Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Martin, La médecine des personnes âgées. De la préhistoire à nos jours

Jean Andris
La Médecine des personnes agées
Jean-Pierre Martin, La Médecine des personnes agées. De la préhistoire à nos jours, L'Harmattan, coll. « Médecine à travers les siècles », 2012, 304 p., ISBN : 978-2-296-55785-7.
Haut de page

Texte intégral

1En bon scientifique, Jean-Pierre Martin entame son ouvrage par une tentative de définition des termes qu’il utilisera tout au long des pages qui suivront. Il est bien question de tentative, car la notion de gériatrie ne s’est pas précisée en une seule fois dans le passé et celle de vieillesse a beaucoup varié au cours du temps. Cette première gageure remportée avec succès, l’auteur nous emmène encore dans un bref survol de la longévité humaine à travers les siècles, puis il entame sa déclinaison des soins aux personnes âgées au cours de l’Histoire, en commençant par la Préhistoire, comme l’annonce le titre du livre. Mais le concept de Préhistoire est grevé d’une difficulté. Son acception la plus courante, nous rappelle Martin, consiste à la considérer comme la période qui se situe entre l’apparition de l’homme et celle de l’écriture. Notons que les spécialistes ne sont pas unanimes sur cette définition, mais là n’est pas notre objet, ni celui de l’auteur dans cet ouvrage. En revanche, il est assez embarrassant que l’auteur classe et range les civilisations précolombiennes dans la préhistoire étant donné qu’elles ne disposaient pas de l’écriture… Il n’est pas le seul à voir les choses de cette manière, mais il est des mayanistes et autres spécialistes de ces civilisations qui pourraient certainement apporter des nuances à la prétendue absence d’écriture, tout au moins pour certains d’entre ces peuples. Nous ne développerons pas davantage cette remarque, qui ne change rien à l’intérêt du livre.

2Nous voici donc en train d’explorer l’Antiquité, engagés dans un périple qui suit un ordre en quelque sorte géographique, allant de Babylone et l’Assyrie jusqu’au monde hébraïque, en passant par l’Égypte. À travers de nombreux extraits de textes antiques, on découvre peu à peu comment les Anciens, dans ces différentes cultures, concevaient la vieillesse, certaines maladies qui lui étaient attachées et les soins que l’on pouvait prodiguer aux victimes. Inutile de faire remarquer que l’Égypte prend une place non négligeable dans cette fresque, en raison de la richesse des papyrus médicaux pourtant relativement peu nombreux. Nous passons ensuite par la Grèce, berceau de la théorie des humeurs, qui occupa longtemps ce qu’on pourrait appeler la physiopathologie et la thérapeutique. Ce voyage antique se poursuit par Rome, comme il se doit, mais l’Orient n’est pas oublié, avec la Chine et l’Inde antiques, même si le passage par ces grandes civilisations est un peu rapide.

3C’est ensuite le Moyen Âge qui est abordé. Ici encore, l’auteur opère un choix quelque peu surprenant pour un historien, celui de réunir le Moyen Âge, la Renaissance et le début des Temps Modernes, puisque le chapitre concerné va d’un seul coup jusqu’à la Révolution. On peut s’étonner de ce choix car c’est une période de temps très vaste où les pratiques médicales furent très différentes. Néanmoins, l’auteur rétablit les conventions en installant des sous-chapitres qui respectent mieux les divisions classiques de l’Histoire. Et les grandes influences, comme celles de la religion chrétienne d’une part, des civilisations arabe et persane d’autre part, sont discutées par l’auteur. Au fil de la lecture, on sent véritablement poindre des préoccupations plus spécifiques et plus intenses des individus et de la médecine à l’égard des personnes âgées. Les textes qui peuvent servir de sources sont abondants, les débats sont nombreux mais les concepts, on le voit clairement, ne sont pas encore très nettement détachés des théories antiques. L’alchimie, par exemple, est bien présente et Paracelse n’en est pas le moindre praticien.

4La Renaissance et la période révolutionnaire sont témoins de l’avènement progressif d’une nouvelle manière de penser. L’auteur nous montre comment celle-ci émerge en médecine, notamment dans la vision de la vieillesse, comme elle le fait dans les autres domaines du savoir et de la réflexion. Ce n’est finalement qu’à partir du XIXe siècle que toutes ces idées prendront un tour plus scientifique, plus « positiviste », le « vérifiable » se substituant au « vrai », abandonnant certains concepts surannés, notamment celui de la saignée. Au rang des notions véritablement contemporaines, la perception de la fragilité de la personne âgée prend peu à peu une place centrale dans la gestion médicale de la vieillesse et de son cortège de troubles spécifiques. La gériatrie n’en est pas pour autant une spécialité médicale immédiatement aboutie. Les débats autour de la paralysie générale et de la démence, pour ne citer que ceux-là, doivent encore agiter quelque temps les esprits avant que les idées des scientifiques ne deviennent plus « claires ». Mais la richesse de ces idées ira croissant pour en arriver au foisonnement du siècle dernier et du XXIe débutant.

5On se trouve devant un véritable travail d’érudition, par l’ampleur et la variété des sources qui l’ont inspiré. C’est encore une œuvre d’érudit, pas tant par son volume mais parce qu’il trace pas à pas les pratiques, puis la prise de conscience, ensuite l’émergence et enfin la structuration d’une discipline médicale qui ne jouit pas depuis très longtemps d’un statut spécifique. Son écrit amène l’auteur à faire de temps à autre des choix qui s’éloignent des catégories habituellement proposées par les historiens. Nous avons noté au passage l’accolement du Moyen Âge et de la Renaissance. Nous pourrions encore épingler la division du XXe siècle en périodes qui sont définies par les guerres. Nous n’en ferons pas un reproche car cette division s’avère très fonctionnelle lorsqu’il s’agit de comprendre les grands tournants qui se sont opérés dans la pensée médicale. Et peu importe la structuration du temps, en fin de compte, parce que Martin retombe sur ses deux pieds en faisant appel au contexte général dans lequel se développe la discipline dont il s’efforce de retracer la chronologie. En fin de compte, sous des dehors d’apparence parfois un peu morcelés, il y a dans l’ouvrage une grande cohérence, précisément parce que cette histoire n’est pas isolée du reste de l’évolution des mentalités. La Médecine des personnes âgées n’est donc pas seulement une accumulation de faits et de pratiques qui se succèdent dans le temps. Chaque fois qu’il le peut, Martin relie entre elles les différentes conceptions et pratiques relatives aux personnes âgées. Il les ordonne ainsi, peut-être sans le vouloir mais de facto, dans une sorte de lignage des idées, où on peut bien souvent retrouver les filiations et les parentés des doctrines. Martin montre aussi comment se construit peu à peu une pensée scientifique à propos de la personne âgée, et emmène son lecteur aux XIXe et au XXe siècle, où des connaissances foisonnent mais qui ne sont pas encore débarrassés de toute pratique empirique et de toute croyance non fondée.

6Érudition ne veut pas pour autant dire encyclopédisme, au sens où nous le comprenons aujourd’hui, celui qui fait le tour des connaissances pour en présenter l’exposé complet. Malgré l’intérêt de l’ouvrage, des questions restent inévitablement ouvertes. Mais on ne pourrait en faire le reproche à l’auteur. Son livre est une véritable invitation à creuser davantage certaines questions, au demeurant nombreuses. C’est là une autre dimension du travail que nous présente Jean-Pierre Martin : il nous invite — on irait peut-être jusqu’à dire qu’il nous presse — à nous replonger dans les dépôts archives et autres bibliothèques, pour approfondir telle ou telle problématique. Il s’inscrit donc dans une démarche scientifique, même si ses sources ne sont pas systématiquement de première main. Mais c’est bien là une des attitudes que l’on peut attendre du scientifique : il doit être capable à certains moments de faire la synthèse de ce qui est déjà exhumé et connu, afin que d’autres puissent aller plus loin. En cela, nous pouvons considérer sans arrière pensée que Jean-Pierre Martin a accompli sa mission.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Andris, « Jean-Pierre Martin, La médecine des personnes âgées. De la préhistoire à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10755

Haut de page

Rédacteur

Jean Andris

Docteur en médecine, ancien chercheur à la Faculté de médecine de l'Université Catholique de Louvain (UCL, Belgique) et ancien enseignant en anatomie et physiologie à la Haute École Léonard de Vinci (Académie de Louvain, Belgique). Maître en histoire (mémoire sur les expertises médicales judiciaires en Brabant au XIXe siècle).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page