Navigation – Plan du site

Olivier Bessard-Banquy (dir.), Les mutations de la lecture

Éric David
Les mutations de la lecture
Olivier Bessard-Banquy (dir.), Les mutations de la lecture, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Les cahiers du livre », 2012, 240 p., ISBN : 978-2-86781-788-5.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure du tout-numérique et devant l’hégémonisme que laisse transparaître l’omniprésence techno-électronique, il n’est pas illégitime que les « amoureux de la chose écrite » et autres bibliomanes et bibliophiles s’interrogent sur l’avenir du livre comme contenant et comme contenu. C’est la réflexion entreprise ici par Olivier Bessard-Banquy dans un ouvrage collectif dirigé par ses soins : Les mutations de la lecture.

2À « l’ère de l’écran » total, il est permis de penser que l’audiovisuel a supplanté l’écrit, et en particulier le bon vieux codex. Si rien n’est définitivement figé en la matière, des tendances lourdes agrémentent toutefois cette optique : l’essor d’une « culture » du loisir structurée autour de productions bas de gamme, a relégué la lecture et la défense des lettres du côté de la ringardise ; les « gros lecteurs » (plus de vingt livres par an), en voie de disparition, laissent désormais la place aux non-lecteurs en nette progression ; et la lecture savante — celle qui requiert du temps et de l’effort, a été remplacée par une « lecture zapping » et utilitariste.

3Pour autant, et c’est un paradoxe, « peu d’époques ont plus fait pour la lecture que la nôtre » : salons, concours, chaleur des librairies ou splendeur des médiathèques en témoignent. Ce ne serait donc pas « la fin de la lecture » mais plutôt « la fin de la lecture comme fait culturel total ». De cette transformation des pratiques culturelles, O. Bessard entend mesurer l’impact sur les professionnels du livre. Scindé en deux parties distinctes mais complémentaires, ce recueil collectif présente d’abord une série d’« entretiens professionnels » menés avec des experts : chercheurs, bibliothécaires, consultants et éditeurs nous livrent leurs réflexions, parfois surprenantes.

4Ainsi de N. Robine qui estime que l’acte de lecture reste « un phénomène inconnu », car au fond, que signifie « lire » et « lire des livres » ? Est-ce les lire in extenso ou juste les survoler ? En outre, beaucoup moins de gens lisent de livres et pourtant il y a beaucoup plus de lecteurs. Lire, qui n’est plus une « pratique de distinction », n’est donc pas seulement « lire des livres » : chez certains enquêtés, il ressort que consulter Internet équivaut à lire un texte ! O. Donnat qui entend ne pas trop idéaliser la lecture « des temps passés », explique la chute du nombre des « gros » lecteurs du fait d’Internet, qui a transformé le rapport au livre. Mais ce déclin de la foi en la littérature s’explique aussi par la massification scolaire et l’élargissement du champ des légitimités culturelles. Et selon lui, cette facilité d’accès aux offres culturelles par le numérique est un bienfait démocratique car elle supprime les obstacles territoriaux.

5L’enthousiasme est moindre chez B. Lahire qui constate la fin du modèle de l’honnête homme cultivé. Au XXe siècle, l’accroissement du nombre de formes culturelles admises comme légitimes a eu pour effet de faire baisser l’intérêt pour la littérature classique : la culture lettrée n’est plus l’apanage des élites, mais seulement de celle en lien avec le savoir. De ce relativisme qui tend à distinguer une culture « froide » (cérébrale) et une culture « chaude » (participative), la « culture » semble n’être plus qu’un moyen de figurer en société.

6Dans une veine proche, M. Poulain fait coïncider la désaffection apparente pour la lecture avec les grandes politiques de lecture innovantes, et souligne que la lecture de livres, qui est en baisse, l’est aussi dans les catégories diplômées et supérieures. Convient-il alors d’opposer l’écran et l’imprimé ? Non, car l’essentiel ne serait pas le support mais la qualité du rapport au texte. Et au final, ces deux univers se complètent : la numérisation ne permet-elle pas, par exemple, de « repatrimonialiser » des bibliothèques ? Pour Pocket, éditeur de grande diffusion, ces deux univers se concurrenceraient plutôt. Tourné vers le reprint et ayant vocation à capter toujours plus de publics, F. Laurent explique que l’enjeu se situe ici dans le potentiel de vente. Or, l’e-book agit comme une menace pour le livre de poche. Mais au vu du contexte français — toujours riche de libraires et à l’offre numérique modeste, le danger n’est pas encore imminent. Ce contexte et le manque de visibilité n’empêchent toutefois pas les libraires d’avoir conscience des potentialités du numérique. Ainsi, F. Gèze, optimiste à ce sujet, regrette cependant la disparition des générations de grands lecteurs, surtout depuis les années 80 où un modèle utilitariste de rapport à l’écrit s’est imposé, et où la démocratisation-vulgarisation de la production éditoriale a brouillé les frontières entre cultures légitimes et illégitimes.

7Le second moment de l’ouvrage propose cinq « études éditoriales » destinées à mettre le focus sur des aspects plus spécifiquement historique, sociologique ou économique de l’univers du livre. B. Seibel revient sur « une formule pour faibles lecteurs », France Loisirs, club généraliste et familialiste tourné vers le grand public et qui, dès l’origine (1971), a usé d’une relation de proximité « sous contrainte » avec ses membres (surtout des femmes et des employés) : « rappeler l’adhérent à l’ordre de la lecture » en l’incitant « culturellement » à la pratique obligatoire d’achat trimestriel de livres. J. Thibout-Calais s’est penchée, elle, sur « un public à séduire » : le lectorat féminin. Il est vrai que la reconnaissance de la lecture des femmes fût longue et ne s’est produite en France que dans les années 80. Depuis, ce lectorat n’a cessé de gagner en influence. Visible au travers de la « sentimentalisation » générale de la littérature, présente dans les maisons d’édition, cette féminisation se ressent désormais dans les librairies qui drainent plus de clientes que de clients.

8Qu’en est-il d’ailleurs du métier de libraire au temps des feel good books ? À cette question, J-P. Ohl fait surtout état de malaise. Lieu d’approvisionnement et de découverte, les librairies ont toujours eu ces deux fonctions que des paramètres récents (nouveaux canaux de vente) ont modifiées, isolant de plus en plus le libraire avec sa passion et sa déontologie. Mais en ne servant au public que ce qu’il attend, les éditeurs contribuent aussi à dégrader l’idée même de littérature.Est-ce le cas avec les readers ? H. Bienvault note que depuis 2007, le livre numérique est en forte croissance dans le monde entier, surtout aux États-Unis. Mais en France, du fait d’offres limitées et de prix élevés, le consommateur a été peu incité à rentrer dans cet univers pourtant pluriel (iPad, netbooks etc.). L’explosion annoncée du livre numérique n’a donc pas eu lieu, mais ces tablettes ont eu un effet : redéfinir les règles du jeu de l’édition.

9Enfin, A. Gefen s’est interrogé sur la destinée de la littérature contemporaine face à la sphère du (livre) numérique qui a bousculé les catégories fondamentales d’« auteur », de « lecteur », de « critique » ou d’« œuvre ». Il faut dire qu’Internet, qui favorise la quantité, encourage une littérature pensée comme un « laboratoire » en pointe dans l’auto-publication d’anonymes. Internet serait-il (devenu) la littérature ? En tout cas, des « effets de redistribution » ne sont pas à écarter : la restructuration de l’économie du livre par le numérique rendra peut-être le livre « papier » rare et précieux.

10Alors, quel devenir pour la lecture ? Malgré un illettrisme persistant, O. Bessard conclut que la lecture ne s’est jamais aussi bien portée. Mais entendons-nous : il s’agit là d’une appréciation quantitative visant la lecture banale, c’est-à-dire dépourvue de visée intellectuelle. Oui, la lecture progresse, mais « la fréquentation des chefs-d’œuvre recule » : la lecture « intensive », profonde et fouillée, fait désormais place à une lecture « extensive », légère et frivole (fast books) en concurrence avec les programmes télévisés. Peut-être le numérique ne sera-t-il pas le plus gros péril pour la librairie traditionnelle dans la mesure où le livre, pour beaucoup, n’est plus qu’un sous-produit de consommation « rédigé dans un sous-état de langue ». Mais l’électronique n’est pas non plus sans conséquence qualitative : au fil linéaire de la lecture classique, le nouvel ordre numérique oppose une langue démembrée et sautillante, perturbant le « régime d’autorité » qui distinguait l’auteur du lecteur. Certes, le numérique permet, grâce à cette « hyper-démocratie des textes », une forme d’activisme intellectuel stimulant le débat, et ce, même si le modèle « extensif » de lecture réside dans la formule : « connaître peu de beaucoup ». Toutefois, s’il sait se réinventer, O. Bessard pense que le livre papier restera sans doute le vecteur premier de la lecture « intensive ». À ce titre, on peut espérer que les bouquineries, ces lieux de deuxième vie (de salut ?) pour le livre, et son artisan principal, le bouquiniste, se perpétuent. Une étude sur cette profession et son environnement aurait sans doute été souhaitable -si ce n’est indispensable- dans cet ouvrage : on demeure étonné d’un tel « oubli ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Olivier Bessard-Banquy (dir.), Les mutations de la lecture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 février 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10792

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en Sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), Ministère de l'Education nationale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page