Navigation – Plan du site

Dover Kosashvili, Infiltration

Loïc Geffrotin
Infiltration
Dover Kosashvili, Infiltration, Blaq Out, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Infiltration est le quatrième long-métrage de Dover Kosashvili, Israélien d'origine géorgienne. Il prend comme sujet Tsahal, l'armée d'Israël, présentée dans le discours officiel comme le creuset de la nation. Nous pourrions analyser ce film comme s'il s'agissait d'une image miniature de la société israélienne des années 1950. Ou essayer de voir ce que le réalisateur a voulu dire de la société israélienne actuelle par l'intermédiaire de ce film d'époque. Cependant, ce qui va nous intéresser ici sera la question de la violence.

  • 1  Sur ce sujet, lire notamment Stephen Bouquin (dir.), Résistances au travail, éditions Syllepse, 20 (...)

2En effet, le réalisateur tente de montrer que l'armée est bien un moteur d'intégration, mais d'intégration de la violence, qu'elle a elle-même produite. Les différents personnages du film illustrent une façon différente de se confronter à cette violence de l'organisation. Ainsi, on lira ce travail du réalisateur comme une enquête sociologique à propos de la violence sur les lieux de travail, et de la résistance de ceux qui y sont confrontés1.

  • 2  Ainsi le film de Dover Kosashvili est l'inverse de Full Metal Jacket : si le thème est bien simila (...)

3Le film commence en 1956, dans un État récemment créé. On suit le début d'une formation singulière, celle du service militaire d'une unité, qui a la particularité d'être inapte au combat. En effet, tous les soldats qui la composent ont été diagnostiqués comme ayant des problèmes physiques ou mentaux. Ils sont destinés à occuper des emplois administratifs ou techniques. Ainsi, loin de certains clichés hollywoodiens, on ne va pas suivre une unité d'élite (pilotes de chasse, parachutistes...) qui ferait la fierté de la nation. De même, il n'y a pas de personnage principal, ni de batailles2. Infiltration est un portrait de groupe, un groupe de personnes « inadaptées ». Par exemple, ces jeunes soldats ne peuvent pas courir longtemps sur de longues distances. Leur commandant, Moalem, va passer outre la particularité de ces personnes, pour en faire « des hommes, des vrais soldats ». Bref, il – et au travers lui, toute l'institution – va leur faire violence, va chercher à les changer, sans prendre en considération qui ils sont : « Je me fiche de vos maladies et de vos dispenses militaires […] À partir d'aujourd'hui vous êtes en pleine forme » lance le commandant. Les soldats n'ont plus qu'à obtempérer. D'ailleurs leur chef dit : « Dans l'armée, quand on ne peut pas, c'est qu'on ne veut pas. ». Du point de vue de l'organisation, il n'existe que de la mauvaise volonté, qu'il faut briser etfaire rentrer dans le moule.

4Le film commence in medias res, par un soldat suffocant, qui lance à un autre : « Tu m'as tué... c'est la mort ici. ». Il ne s'agit que d'une façon de parler, mais cette phrase résume bien le propos du film : l'armée apprend à faire de soi un ''vrai'' homme, c'est-à-dire un tueur. Le soldat refusant de faire l'exercice, le commandant crie : « Relève-toi ou je te tue réellement » puis « Exécution ou je t'assomme ». Il est intéressant de souligner l'usage du terme « exécuter », qui se dit de quelque chose, ou de quelqu'un. Les soldats sont en train d'apprendre à étrangler, ils sont en train d'apprendre le lieu de la jonction entre les deux sens du terme exécuter : l'armée.

5Au niveau dulangage toujours, un autre type de violence est fait : donner des sobriquets. Ainsi un homme ayant des problèmes de peau se fait appeler « Zéro Zéro ». Ce nom péjoratif a été choisi ainsi car il s'agit des deux derniers chiffres de son matricule. On ne connaîtra jamais son véritable nom.

  • 3  Voir à ce sujet l'ouvrage de Dominique Lhuilier, Placardisés, des exclus dans l'entreprise (Seuil, (...)

6L’entraînement militaire s'avère être, tout au long du film, une série d'humiliations et de tortures : Ben Hamo est privé de permission car il semble être homosexuel. Pendant une allocution du chef de la base, Miller fait une crise d'épilepsie, personne ne bouge tant que le discours se tient. D'ailleurs celui-ci meurt sans que personne ne s'en rende compte au moment des faits, leur commandant lit leur courrier intime. Les soldats n'ont donc plus d'intimité, l'armée veut avoir une emprise totale sur eux. Avner par exemple, parce qu'il refuse de dire que « Les femmes sont comme des armes » et parce qu'il s'était endormi pendant une ronde de nuit, va être mis au « placard »3 : il sera obligé de rester sur sa couchette, à l'extérieur du baraquement, et ne pourra pas participer à l’entraînement militaire, jusqu'à ce qu'il accepte de dire la phrase. Il résiste quelques jours, jusqu'au shabbat, où, pour obtenir sa permission, il va céder. Son commandant lui dit : « Dis-le pour [me] faire plaisir ». En fait, on demande juste à ces soldats d'obéir au supérieur, il n'y a rien de plus à apprendre à l'armée. Il faut donc apprendre la soumission aux ordres, parfois à leurs arbitraires.

7Ainsi, la socialisation militaire va se faire par l'apprentissage de l'intériorisation de la violence. Cette violence va prendre différents aspects : humiliations publiques, et obéissance à des ordres arbitraires, qui vont être portés par le langage. Comment les différents personnages réagissent-ils à cette violence ?

8À la fin du film, certains personnages semblent prendre conscience de l'endoctrinement qui s'impose à eux. Avner confie à un de ses camarades qu'il ne lui en veut pas de ne pas l'avoir prévenu d'un danger. Car ne comprenant pas lui-même son comportement – sa maladie mentale – il n'accuse pas celui des autres. Être un peu fou est une façon pour ces soldats d'échapper à cet ordre militaire. Certaines de ces jeunes recrues ont donc conscience de la violence et de la folie de cette institution. Ils s'en protègent en jouant eux aussi le jeu de la folie.

  • 4 Albert Hirschman, Exit, Voice, Loyalty, Défection et prise de parole, Université Libre de Bruxelles (...)

9Mis à part ceux qui intériorisent cette violence sans y penser, ceux qui rentrent dans le rang en en ayant conscience, il y a également ceux qui n'en peuvent plus. Ainsi, après une soirée de randonnée, les soldats mettent la pression à un juif d'origine algérienne ou marocaine, Ben Hamo, pour qu'il chante un air joyeux et oriental, afin de les distraire. À leur grande déception, il entonne La Marseillaise, qui retentit pour ce qu'elle était, un chant révolutionnaire contre les despotes... Cet affront à la hiérarchie militaire provoque seulement l'ennui de ses camarades, preuve que ceux-ci sont définitivement intégrés à l'armée, qu'ils sont « loyaux ». Ben Hamo, après l'échec de l'option « voice », fuira l'armée au petit matin (« exit »)4.

10Cette violence de l'institution, et la façon dont elle est gérée par ses membres, est particulièrement bien illustrée par le personnage qui souhaite devenir parachutiste : Alon. Répétant à l'envi qu'il s'est retrouvé dans cette section par erreur, qu'il n'est pas « malade », il va tenter d'être un soldat modèle, il va même en faire trop, ce qui va déplaire à ses supérieurs, qui demandent simplement à être obéis. Ces excès de zèle d'Alon le font entrer en disgrâce. Cette lente et progressive descente aux enfers, allant d'espoirs déçus en trahisons, le mène inconsciemment à un choix : retourner la violence de l'institution contre celle-ci, ou la retourner contre lui-même. Sans en dire plus sur l'intrigue, nous écrirons simplement que ce personnage meurt le sourire aux lèvres : c'est la seule façon qu'il a trouvée de se libérer du poids de l'armée. Par la mise en scène, le réalisateur fait comprendre que le commandant – qui est posté à proximité du corps – est dans la position de l'assassin, il est le coupable, même s'il n'a pas directement tué son subordonné.

11Violence verbale, punitions diverses, humiliations, conditions de vie infectes, volonté de soumettre, négation de l'individu génèrent des désaffections, des morts, le meurtre de soi. Infiltration illustre les différentes sources de violence faites à l'individu par une institution, et les différentes façons d'y répondre.

12Sur le DVD, on trouvera en bonus le making of du film (22 minutes). Contrairement à des films plus commerciaux, celui-ci n'est pas une compilation d'interviews du staff afin de nous venter les mérites du film. Il s'agit, au contraire, de simplement montrer des scènes du tournage, afin de laisser une trace du travail en train de se faire. Il est intéressant de souligner ici que ce making of peut servir de contrepoint au sombre tableau qu'a décrit le réalisateur dans son film. En effet, Infiltration souligne qu'on n’a pas forcément à s’enorgueillir de son armée, car elle ne vise pas seulement à faire violence à un ennemi, elle forme, ou déforme, les individus en amont de la guerre. Quant à cette vidéo bonus, elle nous montre que malgré les conditions difficiles (pluie, froid), une bonne ambiance régnait sur le tournage. On peut alors dresser un parallèle entre le commandant qui torture ses soldats, et le réalisateur qui coopère avec l'équipe du film. On a sous les yeux deux façons de se socialiser, une par la violence, qui génère davantage de violence, et une autre par la coopération, qui génère de l'entente.

Haut de page

Notes

1  Sur ce sujet, lire notamment Stephen Bouquin (dir.), Résistances au travail, éditions Syllepse, 2008.

2  Ainsi le film de Dover Kosashvili est l'inverse de Full Metal Jacket : si le thème est bien similaire (la formation d'une unité, qui illustre la violence du fonctionnement de l'institution militaire), le film de Stanley Kubrick met en avant un narrateur et personnage principal (« Guignol »), et dans le deuxième temps de l'histoire, les personnages auront à passer de la théorie à la pratique.

3  Voir à ce sujet l'ouvrage de Dominique Lhuilier, Placardisés, des exclus dans l'entreprise (Seuil, 2002), qui considère que le « placard » est une véritable « mort sociale ».

4 Albert Hirschman, Exit, Voice, Loyalty, Défection et prise de parole, Université Libre de Bruxelles, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Geffrotin, « Dover Kosashvili, Infiltration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10775

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page