Navigation – Plan du site

Sigmund Freud, Lettres à ses enfants

Arthur Mary
Lettres à ses enfants
Sigmund Freud, Lettres à ses enfants, Aubier, coll. « Psychanalyse », 2012, 608 p., ISBN : 978-2-7007-0420-4.
Haut de page

Texte intégral

1Mes chers enfants,

  • 1  Anna Freud, Sigmund Freud, Correspondance 1904-1938, Paris, Fayard, 2012.
  • 2  Disponible en ligne: http://bit.ly/14XkDOO[consulté le 16/02/13].
  • 3 Disponible en ligne : http://bit.ly/Z3x88m[consulté le 16/02/13].
  • 4 Par exemple, « Chers enfants, Nous nous sommes beaucoup réjouis de votre lettre combinée, qui montr (...)

2Comment rendrais-je compte de cette correspondance inédite de Freud à ses enfants – à l’exception de la jeune Anna dont les lettres échangées avec son père paraissaient il y a quelques mois1 – plus fidèlement que par une missive aussi ? Vois-tu, la lecture de ce courrier familial m’a fait entrer au cœur du quotidien des Freud. Or, aussi légères – car on y parle du beau temps et de la cueillette aux champignons – ou graves – car on écrit la douleur d’une perte, ou les inquiétudes pour un fils – soient ces lettres, il ne m’était guère possible de les lire en faisant tout à fait abstraction du fait qu’elles furent écrites par un homme occupé par ailleurs à l’invention de la psychanalyse. Lire le quotidien de la famille Freud, à l’aune de la Psychopathologie de la vie quotidienne (1901)2 ; sourire à l’humour de Sigmund, l’auteur d’un article sur le « Mot d’esprit (Witz) et ses rapports avec l’inconscient » (1905)3. Cette correspondance faisant intervenir ses enfants, et parfois leurs époux (notamment Max Halberstadt, le mari de Sophie), nous le montre en voyage, ou bien mariant ses filles, ou s’inquiétant de leur santé, ou souffrant et soutenant ses proches dans le deuil, ou distribuant l’argent (« de poche » ou faisant des achats par l’intermédiaire de ses correspondants), ou pestant contre l’écriture déplorable des lettres qu’il reçoit4. On le voit aussi dans le rôle touchant du beau-père.

  • 5  A ce propos, Michael Schröter écrit dans son introduction : « [ces lettres] soulèvent la question (...)

3De fait, le quotidien auquel le genre épistolaire nous donne accès est un quotidien caractérisé par la séparation géographique des deux interlocuteurs (et l’amateur des langues classiques que Freud était savait sans doute que « séparation »aurait pu se dire sexus en latin) ; de même que le lecteur d’aujourd’hui réalise combien le temps nous sépare de la culture et de la société autrichienne du début du vingtième siècle où ces lettres furent écrites et lues. Je me suis demandé s’il s’agissait d’un document seulement historique, ou si ces lettres constituent d’une certaine façon aussi un texte psychanalytique – c’est-à-dire, si elles ne recèlent pas en germe un savoir psychanalytique latent (du moins offrent-elles un matériel clinique riche, sensiblement différent du Freud théoricien de la psychanalyse5). Toujours est-il qu’il sera certainement intéressant de faire contraster les intérêts théoriques de Freud avec les évènements familiaux et avec ce qu’il énonce à ses proches sans rapport apparent à ses préoccupations intellectuelles du moment. La période couverte par cette correspondance va de 1907 (même si quelques lettres ou cartes sont certes antérieures) à 1936 environ – soit une période allant de Délire et rêves dans la Gradiva de Jensen à « un trouble de mémoire sur l’Acropole » couvrant donc la période de la rédaction d’Au-delà du principe de plaisir (1920) et de Malaise dans la civilisation (1929), de ses réflexions sur l’analyse profane, le fétichisme, ou encore la télépathie.

  • 6  p. 67 (20-Math).
  • 7 P . 412 (325-Max).
  • 8 En vacances, à La Haye, il « souffle presque toujours un vent violent, qui est sans doute responsab (...)
  • 9  « Je me suis permis à son égard une petite ruse. Il avait payé dans notre dos sa facture dans la m (...)

4Prenons l’humour de Freud (que Fernand Cambon a su traduire intelligemment, en éclairant toujours d’une note de bas de page le jeu de mots du texte allemand) : cet humour porte tantôt sur son expertise en matière de champignons – le « seigneur » (Herren) et la « sorcière » (Hexe)6 ; tantôt il déplie une ironie (faussement ?) modeste – « Je sais que je suis un objet défavorable à toute reproduction »7, écrit-il à Max, son gendre photographe qu’il chargera de la diffusion de son portrait officiel ; ou encore, il joue avec l’argent, soit qu’il l’échange contre la métaphore d’un vent coûteux8, soit qu’il invente un stratagème astucieux pour rembourser son futur gendre qui refuse de se laisser inviter par Freud dans un hôtel de vacances9. Cet humour témoigne assez de son plaisir de la langue, mais encore d’un rapprochement avec l’interlocuteur permis par une verve malicieuse.

  • 10  Cf. Anna Freud, Sigmund Freud, op. cit.et notamment la préface d’E. Roudinesco.

5À la lecture de cette correspondance, on s’étonnera peut-être aussi de la place qu’y occupent régulièrement les questions d’argent. La missive est l’occasion de saluer, donner des nouvelles, certes ; elle est aussi un moyen de donner à ses filles et fils certaines directives financières : commandes, achats, remises de liquidités à tel ou tel ami de la famille, remises de pensions, considérations sur les dots de ses filles, etc. en sorte qu’il y aurait presque matière à une étude de la façon dont Freud faisait circuler l’argent au sein de sa famille. Les questions de santé, parfois de sexualité (notamment quand il est question des grossesses), sont abordées par Freud sans détour. Pour ce qui est des mariages, on le découvre à la fois homme de son temps (dans son respect des traditions religieuses et bourgeoises) et cependant ouvert d’esprit (quant à la liberté qu’il donne à ses filles de choisir elles-mêmes leur époux ou qu’il ne condamne pas l’homosexualité de sa plus jeune fille10).

6Cette correspondance vaste par le nombre de destinataires qu’elle implique (une dizaine) donne ainsi à voir Freud sous un jour encore mal connu : celui de père de famille. On appréciera la qualité des indications historiques et biographiques apportées par l’introduction de Michael Schröter, ainsi que les introductions à chaque destinataire. Quelques photographies familiales accompagnent ces lettres.

7« Avec des salutations et des vœux cordiaux,

8Votre vieux papa »

Haut de page

Notes

1  Anna Freud, Sigmund Freud, Correspondance 1904-1938, Paris, Fayard, 2012.

2  Disponible en ligne: http://bit.ly/14XkDOO[consulté le 16/02/13].

3 Disponible en ligne : http://bit.ly/Z3x88m[consulté le 16/02/13].

4 Par exemple, « Chers enfants, Nous nous sommes beaucoup réjouis de votre lettre combinée, qui montre clairement à quel point vous allez bien ensemble (bien qu’aucun diable ne puis la lire), […] », p. 68 (21-MathRob).

5  A ce propos, Michael Schröter écrit dans son introduction : « [ces lettres] soulèvent la question de savoir dans quelle mesure la psychanalyse en tant que théorie, et plus encore en tant que pratique thérapeutique, est justement issue de cette humanité : la même véracité, la même franchise en ce qui concerne les questions tant d’argent que de sexualité, le même sérieux et la même tolérance pour tout ce qui est humain, que Freud manifestait à ses enfants furent aussi les traits fondamentaux de sa pensée scientifique et de son agir professionnel. » p. 21.

6  p. 67 (20-Math).

7 P . 412 (325-Max).

8 En vacances, à La Haye, il « souffle presque toujours un vent violent, qui est sans doute responsable du fait que l’argent, des billets bleus de dix florins, et même des pièces de 2 florins et ½ lourdes comme nos 5 couronnes, s’envolent si vite. », p. 74 (24-Math).

9  « Je me suis permis à son égard une petite ruse. Il avait payé dans notre dos sa facture dans la maison pour la misérable mansarde qui est la seule que nous avions pu obtenir ; c’est pourquoi je lui ai montré une petite bourse tricotée, que j’avais emportée pour l’argent des autres, et je le persuadai que c’était un ancien ouvrage de toi et le priai de la garder. Or, dans cette bourse se trouvaient les 6,80 K qu’il avait payées à Mme Schubert. Tu peux maintenant l’éclairer sur la procédure et démentir le prétendu ouvrage de ta main », p. 418 (330-Soph).

10  Cf. Anna Freud, Sigmund Freud, op. cit.et notamment la préface d’E. Roudinesco.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Sigmund Freud, Lettres à ses enfants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10709

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien. Doctorant en psychopathologie clinique à l'Université de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES (Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures, Sociétés). Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche à l'Université Toulouse-Le Mirail, LCPI (Laboratoire Cliniques Pathologique et Interculturelle)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page