Navigation – Plan du site

À la recherche des mouvements sociaux…

À propos de : Michel Pigenet, Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Hors collection Sciences Humaines », 2012.
Michelle Zancarini-Fournel
Histoire des mouvements sociaux en France
Michel Pigenet, Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Hors collection Sciences Humaines », 2012, 750 p., ISBN : 9782707169853.
Haut de page

Texte intégral

1L’Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, réalisée sous la direction de Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky, se présente comme une somme : huit cents pages, 68 auteurs, un plan clair, divisé en quatre périodes chronologiques, avec des titres problématisés : 1) Les cris et la poudre ou la question sociale en quête d’espaces publics (de 1814 à 1880) ; 2) Le social à la rencontre du politique ou la nationalisation des mobilisations (1880-1930) ; 3) Institutionnalisation et mobilisation au temps de l’État social (des années 1930 aux années 1980), 4) Désaffiliations et recompositions (des années 1980 à nos jours).

2Chacune des parties est structurée de manière identique avec une introduction des deux co-directeurs et trois séquences : « repères et influences » (influences étrangères éventuelles, évolution du social et du politique dans la dynamique des mobilisations) ; « temps forts » (temps courts d’événements emblématiques) ; « émergences » (phénomènes éruptifs marquant la moyenne et longue durée des mouvements). On reconnaît là le savoir-faire des éditions de La Découverte pour produire de gros ouvrages collectifs et leur donner une cohérence.

Questions sur l’avant-propos

3L’approche se complexifie à la lecture de l’avant-propos de Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky ; court — moins de six pages pour un volume qui en comprend 800, il surprend par les choix énoncés pour l’approche, l’espace et le cadre.

Approche

4L’approche historienne est définie à plusieurs reprises par la chronologie, l’empirie et la non-théorie : « l’approche suivie ici est fondamentalement historique au sens où elle privilégie la saisie des processus concrets de mobilisations collectives et se propose d’en évaluer le rôle en interaction avec d’autres, dans la configuration et l’évolution de la France du XIXe siècle à nos jours » (p. 7) et plus loin encore : « les historiens dont les recherches restent marquées au coin d’un empirisme méthodologique, à cent lieux des modèles chers aux sociologues et politistes ». Outre que cette acception conforte une vision très traditionnelle de la discipline historique (ce qui n’est heureusement pas le cas de nombre de contributions historiennes dans ce volume), plus d’un tiers (24) des 68 auteurs sont, à égalité, politistes (12) ou sociologues (12) : soit ces auteurs ont laissé leurs modèles théoriques au vestiaire, soit ils et elles ne sont pas en concordance avec la méthode définie par les co-directeurs dans l’avant-propos (nous reviendrons sur ce point).

Espace

5L’espace est essentiellement celui de la France, cadre hexagonal et non national, avec un évitement revendiqué des questions coloniales. Les mouvements sociaux dans les DOM-TOM, pourtant bien renseignés aujourd’hui, par exemple pour les Antilles par les travaux de Jean-Pierre Sainton, ne sont à aucun moment pris en compte, ceci étant justifié par les « contraintes éditoriales », même si les co-directeurs écrivent — paradoxalement — que « le choix de se limiter aux mouvements sociaux hexagonaux (…) ne conduit pas à occulter leur dimension coloniale ou internationale », le contexte colonial devant être traité par ses « projections sur le territoire métropolitain » (p. 11). Par ailleurs, les mobilisations collectives déployées contre les guerres coloniales « souvent le fait de syndicats ont été écartées en raison de leur nature plus politique que véritablement sociale » (p. 12), alors que le volume entend « prendre en compte les dynamiques et les articulations du social avec le politique » et « réintégrer les mouvements sociaux dans une histoire globale » (p. 13).

Cadre chronologique

6Le cadre chronologique enfin : s’il est tout à fait bienvenu et intéressant que l’ouvrage s’aventure jusqu’aux mouvement sociaux du très contemporain — étudiés ici dans la quatrième partie essentiellement par des politistes et des sociologues, le choix de 1814 qui initie le volume est peu convaincant, même s’il est expliqué par la date de « la défaite militaire [qui] entraîne le retour des Bourbons » (p. 18). En effet, elle est ainsi rapportée à une histoire purement politique, alors que, dans une étude intéressante sur les occurrences éditoriales de l’expression « mouvement social », il est spécifié que la première mention dans le catalogue de la BnF est celle de Benjamin Mazel dans son Traité du mouvement social, publié à Paris en 1823. On est par ailleurs surpris de voir définie la première partie — la séquence historique de 1814 à 1880 — comme la « stabilisation par la construction d’espaces publics d’expression pacifiée des intérêts et des opinions » (p. 10), si l’on pense à 1831 et 1834 à Lyon, à juin 1848 ou à la Commune de 1871 à Paris, tous événements étudiés par des contributions dans le volume qui semblent démentir le caractère pacifié de la période concernée. Quant à la seconde partie (1880-1930), il ne faudrait pas oublier que le « suffrage universel » (sic, p. 10) présenté comme socle des libertés individuelles et collectives, ne concerne dans cette séquence ni les femmes, ni les « sujets algériens indigènes », pourtant nationales et nationaux français et pas seulement les étrangers (exclusion signalée à propos des mouvements sociaux de 1934-1938 à la page 342).

  • 1 Publications récentes en français : Olivier Fillieule, Lilian Mathieu et Cécile Péchu (dir.), Dicti (...)
  • 2 Sur les mobilisations et la sociologie de l’action collectives présentés ici synthétiquement de faç (...)

7Si l’on s’est attardé quelque peu sur cet avant-propos, c’est pour bien comprendre sur quel socle cet ouvrage a été charpenté. On y retrouvera peu les discussions théoriques des sociologues et des politistes1, mais la diversité des 68 contributions — dont il est difficile de rendre compte de manière équitable — offre, par rapport à ce cadrage historien, des chemins de traverse. Les co-directeurs eux-mêmes reviennent sur certaines des affirmations de leur avant-propos en présentant dans un paragraphe « les sciences sociales dans l’arène » (pp. 348-349) et en affirmant (p. 348) que « les travaux en provenance des États-Unis2 offrent un cadre neuf d’analyse et l’opportunité d’un regard critique ».

Définitions à géométrie variable

8Dans l’ouvrage, les mouvements sociaux sont d’emblée circonscrits largement, puisqu’ils « englobent toutes les interventions collectives destinées à transformer les conditions d’existence de leurs acteurs, de contester les hiérarchies ou les relations sociales et à générer, pour cela, des identités collectives et des sentiments d’appartenance (…) et traitent, donc, aussi bien de révolutions, de rébellions et d’émeutes que de grèves, de campagnes électorales, de pétitions ». Jean-Louis Robert, dans sa contribution sur la Guerre de 1914-1918, va jusqu’à se demander — sans toutefois le mettre en œuvre — si « une conception plus large des mouvements sociaux permettrait d’intégrer le mouvement de mobilisation des Français pour la défense nationale en août 1914 » (p. 262). L’acception retenue dans le volume utilise le concept de répertoire d’action initié par Charles Tilly, « sans doute le plus opératoire pour les historiens » (p. 10), car connu par un article en français paru dès 1984 dans Vingtième siècle. Revue d’histoire. La distinction établie par Charles Tilly entre formes « archaïques » et formes « modernes » est cependant nuancée à propos de la Résistance (p. 346). Claire Andrieu par ailleurs signale les variations du sens de « mouvement social » : depuis les années 80, l’expression désigne — selon elle — une mobilisation collective contestataire, alors que dans l’entre-deux-guerres cette même expression « est revendiquée à la fois par les conservateurs catholiques et les laïques progressistes. Elle signale un engagement indépendant des organisations politiques et syndicales, ou du moins ne s’y réduisant pas » (p. 415). Antoine Prost, dans son étude du mouvement interclassiste des Anciens Combattants, nous rappelle à juste titre que « les mouvements sociaux ne sont pas tous des mouvements de classe » (p. 316). Ces mouvements sociaux se calquent parfois sur une histoire organisationnelle : dans une extension de la catégorie, Yolande Cohen conçoit les organisations de jeunesse, quelle que soit leur orientation, comme des mouvements sociaux (p. 332), et il en est de même pour les enseignants scrutés par Laurent Frajerman. Dans une acception encore plus large, histoire organisationnelle et histoire d’un groupe professionnel se conjuguent pour l’étude des patrons (Patrick Fridenson), même si l’on en perd de vue le mouvement social.

  • 3 G. Dreyfus-Armand, R. Frank, M.F. Lévy, M.Zancarini-Fournel (dir.), Les années 68 : le temps de la (...)

9Le concept de « nouveaux mouvements sociaux » de l’école tourainienne est à juste titre discuté : les mobilisations sur la consommation, l’environnement, régionalistes ou féministes ont des origines antérieures à 1968 et parfois plus lointaines (la coopération, le féminisme à la fin du XIXe siècle), même si « leurs porte-parole se recrutent parmi les classes moyennes salariées » (p. 351) ; il faudrait ajouter que « les nouveaux mouvements sociaux » charrient à la fois du nouveau et de l’ancien y compris dans le mouvement ouvrier (l’exemple de Lip en 1973-1974 est sur ce point emblématique). Marie-Claude Blanc-Chaléard développe dans « Les travailleurs immigrés en quête d’autonomie » (pp. 521-532) une définition plus large des « nouveaux mouvements sociaux » étendus aux « sans-voix » et elle démontre comment les « travailleurs immigrés » sont érigés dans les années 683 en une catégorie militante qui permet le développement d’un militantisme autonome sous une double dimension politique et culturelle, avant de perdre leur visibilité comme « travailleurs de France » et devenir des « communautaristes » après les grèves dans l’automobile en 1982-1984.

10Dans la période la plus récente, le répertoire d’action des mouvements sociaux revisite les formes anciennes des marches — la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 étudiée à nouveaux frais par Abdellali Hajjat (pp. 671-680) — et s’enrichit de nouvelles pratiques : un premier « contre-sommet » se tient à Paris en 1989 lors de la célébration du bicentenaire de la Révolution française, des débats d’experts et des manifestations plus ou moins festives, marques de l’altermondialisme de la fin de siècle (Éric Agrikoliansky) ; l’utilisation de la communication numérique surtout à partir du constat de la représentation déformée dans les médias du mouvement de novembre-décembre 1995. Les nouveaux modes de communication en réseaux « privilégient ainsi l’horizontalité sur l’organisation verticale et hiérarchique » (Fabien Granjon, p. 684). De nouvelles catégories d’acteurs s’affirment épisodiquement dans les mouvements de chômeurs (Emmanuel Pierru, pp. 688-695), le mouvement des précaires ou encore plus récemment celui des travailleurs sans-papiers soutenus par la CGT, des collectifs, et des associations.

Avancées historiographiques, transversalités implicites et pluridisciplinarité bienvenue

11Un certain nombre de contributions sont des synthèses attendues, mais peuvent être utiles aux étudiants pour une première approche. Certains articles font preuve d’une imprécision surprenante : c’est ainsi par exemple que dans l’article sur Mai-juin 68, la date du 15 mai est indiquée pour la première usine occupée — Sud-Aviation près de Nantes, alors qu’il s’agit du 14 mai, lendemain de la grève générale, précision qui est importante pour mesurer à la fois les circonstances du déclenchement de la première occupation, répercutée le jour même par les actualités télévisées, et les modalités de propagation de la grève de Nantes (le 14) à Renault-Cléon (le 15 mai) et ensuite aux autres sites de Renault (16 mai). L’article sur l’Association internationale des travailleurs véhiculant une conception ancienne de l’histoire du mouvement ouvrier, occulte la persistance des idées proudhoniennes et l’importance du mouvement coopératif au moins jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale. Heureusement, sur des sujets proches, Vincent Robert avec « Mutations de l’espace du travail et naissance du mouvement ouvrier » (pp. 160-168) et Ludovic Frobert, dans « ‘Vivre en travaillant ou mourir en combattant’. Les révoltes des canuts (1831, 1834) » (pp. 121-129) nous rappellent — entre autres — l’importance du mutuellisme au XIXe siècle.

12Si de nombreux groupes sociaux sont auscultés, dans le contexte d’un mouvement social éphémère ou de longue durée (réelle ou mémorielle) — les petits commerçants, les enseignants, les paysans, les mineurs, les artistes, les vignerons etc., on constate, sauf exceptions (dont celle d’Ingrid Hayes, p. 631) la quasi absence des femmes dans ce vaste panorama, même si Françoise Thébaud fait une synthèse précise sur les féminismes des années 1970 (pp. 509-520). Irène Péreira dans « ‘Sexe, race, classe’ ou la déconstruction des identités » clôt l’ouvrage avec l’évocation des théories queer, postcoloniales et de l’intersectionnalité et définit des « grammaires de la contestation » qui peuvent aboutir à la déconstruction des identités et à une atomisation ou au contraire un renouvellement de la « grammaire socialiste de lutte de classe » (p. 757).

Avancées

13D’autres contributions reflètent les avancées historiographiques en particulier autour des rites et des rituels qu’il s’agisse de rites coutumiers, de rituels politiques modernes, ou encore de la reprise de vieilles pratiques de détournement des rites et fêtes autorisés comme par exemple pendant la Résistance. Claire Andrieu cite ainsi une étoile jaune placée sur le Jésus de la crèche à Montbéliard en décembre 1942, des enterrements patriotiques suivis par des centaines de personnes ou encore des manifestations de « ménagères », cortèges de femmes s’apparentant aux émeutes de subsistances (p. 419). Ces exemples sont particulièrement intéressants car ils montrent comment des pratiques anciennes sont reprises et recodées dans des circonstances très spécifiques. De la même façon, un siècle auparavant, Emmanuel Fureix dans « Rites protestataires : un nouvel espace public et politique (1820-1848) ? » (pp. 46-57) démontre comment se déploie une « politique informelle » ritualisée avec des modalités diverses comme suivre un cortège funèbre, banqueter, porter un toast frondeur, faire une sérénade ou un charivari devant le domicile d’un adversaire politique. Ces rites ont contribué à recomposer l’espace public et à développer la politisation des individus et la démocratisation de la société (p. 46).

Transversalités

14La lecture suivie des 68 contributions permet de construire des transversalités implicites : la plus visible est celle d’une persistance de la xénophobie dans la société française. Ceci est démontré par le texte de Laurent Dornel sur « Les mouvements xénophobes (années 1880-1930) », celui de Claire Zalc détaillant les actions entreprises en 1935-1938 contre les commerçants étrangers établis en France qui traduisent repli sur soi, suspicion systématique et rejet de l’étranger du petit commerce (p. 496), celui encore de Marie-Claude Blanc-Chaléard affirmant le « statut fondamentalement extérieur à l’ordre national du travailleur immigré » (p. 530).

15Si le rôle des syndicats était attendu dans une histoire des mouvements sociaux (la CGT est particulièrement bien traitée), la place des catholiques — autre transversalité — est présente dans plusieurs contributions qu’elle soit organisationnelle (des mobilisations conservatrices aux organisations de jeunesse telles la JOC, la JAC, la JEC), théologique (des catholiques sociaux à la théologie de la libération) ou encore syndicale et associative (les prêtres-ouvriers, les comités de soutien aux grèves de la faim). Dernière transversalité diffuse dans de nombreux textes, celle de la violence, ouverte, larvée ou symbolique. Il serait sans doute nécessaire de formaliser une grammaire de la violence et de définir des régimes de conflictualité liés au contexte.

Pluridisciplinarité

16La pluridisciplinarité de fait (en particulier dans la dernière période) permet d’heureuses rencontres et ouvre de nouvelles perspectives et devrait susciter de futures discussions autour des spécificités et des points communs des diverses sciences sociales concernées par l’étude du présent. Déjà citée, Isabelle Sommier pose, pour les mobilisations collectives, la question de l’inscription dans le présent des acteurs et de leurs analystes et l’on peut relier cette interrogation au « présentisme » (promu par l’historien François Hartog) : comme le soulignent Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (p. 590) « l’illusion d’une fin de l’histoire et l’effacement des horizons d’attente modifient radicalement le statut des mouvements sociaux ».

17Une pluridisciplinarité assumée devrait susciter de futures discussions autour des spécificités et des points communs des diverses sciences sociales concernées par l’étude des mouvements sociaux pour comparer la construction des objets d’étude, les méthodologies, l’épistémologie et les échelles d’analyse, du local au national et au global.

Haut de page

Notes

1 Publications récentes en français : Olivier Fillieule, Lilian Mathieu et Cécile Péchu (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Sciences Po les Presses, 2009. Olivier Fillieule, Isabelle Sommier et Éric Agrikoliansky (dir.), Penser les mouvements sociaux, La Découverte, coll. « Recherches », 2010.

2 Sur les mobilisations et la sociologie de l’action collectives présentés ici synthétiquement de façon remarquable par Isabelle Sommier entre les pages 367 et 377.

3 G. Dreyfus-Armand, R. Frank, M.F. Lévy, M.Zancarini-Fournel (dir.), Les années 68 : le temps de la contestation, Bruxelles/Paris, Complexe, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « À la recherche des mouvements sociaux…  », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2013, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10763

Haut de page

Rédacteur

Michelle Zancarini-Fournel

Professeur des Universités en histoire contemporaine, Lyon 1.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page