Navigation – Plan du site

Antoniy Galabov et Jamil Sayah, Participations et citoyennetés depuis le Printemps arabe

Lucie Laplace
Participations et citoyennetés depuis le printemps arabe
Jamil Sayah, Anthoniy Galabov (dir.), Participations et citoyennetés depuis le printemps arabe, Paris, L'Harmattan, coll. « Local & Global », 2012, 232 p., ISBN : 978-2-336-00399-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Technologies de l’information et de la communication.

1Cet ouvrage collectif est un recueil d'études et d'analyses issues de contributions présentées dans l'une des quatre sessions du colloque international « Médias, Internet, Démocratie », qui a eu lieu les 23, 25, 27 avril et le 5 juin 2012, respectivement à Sofia, Banska Bystrica, Grenoble et Paris. Dans ce livre, les TIC1 ne sont pas vues comme favorisant la démocratie a priori, mais comme outil, support et nouvel espace démocratique par l'usage qu'en ont fait les individus dans les pays ayant connu les Printemps arabes (Égypte, Tunisie), mais aussi dans d'autres pays (Algérie, Iran, Ukraine, Côte d'Ivoire, Bénin).

2Jamil Sayah propose de réfléchir sur le rôle des nouveaux médias numériques dans les mobilisations ayant produit les printemps arabes : s'agit-il d'un nouveau tournant pour l'histoire de la démocratie qui défierait la définition occidentale de la démocratie représentative libérale ? Quel a été l'impact de ces participations, produits de la révolution numérique, sur la (re-)définition de la citoyenneté qui devient plurielle grâce à la multiplication des espaces d'expression interdépendants ? Cet ouvrage se fixe pour objectif de réfléchir sur la révolution numérique, comment celle-ci permet de penser dans un nouveau cadre les relations internationales, et d'élargir la définition classique du citoyen et de la démocratie.

  • 2  Notamment grâce à la démonstration par Echergui Fouzia du rôle inspirateur des séries télévisées é (...)

3Ces changements importants peuvent s'expliquer selon une approche centrée sur les acteurs. À travers différentes études de cas, les auteurs ont tenté de comprendre qui sont les acteurs qui se cachent derrière ces nouveaux médias. L'acteur type apparaît être un jeune vivant en ville, issu d'une classe moyenne, voire d'un milieu aisé. L'étude de la variété de l'outil qu'est Internet et de ses utilisateurs est l'un des objets centraux de cet ouvrage, qui s'intéresse surtout à Internet en tant que nouvel espace d'expression démocratique, mais il aborde aussi le rôle des téléphones, des radios, de la télévision2. Le profil des utilisateurs est également détaillé : du pirate d'Internet au cyberactiviste, du relais d'information au militant politique. En se rencontrant sur la toile, en débattant et en s'interrogeant sur le décalage entre la réalité et leurs aspirations, les internautes se sont mobilisés peu à peu, de manières diverses selon leur profil et leur utilisation d'Internet. Pour mieux comprendre le rôle des TIC dans les Printemps arabes, les auteurs ont étudié la complémentarité des espaces numériques et de la rue, espace démocratique classique. Selon eux, les réseaux virtuels viennent compléter les réseaux sociaux déjà en place (réseau familial, de voisinage, religieux, politique, associatif, etc.). Le rôle des différents réseaux sociaux (virtuels et non virtuels) permet de relativiser la théorie d'un individualisme croissant, symbole de la globalisation. Dans le cas des révolutions arabes, les TIC n'ont pas été un outil pour « faire de la politique », ni même pour proposer un projet ou un programme de société, mais avant tout pour débattre et diffuser des informations. En cela, on peut penser que ce support permet un développement original et indispensable à la diffusion de la démocratie. On a constaté des disparités dans l'accès à Internet selon les individus qui peuvent être analysées sociologiquement : écart générationnel, classes sociales, niveau d'études, profession, localité d'habitation etc. Il aurait pu être intéressant de s'interroger sur l'impact de la disparité culturelle des individus provenant de différentes classes sociales sur leurs relations et leur répertoire d'action lors des manifestations de rue.

4Le deuxième axe remarquable de cet ouvrage est le questionnement de l'impact des TIC sur l'espace public. Profondément attachés à une vision habermasienne de l'espace public, les différents auteurs voient dans ces nouveaux médias un espace complémentaire à l'espace public classique. Dans les Printemps arabes, les TIC ont largement favorisé la diffusion de l'information à une échelle importante et la naissance d'espaces de débat. Au sein de ces nouveaux médias, les individus acquièrent une force et un dynamisme grâce au débat, ce qui permet de changer leur regard sur leur quotidien. Il est possible d'identifier une nouvelle forme de participation citoyenne. Les institutions nationales des pays étudiés ont relativement peu d'emprise sur l'accès des internautes, la modération de leurs publications, et leurs diffusions sur Internet. Les propos sur Internet semblent s'autoréguler, puisque les dérapages extrémistes incitant à la violence s'avèrent rares. La diffusion et le partage de l'information ont été le moteur des Printemps arabes en permettant aux internautes disposant d'un certain niveau d'études, d'acquérir et de développer leur « sens critique » grâce à la création d'espaces de débat. Les individus modifient leur rapport à l'engagement et aux valeurs démocratiques, l'expérimentant à travers l'espace numérique ; cette expérience est complétée par leurs mobilisations collectives de rue. Selon Sami Mihoub qui étudie le cas de la Tunisie post-révolutionnaire dans le chapitre 5, le support numérique doit aussi être vu comme un potentiel lieu de mémoires individuelle et collective non figé, où le débat est permis, ce qui engendre, selon l’auteur, une redéfinition du rapport entre soi, les autres et la société.

5En s'interrogeant sur l'évolution de cette participation citoyenne, les auteurs questionnent les qualifications données aux expériences vécues lors des Printemps arabes : s'agit-il de révoltes ou de révolutions? La réponse à cette question est bien évidemment nuancée, invitant le lecteur à mieux connaître les échelles de mobilisation et la nature des contestations, qui ont en commun l'importance des revendications sociales comme socle de mobilisations. Sans dénier l'apprentissage de certaines valeurs démocratiques des citoyens au cours des Printemps arabes, il convient d'être prudent et d'observer l'évolution des transitions dans les années à venir, avant de proclamer que des régimes démocratiques ont été mis en place.

6Les cas de l’Égypte et de la Tunisie sont les plus développés dans cet ouvrage, où le rôle des médias est largement questionné : ces médias sociaux sont-ils le principal moteur de la démocratie naissante ? Quels ont été les médias qui ont joué un rôle déterminant dans le développement de la contestation et dans la création de ce nouvel espace démocratique ? Quelles sont les limites de ces nouveaux médias dans la période post-révolutionnaire ?

7Les chapitres suivants abordent d'autres cas où les médias sociaux ont joué des rôles importants (Algérie, Iran, Ukraine, Bénin, Côte d'Ivoire...). Les situations très diverses des pays sélectionnés paraissent être seulement juxtaposées, sans qu'une véritable analyse comparative soit effectuée. Il est concevable que la révolution numérique caractérisant les Printemps arabes ait eu un impact en dehors du monde arabe. Cependant, il paraît difficile que des contextes électoraux ou post-électoraux de révolte ou de révolution, dans des pays aussi variés que le Bénin, l'Ukraine ou l'Iran, soient apposés sans mise en perspective globale suffisante. La lecture de ces chapitres reste néanmoins intéressante car ces études de cas sont généralement peu développées dans la littérature scientifique.

8Cet ouvrage questionne également le rôle de l'Occident et surtout de l'Europe dans ces Printemps arabes, mais aussi dans les transitions démocratiques de l'Europe de l'Est. Il s'en dégage l'impression d'une rencontre ratée de l'Europe et des États-Unis, puissances promotrices de la démocratie, avec les populations. Ces puissances globales continuent donc d'avoir une perception westphalienne des relations internationales. D'une part, les TIC restent pour eux un outil de participation encore difficile à appréhender. D'autre part, il semble encore trop tôt pour eux, au vu de l'échelle de la révolution numérique qui ne touche qu'une partie de la population, pour prendre partie réellement en faveur du peuple et d'abandonner leurs interlocuteurs stratégiques institutionnels. Les auteurs semblent donc cautionner dans cet ouvrage, la vision selon laquelle le XXIe siècle serait le siècle de la société civile, tout en appelant à la prudence du fait du pouvoir normatif important des puissances telles que l'Union Européenne.

9Dans la conclusion, Ivaylo Ditchev s'interroge sur l'esthétisation du politique par les TIC, où le politique serait une nouvelle scène de la société du spectacle et ne favoriserait pas la politisation des différents participants, comme l'avait pourtant souhaité Walter Benjamin dans le but d'amener un changement social effectif. L'ère de la médiatisation, symbolisée par les TIC, se focaliserait sur la diffusion d'une image qui favoriserait la diffusion d'un message, mais cette image ne serait pas nécessairement porteuse d'une éthique, centrale pour Walter Benjamin. Sans éthique et un certain ascétisme, le message disséminé aux masses perd de sa force. Son impact pour un changement social s'en trouve affaiblit  puisque la production de ces images et leur diffusion se trouvent routinisés.

10Cette conclusion de l'ouvrage, certes intéressante et porteuse d'une éthique appréciable, renforce le caractère disparate de l'ouvrage. Cette étude de l'esthétisation du politique par les TIC pourrait être examinée au travers de différentes études de cas choisies sur des continents différents. L'esthétisation du politique paraît être l'une des caractéristiques de la politique moderne. Dans le cas des Printemps arabes, les critiques faites à l'esthétisation du politique pourraient être relativisées puisque les mobilisations contre le pouvoir en place ne paraissent pas nécessairement faiblir depuis deux ans et seraient ainsi porteuse d'un certain message éthique d’une ampleur plus grande que ce qui a pu être dit ou écrit.

11On peut dire pour conclure que cet ouvrage reste intéressant puisqu'il permet de prendre connaissance de l'utilisation de médias sociaux dans des cas très divers, des Printemps arabes aux violences post-électorales en Côte d'Ivoire. La forme de l'ouvrage, basée sur des communications provenant de colloques, influe beaucoup sur la qualité du livre produit, qui manque un peu de cohérence, et certaines thématiques ne paraissent pas assez explorées. Il est dommage que les auteurs n'aient pas suffisamment approfondi la question du lien entre mobilisations virtuelles et mobilisations de rue dans le cas des Printemps arabes, puisque cela pourrait remettre en cause le rôle normatif de l'Union Européenne et la question de l'esthétisation du politique. L'impact démocratique de ces mobilisations virtuelles pourrait être étudié sur le long terme, avant de soulever l'idée, somme toute classique, d'une démocratie en expansion.

Haut de page

Notes

1  Technologies de l’information et de la communication.

2  Notamment grâce à la démonstration par Echergui Fouzia du rôle inspirateur des séries télévisées égyptiennes dans la révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Laplace, « Antoniy Galabov et Jamil Sayah, Participations et citoyennetés depuis le Printemps arabe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10780

Haut de page

Rédacteur

Lucie Laplace

Enseignante vacataire en licence de science politique à l'Université Lumière Lyon 2, étudiante en Master 2 "Ingénierie électorale et en démocratisation comparée".

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page