégés. De fait, que les femmes puissent s'autonomiser des contraintes familiales et sociales via l'emploi ne doit pas masquer leur dépendance accrue à l'égard du marché et de ses fluctuations (p. 55). Le chapitre de Miriam Glucksmann qui conclut la partie offre une claire illustration de ces processus à partir de l'exemple des plats cuisinés vendus en Grande-Bretagne, dont toute la production - de la culture et la récolte des produits de base à la vente, en passant par la préparation - implique une division du travail façonnée par des rapports tant de genre que de nationalité ou de statut.

4La deuxième partie s'intéresse aux mobilités internationales des femmes. Une des transformations récentes les plus significatives des logiques migratoires est leur importante féminisation : un nombre croissant de femmes pauvres quittent leur pays pour gagner leur vie à l'étranger, et cela dans deux secteurs principaux (et non exclusifs) : ceux des services et soins domestiques (le « care ») et le « marché du sexe ». Le chapitre de Mirjana Morokvasic pointe toute l'ambivalence de ces migrations : les migrantes sont certes assignées à des emplois définis comme spécifiquement « féminins », déconsidérés et mal payés, mais ceux-ci représentent pour elles des opportunités à saisir. De sorte que « les migrantes, si elles ne remettent pas en cause l'ordre genré, l'utilisent néanmoins dans leur propre intérêt » (p. 107), au point d'apparaître davantage gagnantes que les hommes dans la migration (ibid.). Pour autant, la migration a également pour les femmes un coût symbolique et affectif important dont rend bien compte le chapitre de Uma S. Devi, Lise Widding Isaksen et Arlie R. Hochschild. L'argent envoyé à la famille ne parvient jamais à compenser les conséquences des ruptures communautaires, de la séparation d'avec les enfants et de la culpabilisation d'être une « mauvaise mère ». L'étude du recrutement de professionnel-le-s du soin aux personnes âgées indonésiens au Japon réalisée par Ruri Ito montre combien cette notion de care, qui en France connaît une diffusion ambiguë au-delà des sciences sociales, suppose de rapports de domination et d'exploitation fondés sur le genre comme sur l'origine. Celle de Liane Mozère s'intéresse aux domestiques philippines employées dans les pays occidentaux pour montrer que même si elles connaissent des situations défavorables, celles-ci sont aussi les actrices de leur projet migratoire. Un même refus de toute victimisation imprègne le chapitre de Lim Lin Lean consacré à la traite des êtres humains et au marché du sexe ; l'auteure montre combien l'assimilation de toute prostitution à la traite et l'appel consécutif à des politiques répressives conduisent à une lecture erronée et à un traitement contre-productif des situations que rencontrent les femmes migrantes qui vivent de services sexuels.

5Intitulée « Violences et résistances : militarisme et mouvements féministes transnationaux », la troisième partie s'ouvre sur un texte de Zillah Eisenstein qui montre comment une rhétorique se présentant comme féministe a permis à l'administration de George W. Bush de légitimer une politique militariste dont les femmes ont (en Afghanistan, en Irak et ailleurs) été les premières à pâtir. Il entre en écho direct avec celui de Jules Falquet qui montre comment le gouvernement mexicain s'est servi de la cause des femmes pour tenter de diviser et d'affaiblir les mobilisations indiennes. Plus général, le chapitre de Viviene Taylor insiste sur le désengagement croissant des Etats à assurer la « sécurité humaine » de leur population, et spécialement de leur population féminine, au bénéfice des marchés économiques. Les contributions de Paula Banerjee (sur les résistances des femmes en contexte de guerre civile en Inde), de Fatou Sow (sur la contribution des mouvements de femmes africains à la résistance au néolibéralisme) et de Paola Bachetta (sur les alliances féministes transnationales et leurs limites ou ambiguïtés) ouvrent pour leur part des pistes de réflexion sur la place du féminisme dans la contestation de l'ordre néolibéral, et sur le risque de reproduction de rapports de domination Nord-Sud à l'intérieur du féminisme (comme lorsque les « femmes blanches prétendent sauver les femmes brunes des hommes bruns », selon une formule de Spivak reprise par Bachetta).

6Cet ouvrage vaut, on l'a dit, par sa richesse tant analytique que documentaire. Il fournit également une base importante pour toute réflexion sur l'entrecroisement et l'imbrication de différents rapports de domination, de subordination ou d'exploitation. De même que la mondialisation ne peut être pleinement comprise sans l'apport d'une perspective de genre, la prise en compte des hiérarchies de sexe ne peut se dispenser de celle des rapports de classe, d'origine nationale ou de « race ». L'ouvrage invite également à une appréhension nuancée des rapports sociaux marqués par l'inégalité : si les femmes sont les premières affectées par la mondialisation néolibérale, elles n'en sont pas que des victimes. Elles en sont également des actrices, comme telles à même d'impulser des changements majeurs des structures sociales. Ici comme sur bien d'autres terrains, les périls croisés du misérabilisme et du populisme imposent une constante vigilance de l'analyse, à distance des visions parfois réductrices et unilatérales des discours militants. Le livre parvient le plus souvent à esquiver ces deux périls, et ce n'est pas la moindre de ses réussites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Jules Falquet, Héléna Hirata, Danièle Kergoat, Brahim Labari, Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 28 juin 2010, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1059

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page