Navigation – Plan du site

Nicolas Journet (dir.), La Morale. Ethique et sciences humaines

Yannick Floquet
La morale
Nicolas Journet (dir.), La morale. Ethique et sciences humaines, Auxerre, Sciences Humaines Editions, coll. « Ouvrages de synthèse », 2012, 270 p., ISBN : 978-2-36106-031-2.
Haut de page

Texte intégral

1« Aujourd’hui, la morale est partout » affirme la quatrième de couverture de cet ouvrage. On peut effectivement le constater tous les jours dans l’actualité : faut-il autoriser le mariage pour tous ? Faut-il taxer les riches à 75% ? Intervenir au Mali, est-ce une guerre juste ? Autant de questions – et bien d’autres encore – que ce livre aborde, parfois directement. Il s’agit en effet d’un ouvrage de synthèse publié par les éditions Sciences Humaines : il rassemble donc des articles et des entretiens tirés du magazine du même nom ainsi que des contributions inédites. Le pari est visiblement d’offrir un panorama de la réflexion actuelle sur le sujet, tout en restant accessible aux non-initiés sur le fond et sur la forme.

2C’est un pari réussi, sur la forme tout d’abord. L’ouvrage est composé d’articles courts (moins de dix pages). De nombreux encarts viennent préciser le vocabulaire, présenter ou approfondir certaines questions. Le livre est divisé en quatre parties thématiques (Aux sources de la morale ; Grandes doctrines ; Débats actuels ; Extension du domaine de l’éthique) et la bibliographie proposée est classée selon cet ordre. Enfin la diversité des intervenants (philosophe, psychologue, sociologue, journaliste scientifique) rend la lecture agréable.

3Le défaut de cette organisation est par contre une certaine répétition. Ainsi un dilemme classique de la pensée morale est décrit. Il consiste à placer une personne devant une alternative : laisser mourir cinq personnes sous un train fou ou les sauver en poussant une autre personne devant le train. Mais ce dilemme est décrit in extenso au moins 3 fois (p 36, p 41 et p 86) !

4Sur le fond, le pari est amplement réussi. Les articles sont tous suffisamment approfondis pour qu’on y trouve son compte, le tout restant compréhensible et même facile de lecture. Surtout la diversité des thèmes abordés donne vraiment l’impression d’un tour d’horizon très complet. Cela nuance d’ailleurs la critique précédente sur la répétition.

5Ainsi le dilemme du train fou est utilisé une première fois pour s’interroger sur le fait de savoir si la morale a une base biologique. En effet selon certains chercheurs le sens du bien et du mal s’inscrit dans notre cerveau sous la forme de dispositions et d’émotions déposées par l’évolution de notre d’espèce. Pour vérifier cela ils soumettent des individus à la réflexion sur ce dilemme tout en observant par imagerie médicale le travail de leur cerveau. Ils en déduisent, « chez l’humain normal l’existence d’une aversion spontanée à faire du mal à autrui. »

6Or le même exemple est réutilisé une seconde fois…pour illustrer la différence entre le déontologisme de Kant et le conséquentialisme de l’utilitarisme ! En effet la théorie de l’impératif catégorique de Kant soutient que toute loi morale doit pouvoir s’appliquer à tous, ce qui exclut qu’un individu soit traité comme un moyen. On ne peut alors sacrifier une personne même pour sauver cinq vies. Par contre l’utilitarisme soutient que les actions bonnes sont celles qui accroissent le bonheur global, ce qui autorise voire même préconise le sacrifice.

7On voit ici l’illustration de la diversité des thèmes abordés. Pour résumer l’essentiel, la première partie se concentre sur la question de savoir d’où vient la morale. Elle se focalise donc sur la question de l’évolution de l’espèce humaine en rendant notamment compte des travaux de Nicolas Baumard ou Frans de Waal. La deuxième partie, plus classique, rend compte des grandes doctrines : utilitarisme, Kant, Aristote, Nietzche… La troisième partie se centre sur les débats actuels. Ainsi un premier débat porte sur les morales : « s’il y en a plusieurs, laquelle choisir ? » (p.129). Il s’agit alors de rendre compte des auteurs qui ont essayé d’articuler universalisme et pluralisme, comme Michael Walzer ou Monique Canto-Sperber, et de ceux qui ont au contraire considéré que ce pluralisme l’emportait sur l’universalisme, comme Isaiah Berlin. Un deuxième débat particulièrement intéressant porte sur le rôle des normes morales dans les relations internationales, domaine traditionnellement vu comme relevant exclusivement du jeu des intérêts et des égoïsmes nationaux. Or on peut montrer sur des exemples concrets selon Ward Thomas que la réalité est plus complexe et que les militaires ont intérêt à respecter certaines normes morales, comme ne pas bombarder des civils (p.189-190). On pourrait citer d’autres exemples de débats tout aussi intéressants tels que la distinction entre morale maximaliste et morale minimaliste faite par Ruwen Ogien, ou l’interrogation sur ce qu’est un consentement. La quatrième partie se nomme extension du domaine de l’éthique et porte sur des sujets tels que le care, la bioéthique, le don d’organe ou l’environnement. Les articles sur le care sont ici à signaler tant le point sur cette notion très actuelle est bienvenu. L’article de Pascale Molinier, qui explique à quel point un temps de « bavardages » entre les aides soignantes est nécessaire pour que s’élabore une éthique du care est particulièrement stimulant.

8Au final l’ouvrage dirigé par Nicolas Journet apporte un tour d’horizon sur la réflexion morale qui donne envie d’approfondir en allant « piocher » dans la bibliographie, ce qui montre bien que le pari de départ est réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Floquet, « Nicolas Journet (dir.), La Morale. Ethique et sciences humaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 février 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10618

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page