Navigation – Plan du site

Christophe Giraud, François de Singly, En famille à Paris

Maud Bernard d'Heilly

Texte intégral

1Comment fait-on famille à Paris ? Quelles conséquences la grande ville a-t-elle sur la famille et les membres qui la constituent ? Ces questionnements ont généralement été appréhendés sous deux grands angles en sociologie : l’effet déstructurant du monde urbain et le contrôle des groupes domestiques sur certains espaces. En famille à Paris cherche à présenter une voie nouvelle, au-delà des thèses classiques, celle d’une sociabilité spécifique des parents construite autour de la position de parent d’élève.

2A la recherche de la « ville vécue par les femmes et par les hommes responsables d’une famille » (p.9), l’enquête s’est basée sur des entretiens semi-directifs et a été financée par la Mairie de Paris. Le livre, construit en trois parties, rend compte des tensions auxquelles sont soumis ces parents : tensions entre la volonté de réussite sociale et de développement personnel, pour soi et ses enfants ; tensions entre liens personnels et anonymat à Paris ; tensions, enfin, dans l’articulation des temps familiaux, conjugaux et personnels.

3Paris, terre d’opportunités professionnelles prestigieuses, favorise un rapport très personnel au travail et un engagement fort sur ce terrain. Le revers des postes à responsabilités prend la forme de pressions et d’horaires chargés qui débordent sur l’espace domestique, perçu comme un rempart contre un monde agressif. Mais cette réussite professionnelle est également recherchée pour les enfants : le diplôme constituant le capital de référence, Paris devient capitale scolaire, terre des écoles prestigieuses et des stratégies familiales pour les intégrer. À cette première norme de réussite dans les études s’ajoute celle de l’épanouissement personnel de l’enfant. Le capital culturel objectivé qu’offre Paris vient alors appuyer chacune de ces aspirations : les expositions, les musées et divers évènements peuvent être utilisés pour prolonger le travail scolaire mais aussi, de part la multiplicité des offres, pour enrichir l’identité personnelle de ceux qui y ont recours. Ville d’opportunités, Paris conjugue la satisfaction de l’existence des possibles à la frustration de ne pouvoir tout faire, et ce d’autant moins que la famille s’agrandit et/ou que les ressources financières diminuent.

4Paris se vit dans la différenciation : il y a le quartier et la grande ville de l’anonymat. Le quartier est présenté avant tout comme un espace d’approvisionnement familial où l’enfant est un « adoucisseur du lien social » et les relations sociales s’y structurent autour des enfants. Le rôle de parents d’élèves devient primordial. On recherche alors l’anonymat à l’extérieur du quartier : en dehors du travail, on en sort pour l’entretien des liens familiaux et amicaux mais aussi pour « déambuler sans avoir l’identité de parent », se sentir plus libre grâce à une appropriation personnelle de la ville.

5Ces tensions entre individu et famille se déclinent non seulement en termes d’espace mais également de temps. La fin de semaine fait place à un certain rejet des contraintes, notamment scolaires, avec une centration sur les envies des enfants. De parents d’élèves en semaine, les adultes deviennent parents-accompagnateurs le week-end. L’attention portée à chaque enfant amène au fractionnement des familles, pour respecter les envies singulières et favoriser des liens particuliers dans des activités différenciées. À l’opposé, les temps en commun avec d’autres familles permettent à chacun de vivre un moment à soi, avec des pairs, moment légitimé parce qu’il se fait à proximité des autres membres du foyer. Les temps personnels, rares, semblent mieux assumés s’ils sont conjugués à un rôle parental : se promener après avoir accompagné ses enfants à l’école par exemple. Le temps conjugal se trouve pour sa part mis à mal : il vient en dernière instance, à moins que les parents ne mettent en place de véritables plans d’actions pour le préserver.

6La postface de l’ouvrage présente « Paris, la ville des adolescents ». Elle reprend les grandes préoccupations de cet âge – l’importance des amis, la séparation progressive d’avec ses parents, les temps de loisirs – à partir du contexte urbain et notamment parisien. Les grands évènements (la Nuit Blanche, la Fête de la Musique, Paris plage) y sont à nouveau largement étudiés, ce qui fournit des données intéressantes pour la Mairie de Paris.

7L’objectif affiché de l’enquête est de « montrer comment les membres des familles s’approprient Paris en fonction de leur inscription familiale, plus qu’en fonction de leur milieu social » (p.17). Le livre n’y parvient que partiellement, de part les biais du corpus d’entretiens : la population étudiée est plus riche et comprend moins de familles monoparentales que celle de référence. Si cela permet de mieux mettre en avant les stratégies de choix de résidence ou d’activités, les familles dont les revenus freinent le recours à de tels arrangements se trouvent sous-représentées. Cependant l’ouvrage reste convaincant dans sa démonstration de l’organisation de la vie des adultes autour de leur rôle de parents, et notamment de parents d’élèves, optique peu fréquente dans les travaux de sociologie urbaine. La restriction du temps conjugal est une autre idée-force de l’ouvrage. Repenser la politique familiale en prenant en compte le fait « [qu’aider] les parents consiste aussi à les aider à ne pas être que parents » (p.164) est alors une piste qui mérite d’être creusée. Car si la grande ville ne déstructure pas la famille, elle semble bien mettre en danger le couple. C’est du moins ce que suggère un autre titre détenu par Paris, celui de « capitale des divorces ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Bernard d'Heilly, « Christophe Giraud, François de Singly, En famille à Paris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 février 2013, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10688

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page