Navigation – Plan du site

Émilie Potin, Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l'enfance

Francis Lebon
Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l'enfance
Emilie Potin, Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l'enfance, Erès, coll. « Pratiques du champ social », 2012, 218 p., Préface de Catherine Rollet, ISBN : 978-2-7492-3469-4.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue en 2009, cet ouvrage publié dans une maison d’édition spécialisée dans le travail social présente, « du gros plan au portrait », le parcours des 140 000 jeunes qui font chaque année l’objet d’une mesure de placement à l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Après avoir donné le cadre institutionnel et organisationnel de la Protection de l’enfance, l’auteure précise les caractéristiques générales de ces parcours (350 dossiers examinés) avant de mobiliser le matériau qui est au cœur de l’ouvrage : 18 « trajectoires de placement » reconstituées par l’interview de 48 personnes : des professionnels de l’enfance (juges, travailleurs sociaux, etc.), des jeunes et leurs familles (d’origine et d’accueil).

2Afin de protéger les enfants (« abandonnés », « assistés », « maltraités », « en danger », etc.) et de préserver l’ordre social, l’État s’est arrogé le droit d’intervenir dans la sphère familiale après signalement (devenu « information préoccupante » depuis la loi du 5 mars 2007) et enquête sociale, au nom d’un « danger » dont on estime généralement l’origine chez les parents (c’est-à-dire chez la mère). Les enfants placés proviennent souvent de milieux populaires confrontés à d’importantes difficultés économiques, familiales et professionnelles, si bien que l’auteure parle de « familles en danger », des familles dont on évoque d’ailleurs peu la situation de pauvreté alors que paradoxalement les mesures de placement sont elles-mêmes très coûteuses. À part quasi égales, le Conseil général et la Justice sont à présent les deux institutions compétentes pour décider du placement d’un enfant ou de la mise en place d’une intervention éducative en milieu ouvert. Lorsqu’un enfant est placé, l’âge est déterminant : les moins de 12 ans seront souvent orientés dans une famille d’accueil tandis que les plus de 16 ans seront dirigés vers un accueil collectif en foyer. Le parcours du mineur comprend donc trois phases : « la désignation du danger (processus d’étiquetage) ; le déplacement d’un lieu à l’autre et d’un milieu social à l’autre (processus d’apprentissage, d’adaptation et de socialisation) ; l’intégration dans le quotidien du placement (phase de routinisation) » (p. 65).

3Les parcours en protection de l’enfance, très divers, s’inscrivent dans une complexité de configurations familiales et institutionnelles dont il s’agit de rendre compte en présentant différents points de vue. Les adjectifs « placés », « déplacés », « replacés » correspondent à trois idéaux-types de parcours présentés chacun à partir de trois récits (p. 90). Les enfants « placés » avant l’âge de 10 ans connaissent un placement long et continu (plus de 10 ans) qui permet la construction d’une « parenté d’accueil », à côté de la parenté d’origine : le quotidien prend en quelque sorte le pas sur les liens du sang et les liens du Droit (Astrid, David et Joris). Les enfants « replacés » sont confrontés à une succession de placements et à des retours périodiques au domicile familial. Entre parents et professionnels, ils arrivent cependant, plus ou moins bien, à se construire une place (Stéphane, Marie et Dylan). En revanche, les enfants « déplacés » passent par plusieurs lieux d’accueil qu’ils n’arrivent pas à investir. Sans place assurée, ils restent en quête de liens et de lieux de vie. Ils ont été finalement mal placés (Anna, Gildas, Noémie). Il faut donc des points de repère et des soutiens durables pour que le placement soit relativement bien vécu par les mineurs. Cette typologie, au cœur de l’ouvrage, repose sur « la temporalité du parcours (l’âge au moment du premier placement et la durée du placement) et la continuité/discontinuité de la prise en charge (nombre de lieux d’accueil et de sortie-retour » (p. 204). Elle organise la présentation d’un matériau dense et passionnant. On peut cependant se demander si elle recouvre tout l’espace des possibles. Un même jeune ne peut-il pas appartenir à plusieurs catégories ? En d’autres termes, les catégories proposées sont-elles exhaustives et exclusives ? L’examen de 350 dossiers de l’ASE, mentionné comme une première phase de l’enquête, semble sous-exploité alors qu’il aurait sans doute pu sous-tendre statistiquement la construction de la typologie.

4Au-delà d’une contribution à la recherche sur l’enfance et la jeunesse marginales ou marginalisées, le matériau qualitatif présenté ici avec rigueur apporte un éclairage tout à fait stimulant sur la construction sociale de la parenté, avec de multiples acteurs en présence, que ce soient les familles (d’origine, d’accueil, elles sont souvent recomposées), les professionnels de la « main gauche » de l’État et, surtout, les jeunes eux-mêmes. Sur ce dernier point, l’ouvrage pourra être lu conjointement aux travaux de Pierrine Robin qui prennent également pour objet le point de vue des enfants sur la maltraitance dont ils sont l’objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Lebon, « Émilie Potin, Enfants placés, déplacés, replacés : parcours en protection de l'enfance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 février 2013, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10687

Haut de page

Rédacteur

Francis Lebon

Sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page