Navigation – Plan du site

Mohammed Madoui, Entreprises et entrepreneurs en Algérie et dans l'immigration. Essai de sociologie économique

Pierre Prud'homme
Entreprises et entrepreneurs en Algérie et dans l'immigration
Mohamed Madoui, Entreprises et entrepreneurs en Algérie et dans l'immigration. Essai de sociologie économique, Karthala, 2012, 235 p., ISBN : 978-2-8111-0546-4.
Haut de page

Texte intégral

1À partir d'une analyse wébérienne de sociologie compréhensive de l'action, l'auteur cherche à comprendre les motivations et les trajectoires des entrepreneurs algériens, par une recherche comparative entre l'Algérie et la France, en s'intéressant particulièrement aux conditions sociales, économiques et historiques dans lesquelles s'insèrent les entrepreneurs. Cette étude tout aussi empirique que théorique amène à croiser de nombreuses problématiques et un vaste corpus bibliographique longuement discuté, ce qui lui fait mériter son statut d’essai.

2Dans le but d'insérer son étude, synthèse de quinze années de recherches, dans l'ensemble des travaux de la sociologie économique, l'auteur consacre le premier chapitre à une synthèse détaillée et précise des travaux de l'école « substantiviste », prenant leurs racines sous l'égide de Max Weber, Karl Polanyi et Mark Granovetter, un des objectifs de l'ouvrage étant de montrer que les analyses de l'économie néo-classique ne permettent pas de saisir la complexité des parcours et des motifs de ces acteurs. Cet objectif sera d’ailleurs accompli avec brio, dans la mesure où l’auteur montre bien que les stratégies des entrepreneurs sont encastrées à la fois dans des logiques sociales, dans des principes éthiques et religieux, et dans des configurations historiques et politiques complexes.

3Le second chapitre contextualise ensuite l'évolution de la situation des entreprises en Algérie, d'un point de vue macro-économique. L'économie planifiée, administrée par l'État, à travers de grandes entreprises nationales et publiques, est progressivement supplantée, à partir des années 1990, par l'accroissement de l'économie de marché sous la pression des plans d'ajustement structurel imposés par les institutions économiques internationales. Il en ressort une augmentation du nombre des PME privées, couplée d'une informalisation croissante de l'économie. En effet, le retrait progressif de l'État s'accompagne d'une rationalisation du système bancaire, croisée à une rigidification des critères de prêts, ce qui tend, selon les discours d'entrepreneurs rapportés par l'auteur, à accentuer le recours à l'informel. Les relations que les entrepreneurs entretiennent avec le système bancaire en Algérie et en France diffèrent d'ailleurs peu : souvent contourné, car craint, il est délaissé au profit des relations familiales ou claniques qui permettent plus facilement d'obtenir des fonds pour démarrer une entreprise ou monter un projet.

4Les contraintes structurelles imposées par ces mutations économiques nationales font apparaître une nouvelle typologie d'entrepreneurs en fonction de leurs trajectoires de vie ‑ une typologie qui n'a pas prétention, précise l'auteur, à être exhaustive ou à supplanter celles qui lui ont précédé. Ces changements génèrent par ailleurs une rupture générationnelle au sein de l'entreprise pouvant mener à des tensions ou des conflits, entre une génération des « pères » peu instruite, dont la gestion patrimoniale, voire paternaliste, de l'entreprise est largement encastrée dans les réseaux sociaux, familiaux et claniques, et une génération instruite des « fils », qui cherchent à introduire une gestion rationnelle et moderne des ressources économiques et salariales au sein de l'entreprise. L’analyse intergénérationnelle et diachronique montre deux logiques différentes à l’œuvre entre l’Algérie et la France : si l’on tend vers une rationalisation de la direction de l’entreprise en Algérie, les entreprises (TPE) algériennes créées par les deuxièmes générations d’immigrés en France réinvestissent le modèle de gestion paternaliste à travers l’ensemble du réseau de « liens forts » du patron, par opposition aux fameux « liens faibles » de Granovetter. Dans le pays d’accueil des immigrés algériens, la génération des fils conçoit l’entreprise comme une dernière « chance d’insertion » face à un marché du travail verrouillé par des processus de stigmatisations racialisées et ethnicisées. Cette différence, qui produit d’ailleurs des analyses fines sur la condition postcoloniale des immigrés en France, conduit l’auteur à développer tant l’aspect de l’encastrement ethnique de l’économie des immigrés algériens et maghrébins en France, que celui de l’encastrement culturel et religieux de l’économie des entrepreneurs en Algérie.

5À ce sujet, l’auteur produit une relecture critique de Max Weber dans ses rares travaux traduits sur l’islam, et propose son propre dépouillement des textes sacrés (Coran, Hadith) et exégétiques (jurisconsultes musulmans) afin de saisir les injonctions divines et juridiques relatives au travail dans les pays musulmans. L’analyse de la place et du rôle de l’islam dans l’entreprise, à travers la gestion du temps (profane ou sacré) et les conflits de temporalités, les représentations de la richesse juste et légitime, et les logiques de dons contre dons, permet d’esquisser les contours de ce qui constitue l’éthique musulmane de l’entrepreneur algérien. Cette éthique de travail et de vie constitue l’une des principales motivations des acteurs, ce qui montre une fois encore, que les approches de l’économie formaliste, mettant l’accent sur la rationalité des calculs coût-avantage et la maximisation du profit, ne sont pas opérantes, y compris lorsqu’il s’agit de comprendre les comportements économiques de la figure type de l’économie, l’entrepreneur.

  • 1 Une notion utilisée à mainte reprise et qui n’est pas non plus déconstruite.

6On peut toutefois regretter que l’islam ne soit considéré dans cette étude seulement comme une composante de la « culture », sans être historicisé comme a pu l’être, au deuxième chapitre, la situation économique de l’Algérie, ou au quatrième, les rapports entre les immigrés algériens et les « français de souche »1. Bien que l’auteur se défende d’appliquer une « vision culturaliste qui conçoit ou réduit la culture à un simple assemblage de traits culturels » (p. 233), il affirme néanmoins que l’islam « est au fondement de [l]a culture et de [l]a personnalité [de l’entrepreneur algérien] » (p. 91) : il aurait sans doute été intéressant de comparer la mobilisation de l’islam dans l’entreprise entre les différentes générations, étant données les mutations importantes de la place de la religion en Algérie. Néanmoins, cet essai de sociologie économique remplit son ambition de manière efficace, en s'inscrivant dans une approche qualitative et substantiviste faisant désormais école.

Haut de page

Notes

1 Une notion utilisée à mainte reprise et qui n’est pas non plus déconstruite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Prud'homme, « Mohammed Madoui, Entreprises et entrepreneurs en Algérie et dans l'immigration. Essai de sociologie économique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 février 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10686

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page