Navigation – Plan du site

Jean-François Bert, L’atelier de Marcel Mauss. Un Anthropologue paradoxal

Nathalie Ortar
L'atelier de Marcel Mauss
Jean-François Bert, L'atelier de Marcel Mauss. Un anthropologue paradoxal, Paris, CNRS, 2012, 200 p., ISBN : 978-2-271-07462-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Marcel Fournier, Marcel Mauss, Paris, Fayard, 1994.
  • 2  Nathan Schlanger, « Le fait technique total. La raison pratique et les raisons de la pratique dans (...)

1Les travaux de Marcel Mauss suscitent un regain d’intérêt depuis quelques années à la fois dans le but de valoriser toute l’actualité de la pensée de ce chercheur foisonnant dont le paradoxe fut de ne laisser aucune œuvre constituée, mais aussi pour comprendre le cheminement de cette pensée et les conditions qui ont favorisé son éclosion. La vie de Marcel Mauss, l’originalité de son œuvre n’ont commencé à faire l’objet d’une réelle recherche qu’à partir des années 1990 avec d’une part la parution de la biographie rédigée par Marcel Fournier1 qui tente de cerner l’intégralité de la vie de Mauss afin de contextualiser son œuvre, et d’autre part celles d’articles, comme celui de Nathan Schlanger2 sur le fait technique total où il s’attache à montrer l’originalité de la pensée de Mauss à propos des techniques en s’appuyant sur le cheminement de sa réflexion au fil des textes et des observations issues du quotidien. Jean-François Bert souhaite, quant à lui, « dresser un tableau précis des opérations intellectuelles à l’œuvre dans l’entreprise de recherche de Marcel Mauss » (p.7) analysé au prisme du travail de documentation, d’écriture, d’enseignement, d’édition et de recherche ; une entreprise réalisable uniquement grâce à la richesse des archives laissées par Mauss sur son travail. Son objet d’étude est la table de travail de Mauss et ses instruments de classements.

2Dans « Etudier, lire, se documenter », l’auteur retrace l’influence technique et méthodologique de Durkheim sur la formation intellectuelle de Mauss en s’appuyant sur leurs échanges et les corrections retrouvées sur les copies de Mauss. Pour Durkheim, il s’agit avant tout de former un intellectuel et de l’initier aux ficelles du métier. Durkheim ne fut toutefois pas la seule influence qui marqua la formation de Mauss et cette partie de l’ouvrage est surtout consacrée à les relever, rappelant notamment l’attraction de la philosophie vers laquelle Mauss hésitera à se tourner et de la philologie. Mauss commence très tôt à se constituer une formidable bibliothèque (de 8 à 10 000 ouvrages en 1942 !) par goût, curiosité, obligation. Il recense avec acharnement des ouvrages pour L’Année sociologique, mais ses lectures servent également à nourrir ses cours. Ce besoin de lecture le conduit à effectuer des choix de voyages à l’étranger pour résider à proximité d’une bibliothèque dont le fond lui paraît intéressant. Lire permet de comparer, ordonner, chercher à expliquer les éléments qui composent les phénomènes sociaux. C’est par ces compétences acquises, la capacité à disséquer les théories, que peut s’effectuer un véritable travail de recherche. Cette rigueur le conduit à mettre l’accent sur l’importance de la qualité et de la rigueur du travail ethnographique.

3La partie sur « écrire et co-écrire » laisse à voir la puissance de travail de Mauss et l’importance de la co-écriture dans l’évolution de sa pensée. Pour faire vivre L’année sociologique Mauss rédige plusieurs dizaines de recensions par année, des ouvrages qu’il a au préalable choisis dont l’acquisition est parfois complexe faute de moyens. On lira à ce propos avec intérêt les stratégies développées par Durkheim pour acquérir sans frais un ouvrage. Ce travail de recension, l’observation, les échanges épistolaires avec des collègues, mais surtout la co-écriture avec Hubert, historien de formation, fondent sa pratique, confortent ou font bouger ses positions théoriques et l’aident à construire des grilles d’observation du concret. J.-F. Bert souligne avec justesse l’importance de la collaboration Mauss/Hubert qui se produit « à un moment où sociologie et histoire fixent leurs frontières, obligeant les uns et les autres à énoncer puis à justifier leurs positionnements épistémologiques. » (p.149).

4C’est dans l’exercice de l’enseignement que Mauss donnait toute sa mesure : l’enseignement favorisait la mise en œuvre de sa capacité d’analyse et s’appuyait sur ses formidables connaissances. À l’Ecole pratique, son enseignement est « historique, critique, non comparatif ; à l’Institut d’ethnologie, il est pure description ; au Collège de France, à partir de 1930, il s’agit de mettre en œuvre une histoire comparée des sociétés. » (p.162). Cette partie sur l’enseignement fait le lien entre la pratique de recherche de Mauss et ses lectures. Contrairement à l’exercice du compte rendu, les cours laissent la place à une contextualisation des œuvres, une critique plus approfondie, une mise en perspective par l’évocation de lectures, textes de la tradition grecque ou indienne, données techniques et économiques, comparaisons entre différentes sociétés. S’exprime dans ses cours la démarche comparative adoptée pour faire ressortir les différences (p.184). L’analyse des conditions de réception du Manuel d’ethnographie collationné par Denise Paulme à partir de notes de cours est l’occasion pour l’auteur de montrer toute la richesse de la pensée de Mauss mais aussi la difficulté à la retranscrire en s’appuyant uniquement sur des notes de cours et sans mettre en perspective les évolutions de la pensée. J.-F. Bert insiste sur la nécessité d’une mise en contexte de l’élaboration de la réflexion de Mauss, laquelle ne peut être envisagée s’en appréhender sa volonté de construire une discipline en lien avec diverses méthodes relevant de la préhistoire, anthropologie, technologie, écologie et linguistique.

5Dans la dernière partie de l’ouvrage, consacrée à « chercher et éditer », l’auteur s’intéresse à l’évolution de l’exigence de Mauss, perceptible à travers ses recensions, sur l’importance de la qualité des informations recueillies, exigence qui le conduira à forger la méthode ethnographique. Ce travail d’analyse et de construction d’une méthode replace l’enquête au sein d’un ensemble de production du sens plus vaste, car « l’enquête de terrain n’est qu’un mode parmi d’autres de production de données » (p.215). L’analyse des lectures de Mauss permet enfin de déconstruire l’appareillage théorique sur lequel il bâtit les concepts de civilisation et culture. Ce chapitre détaille longuement le travail éditorial considérable que Mauss effectua pour que l’œuvre de ses amis et collaborateurs fauchés par la Première Guerre Mondiale vit quand même le jour en s’appuyant le plus souvent sur des notes parfois très partielles. Un travail d’une grande abnégation derrière lequel Mauss s’efface et qui représente une part essentielle de son legs.

6L’un des intérêts premiers de cet ouvrage est de montrer comment Mauss a contribué à constituer l’ethnologie en tant que science dans un contexte d’interdisciplinarité lié en grande partie à sa personnalité, sa formation et ses centres d’intérêts. On retiendra son exigence intellectuelle rappelée en conclusion dans une citation : « De temps en temps, le savant doit faire, avec un certain humour, le tour de sa science, et en avouer l’impuissance. […] pour l’avenir de notre science, il faut protester contre toutes ces confusions possibles, confesser que nous savons très peu, et sur le passé et sur le présent. » (p.246). Ainsi, si cet ouvrage a pour vocation de donner des clés d’analyse des modalités de construction de la science, ce qui en émerge est toutefois très personnel. C’est tout d’abord le rôle des relations amicales dans la production de l’œuvre de Mauss : elles ont joué dans les collaborations qu’il a établi mais aussi sur le tour pris par son propre travail lorsqu’il s’attelle à la publication des travaux de ses amis et collègues disparus. Cet ouvrage met ainsi l’accent sur l’altruisme de Mauss, sa profonde générosité et sa grande modestie intellectuelle. Cette mise en perspective de l’œuvre de Mauss souligne également son incroyable force de travail et l’interrelation entre ses différentes activités. Néanmoins, entre ses relations tout à fait particulières avec Durkheim, sa formation, la période historique elle aussi particulière où se déroule l’essentiel de la vie adulte de Mauss comment peut-on extrapoler sur les conditions de création du travail scientifique de façon plus large ce que Jean-François Bert appelle de ses vœux ? Comment rendre compte des particularités de chaque contexte pour en tirer des conclusions générales ?

7L’auteur part du postulat d’une totale étanchéité entre vie personnelle, politique et professionnelle pour décrire les opérations intellectuelles le conduisant à nourrir sa pensée. Si dans la section « penser le concret » les expériences autres que professionnelles sont brièvement évoquées pour expliquer comment Mauss en est venu à mettre en forme sa réflexion sur le fait technique total, est-ce le seul point sur lequel ait existé de façon aussi manifeste une interrelation entre sa vie personnelle et professionnelle ? Certes certains points ont déjà été évoqués dans d’autres ouvrages aussi Jean-François Bert part-il du présupposé que le lecteur est déjà nécessairement informé sur la vie de Mauss. Un travail de contextualisation aurait toutefois donné quelques clés supplémentaires de compréhension pour appréhender l’homme dans son œuvre, les deux étant manifestement inséparables. Cette frustration ne fait toutefois que souligner l’intérêt que l’auteur a su éveiller à travers cet ouvrage foisonnant.

Haut de page

Notes

1  Marcel Fournier, Marcel Mauss, Paris, Fayard, 1994.

2  Nathan Schlanger, « Le fait technique total. La raison pratique et les raisons de la pratique dans l’œuvre de Marcel Mauss », Terrain, 1991, n° 16, pp. 114-130.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Jean-François Bert, L’atelier de Marcel Mauss. Un Anthropologue paradoxal », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 février 2013, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10617

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page