Navigation – Plan du site

Julien Chuzeville, Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste

Igor Martinache
Fernand Loriot
Julien Chuzeville, Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, L'Harmattan, coll. « Historiques », 2012, 244 p., ISBN : 978-2-336-00119-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Norbert Elias, Mozart. Sociologie d'un génie, Paris, Seuil, 1991.
  • 2  Pierre Bourdieu, Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.
  • 3  Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découv (...)
  • 4  Gérard Noiriel, Chocolat clown nègre. L'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène franç (...)

1À première vue, une biographie historique semble autant avoir sa place dans la bibliothèque d'un-e sociologue qu'un filet de rumsteck dans le garde-manger d'un-e végétarien-ne. Et pourtant, dès lors que l'on s'applique à ne pas isoler l'individu concerné du contexte socio-historique dans lequel il a évolué, l'analyse attentive de sa trajectoire biographique peut au contraire constituer un révélateur particulièrement fécond dudit contexte, et en particulier du fonctionnement du champ social au sein duquel le « biographié » s'est distingué. Les ouvrages consacrés par Norbert Elias à Mozart1 ou par Pierre Bourdieu à Flaubert2, ou encore plus récemment par Bernard Lahire à Kafka3 ou par Gérard Noiriel à Rafael, l’interprète du clown « Chocolat »4, ont parmi d'autres démontré toute la fécondité d'un tel exercice. Le dernier cité, de par le relatif oubli collectif dans lequel est tombé son sujet, montre également que de tels travaux renseignent en réalité autant sur l'époque contemporaine que celle où s'est déployée l'existence de leurs sujets.

  • 5  Voir Elsa Fayner, « Le PCF abandonne un peu plus faucille et marteau », Rue 89, 8 février 2013 : h (...)
  • 6  Voir notamment Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses (...)

2Il n'est ainsi pas anodin de voir paraître cette biographie de Fernand Loriot, l'un des principaux fondateurs du Parti communiste français au moment même où les dirigeants de l'organisation décident d'évacuer les emblèmes de la faucille et du marteau de leurs cartes d'adhérents5. Des symboles qui trônent justement en couverture de l'ouvrage de Julien Chuzeville. En croisant diverses archives institutionnelles, celui-ci se propose donc de reconstituer la trajectoire indissociablement personnelle et politique de ce militant particulier. Et ce faisant, il donne ainsi simultanément à voir une bonne illustration de la « remise de soi » vis-à-vis de l'organisation dont faisaient ‑ et font encore ‑ preuve certains militants communistes, non sans l'« assistance » de certains dispositifs6, mais aussi le contexte social et politique dans lequel s'est institutionnalisé le mouvement socialiste à l'aube du siècle précédent.

  • 7  Il était alors courant d'utiliser son deuxième prénom comme nom d'usage ainsi que le rappelle l'au (...)
  • 8  Voir notamment Howard Becker, « Sur le concept d’engagement », SociologieS [En ligne], 22 octobre (...)

3Comme un fait exprès, Isidore Fernand Loriot7 est en effet né en 1870, période charnière s'il en est dans l'histoire de l'Europe occidentale. L'auteur ne donne que peu de détails sur sa socialisation primaire et l'on apprend surtout qu'après une éducation autodidacte, celui-ci devient instituteur à 30 ans, « vocation » qu'il embrasse en même temps que le militantisme socialiste. Entré au Parti socialiste français de Jaurès et Allemane, il vit avant l'heure l'unification du mouvement socialiste un an avant la création de la SFIO en avril 1905, en revenant à Puteaux, la ville de son enfance. Loriot s'engage à la même période dans le syndicalisme, au sein de la Fédération nationale des syndicats d'instituteurs (FNSI), elle-même membre de la CGT, ainsi que dans la Franc-maçonnerie, dans une loge consacrée à l'« éducation coopérative » au Grand-Orient de France. Une manière de rappeler combien il est finalement difficile de dissocier les différentes formes d'engagement, militants et professionnels en tête8.

  • 9  Même si son activité maçonnique est largement laissée de côté, faute sans doute d'archives permett (...)

4Julien Chuzeville retrace ainsi la manière dont Loriot articule ses multiples militantismes9 ‑ mais aussi son métier ‑ car celui-ci le contraint tant dans ses disponibilités pour assister à certaines réunions, que dans ses possibilités d'expression, et se spécialise assez rapidement dans la mobilisation contre la guerre et pour le rapprochement international des prolétaires, au sein notamment du Comité pour la reprise des relations internationales (CRRI), qui succède en 1916 au Comité d'action internationale.

5Une position pacifiste dite « Zimmerwaldienne » ‑ du nom du village suisse qui accueillit une réunion socialiste pacifiste et internationaliste en septembre 1915 ‑ qu'il tiendra opiniâtrement, n'hésitant pas à s'opposer ouvertement à la participation de certains socialistes à un gouvernement belliciste. La révolution russe va de nouveau diviser les différents courants du mouvement socialiste et Loriot va être l'un des meneurs du courant favorable à l'adhésion à la IIIe Internationale lancée par Moscou, au sein du C3I (Comité pour la Troisième Internationale) ‑ lui-même largement dérivé du CRRI. Mis en minorité, Loriot ne va pas pour autant cesser de défendre ses positions initiales aux côtés d'autres militants, dont Boris Souvarine. Arrêtés pour leurs activités militantes et incarcérés à la prison de la Santé, les deux hommes ne pourront participer au Congrès de Tours en décembre 1920 mais en sont nommés présidents d'honneur, et surtout voient leur motion emporter la majorité des suffrages, et ainsi donner naissance à la Section française de l'Internationale Communiste (SFIC) et donc la scission qui voit la minorité conserver le nom de l'ancienne SFIO.

6Cette victoire par contumace en quelque sorte est cependant un trompe-l’œil, car les deux hommes vont rapidement se retrouver de nouveau en minorité. Face à la « stalinisation », Loriot va en effet se ranger du côté des oppositionnels qui revendiquent une démocratie interne passant notamment par un « centralisme démocratique » au sein duquel le Parti français choisirait lui-même ses dirigeants plutôt que de se les voir imposer depuis Moscou, ainsi que par la tenue de débats contradictoires avant les votes. On sait ce qu'il adviendra de ceux qui seront ainsi étiquetés comme « droitiers »...

  • 10  Le « désengagement » étant aussi sans doute plus souvent processuel que brutal car il implique la (...)
  • 11  Phénomène souvent occulté et pourtant aussi essentiel que son « envers » de l'engagement initial. (...)
  • 12  Voir Howard Becker, art.cit.
  • 13  Voir notamment les analyses de Jacques Ion, La Fin des militants ?, Paris, L'Atelier, 1997.

7Rompant avec la direction du Parti, Loriot va cependant un temps animer une opposition de l'intérieur avant de quitter l'organisation en 1926. Peu de renseignements sont donnés sur les raisons qui font intervenir cette rupture à ce moment-là précisément, ces moments de bifurcations étant particulièrement féconds à analyser dans les trajectoires militantes10. Il ne s'agit pas pour autant d'un véritable désengagement11 pour Loriot, qui va continuer son militantisme au sein de divers groupements, notamment éditoriaux, comme la revue Contre le courant, qui fédère une partie de l'opposition communiste à l'URSS et dont il contribue à la création en 1927. Loriot va également lutter pour la réunification syndicale, en restant adhérent à la fois de la CGTU et de la CGT ‑ un point qui n'est pas anecdotique tant il semble illustrer le souci de cohérence, à la fois entre ses discours et ses actes et vis-à-vis de ses positions initiales, qui semble caractériser Loriot jusqu'à sa mort, en 1932. Si l'on se fie au récit soigneusement documenté de Julien Chuzeville, Fernand Loriot incarnait en cela une figure pratiquement idéal-typique de l'engagement12. Un « engagement total » qui, selon certains analystes, laisserait la place à un militantisme plus « distancier »13. La trajectoire de Loriot invite néanmoins à nuancer une telle opposition : d'une part, en rappelant que le pluri-engagement et les changements d'organisation sont loin d'être nouveaux, mais aussi et surtout parce que ces derniers ne sont pas exclusifs d'une grande fidélité à ses positions initiales. Et qu'inversement, l'adhésion continue et exclusive à une même organisation militante n'empêche pas nécessairement un certain opportunisme...

Haut de page

Notes

1  Norbert Elias, Mozart. Sociologie d'un génie, Paris, Seuil, 1991.

2  Pierre Bourdieu, Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

3  Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010 : http://lectures.revues.org/6153.

4  Gérard Noiriel, Chocolat clown nègre. L'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française, Paris, Bayard, 2012 : http://lectures.revues.org/8074.

5  Voir Elsa Fayner, « Le PCF abandonne un peu plus faucille et marteau », Rue 89, 8 février 2013 : http://www.rue89.com/2013/02/08/le-pcf-abandonne-un-peu-plus-faucille-et-marteau-239429.

6  Voir notamment Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989 et Claude Pennetier et Bernard Pudal, « For intérieur et remise de soi dans l’autobiographie communiste d’institution (1931-1939) : l’étude du cas Paul Esnault » in Le for intérieur, Paris, PUF, 1995.

7  Il était alors courant d'utiliser son deuxième prénom comme nom d'usage ainsi que le rappelle l'auteur.

8  Voir notamment Howard Becker, « Sur le concept d’engagement », SociologieS [En ligne], 22 octobre 2006 : http://sociologies.revues.org/642 ‑ auteur dont le concept de « carrière » qu'il a forgé au départ pour rendre compte de l'entrée et du maintien dans certaines pratiques étiquetées comme déviantes (voir Outsiders, Paris, Métailié, 1985 [1963]) a été justement abondamment repris par les sociologues des mobilisations et de l'engagement. Il n'est d'ailleurs sans doute pas fortuit que Becker ait également beaucoup travaillé lui-même sur les enseignants !

9  Même si son activité maçonnique est largement laissée de côté, faute sans doute d'archives permettant d'en rendre compte...

10  Le « désengagement » étant aussi sans doute plus souvent processuel que brutal car il implique la remise en cause de tout ce que la socialisation au sein d'une organisation a pu apporter sur le plan « identitaire » et affectif. Voir par exemple comment Rémi Lefebvre rendait compte du fait que les militants de la gauche du Parti Socialiste restaient adhérents de l'organisation en dépit de leurs désaccords profonds : « Militer au PS pour le transformer. L’engagement à la ''gauche'' du PS » in Bertrand Geay, Laurent Willemez (dir.), Pour une gauche de gauche, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2008 : http://lectures.revues.org/635.

11  Phénomène souvent occulté et pourtant aussi essentiel que son « envers » de l'engagement initial. Voir notamment Olivier Fillieule (dir.), Le Désengagement militant, Paris, Belin, 2005

12  Voir Howard Becker, art.cit.

13  Voir notamment les analyses de Jacques Ion, La Fin des militants ?, Paris, L'Atelier, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Julien Chuzeville, Fernand Loriot. Le fondateur oublié du Parti communiste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10665

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page