Navigation – Plan du site

Hassan Hajjaj (dir.), « Humanitaire là-bas ?... et travail social ici-bas ? », Le sociographe, n° 40, Décembre 2012

Morgane Verdonck
Humanitaire là-bas ?... et travail social ici-bas ?
Hassan Hajjaj (dir.), « Humanitaire là-bas ?... et travail social ici-bas ? », Le sociographe, n° 40, Décembre 2012.
Haut de page

Texte intégral

1S’il est courant d’admettre des distinctions entre « humanitaire là-bas » et « travail social ici-bas », le numéro 40 du Sociographe nous prend à contre-pied et propose une réflexion autour d’imbrications, d’apports respectifs et de partenariats vécus entre interventions humanitaires et sociales. Neuf articles articulés autour de trois volets colorent ce dossier : « Les voyages forment la jeunesse », « Ici, c’est là-bas » et « Engagements ». Les auteurs, aussi bien chercheurs, travailleurs sociaux, formateurs que bénévoles, nous proposent tour à tour des réflexions théoriques accompagnées d’exemples - plus ou moins - concrets rencontrés sur le terrain.

2Elsa Piou Iliassi entame le dossier en nous proposant une réflexion basée sur sa participation à un programme humanitaire de reconstruction et de développement en Afghanistan. L’auteur a pu déceler des imbrications entre interventions humanitaires et interventions sociales et des ressemblances quant aux méthodes et postures adoptées sur le terrain par les professionnels notamment autour de la notion de participation qu’elle qualifie de « plastique ». Elle pointe aussi du doigt la mise en péril de la relation d’aide au bénéfice de l’instauration d’une relation de domination si les « experts » ne permettent pas aux « bénéficiaires » de « compenser [cette action] par un contre-don ».

3Dans le deuxième article, Claire Noyer, éducatrice spécialisée partie au Cameroun pour travailler au sein des « ateliers d’ergothérapie » met un point d’honneur à la nécessité pour tout travailleur social de se rendre perméable aux aspects culturels du pays d’intervention pour comprendre et agir efficacement. Le travailleur social doit se débarrasser de tout son « bardage scolaire » et de ses propres références culturelles. Cette remise en question est nécessaire pour adapter ses compétences au terrain, redéfinir des « objectifs opérationnels », utiliser efficacement les outils éducatifs et surtout, replacer l’humain au cœur de tout travail social et non pas d’en faire le serveur de la technicité.

4Ensuite, Laurence Hardy (sociologue) et Sarah Merniz (étudiante ES) nous font part de l’expérience de cette élève en tant que stagiaire au sein d’une association située aux portes d’un bidonville argentin. Ce texte vise à mettre en évidence l’organisation du travail social en Argentine qui croise action sociale et action humanitaire. En effet, cette association, en appliquant le principe de gérance sociale, enjoint ses travailleurs sociaux de recourir à des techniques et programmes définis initialement par des ONG relevant donc directement de l’action humanitaire. Autre point soulevé par l’article, la collaboration entre différents acteurs (travailleurs sociaux, bénévoles, habitants etc.) qui permet au lecteur de percevoir un rapport vécu entre bénévoles et travailleurs sociaux différent du modèle français.

5Le texte de Chantal Denner ouvre la deuxième partie du dossier intitulée « Ici, c’est là-bas ». L’auteur y témoigne des apports indiscutables et respectifs des expériences vécues par des travailleurs sociaux au Niger et en France en matière de protection de l’enfance. Le Niger, se heurtant à ses « dynamiques socioculturelles », rencontre des difficultés à prendre en charge l’enfance en danger. À travers deux exemples - les enfants talibés et le mariage précoce – l’auteur apprécie les actions de formation organisées et proposées aux différents acteurs nigériens de l’enfance en danger dans le but « d’engager une réflexion sur les rôles et les missions de chacun afin de s’accorder sur des procédures plus adaptées ». La France qui souffre d’un exercice du travail social de plus en plus politisé, contrôlé et codifié, aurait tout intérêt à se nourrir de l’expérience nigérienne et des dispositifs mis en place. Cette démarche de réflexion permettrait de garantir une participation plus étendue des travailleurs sociaux français aux « stratégies de protection de l’enfance » et dans une moindre mesure, d’améliorer la prise en charge de l’enfance en danger en réattribuant à l’enfant un « intérêt supérieur ».

6C’est au tour des fondateurs de Pain et partage (Pierre Champeix et Georges Fernandez) de nous présenter l’évolution de leur association qui a su se pérenniser, non seulement en Roumanie où les boulangeries créées en 1989 sont toujours d’actualité, mais aussi en France (Marseille) où elle allie actions d’insertion professionnelle et lutte contre la faim. Les auteurs mettent ici en évidence la nécessité d’inscrire puis d’adapter son projet à un contexte donné et l’importance de la construction d’un réseau de partenaires aussi bien « institutionnels, professionnels et associatifs ». Cet exemple prouve une fois de plus qu’une action au départ humanitaire (ici « les boulangeries humanitaires » de Roumanie) peut servir de tremplin à des « actions sociales et d’insertion en France ».

7Enfin, une éducatrice spécialisée, forte de ses expériences étrangères, nous expose d’autres « enjeu [x] commun [s] au travail social et aux actions humanitaires ». Parmi eux, la prise en compte du vécu du bénéficiaire dans la construction de l’action, le poids des directives dans la construction de projets (qui plus s’ils sont à court terme), tenir compte de l’expression des droits fondamentaux des personnes et enfin, l’impératif de bénéficier d’un temps suffisamment long pour pouvoir mettre en place une action « viable et durable dans le respect des cultures ».

  • 1  Expression empruntée à Robert Castel dans La montée des incertitudes, Paris, Seuil, 2009.

8Pour nous parler d’ « Engagements », Cédric Laheyne entame le troisième et dernier volet du dossier. Au terme d’une étude portant sur les trajectoires de bénévoles dans une association caritative, il remarque une fois de plus qu’action humanitaire et travail social peuvent aller de pair. Le petit plus de ce texte ? Le constat que cette articulation entre humanitaire et travail social relève d’ « un concubinage forcé » du fait des limites budgétaires imposées aux travailleurs sociaux parfois contraints de rediriger les bénéficiaires vers des associations humanitaires. Une situation de même mal vécue par les acteurs humanitaires. Une demande trop importante pourrait en effet transformer la dimension relationnelle dont ils se félicitent en « logique bureaucratique et technicienne ». De plus, l’auteur craint qu’à force de développer leurs services, les associations humanitaires ne rentrent dans une « logique concurrentielle ». Il termine enfin sur une note peu réjouissante : à l’évidence, les associations humanitaires ont « vocation à perdurer » en raison du perpétuel développement de notre « société du précariat1 ».

9Le témoignage suivant est celui d’un bénévole (Pierre Valla) engagé depuis douze ans aux Restos du cœur dont les paroles, simples mais efficaces, sont complétées par des photographies réalisées par Hervé Hôte. Ce bénévole, contrairement aux textes précédents, ne souhaite pas catégoriser son action : « Est-ce que je fais du social ? De l’humanitaire ? Un peu de tout (…) Comment faire la part des choses ? Pourquoi faudrait-il la faire ? ». Il préfère nous faire part de sa carrière en tant que bénévole dans cette association ainsi que de ses missions, des difficultés de cet engagement mais aussi des moments d’échange entre bénévoles et avec les bénéficiaires qui rendent cet engagement « beau, (…), [et doté d’] une certaine chaleur ».

10Marie-Paule Battas clôt ce dossier en soulignant la « fécondation du nord par le sud » sur la prise en compte « des populations d’origine immigrée dans les initiatives locales de coopération » et, plus largement, des « situations d’exclusion au sud et au nord ». Le déclin de l’idéologie tiers-mondiste dans les années 1980 au bénéfice de l’idéologie humanitaire a favorisé en France l’émergence « d’une coopération décentralisée des collectivités locales ». Ce rapprochement entre coopération décentralisée (le nord se réfère au sud) et politiques de la ville vont permettre la création de projets de Développement Social Urbain (DSU) autour d’un partenariat entre une ville française et une ville du sud. Ce rapprochement entre acteurs locaux et ONG caritatives est certes bénéfique pour les travailleurs sociaux mais s’avère aussi néfaste pour la politique d’action sociale française. En effet, du fait de l’apparition de « nouvelles formes de lutte contre la pauvreté » institué par « la multiplication des partenariats publics-privés situés dans un espace local-global », nous nous dirigeons droit vers « la solvabilisation des “exclus du marché” » argue l’auteur.

  • 2  Hassan Hajjaj, « L’humanitaire et l’état de notre conscience », Le sociographe, n° 40, décembre 20 (...)

11Si on aime et comprend l’intérêt des deux premiers volets de ce dossier, on saisit moins bien l’apport de la troisième partie à l’élaboration d’une réflexion sur d’éventuelles imbrications entre interventions humanitaires et sociales. Toujours sur ce troisième volet, on déplore l’utilisation de la photographie comme simple illustration du texte et un dernier article indigeste pour des lecteurs novices que l’on ne parvient pas à relier avec le thème de l’engagement. Globalement, on retient de ce dossier des récits qui convergent tous vers un seul et même but : prouver qu’humanitaire et travail social peuvent s’associer mais qui prive le lecteur de récits susceptibles d’émettre des critiques sur ce partenariat. Néanmoins, on aura apprécié l’écriture décomplexée des professionnels prouvant une fois de plus que les chercheurs ne sont pas seuls détenteurs du savoir d’autant plus que ces praticiens nous font voyager tout en nous offrant un réel espace de discussions et de partage d’expériences. De quoi donner envie au lecteur de faire à son tour une rencontre avec cet « autre-culturel2 ».

Haut de page

Notes

1  Expression empruntée à Robert Castel dans La montée des incertitudes, Paris, Seuil, 2009.

2  Hassan Hajjaj, « L’humanitaire et l’état de notre conscience », Le sociographe, n° 40, décembre 2012, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Verdonck, « Hassan Hajjaj (dir.), « Humanitaire là-bas ?... et travail social ici-bas ? », Le sociographe, n° 40, Décembre 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10758

Haut de page

Rédacteur

Morgane Verdonck

Étudiante en sociologie, Master 2 Recherche Mutation des sociétés contemporaines, Paris Ouest – Nanterre - la Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page