Navigation – Plan du site

Didier Eribon, Réflexions sur la question gay

Damien Simonin
Réflexions sur la question gay
Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Flammarion, coll. « Champs Essais », 2012, 624 p., 1ère ed. 1999, ISBN : 9782081231627.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il a par exemple organisé le premier colloque sur les études gays et lesbiennes au Centre Pompidou (...)
  • 2  Dans ce texte, j'utilise le plus souvent la catégorie « gay », dans un sens extensif et indéfini, (...)

1La sortie de ce livre est un événement étrange : la réédition d'un texte déjà classique dans un domaine qui semble encore émergent. Philosophe et sociologue, Didier Éribon a notamment participé à l'introduction des études gays et lesbiennes et des théories queer en France1. Les Réflexions sur la question gay, publiées pour la première fois en 1999, constituent aujourd'hui l'un des textes fondateurs des études francophones sur « les homosexualités »2. Il a ainsi participé au développement des recherches en sciences humaines et sociales sur les sexualités gays et lesbiennes, alors que ce domaine reste marginal dans l'université française. Mais l'originalité et l'intérêt du livre ne tiennent pas seulement à son caractère novateur.

2Il synthétise un ensemble de recherches empiriques sur l'histoire des gays en Europe occidentale et aux États-Unis depuis la fin du XIXe siècle, des discours sur et des prises de parole par des gays, les pratiques et les représentations concernant les relations érotiques entre hommes, la généalogie de différentes identités qui s'y rapportent, des formes d'exclusion et de répression, de contestation et de mobilisation. Il présente une partie du corpus théorique des études gays et lesbiennes émergeant dans les années 1990 aux États-Unis, comme des textes de Judith Butler, d'Eve Kosofsky Sedgwick ou de Leo Bersani. Il propose aussi quelques lectures de ce qu'on pourrait appeler la « littérature gay », notamment des textes d'Oscar Wilde, de Marcel Proust ou d'André Gide. Il analyse enfin, à partir de Michel Foucault et de Pierre Bourdieu, l'articulation entre des structures de domination liées au genre et à la sexualité et des processus d'émancipation par la constitution des gays en sujets.

3La diversité de ces matériaux s'articule autour d'un projet central : restituer « le mouvement qui mène de l'assujettissement à la réinvention de soi. C'est-à-dire de la subjectivité produite à la subjectivité “choisie” » (p. 21). D'où un objet double : l'assujettissement des gays par l'ordre social, c'est-à-dire par des rapports structurant leurs existences ; et leur subjectivation en retour, les résistances par l'invention d'espaces de liberté et de modes de vie. La première partie propose une approche socio-anthropologique des identités gays dans un ordre sexuel hiérarchisé, c'est-à-dire des rapports de domination et des processus d'assignation, mais aussi des moments d'émancipation et des modes de réappropriation. La deuxième, historique, porte sur l'émergence d'une prise de parole des gays dans des textes littéraires et sur ses liens avec l'évolution des discours sur l'homosexualité, depuis la fin du XIXe siècle en Europe occidentale. La troisième partie propose enfin une lecture à la fois biographique et théorique des textes de Foucault sur l'homosexualité et sur les effets de pouvoir des normes, depuis l'enfermement des anormaux jusqu'à l'incitation à leur parole.

  • 3  John Austin, Quand dire c'est faire, Paris, Seuil, 1970.
  • 4  Judith Butler, Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Amsterdam, 2004.
  • 5  Ang Lee, Le secret de Brokeback Mountain, États-Unis, Focus Features, 2005.

4Le livre est notamment connu pour les analyses qu'il propose du langage, à la suite notamment des travaux d'Austin3 et de Butler4 sur les énoncés performatifs. L'injure préexiste aux individus et participe ainsi à leur constitution, elle « me dit ce que je suis dans la mesure même où elle me fait être ce que je suis » (p. 28). Opérant par différenciation, hiérarchisation et généralisation, « elle fonctionne toujours et fondamentalement comme un rappel à l'ordre sexuel » (p. 102). Et elle s'inscrit dans un « continuum » qui constitue « l'horizon linguistique ‑ et social ‑ de l'hostilité dans laquelle doivent vivre les gays, lesbiennes, transgenres... » (pp. 72-73). L'injure, comme toute violence, participe ainsi de la reproduction d'un ordre social en touchant tous les individus appartenant à une catégorie. Ennis, dans Le secret de Brokeback Mountain5, raconte comment son père lui a montré, quand il était enfant, le cadavre d'un homme dans un fossé, tué parce qu'il vivait avec un autre homme. La sanction pour celui-ci vaut avertissement pour les autres, « l'homosexualité est donc proscrite des rapports prescrits entre les hommes » (p. 158).

  • 6  Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, Paris, Gallimard, 1921 et 1922.
  • 7  André Gide, Corydon, Paris, Gallimard, 1924.
  • 8  Sur les relations entre genre et sexualité chez les gays à partir de la figure de la folle, voir J (...)

5L'analyse des relations entre sexualité et genre est notamment développée à partir d'une généalogie de l'« inversion sexuelle », au double sens d'inversion intérieure du genre (une femme dans un corps d'homme) ou d'inversion extérieure de l'objet du désir (un homme au lieu d'une femme). L'« inversion » fait l'objet de diverses théories depuis la fin du XIXe siècle, par des écrivains et des militants, des psychiatres et des psychanalystes, comme la théorie du « troisième sexe » de Magnus Hirschfeld ou celle des « uranistes » de Karl Heinrich Ulrichs. Proust décrit par exemple, dans Sodome et Gomorrhe6, l'inversion du genre : l'inverti cherche un homme qui cherche lui-même une femme, mais faute de trouver cet homme qui accepte les femmes dans des corps d'hommes, il se tourne finalement vers d'autres invertis. En réaction, Gide théorise dans Corydon7 l'inversion du désir : la pédérastie comme « camaraderie amoureuse » légitime entre hommes, fondée sur la nécessité de protéger les jeunes filles et d'exprimer la sexualité des jeunes hommes. Proust reprend l'association psychiatrique de l'homosexualité masculine à la féminité, alors que Gide refuse tout efféminement des « pédérastes »8.

  • 9  Michel Foucault, Folie et Déraison. Histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Plon, 1961.
  • 10  Michel Foucault, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

6L'auteur propose enfin une analyse des rapports entre structures de domination et processus de résistance. Il discute notamment les propositions de Foucault sur le pouvoir comme relation et comme production, et sur l'histoire des normes et des dispositifs de contrôle de la sexualité. Dans l'Histoire de la folie9, ce sont la frontière entre raison et déraison et la condamnation morale de la sodomie, à partir de l'Âge classique, qui associent l'homosexualité à la maladie mentale dans l'asile. Dans La Volonté de savoir10, l'homosexualité apparaît à la fin du XIXe siècle comme catégorie médico-psychiatrique, en particulier avec la psychanalyse comme « instance de production discursive ». D. Éribon montre alors que le terme « homosexuel » est d'abord introduit par le journaliste Kertbeny dans une perspective apologétique en 1869, puis repris par des médecins et des psychiatres, notamment Krafft-Ebing dans Psychopathia sexualis (1886). Plus encore, la littérature gay et l'expression des relations entre hommes préexistent à l'apparition de la catégorie, par exemple dans les Feuilles d'herbes de Withman (1855). Plusieurs effets de pouvoir se croisent donc dans cette histoire, même la condamnation d'Oscar Wilde en 1895 marque l'entrée de l'homosexualité dans l'« ordre du discours » : « toute parole contre l'homosexualité est en même temps une parole sur l'homosexualité » (p. 226).

7Les Réflexions sur la question gay proposent une analyse contextualisée et dynamique de ce qui est à la fois commun et spécifique aux existences des gays. Tout en notant l'intérêt de ne pas figer des identités par des définitions préalables, on peut finalement s'interroger sur les limites de validité de cette thèse : « il existe un type particulier de violence sociale qui s'exerce sur ceux qui aiment le même sexe qu'eux ou, plus généralement, qui contreviennent aux normes du genre et de la sexualité, et que les schèmes de perceptions, les structures sociales qui sous-tendent cette violence, sans doute largement fondée sur la vision androcentrique du monde, sont à peu près les mêmes partout, en tout cas dans le monde occidental, et l'ont été au moins au cours du siècle et demi qui vient de s'écouler. » (p. 15) Qu'en était-il avant le milieu du XIXe siècle ? Qu'en est-il hors du monde occidental ? Observe-t-on des régularités dans différentes sociétés et à travers les époques, ou une homogénéité des données disponibles et une invisibilisation d'autres modes de vie gays ? Combien de temps ces régularités, ces spécificités, ces identités seront-elles encore valables, si on considère la relative normalisation des sexualités minoritaires dans certaines régions et la mondialisation des mobilisations sur les questions sexuelles, les transformations des relations entre les gays et d'autres minorités, ou encore les critiques des effets de cette catégorie ou des mouvements qui s'en réclament ? Mais c'est aussi l'intérêt de ce livre : montrer comment les subjectivités sont en même temps imposées et inventées, individuelles et collectives, et qu'elles participent ainsi d'un « travail d'émancipation (…) toujours à recommencer » (p. 21).

Haut de page

Notes

1  Il a par exemple organisé le premier colloque sur les études gays et lesbiennes au Centre Pompidou en juin 1997 : Didier Éribon, Les Études gay et lesbiennes, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1998.

2  Dans ce texte, j'utilise le plus souvent la catégorie « gay », dans un sens extensif et indéfini, en me référant à l'usage de l'auteur (tout en reconnaissant le caractère parfois anachronique de cette catégorie et la pluralité des manières possibles de se désigner).

3  John Austin, Quand dire c'est faire, Paris, Seuil, 1970.

4  Judith Butler, Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Amsterdam, 2004.

5  Ang Lee, Le secret de Brokeback Mountain, États-Unis, Focus Features, 2005.

6  Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, Paris, Gallimard, 1921 et 1922.

7  André Gide, Corydon, Paris, Gallimard, 1924.

8  Sur les relations entre genre et sexualité chez les gays à partir de la figure de la folle, voir Jean-Yves Le Talec, Folles de France. Repenser l’homosexualité masculine, Paris, La Découverte, 2008.

9  Michel Foucault, Folie et Déraison. Histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Plon, 1961.

10  Michel Foucault, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Simonin, « Didier Eribon, Réflexions sur la question gay », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 février 2013, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10596

Haut de page

Rédacteur

Damien Simonin

Doctorant en sociologie à l'Ens de Lyon, membre du Centre Max Weber, équipe "Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations", Allocataire de l'Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page