Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2010Pierre-Emmanuel Sorignet, Danser....

Pierre-Emmanuel Sorignet, Danser. Enquête dans les coulisses d'une vocation

Sylvia Faure
Danser
Pierre-Emmanuel Sorignet, Danser. Enquête dans les coulisses d'une vocation, La Découverte, coll. « textes à l'appui », 2010, 321 p., EAN : 9782707158208.

À lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Liens Socio a publié deux comptes rendus de cet ouvrage. Vous pouvez découvrir l'autre compte rendu, rédigé par Abdallah Zouhairi

Texte intégral

1A partir d'une enquête par immersion parmi les professionnels de la danse contemporaine, lui-même danseur, Pierre-Emmanuel Sorignet rend compte d'un monde de l'art particulièrement ambivalent : des carrières brèves et peu rémunérées, des relations de travail ambigus et souvent complexes entre chorégraphes et danseurs, un marché du travail où les postes se raréfient tandis que les qualifications ne cessent d'augmenter. La spécificité ici tient de la manière vocationnelle dont est vécu ce métier et des rétributions symboliques qui en découle (le plaisir de la scène, le prestige d'une identité artistique, les profits narcissiques du fait de danser ou d'avoir travaillé avec tel ou tel chorégraphe reconnu...) et qui participent de l'acceptation des conditions de travail difficiles et, en partie, de l'invisibilisation des rapports de domination employeur/employé.

2La recherche repose sur des observations participantes ainsi que sur une centaine d'entretiens approfondis et enregistrés avec des danseurs et des chorégraphes, en optant pour un double éclairage du métier cernant la vie professionnelle et la vie privée (choix du conjoint, mode de vie, la question de l'identité sexuelle, rapport à la culture légitime, les sociabilités...).

3Un des enjeux de ce livre est de questionner l'idéologie managériale - relayée par certains sociologues à travers des enquêtes quantitatives- en un marché du travail flexible et assuré (assurance chômage), comme le proposerait le statut d'intermittent du spectacle. Il constituerait ainsi un modèle de gestion d'une main d'oeuvre vue comme plus « autonome » et plus « créative » quand l'emploi relève d'un « projet ».

4L'ouvrage se compose de huit parties se rapportant aux étapes et moments significatifs de la carrière. Ces parties traitent de la formation et de la construction sociale de la « vocation » ; des auditions et des manières de trouver (ou de perdre) une place sur le marché du travail ; des relations ambivalentes entre chorégraphes et danseurs ; des modalités de la création artistique ; de la vie privée (le rythme de vie, la carrière amoureuse, être parent et continuer à danser) ; des changements physiques et des micro-conversions corporelles durant la carrière et des ajustements nécessaires dans les manières d'exercer le métier de danseur selon le vieillissement, selon les formes chorégraphiques pour qui et avec qui l'on travaille ; de l'appartenance à une profession engageant un style de vie « hors norme » ; de la reconversion professionnelle.

5La densité du propos ne peut être résumée ici. Il nous semble plus pertinent d'en souligner trois idées fortes sans rechercher l'exhaustivité :

6La première est la mise en d'inégalités et de stéréotypes de sexe durant la carrière. Bien souvent à la suite d'une formation classique, l'entrée dans la danse contemporaine passe par la nécessité de convertir un capital physique et souvent culturel : un corps ne répondant pas aux valeurs académiques de la danse classique, peut être « compensé » par les signes extérieures d'une personnalité (surtout pour les hommes) qui séduit les chorégraphes. La diversité des techniques dans la danse contemporaine, l'accent mis sur la création et la croyance en une singularité propre à chacun, favorisent aussi des formes de travail du corps diversifiées ce qui est fréquemment vu, par les jeunes danseurs passés par l'académie, comme une « libération », un moyen de se réapproprier leur corps. Pour les femmes, ces modalités de « libération » sont atténuées du fait que les critères esthétiques de la « féminité » demeurent très normés tant lors de la formation que lors des auditions. De même, durant ces recrutements, une importance accrue envers l' « intelligence » des danseurs est repérée par les chorégraphes, alors que la « fragilité » sera plus souvent l'objet de jugements de valeur envers les danseuses (l'intelligence du corps des hommes correspondant généralement à un CV marqué par des niveaux de diplôme supérieur). Sur leur CV (outil de recrutement généralisé), les danseuses font preuve d'un niveau de formation artistique plus grand que les danseurs sélectionnés. La compétition étant à leur désavantage (il y a plus de femmes sur le marché du travail que d'hommes), le niveau technique féminin est aussi plus élevé, mais le critère de l'esthétique physique est des plus puissant et stéréotypé.

7Une seconde idée forte à souligner est l'observation fine processus d'intériorisation et d'incorporation du métier de danseur, tout au long de la carrière, durant la formation, puis l'exercice du métier et quand se pose la question de la reconversion professionnelle. L'auteur s'intéresse ainsi aux usages sociaux du corps dansant en tant que producteurs d'identités sociales. Le rapport au monde de la danse est également un rapport au corps de l'autre : faire confiance à l'autre dans des gestes techniques et dans les relations amicales quotidiennes. Il s'agit aussi d'apprendre à vivre avec un corps douloureux, fatigué, corps objet d'investissements réflexifs aussi (les danseurs ont à coeur de comprendre les mécanismes corporels). Enfin, ce corps est subordonné au bon vouloir du chorégraphe qui le possède quasiment. Cette subordination peut être enjeu de chantage à l'emploi (notamment si le danseur ou la danseuse a un problème de santé).

8La dernière idée soulignée ici renvoie à l'analyse des styles de vie des danseurs ; Pierre-Emmanuel Sorignet articule ainsi une sociologie du travail à une sociologie des modes de vie. La socialisation professionnelle se manifeste, dans bien des cas, par des choix de conjoint et de sociabilités amicales jouant un rôle de ressources affectives et professionnelles. Par ailleurs, l'exercice du métier intervient dans différents espaces de la vie privée et intime (questions de santé, recul des naissances...), manière de vivre composée de longues attentes sans travail et d'une grande disponibilité temporelle lorsque l'emploi est obtenu. Ces scansions temporelles de l'intermittence du travail engagent à une discipline quotidienne associant le suivi de cours de danse régulier, elles confrontent aux moments de « vide » professionnel, sujets à déprime, et des moments d'intensité du travail, source d'éloignement des proches, de rupture avec les routines, de forte concentration sur un « projet » de création qui s'accompagne de compensations narcissiques tirées de la scène et du regard du chorégraphe sur le travail propre au danseur. Ces conditions de vie accentuent la croyance en une éternelle jeunesse, non pas en terme d'âge, mais de style de vie marqué par la précarité professionnelle et matérielle, par l'engagement et la prise de risques pour la réalisation d'une « vocation ». Cette jeunesse symbolique est un jour ou l'autre soumise à l'impératif du vieillissement professionnel, quand le coût de maintien dans le métier n'est plus équilibré par le désintéressement et la foi en une identité d'artiste. Le processus de reconversion bute alors sur une forme de désarroi pour penser l'avenir, sur la question des possibilités de transférer des compétences professionnelles dans un autre mode de vie et de travail, sur un sentiment de perte de singularité en renonçant au style de vie artiste et sur la crainte d'être déclassé.

9Au final, Pierre-Emmanuel Sorignet décortique avec force de détails, jamais ennuyeux, des pratiques « en train de se faire ». L'analyse n'est d'ailleurs pas uniquement descriptive. L'écriture ethnographique inclut l'explicitation des appuis théoriques De ce point de vue, l'ouvrage est « armé » sur le plan sociologique, combinant l'objectivation des scènes sociologiques et des remarques subjectives relatives à l'implication personnelle de l'auteur dans le métier et le plus souvent dans les scènes décrites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Faure, « Pierre-Emmanuel Sorignet, Danser. Enquête dans les coulisses d'une vocation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 juillet 2010, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.1078

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search