Navigation – Plan du site

Geoffroy de Lagasnerie, La dernière leçon de Michel Foucault. Sur le néolibéralisme, la théorie et la politique

Léo Fabius
La dernière leçon de Michel Foucault
Geoffroy De Lagasnerie, La dernière leçon de Michel Foucault. Sur le néolibéralisme, la théorie et la politique, Paris, Fayard, coll. « à venir », 2012, 178 p., EAN : 9782213671413.
Haut de page

Texte intégral

1Alors qu'a récemment paru le cours 1979-1980 au Collège de France de Michel Foucault, Geoffroy de Lagasnerie a publié quasi au même moment chez Fayard un essai qui s'attache principalement à une relecture du cours déjà très commenté de 1978-1979, Naissance de la biopolitique. On ne se méprendra donc pas sur la signification du titre de l'essai en question, son sous-titre, qui certes fait appel à de très abstraites catégories, en révèle néanmoins plus clairement l'enjeu essentiel : Sur le néolibéralisme, la théorie et la politique. L'idée de réflexivité pourrait ici être convoquée pour indiquer le pivot problématique autour duquel tournent les trois catégories du sous-titre, la manière, par conséquent, dont l'auteur cherche à les relier dynamiquement.

2Moins qu'à un commentaire savant, moins également qu'à une plate et simple redite, l'ouvrage de G. de Lagasnerie s'apparente davantage à une réappropriation positive de la méthode à l'oeuvre dans l'analyse foucaldienne du néolibéralisme. Par conséquent, on disputera ici plutôt de l’opportunité du geste que de sa « vérité » philologique. Le point de méthode déterminant – qu'on hésite à qualifier de « critique » tant l'adjectif est équivoque – peut être ainsi grossièrement résumé : formuler une pratique de résistance au néolibéralisme suppose non de mépriser ce dernier, mais de le saisir dans toute sa singularité. G. de Lagasnerie a au moins le mérite de rappeler cette évidence réaliste du scientifique qui parfois semble oubliée des « théoriciens critiques » de notre temps : ne pas regretter ce qui s'élabore à travers le néolibéralisme, mais partir de ce qu'il est afin d'établir ce qu'il nous impose de reconsidérer (p.36).  

3Le problème traité est d'abord déterminé par un diagnostic qu'on peut dire idéologique. En effet, l'auteur met au jour et par suite conteste l'hégémonie d'une structure idéologique (p.14) qui paralyse l'actuelle vie intellectuelle en en éradiquant les clivages théoriques et politiques (p.12), structure qui trouve dans « l'impératif [réflexe et non réflexif] de dénoncer le néolibéralisme » (p.15) son expression visible et, si l'on peut dire, son point de ralliement. C'est à partir de ce diagnostic que le problème général – quelles théorie critique radicale et pratique émancipatrice à l'ère néolibérale ? (p.16) – se peut déployer et faire sens. On en déclinera les enjeux particuliers en séparant artificiellement deux niveaux : 1°) l'un polémico-idéologique ; 2°) l'autre théorico-scientifique.  

  • 1  Foucault, Michel, Naissance de la biopolitique : Cours au collège de France, Seuil, 2004, p. 117, (...)

4Concernant le premier, l'auteur vise finalement assez « traditionnellement », quoiqu'il prétende, à réinventer la « vraie » gauche, authentiquement critique et émancipatrice, en réactivant le clivage idéaliste – peu discuté et pourtant déterminant à l'arrière-plan l'ensemble de la proposition de l'essai – entre progrès et réaction. L'ambition est alors de partir du diagnostic d'une uniformisation de la critique du néolibéralisme pour créer de la multiplicité au sein même de la vie des idées. Il s'agit d'une part d'une polémique interne à la gauche en jouant la tradition libertaire contre la vieille gauche dominée par ses pulsions d'ordre et de transcendance qui se meut dans la matrice analytique de ce qu'on peut appeler avec Foucault1 l'héritage « sombartien » de la critique ; d'autre part d'une critique de l'idéologie plus classique : mettre au jour les promesses progressistes immanentes au néolibéralisme et les contradictions internes qui en empêchent la juste tenue (p.39).  

  • 2  Ainsi que semble le reprocher Serge Audier dans sa recension du Monde. Cf. Audier, Serge, « Penser (...)

5Concernant le second niveau, qui nous semble plus fécond mais contredit parfois les objectifs propres au premier, il s'agit de « répéter » (au sens de la Wiederholung heidegerrienne) le geste foucaldien : précisément ne pas thématiser le néolibéralisme en tant qu'idéologie, mais comme pratique effective de gouvernement. Cette pratique qui, d'un côté, est liée à certaines techniques et réalités, est, de l'autre, liée à une modalité spécifique de rapport à la vérité. L'approche généalogique n'implique ainsi pas tant la critique d'une unique et homogène rationalité, idéologie dominante ou totalisante, que la détermination de la spécificité de cet art de gouvernement, son fonctionnement et ses dynamiques. Dans cette perspective, et c'est là tout l'intérêt de l'ouvrage de G. de Lagasnerie, il s'agit de chercher au sein des propositions des Hayek, Friedman, Becker qui nourrissent la gouvernentalité effective néolibérale sans s'y identifier, qui sont chaque fois digérées et reprises en elle, non pas des ressources idéologiques, mais, si l'on peut dire, des ressources méthodologiques, à savoir : de quoi construire à partir de ces propositions un outil réflexif, une instance critique de la réalité et de la pensée. À travers ce parcours, c'est par conséquent moins l'érudition à l'égard de la tradition néolibérale qui est en jeu2 que la méthode de critique positive et constructive : ne pas laisser déterminer l'appréhension théorique de la gouvernementalité néolibérale par d'abstraits idéaux normatifs, ou dit plus simplement cesser d'être pour ou contre le néolibéralisme ; préférer puiser en lui un « foyer de pensée et de pratique » à même de dynamiter l'ordre rêvé des nostalgiques de l'Un – même sécularisé sous les termes de la Société, l'Etat, la Politique, etc. La figure de l'homo oeconomicus peut alors apparaître, à rebours de toute la doxa critique, à la fois comme grille d'intelligibilité pertinente des comportements des acteurs, et comme nouvelle figure de « l'ingouvernable ».

  • 3  Grenier J.-Y. et Orléan A., art. « Michel Foucault, l’économie politique et le libéralisme, », Ann (...)
  • 4  C’est G. de Lagasnerie qui utilise lui-même cette formule en mettant en exergue de son essai cette (...)
  • 5  Audier se demande par exemple : « la question reste de savoir si ces " luttes minoritaires ", chèr (...)

6À côté des suppositions sur l'éventuelle « tentation libérale »3du philosophe français, La dernière leçon de Michel Foucault cherche ainsi dans la fascination assumée du philosophe français pour son objet d'étude, les moyens d'établir une possibilité4 : la possibilité d'une critique qui ne soit pas déterminée par les catégories rendues précisément obsolètes par l'objet même de la critique, une critique qui ne soit plus une critique pré-libérale du libéralisme, la possibilité finalement de ce qu'on appelle une critique immanente au néolibéralisme. Il resterait sans doute beaucoup à dire sur les présupposés d'une telle méthode et le programme qu'elle esquisse ; on se contentera d'une seule interrogation : si le néolibéralisme rend caduques les anciennes catégories de la philosophie politique, et s'il ne faut pas regretter cette caducité mais y voir à l'inverse l'opportunité d'un changement, ne manque-t-il pas à l'ouvrage de G. de Lagasnerie une redéfinition du concept de politique – non transcendant, mais immanent aux pratiques multiples de l'homo oeconomicus – sans quoi la dissidence revendiquée dans la minorité s'expose à la critique5 légitime des gardiens de la Politique ?

Haut de page

Notes

1  Foucault, Michel, Naissance de la biopolitique : Cours au collège de France, Seuil, 2004, p. 117, 154 155.

2  Ainsi que semble le reprocher Serge Audier dans sa recension du Monde. Cf. Audier, Serge, « Penser avec et contre le néolibéralisme ? », Le Monde des Livres, 23 novembre 2012.

3  Grenier J.-Y. et Orléan A., art. « Michel Foucault, l’économie politique et le libéralisme, », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2007/5, 62e année, p. 1182.

4  C’est G. de Lagasnerie qui utilise lui-même cette formule en mettant en exergue de son essai cette phrase de Foucault : « Plutôt que de fonder en droit une théorie, il s'agit pour l'instant d'établir une possibilité ».

5  Audier se demande par exemple : « la question reste de savoir si ces " luttes minoritaires ", chères à l'auteur, suffiraient à inspirer une politique ». Cf. Audier, Serge, « Penser avec et contre le néolibéralisme ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Fabius, « Geoffroy de Lagasnerie, La dernière leçon de Michel Foucault. Sur le néolibéralisme, la théorie et la politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 février 2013, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10616

Haut de page

Rédacteur

Léo Fabius

Titulaire d’un Master EuroPhilosophie « Philosophies allemande et française » et d’un Master « Études politiques » (EHESS), actuellement chargé du projet « Thémistocle » pour l’association Alternative Méditerranéenne

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page