Navegación – Mapa del sitio

Élisa Chelle, Gouverner les pauvres. Politiques sociales et administration du mérite

David Puaud
Gouverner les pauvres
Elisa Chelle, Gouverner les pauvres. Politiques sociales et administration du mérite, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Res Publica », 2012, 289 p., ISBN : 978-2-7535-2117-9.
Inicio de página

Texto completo

1Comment gouverne-t-on les pauvres aujourd'hui ? Et si l’aide sociale cessait d’être un droit ? C’est autour de ces deux problématiques qu’Élisa Chelle analyse dans cet ouvrage les mécanismes de la lutte contre la pauvreté à travers non pas le point de vue de ceux qui en sont l’objet, mais bien de ceux qui les conçoivent. Cette recherche issue d’un travail de thèse en sciences politiques est construite à partir d’une enquête comparative et qualitative entre la mise en œuvre d’un programme social new-yorkais (Opportunity NYC) et celui relatif à un dispositif français (le Revenu de solidarité active). La comparaison de ces deux dispositifs, ainsi que leurs modes d’appropriation politique permet selon l’auteure d’observer la diffusion d’un nouveau modèle de prise en charge des indigents dans les sociétés occidentales, construit notamment à partir de la technique de la « conditionnalité comportementale ».

2Selon Élisa Chelle, ces deux politiques de luttes contre la pauvreté ont pour point commun d’allier l’économie et la morale, mais également d’être : « un composé de solutions technocratiques, réformistes et libérales qui, loin d’être simplement techniques, répondent d’une orientation politique » (p. 15). Élisa Chelle fait le constat que la question du traitement de l’indigence est une question éminemment politique. Cependant de manière paradoxale, la stratégie de la mise à l’agenda de la lutte contre la pauvreté nécessite un travail conséquent de dépolitisation. En France tout comme à New York, le processus d’élaboration et de diffusion du principe de la « conditionnalité comportementale » a notamment eu pour conséquence principale de dépolitiser la question sociale de la pauvreté, tout en permettant la diffusion universelle d’une solution politique spécifique.

3La diffusion du modèle de la « conditionnalité comportementale » nécessite un travail préalable de légitimation publique des dispositifs. Selon l’auteure, ce processus passe par la « neutralisation de l’arène publique », la dénonciation des initiatives, pensées partisanes de luttes contre la pauvreté. Pour tendre à cet objectif, d’autres procédés peuvent également être mis en place comme l’importation de modèles étrangers, le recours à des données statistiques, expérimentations, travaux d’expertises scientifiques (notamment en psychologie appliquée, économie comportementale). Ce travail politico-médiatique permet au final d’insérer le projet dans le circuit des processus de décision politique.

4Afin de poursuivre ce travail d’ancrage du dispositif, il est nécessaire de mobiliser des territoires. Pour cela, les administrateurs en charge de la mise en œuvre des programmes s’attachent à sélectionner des instances intermédiaires, structures de terrain. Des zones spécifiques sont « ciblées » afin d’expérimenter le dispositif. Des structures « privé-public » s’allient dans un souci de coopération organisationnelle. Selon l’auteure la mise en place de ces nouveaux dispositifs modifie la teneur de l’aide sociale apportée aux indigents. La logique économique coercitive oscillant entre « récompense et sanction » tend à être remplacée par la mise en pratique du modèle de la « conditionnalité comportementale ». L’organisation pratique de ces politiques sociales conditionnelles se déroule à travers deux « machineries distinctes » : la première tend à filtrer les entrants, la seconde vise à suivre « l’accomplissement des conditions par les bénéficiaires » (p. 117). Les mécanismes de la lutte contre la pauvreté basés sur la « conditionnalité comportementale » s’accompagnent de la diffusion d’un ensemble de « savoirs pratiques » liés au processus d’une « autonomie institutionnalisée ». Celle-ci s’apparente à « une forme d’injonction paradoxale censée gouverner les pauvres pour qu’ils se gouvernent eux-mêmes » (p. 147). Ce processus remanie les intentions des bénéficiaires des aides sociales, tout en agissant sur leurs comportements.

  • 1   Le terme nudge peut se traduire littéralement par « pousser quelqu’un du coude », « le conduire à (...)
  • 2   On peut également se référer à une citation d’A. Einstein : « Je n’enseigne rien à mes élèves, j’ (...)
  • 3  M. Agier citant M. Potte-Bonneville poursuit son propos en indiquant : « c’est le merveilleux disp (...)

5Les procédures d’accès aux aides sociales se densifient, la numérisation des données administratives sur les bénéficiaires s’accentue. Ces formes de « pouvoir discret » prolifèrent notamment à travers l’application de la théorie du Nudge1. Ce pouvoir est inspiré des enseignements de l’« économie comportementale », il tend par l’accompagnement social à orienter les conduites, normer l’environnement des bénéficiaires2. Tout en leur conseillant de réaliser telles démarches plutôt que telles autres, les travailleurs sociaux et autres conseillers en insertions sociales « susurrent » aux usagers d’adopter les bonnes attitudes, dispositions et autres « conditions rationnelles ». De par cette technique de gouvernement des intentions, il s’agit véritablement que chaque agent réalise un « monitorage de soi-même », un contrôle réflexif continu, de « soi par soi3 » en s’imposant des règles, une « hygiène » de vie etc. En somme il ne s’agit pas pour l’administration d’imposer des choix, mais d’en rendre certains plus désirables que d’autres.

6Le mécanisme de l’incitation monétaire couplé à la signature d’un contrat permet d’orienter les conduites des agents en les encourageant à adopter certains choix de vie, dans le domaine du travail, mais également de la santé, de la consommation etc. L’objectif de l’« économie comportementale » selon l’auteur est au final de déconnecter les aides sociales du statut de la personne. En effet, en France le RSA a notamment induit le passage d’un revenu social lié à un statut particulier à un revenu de travail lié à une conditionnalité comportementale. Le mouvement s’avère plus intense à New York avec le dispositif « Opportunité NYC » qui à favorisé la disparition complète du statut contre « un secours temporaire local et conditionnel » (p. 171).

7L’« administration du mérite » permet en somme de gouverner les pauvres par la preuve : « avec la théorie du gouvernement par la preuve, un palier est franchi. La démarche se veut unificatrice : entre secteur social, sanitaire et managérial » (p. 249). L’ensemble du mécanisme de la conditionnalité tend à mettre en scène une éthique sociale particulière, qui permet d’opérer une sélection entre des groupes sociaux et ainsi de favoriser un « grand partage » entre les individus pour qui un secours s’avère justifié en fonction de leurs « mérites », les autres relevant d’un « type défectueux d’humanité ».

  • 4   Surtout lorsque l’on perçoit l’impact de la Nudge theory dans la sphère politico-médiatique entre (...)

8Au final, un des intérêts majeurs de cette enquête réside dans la comparaison entre le programme new-yorkais « Opportunity NIC » et le dispositif français du « RSA ». À l’heure de l’accentuation de la marchandisation des dispositifs liés aux « services à la personne » en Europe, on ne peut que conseiller cette étude aux contenus denses et à l’analyse pointilleuse4. Cet ouvrage en sciences politiques ouvre des champs de recherches transdisciplinaires pour l’avenir. En effet, par exemple l’application de la Nudge theory nécessiterait à elle seule la réalisation d’études empiriques auprès des administrations et services sociaux. Mais ce travail encourage également à s’intéresser à tout un panel d’objet de recherche en perpétuel évolution : de la « bio-informatisation » des données sur les usagers, à l’étude et la transformation des discours néologiques gestionnaires dans l’action sociale, jusqu’à la souffrance des travailleurs sociaux induite par ces remaniements managériaux. Il serait également plus que pertinent de porter une attention particulière aux centaines de micro-stratégies de contre-assignation identitaire mise en place par les « pauvres » pour résister à la diffusion de cette « administration du mérite ».

Inicio de página

Notas

1   Le terme nudge peut se traduire littéralement par « pousser quelqu’un du coude », « le conduire à réaliser un acte qu’il n’avait pas forcément prévu au préalable ». Ce concept appliqué aux problèmes de santé publique, de travail social a été notamment élaboré par Richard Thaler et Cass R. Sunstein dans l’ouvrage Nudge. Improving Decisions about Health, Wealth, and Happiness (2008). Voir également à ce sujet l’article : Emilie Frenkiel, « Nudge ou le paternalisme bienveillant », La Vie des idées, 22 octobre 2009, p. 1. http://www.laviedesidees.fr/Nudge-ou-le-paternalisme.html.

2   On peut également se référer à une citation d’A. Einstein : « Je n’enseigne rien à mes élèves, j’essaie seulement de créer des conditions dans lesquelles ils peuvent apprendre ».

3  M. Agier citant M. Potte-Bonneville poursuit son propos en indiquant : « c’est le merveilleux dispositif selon lequel ‘surveiller et punir’ pourrait aussi bien s’appeler se surveiller se punir ». Michel Agier, « Penser le sujet, observer la frontière : le décentrement de l’anthropologie », L’Homme, 2012/3 203-204, p. 61.

4   Surtout lorsque l’on perçoit l’impact de la Nudge theory dans la sphère politico-médiatique entre autres aux États-Unis. E. Frenkiel citant J. Cassidy avance dans son article que B. Obama serait un adepte de la « troisième voie » de Thaler et Sunstein : « au sens où il ne peut pas être considéré comme un keynésien traditionnel, mais plutôt un comportementaliste économique ». D’ailleurs, Obama a promu en janvier 2009 son ancien conseiller informel lors de la campagne présidentielle Cass R. Sunstein, administrateur de l’ « Office of Information and Regulatory Affairs » (op.cit., p. 6)

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

David Puaud, « Élisa Chelle, Gouverner les pauvres. Politiques sociales et administration du mérite », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 12 febrero 2013, consultado el 11 diciembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10677

Inicio de página

Redactor

David Puaud

Doctorant en anthropologie à l’École des Hautes Études en Science Sociales de Paris (Laboratoire d’Anthropologie Urbaine). Il exerce en parallèle depuis 2005 comme éducateur dans un service de prévention spécialisée. À paraître : Le travail social ou l’art de l’ordinaire, éditions Fabert (mars 2013).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página