Navigation – Plan du site

Béatrice Mabilon-Bonfils, Bernard Lavilliers, Pour une sociologie politique de la chanson

Laure Ferrand
Bernard Lavilliers
Béatrice Mabilon-Bonfils, Bernard Lavilliers. Pour une sociologie politique de la chanson, Camion blanc, 2012, ISBN : 978-2-35779-223-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir notamment La musique techno, ère du vide ou socialité alternative (avec Anthony Pouilly), Par (...)

1Après avoir travaillé sur la musique techno1, la sociologue Béatrice Mabilon-Bonfils s’intéresse dans ce nouvel ouvrage à un artiste français dont elle est amateur : Bernard Lavilliers. Cependant, il est faux de souligner qu’elle ne s’intéresse qu’à l’artiste et son œuvre puisque son travail porte largement sur son public. Portée par la question du lien entre art et politique, entre un artiste et son public, l’auteure porte également sa réflexion sur la place de la chanson engagée dans notre société actuelle : qu’en est-il aujourd’hui de la chanson engagée ? Face à l’industrie culturelle et au tournant de société que nous vivons nous faisant passer de la modernité à une postmodernité, une chanson sociale est-elle toujours possible ? En quoi l’œuvre de Lavilliers exprime-t-elle un lien au politique ?

  • 2  Hennion A., La passion musicale, Paris, Métailié, 1993

2Pour répondre à ces questions B. Mabilon-Bonfils propose d’engager une sociologie compréhensive et des attachements tout droit inspirée des travaux d’Antoine Hennion. En effet, la force et la pertinence de l’ouvrage sont d’appliquer cette sociologie des attachements, consistant à considérer les amateurs comme des acteurs de leur goût, les dispositifs comme des outils de la médiation. Cette théorie de la médiation permet de prendre en compte et de comprendre la musique comme construction collective. Elle permet d’aller au-delà du dualisme entre le sujet et l’objet, c’est-à-dire que « tout se joue au milieu », dans le face à face avec les interprètes, la présence des médiateurs (instruments, partitions, lecteurs de disque)2. Ainsi, le parcours et l’œuvre de Bernard Lavilliers sont compris dans cette théorie à travers l’étude d’un moment particulier : le concert. Lieu de la rencontre entre un artiste et son public, « action symbolique » (p.189), « acte de transaction »(p.68), le concert présente un double intérêt : un intérêt épistémologique et méthodologique. Le premier illustrant et appliquant la théorie de la médiation et de répondre au questionnement de l’auteure. Le second permettant de récolter des données de terrain riches. Comme elle le s ouligne, il faut saisir l’objet et ce qui surgit avec lui (p.75) : « En conséquence, la compréhension sociologique nécessite à la fois la saisie de l’élaboration symbolique de l’expérience du monde qui donne sens aux expériences mais aussi l’appréhension du rôle médiateur des catégories affectives qui ne peuvent être (ré)appropriées par le chercheur que sur le mode du vécu. » (p.71).

  • 3  Ce point est traité dans le chapitre II de l’ouvrage : l’auteure s’interroge notamment sur son dou (...)
  • 4  L’auteure reprend deux notions relatives au tournant sociétal de nos sociétés modernes : la notion (...)

3L’ouvrage comporte quatre chapitres. Ils sont consacrés à un état des lieux de la chanson engagée, une réflexion sur la posture de sociologue-amateur3, une restitution des observations de concerts et des entretiens réalisés avec le public, et un travail de réflexion sur la place de l’œuvre de Bernard Lavilliers aussi bien dans la chanson engagée que dans les mutations de société que nous connaissons : l’entrée dans la seconde modernité4.

4Pour mener à bien son investigation, B. Mabilon-Bonfils a accompli un important travail de terrain : l’observation détaillée de plusieurs concerts (dont une monographie d’un concert de 2008 dans le chapitre 1), la tenue d’un journal de terrain, une enquête quantitative réalisée lors de deux concerts avec 603 questionnaires récoltés en 2008 et 211 questionnaires en 2010. Elle a enfin conduit des entretiens semi-directifs et non directifs après de plus de 100 personnes ayant assisté aux concerts du chanteur. L’ouvrage est ainsi ponctué de descriptions de concerts, d’extraits d’entretiens riches en information et la restitution des résultats du questionnaire. On regrettera cependant la redite des mêmes extraits d’entretiens aux chapitres II et IV.

5À travers ce travail de terrain, le concert est envisagé comme l’outil de médiation et l’expression de l’engagement politique privilégié entre un artiste et son public. Face à une postmodernité où le contrat social n’est plus de mise, où le projet politique et utopique s’essouffle et voit (re)naître des communautés ou « tribus » basées sur l’émotionnel et l’affectif5, face à une postmodernité musicale où il y a aurait un désengagement corporel, vocal, sexuel et symbolique des artistes6, les concerts et les chansons de Bernard Lavilliers nous font entrer dans une nouvelle configuration du politique mêlant valeurs modernes et postmodernes : ils sont une « forme affinitaire de participation politique » (p.170). Le concert est vécu comme un moment collectif où l’on mobilise à la fois ses affects et un discours d’engagement politique. Comme le souligne l’auteure, 90% des spectateurs viennent pour le chanteur et son dernier album, 36% adhèrent à ses idées, 66% sont sensibles aux messages des chansons. Le concert vient proposer une ambiance émotionnelle qui prend la place du raisonnement, privilégiant le recours à la « syntonie » (en référence à A. Schütz), au corps, au vécu et à un engagement politique relatif au moment. La chanson engagée telle qu’elle est écrite et proposée par Bernard Lavilliers prend alors tout son sens symbolique dans le parcours de vie des amateurs, leur interprétation des chansons et dans le vécu collectif qu’implique le concert. Ce dernier apparaît ainsi comme une « culture de résistance » (p.168) face au délitement des engagements politiques.

  • 7  Voir les travaux d’Anne Petiau (« Une « Communication musicale » Une étude de la pratique collecti (...)
  • 8  Voir les travaux d’Alexis Mombelet (site internet : http://www.alexismombelet.com/), Nicolas Walze (...)
  • 9  Voir les travaux de Bertrand Ricard (Rites, codes et culture rock. Un art de vivre communautaire, (...)
  • 10  Maffesoli M., Homo eroticus. Des communions émotionnelles, Paris, CNRS Editions, 2012

6À la lecture de cet ouvrage, une question émerge : doit-on limiter l’expression de la postmodernité musicale à un désengagement de son corps, de sa voix et de son sexe ? Si ce désengagement pointé par Joëlle Deniot reflète la chanson française actuelle, elle ne doit pas cependant être élargie aux autres courants musicaux et peut être à la chanson engagée. Les travaux menés autour des musiques électroniques7, métal8 et rock9 pointent non seulement une prégnance de l’affinitaire, une valorisation du corps, de la voix et de leur engagement mais aussi l’entretien de mythes permettant l’appartenance à ce monde ci. La postmodernité et la transfiguration du politique envisagée par Michel Maffesoli ne sont pas simplement synonymes de désengagement, elles impliquent également le retour de l’animalité en l’individu, d’un homo eroticus10 où les sens et les affects deviennent des structurants anthropologiques. Ainsi, l’engagement corporel du chanteur, la valorisation de la performance n’est-elle pas aussi l’expression de la postmodernité où ce qui prévaut est la valorisation du temps présent ?

Haut de page

Notes

1  Voir notamment La musique techno, ère du vide ou socialité alternative (avec Anthony Pouilly), Paris, L’Harmattan, 2002

2  Hennion A., La passion musicale, Paris, Métailié, 1993

3  Ce point est traité dans le chapitre II de l’ouvrage : l’auteure s’interroge notamment sur son double statut : celui d’amateur et de sociologue. Comment conjuguer les deux ? Comment observer et restituer ce qui est vécu dans les concerts ? Comment rendre compte de la fonction symbolique de l’artiste. Pour aller plus loin, la posture du sociologue-amateur est également traitée dans un numéro de la revue Volume ! Musiciens-sociologues. Usages de la réflexivité en sociologie de la culture, 2005/4 :1

4  L’auteure reprend deux notions relatives au tournant sociétal de nos sociétés modernes : la notion de seconde modernité (que nous pouvons notamment attribuer à F. Dubet) et celle de post-modernité que l’auteure reprend clairement au sociologue Michel Maffesoli

5  Maffesoli M., La transfiguration du politique, Paris, Seuil, 2008

6  En référence aux travaux de J. Deniot :  http://www.chansons-francaises.info/index.htm

7  Voir les travaux d’Anne Petiau (« Une « Communication musicale » Une étude de la pratique collective de la musique techno, à partir d’Alfred Schütz », Sociétés, 2004/3, n°85, pp.71-81) et de Lionel Pourtau (Techno, CNRS Editions, Paris, 2009)

8  Voir les travaux d’Alexis Mombelet (site internet : http://www.alexismombelet.com/), Nicolas Walzer (Anthropologie du Metal Extrême, s.l, Camion Blanc, 2007).

9  Voir les travaux de Bertrand Ricard (Rites, codes et culture rock. Un art de vivre communautaire, Paris, L’Harmattan, 2000), et Laure Ferrand (« Bruce Springsteen. Sociologie d’un rocker », Intersections. Revue canadienne de musique, vol.30, n°2, novembre 2011, pp.25-40 ; « Comprendre les effervescences musicales. L’exemple des concerts de rock », Sociétés, 2009/2, n°104, pp.27-37. Disponible sur le site du CAIRN : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=SOC_104_0027

10  Maffesoli M., Homo eroticus. Des communions émotionnelles, Paris, CNRS Editions, 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Ferrand, « Béatrice Mabilon-Bonfils, Bernard Lavilliers, Pour une sociologie politique de la chanson », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10708

Haut de page

Rédacteur

Laure Ferrand

Docteure en sociologie de l'université Paris 5, René Descartes. Membre du laboratoire du Centre d'étude sur l'actuel et le quotidien

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page