Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2010Travailler le social

Travailler le social

Igor Martinache
Travailler le social
« Travailler le social », Les Mondes du Travail, n° 8, 2010, 138 p..
Haut de page

Texte intégral

1Alors que, malgré les initiatives du Parti socialiste, le concept de « care » peine à franchir les frontières de la sphère académique, ce numéro des Mondes du Travail apporte d'utiles éclairages sur les modalités concrètes du « travail sur autrui » et ses évolutions récentes. Il ne faut bien sûr pas confondre les activités que l'on recouvre sous l'appellation des « services à la personne » et celles que recouvre le label du travail social, il n'empêche, à y regarder de plus près et faire fi des conventions socialement construites, les similitudes, et notamment les contradictions communes qui les traversent, sont plus nombreuses qu'il n'y paraît. Les deux se caractérisent en effet tout d'abord par leurs effectifs en plein essor, en même temps que des frontières particulièrement floues, caractéristiques d'une professionnalisation problématique. Pour en rester aux seuls travailleurs sociaux, les coordinateurs du dossier, Nathalie Frigul et Pascal Deporter, rappellent ainsi dans leur article introductif que ceux-ci ont vu leur nombre croître de 6% par an dans les années 1990 pour atteindre 600 000 salariés en 2000, intervenant dans quatre domaines traditionnellement distingués : aide sociale, éducation spécialisé, animation et accueil à domicile. Un « succès » qui renvoie en réalité à des évolutions sociales plus générales : hausse de la précarité de l'emploi et du travail - qui est du reste loin d'épargner les travailleurs - et surtout les travailleuses sociales- eux-mêmes...-, et plus globalement « montée des incertitudes » 1, mais aussi redéfinition des formes d'intervention publiques avec l'essor de « nouvelles formes d'encadrement des classes populaires » et en particulier une « managérialisation » de celles-ci au sein des politiques de « modernisation ». Le développement de ces normes gestionnaires - processus que Michel Chauvière, référence récurrente des auteurs de ce dossier, analyse bien dans ces travaux en le qualifiant de « chalandisation du social » 2- est source de contradictions croissantes pour les travailleurs sociaux, ainsi qu'en rendent bien compte les différents articles réunis dans ce dossier.

  • 3 Le savant et le politique, 1919, disponible en ligne sur le site des classiques en sciences sociale (...)
  • 4 Sur les ambivalences de cette contractualisation individualisée et les manières dont elle est vécue (...)

2Christophe Guibert montre ainsi comment les conventions d'objectifs et de gestion (Cog) instituées en 1996 par les ordonnances Juppé, contrats de « performance » quadriannuels entre la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) et l'État influent lourdement sur le travail quotidien des agents d'une caisse du Sud de la France et instaurent chez eux un véritable malaise tant les objectifs chiffrés et primes afférentes, mais aussi les modalités de contrôle qu'ils imposent dans une logique de suspicion systématique à l'égard de certaines catégories, viennent heurter leurs habitus et visions du monde, même s'ils mettent en œuvre des « stratégies d'adaptation secondaires » comme les a décrites Goffman. Le même tiraillement entre « éthique de conviction » et « éthique de responsabilité », pour reprendre les catégories de Max Weber 3 se retrouve chez les conseillers à l'emploi étudiés par Linda Lavitry, et dont le métier a également été profondément redéfini à partir de 2005 avec la mise en place d'une « personnalisation » - l'auteure préfère parler d' « individualisation »- du suivi - désormais mensualisé-, paradoxalement - du moins en apparence- concomitant du déploiement de nouveaux outils de gestion facteurs d'homogénéisation des pratiques 4. Une tendance bien entendu renforcée par la fusion de l'ANPE et de l'UNEDIC dans le Pôle Emploi en 2008.

3Ce n'est donc qu'en apparence que l'individualisation du suivi social s'opposerait à sa « chalandisation ». Au contraire, les deux phénomènes vont bien de pair ainsi que l'explique Isabelle Astier dans sa contribution. Celle-ci analyse en effet le renversement de la dette sociale qui s'est opérée au cours des trois dernières décennies, avec le passage d'une logique d'insertion à une logique d'« activation ». La substitution du RMA puis du RSA au RMI a ainsi entériné l' « institutionnalisation du précariat », considérant qu'un « sous-statut » d'emploi et un « sous-travail » doivent être préférés au chômage et oubliant de ce fait que « tout travail, pour être digne de ce nom, doit remplir deux exigences : être utile socialement et être facteur de réalisation de celui qui l'exerce » (p.53). Parallèlement, le travail social laisse la place à l'intervention sociale, qui accorde un primat à l' « accompagnement » au détriment de l'horizon éducatif qui caractérisait le premier. « Nous ne sommes plus ici dans une relation d'aide classique, mais plutôt dans une « aide à la relation » » (p.55), explique-t-elle ainsi après d'autres auteurs, avec une injonction nouvelle faite aux personnes aidées de dérouler leur biographie. Ainsi, la volonté de ne plus être considéré comme une personne interchangeable s'adjoint de façon problématique d'un contrôle social plus intime encore, et évacuant tout objectif égalitaire.

4Étudiant le rapport des travailleurs sociaux aux pratiques artistiques durant leur « temps libre », Gérard Creux montre pour sa part que celles-ci jouent un rôle essentiel en leur permettant de résister à sa rationalisation. Elles permettent en effet à ces derniers d' « oublier » ce processus en cours en leur permettant de « ré-enchanter le travail social ». Ainsi que le suggèrent son enquête, ces pratiques hors travail influent en effet le contenu de ce dernier en incitant les travailleurs sociaux concernés à réduire les distances avec les « usagers » et à réintroduire dans les rapports avec ces derniers un partage des émotions qui n'est formellement pas autorisé. Francis Lebon analyse pour sa part les statuts d'emploi dans l'animation, et montre que si la précarité y est la norme, celle§ci revêt cependant un sens très différent selon les ressources statutaires dont les salariés concernés disposent par ailleurs. Les employeurs « disposent généralement d'une masse d'occasionnels (étudiants, stagiaires, etc.) et d'une réserve de précaires dans laquelle ils puisent leurs futurs titulaires, ce qui revient à assurer la mobilisation au travail et à organiser une concurrence entre animateurs » (p.84). Claude Thiaudière complète enfin le panorama en analysant la manière dont sont progressivement institutionnalisés les « services à la personne ». S'intégrant dans une tendance plus générale au redéploiement de l'action publique qui se caractérise moins par un désengagement unilatéral de l'État que par son retrait progressif en tant qu'opérateur économique direct au profit d'un recentrage dans ses fonctions régaliennes, ce processus se traduit d'une part par une déprofessionnalisation et une spécialisation du travail social traditionnel tandis que le développement des « services à la personne » de même que l'insertion par l'activité économique représentent un espace ambigu de reclassement professionnel ou de professionnalisation pour des acteurs dépourvus de qualification, mais au prix d'une valorisation de « compétences » associées à une logique gestionnaire.

  • 5 On se rappelle par exemple les "événements" survenus au début de l'année en Calabre. Voir "En Itali (...)

5A lire également dans ce numéro un bref essai de Jean Copans où l'ethnologue invite à rompre avec un certain ethnocentrisme méthodologique prégnant lorsqu'il s'agit d'analyser la "mondialisation" dans sa phase actuelle et ses conséquences dans les pays du "Sud" ainsi qu'un entretien édifiant avec deux "paysans", Patrick Herman et Nicolas Duntze sur la surexploitation de travailleurs étrangers qui structure actuellement la production de fruits et légumes en Europe - y compris dans le Sud de la France. Un phénomène aussi crucial que peu médiatisé, faute pour les journalistes de restituer le contexte des violences qui se déchaînent périodiquement et localement à l'encontre de ces esclaves modernes 5.

Haut de page

Notes

1 Voir Robert Castel, La montée des incertitudes, Seuil, 2009

2 Trop de gestion tue le social, Paris, La Découverte, 2007

3 Le savant et le politique, 1919, disponible en ligne sur le site des classiques en sciences socialesde l'Université de Chicoutimi

4 Sur les ambivalences de cette contractualisation individualisée et les manières dont elle est vécue par les "bénéficiaires" dans le cas des allocataires du défunt RMI, voir notamment Nicolas Duvoux, L'autonomie des assistés, Paris, PUF, 2009

5 On se rappelle par exemple les "événements" survenus au début de l'année en Calabre. Voir "En Italie la chasse aux immigrés de Rosarno", L'Humanité, 11 janvier 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Travailler le social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 juillet 2010, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1063 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.1063

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search