Navigation – Plan du site

Sylvie Tissot (dir.), « Centres-villes : modèles, luttes, pratiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 195, 2012

Antonio Delfini
Centres-villes : modèles, luttes, pratiques
Sylvie Tissot (dir.), « Centres-villes : modèles, luttes, pratiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 195, 2012, 125 p., Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-109791-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Politique des espaces urbains. Penser, classer, administrer la pauvreté [1] », Actes de la reche (...)

1Sept ans après la parution de deux importants numéros consacrés à la gestion de la pauvreté et à sa spatialisation par l'intermédiaire de catégories telles que le « ghetto » ou le « quartier sensible »1, on peut lire le dossier de ce numéro 195 des Actes de la recherche en sciences sociales comme un complément nécessaire pour appréhender les mutations urbaines et sociales des principales métropoles occidentales. Ce dossier fait en effet apparaître une autre construction : celle du centre-ville comme « modèle de vie urbaine », par opposition à l'anti-modèle que serait la banlieue. Ces trois numéros s'inscrivent donc dans une même perspective qui postule que les processus qui modèlent ces deux formes de quartier et les constructions sociales – notamment médiatiques – qui leurs sont adossées sont inextricablement liés et méritent la même attention de la part des chercheurs en sciences sociales.

  • 2  Ces quartiers voient également revenir des investissements économiques qui les avaient délaissé à (...)

2Dans son introduction, Sylvie Tissot rappelle qu'aujourd'hui, un paradigme domine l'analyse des transformations des centres-villes : celui de la gentrification. Il se définit comme un processus global qui voit se transformer socialement (la population), physiquement (le bâti) et symboliquement (l'image) des quartiers centraux anciennement populaires2. Derrière cette notion homogénéisante, ce numéro donne à voir des situations différenciées. Semblables dans leurs finalités, les transformations de ces quartiers peuvent prendre des diverses formes. « Historique », « mixte », « gay-friendly », « européen », etc., il existe plusieurs façons de faire « (re)naitre » un quartier de centre-ville. Pour Sylvie Tissot, l'adoption de ces différents modèles est le résultat de mobilisations sociales, de luttes, parfois symboliques, parfois concrètes, en tous cas contradictoires entre certaines franges de la population et les élites politiques, économiques et sociales en vue de produire une représentation légitime du quartier et de son avenir. Ces luttes aboutissent finalement à une transformation progressive des pratiques urbaines. Rénovation des intérieurs, occupation de l'espace public et stratégies scolaires, pour ne citer qu'elles, participent d'un ensemble de pratiques qui construisent les usages légitimes du quartier.

3Le premier article d'Anaïs Collet sur le quartier du Bas Montreuil met en évidence le « travail de gentrification » à la fois symbolique, matériel et social entrepris par les nouvelles classes moyennes pour combler « l'écart entre l'espace auquel [elles] aspirent et l'espace auquel [elles] sont assignées par leur position sur le marché immobilier ». Grâce à la mobilisation d'entretiens, de données statistiques et de photographies, l'auteure montre comment les « gentrifieurs » tentent de gommer le caractère « banlieusard » de leur quartier pour lui substituer celui de quartier ancien de centre-ville associé au mythe urbain du « quartier-village ». Ici l'accent est mis sur les facteurs matériels et symboliques réunis dans la figure du loft réhabilité. La gentrification est alors définie comme le résultat « d'un faisceau d'initiatives privées, non intentionnelles et non concertées, par lesquelles des habitants visent non pas à transformer la face du quartier, mais à ajuster leur environnement immédiat à leur goûts et à leurs attentes. »

4L'enquête de Colin Giraud permet de mettre en question le modèle du « quartier gay », appréhendé médiatiquement comme un « ghetto » ou un quartier « communautaire ». Si les quartiers du Marais et du Village, respectivement à Paris et Montréal, ont effectivement connu des transformations importantes dues à l'arrivée de personnes homosexuelles et à l'implantation de commerces qui leurs sont spécifiquement destinés, ce modèle du « quartier gay » doit tout autant à la « construction sociale d'une image du centre-ville mobilisant les gays ». Pour l'auteur, les transformations de ces deux quartiers s'apparentent davantage à une forme particulière de gentrification qu'à un processus nouveau de transformation du centre-ville propre à l'installation d'une population gay. D'où le choix du néologisme « gaytrification ». Ce travail met en évidence que derrière la catégorie totalisante de « quartier gay », se cache en réalité une pluralité d'expériences homosexuelles au sein du quartier. Qu'il soit refuge, aboutissement d'une trajectoire sociale, simple lieu de passage ou tremplin biographique, le quartier gay n'est pas un espace homogène et la seule « variable homosexuelle » ne saurait expliquer l'ensemble de ses évolutions.

5L'article de Jean-Yves Authier et Sonia Lehman-Frish examine le rôle des enfants dans la gentrification des centres-villes avec une question centrale : les enfants pratiquent-ils davantage la mixité sociale que leurs parents ? En s'appuyant sur les résultats d'une enquête menée dans deux écoles de Paris et San Francisco, les auteurs répondent positivement.

6L'article de Sylvain Laurens, Francis Marchan et Mathieu Van Criekingen aborde la question de la transformation des centres-villes avec une approche originale. La genèse de la construction du « quartier européen » de Bruxelles est ici appréhendée via l'histoire urbaine et la sociologie des agents sociaux qui ont contribué à le produire. L'émergence de ce quartier tertiaire, construit autour des trois principaux bâtiments que sont la Commission, le Conseil est le Parlement européens, se trouve à la croisée de trois histoires : celle des stratégies immobilières des institutions européennes, celle des logiques économiques qui guident les promoteurs locaux et l'État belge, enfin celle des entrepreneurs qui participent à la production d'une offre commerciale adaptée aux « expats de passage ». Sans pour autant délaisser les agents sociaux, leurs mobilisations et leurs stratégies résidentielles, cet article permet de rendre compte de façon précise du poids des facteurs économiques et politiques dans la production de cette « enclave européenne ».

7En analysant l'émeute du 30 juillet 1955 dans le quartier parisien de la Goutte d'or, l'article d'Emmanuel Blanchard relève des similarités avec les révoltes de novembre 2005 en France : déroulement de l'émeute, contexte dans lequel elle prend place et modes d'action des émeutiers. Cet « air de parenté » entre les deux évènements lui permet d'opérer un double décentrement spatial et temporel. D'un côté, l'auteur réaffirme que les configurations spatiales des quartiers et villes populaires de banlieue, souvent décriées comme intrinsèquement pathogènes, ne sont pas les ressorts premiers, ni même centraux, du déclenchement  de ces émeutes. De l'autre, il invite à élargir le cadre historique dans lequel ces actions collectives violentes sont généralement replacées. En somme : l'histoire des émeutes des classes populaires françaises « racisées » commence-t-elle vraiment à Vénissieux en 1981 ? Ce double décentrement permet notamment de dessiner une perspective de recherche stimulante. Car si les continuités coloniales dans les pratiques des institutions du maintien de l'ordre représentent un champ de recherche désormais conséquent, une analyse « post-coloniale » des répertoires d'action des émeutiers des années 1950 à nos jours reste encore à faire.

8Enfin, le dernier article prend la forme d'une note critique de Fabrice Ripoll à propos du livre The spatial Logic of Social Struggle. A Bourdieuian Topology, de Nikolaus Fogle. L'ouvrage du philosophe anglais est d'emblée présenté comme « une occasion manquée » : celle de combler l'absence de travaux de synthèse des aspects spatiaux (au sens géographique et physique) de la pensée de Pierre Bourdieu. Entre discussions théoriques et critiques méthodologiques, cette note de lecture tente de remédier partiellement à ce manque et prend donc la forme d'une stimulante réflexion programmatique sur les différentes dimensions de l'espace dans la pensée de Pierre Bourdieu.

9Bien que l'ambition ne soit pas clairement explicitée dans l'introduction du dossier, chacun de ces articles met l'accent sur une variable précise dans la transformation du quartier. Les rapports de générations dans l'étude des sociabilités enfantine dans des quartiers gentrifiés, la sexualité dans les quartiers gays, la racialisation des classes populaires dans l'étude de l'émeute de la Goutte d'Or, ou enfin des mécanismes immobiliers et le repli communautaire des classes dominantes à Bruxelles.

  • 3  Au premier rang desquels le médiatique Richard Florida et sa théorie de la « classe créative »

10Cependant, et il est important de le rappeler comme le fait Sylvie Tissot dans son introduction (p.10), au delà de la diversité de ces transformations des centres, « ce que l'on voit se « globaliser », c'est bien ce modèle du centre-ville » qui s'impose « sous l'effet de catégories transnationales importées et exportées par des entrepreneurs de la réforme urbaine. »3 Catégories qui ont pour principal – quand ce n'est pas pour seul – objectif de développer « l'attractivité » des centres. Ou, en d'autres termes, de rendre le quartier propice au réinvestissement par de nouveaux secteurs de l'économie.

Haut de page

Notes

1  « Politique des espaces urbains. Penser, classer, administrer la pauvreté [1] », Actes de la recherche en sciences sociales, n°159, 2005 et « Figures du ghetto. Penser, classer, administrer la pauvreté [2] », Actes de la recherche en sciences sociales, n°160, 2005

2  Ces quartiers voient également revenir des investissements économiques qui les avaient délaissé à une période entraînant leur lot de désindustrialisation et de chômage de masse. Tertiarisation, commerce, tourisme : le tissu économique se reconfigure et intensifie l'arrivée de nouvelles populations au capital économique et culturel plus élevés

3  Au premier rang desquels le médiatique Richard Florida et sa théorie de la « classe créative »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Delfini, « Sylvie Tissot (dir.), « Centres-villes : modèles, luttes, pratiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 195, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 février 2013, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10619

Haut de page

Rédacteur

Antonio Delfini

Doctorant – CLERSE – Université de Lille 1

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page