Navigation – Plan du site

Marc Derycke, Michel Peroni, Figures du maître ignorant : savoir & émancipation

Maryvonne Dussaux
Figures du maître ignorant : savoir & émancipation
Marc Derycke, Michel Peroni, Figures du maître ignorant : savoir & émancipation, Presses universitaires de Saint-Étienne, coll. « Sociologie matières à penser », 2010, 425 p., EAN : 9782862725369.
Haut de page

Texte intégral

1L'ignorance est au cœur de notre société, qui, confrontée à des défis comme le changement climatique ou la menace nucléaire, est obligée de mobiliser toutes les compétences y compris celles des « profanes » comme on le voit dans la multiplication des forums hybrides. La figure du « maître ignorant » peut-elle, dans notre société pédagogisée dans laquelle l'enfant est placé au centre du dispositif éducatif et l'adulte acteur de sa formation « tout au long de sa vie », favoriser l'émergence d'une réelle émancipation ?

2Reprenant les travaux de Jacques Rancière publiés il y a plus de vingt ans, les auteurs de cet ouvrage proposent d'explorer l'actualité du « maître ignorant » tant du point de vue de la question éducative que de celui de la recherche. A partir de l'analyse des pratiques de l'émancipation ouvrière au XIXème siècle, Jacques Rancière travaillait sur la question du rapport entre science, émancipé et émancipation. Il souhaitait renverser la position dominante qui affirme que les assujettis le sont parce qu'ils sont ignorants. La découverte des travaux de Joseph Jacotot lui a permis d'opposer à la logique progressiste fondée sur l'ignorance du dominé, une logique émancipatrice fondée sur l'égalité de l'intelligence.

3Jacotot est un révolutionnaire français contemporain de Condorcet. Exilé aux Pays Bas, il occupe le poste de lecteur à l'université de Louvain et se retrouve dans la situation de devoir enseigner le français à des étudiants néerlandophones alors qu'il ne connaît pas leur langue. Plutôt que de renoncer à sa tâche, il utilise une traduction bilingue du Télémaque de Fénelon pour leur permettre l'apprentissage de la langue et y réussit. Jacotot expérimente ce que peuvent les ignorants ou comme le dit J. Rancière «  met en jeu l'ignorance du savoir pour pouvoir mettre en mouvement le savoir de l'ignorant ». (p. 411). Ainsi naît la figure du maître ignorant, qui ne renonce pas à sa mission et fonde son attitude sur le principe de l'égalité des intelligences. Avec la figure du maître ignorant, on sort d'une logique fondée sur l'inégalité où le maître savant transmet sa science à des ignorants. L'ignorance n'est pas le manque d'un savoir et le savoir, le plein qui comble le vide. Elle est une contrainte pré-pédagogique.

4Dans la première partie de l'ouvrage, les contributeurs explorent plusieurs aspects de l'éducation. Claude Poulette montre que le fonctionnement de l'établissement scolaire s'oppose à la logique émancipatrice pourtant affirmée. Il valorise le maître qui tire son pouvoir symbolique et officiel de son savoir vu comme supérieur à celui des élèves. Ghislain Verstraete explique à travers son expérience de formateur auprès des dockers et des diplomates à Bruxelles, que la posture du maître ne dépend pas que de lui même, mais est conditionnée par la dynamique du contexte de formation. Même sentiment pour Marc Derycke pour qui l'apprentissage est toujours le résultat d'une rencontre entre un maître ignorant (même s'il s'ignore) et un élève. Il va à la rencontre de parents ignorants et présente une mère illettrée et la façon dont elle accompagne son enfant dans les apprentissages scolaires.

5Andréa Benvenuto d'un coté, Ivani Fusellier-Souza et Orquidea Coelho de l'autre démontrent, à partir de leur expérience avec les enfants sourds, que la langue n'interfère pas dans le principe de l'égalité des intelligences. Alain Denis, à partir de la didactique des mathématiques, affirme qu'effacer la figure du maître explicateur ne suffit pas à réussir les apprentissages. Pour Alain Batenay qui reprend l'idée de l'éducation publique, l'éducation est avant tout processus et co-pilotage de situation. Comme Philippe Astier, qui observe le domaine de la formation professionnelle, il pense que le maître ignorant et le maître explicateur ne s'opposent pas mais se complètent.

6La deuxième partie est consacrée au maître ignorant dans le domaine de la recherche. Au chercheur expert qui, comme le montre Rastko Mocnik peut influencer l'opinion publique, Michel Peroni et Jacques Roux, opposent la figure du chercheur ignorant. Michel Peroni montre que Pierre Bourdieu, sociologue explicateur a pu prendre cette posture dans la présentation de La misère du monde. A Philippe Fritsch qui pointe que le chercheur est confronté à des questions politiques, Yannis Lemery répond que dans son travail sur le mouvement anti-CPE, il a renoncé à ses pouvoirs, y compris à son pouvoir d'écriture. Claire Autant-Dorier quant à elle décrit la situation des agents de développement local à l'intégration qui, bien que détenteurs d'un certain pouvoir, sont démunis par rapport aux situations qu'ils doivent traiter. Pour finir, Daniel Colson explore la dimension autodidacte de l'anarchisme ouvrier. La conclusion est de Jacques Rancière lui-même qui reprécise le pouvoir émancipateur du maître ignorant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Marc Derycke, Michel Peroni, Figures du maître ignorant : savoir & émancipation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 25 juin 2010, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1060

Haut de page

Rédacteur

Maryvonne Dussaux

Maître de conférences en sciences de l'éducation; Université Paris Est Créteil. 
laboratoire STEF- ENS Cachan-IFE

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page