Navigation – Plan du site

Manouk Borzakian (dir.), « Les espaces ludiques », Géographie et cultures, n° 82, 2012

Emmanuelle Savignac
Les espaces ludiques
Manouk Borzakian (dir.), « Les espaces ludiques », Géographie et cultures, n° 82, 2012, 144 p., L'Harmattan, ISBN : 978-2-336-00446-4.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue Géographie et cultures, dirigé par Manouk Borzakian, sept articles proposent une analyse des espaces - culturels, imaginaires, institutionnels... - du jeu.

2L’originalité du projet est d’aborder par la donnée spatiale et les différentes échelles qu’elle permet, des univers ludiques extrêmement diversifiés : des jeux de hasard, souvent jeux d’argent, aux jeux de compétition tels les tournois d’échecs, la pétanque ou encore les combats de coqs ; des jeux de plage comme le surf ou la planche à voile aux jeux vidéos.

3Les articles sélectionnés pour l’ouvrage présentent une même ambition : celle d’une lecture multidimensionnelle du jeu. Loin de se focaliser sur une seule topographie du jeu, des joueurs et des lieux de la pratique, les recherches convoquées interrogent les pratiques culturelles, les places sociales, les réseaux de l’économie et des diasporas, les cristallisations institutionnelles et leurs conséquences mais aussi les dimensions symboliques voire métaphysiques investies via son exécution ou ses modes d’organisation.

4De fait, le prisme d’appréhension du jeu s’avère particulièrement riche, les jeux de hasard pouvant ainsi être envisagés depuis un corpus littéraire (N. Leclerc) comme à travers l’étude par observation participante et entretiens de la borlette (loterie) haïtienne (M. Redon), ceci aboutissant à l’investigation d’imaginaires (de la révélation existentielle à la géomancie), de populations (aires géographiques comme classes) et de pratiques culturelles comme économiques (en vivre, (s’) y jouer). Les jeux de plages, eux, surf et planche à voile, deviennent supports pour l’analyse historique du dialogue entre littoral et pratique ludique (D. Jallat) mais aussi de la mondialisation de la pratique et des seuils spatiaux et symboliques qui sont alors posés par les groupes culturels la rencontrant comme par exemple en Chine (V. Coëffé, C. Guibert, B. Taunay).

5Outre les catégories de jeu et les questions qu’elles permettent de croiser, les processus d’institutionnalisation et leurs effets sont également doublement interrogés, de l’organisation des tournois d’échec (M. Borzakian) à la patrimonialisation du jeu vidéo (H. Ter Minassian). La légitimation des pratiques ludiques permise par leur institutionnalisation met en lumière les jeux d’acteurs (joueurs, industries, fédérations...) qui établissent ainsi socialement leurs pratiques culturelles. Elle permet d’observer aussi l’instauration ou la restauration de classes sociales (si l’on inclut les franco-tamouls de Pondichéry dans leur pratique de la pétanque – S. Ruffié, S. Férez, A. Marcellini). Le paysage dressé devient alors celui des modifications impulsées par l’embodiment institutionnel comme des classes de joueurs parties-prenantes (insiders et outsiders), ces derniers ne bénéficiant pas toujours des mêmes marges d’action : si les élites du jeu d’échecs disposent d’espaces de liberté (de circulation comme de contestation) plus étendus, tel n’est pas le cas pour la pétanque pondichérienne, où les joueurs initiaux l’ayant importée et relayée des pratiques coloniales sont aujourd’hui challengés par de nouveaux arrivants de classes plus populaires. Les espaces de l’observation se montrent parfois quasi déterminants pour l’observation des dynamiques de hiérarchisation sociale y ayant cours. On peut ainsi observer que les élites se maintiennent dans un contexte d’analyse du jeu en soi élitiste : les tournois d’échecs « open » qui rassemblent des centaines de joueurs et démarquent les amateurs des professionnels. L’article appelle par conséquent d’autres questions sur la part inductive du jeu, des principes qui l’agissent et les caractéristiques sociales des joueurs : en irait-il de même dans un club de quartier ? A contrario, l’analyse de la pétanque observée depuis les clubs et les tournois locaux de Pondichéry montre l’annihilation des bénéfices sociaux de joueurs de castes initialement peu valorisées ayant acquis la nationalité française en 1962. L’entrée en jeu des joueurs indiens, issus des castes les plus pauvres de Pondichéry, dégrade socialement la pratique.

6Un autre axe d’approche des espaces du jeu qui traverse l’ouvrage est celui de la réinterprétation des pratiques ludiques par le colonisé (la pétanque à Pondichéry) ou par les pratiquants eux-mêmes à travers l’exemple du surf en Chine. Sont ici étudiées les transformations du jeu par sa circulation mais aussi dans l’histoire. On observe les résistances aux corrélats et aux transformations des pratiques ludiques : s’il y a réticence à l’évolution de la pétanque en jeu d’argent pour les franco-tamouls de Pondichéry, la résistance à la pratique de la plage pour les chinois ne réside pas dans de potentielles transformations mais se fixe sur des corolaires tels que le hâle, socialement déprécié en Chine du sud puisque marqueur social de la paysannerie. Ici se jouent des jeux de recyclage, sélection et déformation selon les aires culturelles mais également des rapports sociaux de classe.

7Si l’on peut regretter que leur nature de jeu soit inégalement discutée ou définie pour les objets étudiés dans les différents articles (par exemple l’acception « jeu de plage » agira comme postulat alors que les caractéristiques du jeu seront définies rigoureusement pour organiser l’analyse du corpus littéraire), il n’en demeure pas moins que la lecture par l’espace des jeux étudiés est à chaque fois richement opérée et présente finement les modalités complexes d’intrication entre territoires et organisation sociale, économique, symbolique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Savignac, « Manouk Borzakian (dir.), « Les espaces ludiques », Géographie et cultures, n° 82, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 février 2013, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10632

Haut de page

Rédacteur

Emmanuelle Savignac

Mcf Université Paris 3 Sorbonne nouvelle, CERLIS

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page