Navigation – Plan du site

Elena Pulcini, L’envie. Essai sur une passion triste

Romaric Jannel
L'envie
Elena Pulcini, L'envie. Essai sur une passion triste, Le Bord de l'eau, 2013, 220 p., 1ère éd. 2011, traduit par Thamy Ayouch, ISBN : 9782356871992.
Haut de page

Texte intégral

1Il est des ouvrages qui, bien que se présentant comme des ouvrages sur un thème disciplinaire classique, parviennent à replacer dans les débats actuels des questionnements anciens et à apporter ainsi une lecture intelligente des maux de notre temps. Très clairement, L’envie. Essai sur une passion triste d’Elena Pulcini fait partie de ces livres. Dès la première page, une note des éditeurs donne le ton : « Cet ouvrage, écrit sous la forme d’un essai, a pris le parti de s’émanciper des contraintes académiques concernant citations, références et pagination. » L’essai est traduit de l’italien par Thamy Ayouch, qui donne au propos un style agréable.

2Si la forme a de l’importance, le contenu n’est pas en reste. Contenant sept chapitres : « Une passion triste », « Sagesse grecque », « Péchés médiévaux », « Passions modernes, pathologies démocratiques », « Envier et être envié », « Ambivalences post-modernes », puis « Un monde sans envie ? », le tout est complété par une bibliographie thématique. La mention du titre des chapitres suffit à montrer que l’étude de cette « passion triste » conduit le lecteur dans un voyage entre diverses époques et traditions philosophiques. Cependant, la philosophe Elena Pulcini, professeure à l’Université de Florence et spécialiste des questions passionnelles, ne limite pas sa réflexion à la seule philosophie. Elle invoque tour à tour psychologie et psychanalyse, sciences politiques et économiques, littérature et cinéma sans pour autant que le contenu philosophique n’en soit dilué ; bien au contraire, il en sort grandement enrichi. Le propos, qui s’appuie notamment sur les épaules de grands noms comme Platon, Aristote, Kant, Nietzsche, Kierkegaard, Schopenhauer ou encore Lacan, est complété par l’appel fait à des auteurs tels que Eschyle, Smith, Latouche, Homère, Shakespeare ou Dickens. Aussi, ce n’est pas un hasard si, édité par les éditions Le Bord de l’Eau, l’ouvrage l’est dans la collection « Psychanalyse, sciences sociales et politiques » puisqu’il présente finalement un contenu éminemment engagé et c’est bien là l’un des objets du livre.

3Globalement, il est ici répondu à ces principales questions : Qu’est-ce que l’envie ? Qu’est-ce que l’envie n’est pas ? Quelles difficultés posent l’envie ? Et comment y répondre ? Elena Pulcini conduit en premier lieu son essai en cherchant à démêler les principales caractéristiques de l’envie pour en tracer les contours et les faiblesses, comme pour mieux l’appréhender. Il est d’abord constaté que cette passion, bien que présentant un « caractère fourbe, traître et sournois », est une passion relationnelle. En effet, c’est par le jeu de l’altérité que ce vice qu’est l’envie émerge chez l’individu, par comparaison. Cette comparaison, selon la philosophe, fait de l’envie une « passion sociale » qui ne doit donc pas être confondue avec la jalousie. Essentiellement trivalente, car se limitant à la relation privée concernant trois individus, cette dernière trouve sa forme originelle dans la jalousie amoureuse. Elena Pulcini fait ici de la jalousie un vice moins néfaste que d’autres, et avant tout moins préjudiciable du point de vue sociétal que l’envie. Dans sa quête visant à définir cette passion triste par opposition à d’autres passions, elle précise : « L’orgueil se satisfait en effet dans la complaisance de sa propre excellence, la colère dans la décharge de l’agressivité, la gourmandise et la luxure dans les plaisirs de la chair, l’avarice dans la possession, et la paresse dans la joie du désœuvrement. Mais l’envie ne se satisfait de rien, elle est douloureuse, mortelle, en premier lieu pour qui l’éprouve ». S’agissant des symptômes de l’envie, l’auteure en distingue un essentiel : le ressentiment. Ce ressentiment pouvant donner lieu « à la médisance, à la calomnie, ou encore au crime ».

4Si les dangers inhérents à l’envie sont réels, l’enquête se poursuit à la recherche de conséquences positives qui découleraient de cette passion. C’est dans la Grèce Antique qu’elles sont redécouvertes à travers l’émulation et la mise en scène, dans la littérature d’alors, de héros en quête d’honneur et de gloire. Parce que, par ailleurs, les Grecs avaient pleinement pris la mesure des risques inhérents à l’égalité politique – ou plutôt aux détournements dont elle peut faire l’objet – et dans le but de protéger la cité et la démocratie athénienne, il fut mis en place des stratégies visant à « désamorcer l’envie. » Ce fut notamment le rôle de la nemesis et de l’ostracisme ; preuve que la Grèce Antique avait une compréhension lucide de cette passion triste.

5Au Moyen-Âge, l’envie trouva également ses limites dans la relation de l’individu à l’autorité divine. Puisque menaçant par nature le précepte de l’amour du prochain, elle était condamnée dans le Nouveau Testament. Aussi, car elle trouvait son terreau dans la socialité, elle constituait un risque pour les structures sociales de l’époque. Concomitamment à cette envie qui pénétra peu à peu les classes bourgeoises et la société urbaine, prit fin le Moyen-Âge qui allait progressivement laisser place à la modernité. La modernité est intrinsèquement liée à cette envie, et si « la socialité moderne » et l’économie moderne sont telles que de nos jours, c’est que l’envie en fut l’un des moteurs, et non des moindres.

6Si certains auteurs mentionnés le sont d’usage quant à cette notion, l’ouvrage, par la place qu’il offre à des travaux moins célèbres, présente un réel intérêt à qui serait sensible aux questions ici posées. Il donne une place plus honnête qu’à l’habitude à des essayistes féminins témoignant d’une volonté de repousser les limites habituelles de la philosophie. De plus, l’engagement de la philosophe témoigne du souci, qui semble le sien, d’inscrire ses travaux dans des débats contemporains et l’essai se présente sur bien des aspects tel un essai politique. En outre, Elena Pulcini propose une mise en perspective bien pensée des argumentaires légitimant l’hégémonie de l’économie qui commencèrent, comme elle le rappelle, non pas avec Adam Smith, mais avec Mandeville dans La fable des abeilles qui consacrait alors l’homo oeconomicus. Ainsi, dans cette perspective, étudier l’envie devient une nécessité, tant ce que l’auteure nomme la « Political Economy moderne », et qui apporta son lot d’avancées et même de bienfaits, fait montre des limites qui sont les siennes ; cette « Political Economy moderne » étant intrinsèquement liée au milieu humain et à son vice majeur : l’envie.

7Concluant que les passions ne peuvent être supprimées, et que, conséquemment, il est vain d’espérer se libérer de l’envie, la philosophe cite Hannah Arendt rappelant que cette passion est « le pire vice de l’humanité » ; vice contre lequel une protection s’avère indispensable. Rejetant tour à tour des stratégies visant à répondre à l’envie par d’autres passions comme l’amour, avant de chercher dans la compétition, puis dans l’émulation, une réponse aux problèmes touchant nos sociétés, Elena Pulcini soutient la thèse que ces procédés sont soit illusoires soit porteurs de risques. Elle propose alors à chacun d’entre nous de procéder à une démarche réflexive en faveur de la « stratégie de l’authenticité » invitant à un retour sur soi, salvateur et plein d’espoir, ayant également le mérite de proposer une stratégie singulière, n’ayant rien de commun avec les diverses stratégies de l’amour et des passions compétitives si souvent proposées. Dans sa démarche délibérément transverse, via une prise de position ingénieusement illustrée, l’argumentaire se déploie en une agréable aventure. Trois mots pour résumer la démarche de cet essai : sérieuse, érudite et engagée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Elena Pulcini, L’envie. Essai sur une passion triste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 février 2013, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10591

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page