Navigation – Plan du site

Michel Chauvière, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation

Jean-Luc Metzger
Trop de gestion tue le social
Michel Chauvière, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, La Découverte, coll. « Alternatives sociales », 2010, 232 p., EAN : 9782707164438.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous faisons référence ici au livre pionnier d'Albert Ogien, L'esprit gestionnaire. Une analyse de (...)

1En 2007, Michel Chauvière, directeur de recherche au CNRS, a publié la première édition de cet ouvrage, dont Cédric Frétigné a rédigé une note de lecture sur le site Liens socio . Il y a trois ans, l'auteur pointait les conséquences de la diffusion de l'esprit gestionnaire1 - ou plus exactement, les excès de « l'hyper-gestion » - dans le secteur social. Il englobait ces conséquences multiples et convergentes sous le concept de « chalandisation » : l'hyper-gestion conduit moins à une très hypothétique croissance de l'efficacité du travail social, ou à la totale privatisation de ses organisations, qu'à la conviction généralisée que nous avons tout à gagner à nous considérer comme des consommateurs de produits sociaux objectivés, standardisés, fournis au meilleur prix grâce à la mise en concurrence.

2En 2010, la réédition de ses analyses montre combien la problématique à laquelle il s'est intéressé demeure d'actualité. Elle confirme aussi combien la perspective qu'il a empruntée s'avère pertinente : plus que jamais, il faut en passer par l'étude critique des rhétoriques, procédures et outils dérivés de la gestion des entreprises marchandes, pour comprendre les transformations contemporaines des mondes sociaux. En effet, depuis 2007, le mouvement que décrivait l'auteur n'a pas faibli, qu'il s'agisse des transformations induites par les politiques publiques en matière de délégation et marchandisation du social, ou qu'il s'agisse des instruments de gestion dont les différentes catégories d'acteurs cherchent à se doter pour mettre en œuvre ces choix. Les plus récentes orientations, notamment celles concernant les budgets sociaux des Conseils Généraux, en plaçant au cœur des débats et des préoccupations les questions financières, ne font que raviver l'importance de ces réflexions.

3Dans ce sens, le premier intérêt de cet ouvrage est de rappeler l'esprit originel du « social en actes », cet ensemble des valeurs qui, depuis leur création, donnent sens à l'action des associations du secteur et animent la pratique de la plupart des professionnels. Dans le premier chapitre, « Métamorphoses de la notion de service », Michel Chauvière synthétise la sociohistoire de ce qui allait devenir les services sociaux et qui sont avant tout les « fonctions sociales prises en charge par la société », à savoir tout ce qui peut contribuer « à la construction identitaire de la nation, à l'émancipation collective par rapport aux pouvoirs (principe de laïcité) et au bien-être de chacun, en produisant, notamment, certains effets de droit » (p. 31). Ce sont ces finalités et les savoir-faire qualitatifs développés au fil des décennies que la nouvelle hégémonie économique et les techniques de gestion ébranlent considérablement. Le secteur social est de fait colonisé par les façons de penser et de faire qui en découlent, en sorte que, « en lieu et place de l'éthique associative initiale (...) triomphe une conception de plus en plus découplée des principes de justice et de développement social  » (p. 36-7).

  • 2 Faut-il rappeler qu'avant d'être une multinationale cotée en bourse, l'entreprise de télécommunicat (...)

4Au deuxième chapitre (« Les services sociaux gagnés par le business »), l'auteur entreprend de reconstituer la succession d'étapes par lesquelles il est devenu, sinon tout à fait banal, tout au moins de plus en plus légitime et presqu'incontestable, d'appliquer aux activités relationnelles, aux relations de service social, aux postures cliniques, aux attitudes attentionnées les principes d'évaluation, de mesure, de contrôle, mis en œuvre dans l'industrie et dans les mondes marchands. Comment les dirigeants politiques nationaux ou locaux, les hauts fonctionnaires et les responsables d'associations en sont venus à penser que l'on pouvait mesurer objectivement la qualité du travail social et que l'on avait tout à gagner de la mise en concurrence entre associations et entreprises privées marchandes ? Il a fallu pour cela que, comme dans d'autres services publics2, une succession de décisions de politique macro-économique aient été prises en articulation avec les différentes vagues de directives européennes. La deuxième décentralisation, celle de la « contre-réforme libérale », a ainsi conduit les décideurs locaux à affirmer qu'ils « gèrent leur département comme une entreprise » (p. 47). L'accumulation de ces réformes s'est notamment manifestée par l'emploi de la notion de gouvernance, laquelle « souligne, comme seule voie possible, une stratégie managementale d'ajustement permanent, de gestion d'incertitude mais aussi de gestion par l'incertitude » (p. 51). Ce point est particulièrement important, car il décrit la situation dans laquelle se débattent actuellement de nombreux acteurs du secteur, pris dans un mouvement permanent de changements imposés. Le champ des activités sociales est ainsi l'objet d'une volonté de changement à plusieurs facettes. Cela est particulièrement saisissant en ce qui concerne la prise en charge des personnes âgées : l'ensemble des activités de solidarité et de soutien sont devenues des « services à la personne », supposés correspondre à un marché du travail créateur de nombreux emplois. La première volonté de changement concerne la transmutation du secteur en marché, où les « offreurs de services » que sont, de façon indifférenciée, les associations, les entreprises et les « enseignes » (banques, assurances, groupes de distribution, etc.) doivent entrer en concurrence pour ainsi permettre la meilleure allocation des ressources. Si la clientèle n'est pas solvable, les pouvoirs publics devront y pourvoir, certes en attribuant des allocations (comme l'APA), mais aussi en faisant baisser le coût de production, par une gestion qui se veut plus rationnelle. C'est là qu'intervient un autre volet de la volonté de changer, incarné par la mise en œuvre des dispositifs de gestion : des techniques de marketing, à la contractualisation systématique, en passant par les démarches qualité. Michel Chauvière souligne le rôle déterminant de la tarification à l'acte. En effet, cette « révolution du financement », qui s'apparente de fait à une « technologie du pouvoir », s'appuie sur une conception du service social très réductrice et déformante : « l'acte correspond seulement à l'agrégation d'informations quantitatives et qualitatives standardisées à des fins de gestion. Il devient une unité d'activité, une sorte d'atome, de particule ou, mieux, de séquence d'intervention ou d'éducation » (p. 57).

5Au chapitre 3, l'auteur prend le temps de décortiquer les principes mêmes des démarches qualité et pointe tout particulièrement leurs contradictions internes. Basées sur l'établissement de référentiels, elles nécessiteraient de s'accorder sur ce qu'est une bonne pratique. Mais comment formaliser une bonne pratique en dehors de sa mise en œuvre effective ? Malgré leurs défauts intrinsèques, ces dispositifs et tout le vocabulaire qui les accompagne, sont néanmoins appliqués, utilisés, « le raisonnement en termes de prestations de service s'impose progressivement aux échanges avec des donneurs d'ordre ou maîtres d'ouvrage, pendant que, symétriquement, la relation de service se répand à propos des échanges avec les usagers-clients » (p. 81). Le travail social est ainsi aligné sur une conception utilitariste, tandis que se répand « la suspicion et une crainte obsessionnelle de la fraude, comme mode de gouvernement » (p. 84), en lieu et place de la compassion, de la solidarité, de la confiance. Le troisième volet de la volonté de changer concerne la privatisation ou la tendance à la privatisation des structures. Marchandisation, privatisation, gestionnarisation, au fond, aucun de ces processus n'est pas totalement abouti, souligne l'auteur. Toutefois, une des conséquences majeures de la convergence de ces trois volontés de changer, est ce qu'il appelle la « chalandisation (...) qui formate les comportements et les consciences (...) et instille un habitus commercial banalisé » (p. 23). L'essentiel pour beaucoup de décideurs - « concepteurs et relais de l'idéologie gestionnaire et managériale » - est sans doute en effet de faire de nous des individus tout entier tendus vers la recherche du meilleur rapport qualité prix, de la meilleure offre de services sociaux. Dès lors qu'une telle conversion idéologique est opérée, les finalités du travail social peuvent être l'objet de transformations radicales : les formes de la solidarité envers les aînés deviennent des prestations variables d'un département à l'autre en fonction des capacités des CG à solvabiliser l'offre, le RMI devient une obligation de travailler, etc. Sans pouvoir ici rendre compte de toutes les facettes de cet ouvrage, insistons sur deux de ses apports originaux.

6Au chapitre 7, « La "domanialisation" du traitement social », l'auteur entreprend de déconstruire les idées reçues relatives à la territorialisation de l'action sociale. En effet, à cette notion sont associées des impressions plutôt positives : les acteurs locaux, proches des usagers, vont être bien mieux placés que les acteurs centraux pour répondre aux besoins sociaux spécifiques. La réalité est tout autre, nous dit Michel Chauvière, pour qui, les transferts successifs des compétences étatiques en matière d'action sociale ont surtout engendré du désordre, des contraintes supplémentaires sur les associations. Quant au citoyen, il est, « plus que jamais assigné à territoire » (p. 161). Sous un certain angle, la territorialisation constitue un méta-dispositif de gestion, avec : son registre idéologique - les politiques économiques ont vocation à occuper une place centrale, tandis que les politiques sociales doivent être cantonnées au niveau social et donc se trouvent déclassées - ; ses acteurs émergents porteurs de cette philosophie sociale - les associations... d'élus locaux, experts en tous genres, entreprises de recrutement, etc. - ; et ses outils - contractualisations systématiques, évaluations, etc. Et loin de simplifier les relations entre puissance publique, professionnels et citoyens, la territorialisation, « addition des catégories gestionnaires, de la démultiplication pragmatique des modes d'action et de la bureaucratie informatique (...) conduit à plus d'enchevêtrement dans les rapports avec l'administration » (p. 162). Les associations, confrontées à un renforcement de la sectorisation de leurs sources de financement, sont « saucissonnées : pour être recevable, leur projet général doit se décliner en de nombreux programmes particuliers, souvent rigides et très contraignants » (p. 169). Face à ce qu'il faut bien appeler le « maquis de l'action publique territoriale », les responsables d'associations et les professionnels voient se renforcer l'exigence d'adopter des outils et un raisonnement technico-gestionnaire, ce qui place, de fait, au second plan, les réflexions proprement politiques sur les finalités mêmes de l'action sociale et réduit le temps que l'on peut consacrer à l'innovation dans ce domaine.

7Au chapitre 8, « La conversion au marché des compétences sociales », l'auteur analyse les effets cumulés de ces différents dispositifs de gestion sur le travail social lui-même. Là également, note-t-il, la « cohérence d'ensemble s'évanouit », tandis que la division entre les activités de terrain - les exécutants - et d'ingénierie - les concepteurs - est bien plus tranchée. Alors que, quantitativement, l'emploi augmente dans le secteur social, les figures de l'employeur et du cadre prennent une importance accrue, au détriment des régulations professionnelles, considérées comme des reliquats de corporatismes contraires à l'intérêt général. Les démarches gestionnaires et l'évaluation de la satisfaction du client encadrant des compétences individuelles sont supposées mieux garantir la qualité du travail social que les qualifications collectivement développées au sein de professions. Il s'agit là d'une des conséquences - commune à la plupart des secteurs d'activité, marchands ou non - de l'autonomisation progressive des fonctions de gestion par rapport aux activités structurantes de la profession : le génie social s'est détaché du travail clinique, singulier, propre à la relation d'aide ou de soin.

8Michel Chauvière produit une stimulante critique des croyances gestionnaires. Non seulement, les promoteurs de la « modernisation » à marche forcée du secteur croient qu'il existe une productivité du travail social, productivité que l'on pourrait faire croître, mais surtout, ils emploient dans ce but des principes et des dispositifs qui se sont montrés contre-performants dans les univers industriels où ils ont partiellement été abandonnés : « on pense notamment aux comportements autoritaires des dirigeants ou encore au contrôle tatillon du temps de travail des salariés » (p. 188). Les acteurs de la gestion confondent ainsi allègrement recherche de gains de productivité et de « gains de citoyenneté ». En transplantant des cadres totalement ignorant du secteur social ou en convertissant des travailleurs du social en managers de processus productifs, les décideurs renforcent ainsi la mise en concurrence des professionnalités. Le système de formation est lui aussi pris dans la tourmente, ne contribuant plus guère à la constitution des identités professionnelles et, sacrifiant les acquis théoriques aux compétences pratiques, réduit les capacités réflexives des acteurs. Pour que résistent les conceptions solidaires et émancipatrices du travail social, l'auteur suggère quelques pistes de résistance : enseigner l'histoire du travail social, permettre aux usagers de prendre vraiment la parole, faire confiance aux professionnels, relégitimer l'action de service public, fonder un nouveau pacte social...

  • 3 Le lecteur trouvera une remarquable analyse de ce qu'est le néolibéralisme dans DARDOT Pierre et LA (...)
  • 4 Pour une présentation critique des dispositifs de gestion, voir S. Maugeri (dir.), Au nom du client (...)

9En somme, pour Michel Chauvière, les transformations du secteur social ne s'expliquent par une adaptation aux difficultés budgétaires contingentes ou à des évolutions sociodémographiques récentes, mais doivent être réinscrites dans un cadre bien plus large, constitué, d'une part, de la volonté des élites de traduire dans les faits le projet néolibéral3, et d'autre part, de mobiliser, pour ce faire, une large panoplie de dispositifs de gestion, mis au point pour « rationaliser » le fonctionnement des grandes entreprises marchandes4. A cela s'ajoute la responsabilité des différentes catégories d'acteurs du champ lui-même, authentiquement convaincus que le virage néolibéral et managérial est le seul possible ou simplement opportunistes. Car, beaucoup reconnaissent la nécessité de faire évoluer les pratiques, d'améliorer la coordination des interventions, d'innover dans la manière de manifester une attitude attentionnée maîtrisée aux autres, dans le but de les aider à demeurer autonomes.

10Un des grands mérites de l'ouvrage est précisément de montrer que ce n'est surtout pas en plaquant sur les univers professionnels du social les méthodes, les dispositifs de la gestion marchandes que l'on y parviendra. Bien au contraire, les processus d'innovation lentement mis au point sont empêchés, détruits, dispersés. Dès lors, ne doit-on pas chercher dans les acquis du « social en actes » lui-même, dans ses pratiques informelles stabilisées et ses modes de régulation, les fondements d'une gestion alternative ?

Haut de page

Notes

1 Nous faisons référence ici au livre pionnier d'Albert Ogien, L'esprit gestionnaire. Une analyse de l'air du temps, Paris, Editions de l'EHESS, 1995.

2 Faut-il rappeler qu'avant d'être une multinationale cotée en bourse, l'entreprise de télécommunications Orange a d'abord été une direction du Ministère des Postes et Télécommunications ? Ou bien qu'avant d'être une filiale du Groupe Suez, GDF était une composante de la plus importante entreprise publique ?

3 Le lecteur trouvera une remarquable analyse de ce qu'est le néolibéralisme dans DARDOT Pierre et LAVAL Christian (2009), La Nouvelle Raison du Monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte. Une note de lecture est d'ailleurs disponible sur le site de Liens socio.

4 Pour une présentation critique des dispositifs de gestion, voir S. Maugeri (dir.), Au nom du client. Management néolibéral et dispositifs de gestion. Approches sociologiques, L'Harmattan, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Michel Chauvière, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1071

Haut de page

Rédacteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au CNAM-LISE et au Centre Pierre Naville

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page