Navigation – Plan du site

Octave Debary, Mélanie Roustan, Voyage au musée du quai Branly. Anthropologie de la visite du Plateau des collections

Samuel Coavoux
Voyage au musée du quai Branly
Octave Debary, Mélanie Roustan, Voyage au musée du quai Branly. Anthropologie de la visite du Plateau des collections, Paris, La Documentation Française, coll. « Musées-mondes », 2012, 72 p., préf. James Clifford, ISBN : 9782110090737.
Haut de page

Texte intégral

1Le musée du quai Branly a été l’objet, dès sa conception, de controverses et de tensions importantes. Il hérite, comme le rappellent Octave Debary et Mélanie Roustan, de deux traditions muséographiques distinctes : le musée d’ethnographie et sa volonté de rendre compte scientifiquement de la diversité culturelle des civilisations d’une part, le musée d’« art premier » et son projet d’universalisation de l’art et de l’esthétique d’autre part. Cependant, si les débats publics, dans la sphère politique comme au sein de la communauté des anthropologues se concentrent sur les dangers culturalistes et colonialistes d’un tel projet – perspective ethnocentrique, essentialisation et ahistoricisation des cultures extra-européennes, imposition de référents artistiques non pertinents, etc. – le public qui a massivement investi le musée ne semble pas partager ces préoccupations. L’ouverture du lieu est plutôt associée de manière positive à la reconnaissance des civilisations extra-européennes, comme le montre l’enquête.

2Cette apparente contradiction entre débat public et attitude des visiteurs constitue le point de départ de l’ouvrage. L’enquête d’Octave Debary et Mélanie Roustan vise, « dans les interstices de ces débats » (p. 15), à alimenter empiriquement la réflexion sur le statut des musées d’art extra-européens. Elle porte précisément sur les visiteurs du Plateau des collections, la vaste salle d’exposition permanente du musée du quai Branly, auxquels elle propose d’appliquer les méthodes classiques de l’anthropologie.

3Les premiers chapitres insistent sur l’importance du dispositif architectural dans la construction de l’expérience du musée. Jean Nouvel, architecte du bâtiment, a également fait office de scénographe de l’exposition permanente. Les partis pris architecturaux apparaissent lourds de significations comme d’effets matériels sur les attitudes des visiteurs. La salle est divisée, spatialement, en aires géographiques et civilisationnelles, correspondant grossièrement aux continents. Aucun sens de visite apparent ne se dégage, ce qui déconcerte parfois les visiteurs. L’expérience de la perte dans l’espace, titre de l’un des chapitres, constitue ainsi une propriété partagée des visites. Elle peut être vécue sur le mode de l’exploration – le visiteur, alors, se voit en ethnographe parcourant le monde – ou sur celui de la désorientation – la recherche constante de marques. Les auteurs notent également comment topographie du musée et géographie des civilisations se recoupent : on désigne les espaces du musée par le nom des continents ou des peuples auxquels ils sont consacrés.

4La faible luminosité du lieu est la seconde caractéristique marquante du dispositif. Le manque de lumière participe à la fois à la désorientation des visiteurs et à leur impression de voyage. Elle fait pleinement partie de l’expérience de visite, au point, parfois, d’éclipser la collection elle-même. Lumière et espace reviennent ainsi plus souvent, dans les entretiens post-visites, que les appréciations portées sur les objets eux-mêmes. Certains soulignent également le sens ambivalent que peut prendre ce dispositif : il semble parfois servir à opposer ténèbres primitives et lumières occidentales, et invite alors au discours évolutionniste, ou au contraire critique de l’ethnocentrisme. Quoi qu’il en soit, la visite est un voyage « au cœur d’un monde perdu » (p. 57), dont on sort « faitgué », « lessivé ».

5La mise en scène n’est pas sans effets sur les modalités de la visite. La séparation radicale entre les objets et les textes d’accompagnement – on trouve seulement, à côté des vitrines, une identification minimale des objets, et il faut attendre un espace dédié à la médiation, mais très peu visité, pour en apprendre plus – fait vivre cette expérience sur le mode de la flânerie plutôt que de l’apprentissage. Il s’agit d’une « rencontre renvoyant à une familière étrangeté » (p. 39). Ainsi, « la compréhension des objets demeure partielle, mais la proximité émotionnelle est forte » (p. 41). Les objets parlent, évoquent l’enfance des visiteurs, ou choquent lorsqu’ils évoquent certaines formes de sexualités, par exemple. Au-delà de ce rapport émotionnel aux objets, la question principale qui se pose aux visiteurs est celle de leurs statuts. Ils regrettent souvent, ainsi, que ne soit pas clairement posée la différence entre les objets à prétention esthétique et ceux qui illustrent certains aspects du quotidien des civilisations présentées.

6Les objets sont ainsi surtout perçus pour leur valeur patrimoniale, historique : leur statut de témoin de modes de vie. Leurs origines interrogent les visiteurs, en particulier pour ce qui à trait au passé colonial. Paradoxalement, cependant, ils sont perçus de manière tout à fait déshistoricisé, perception qui est, pour les auteurs, inscrite dans la muséographie : on présente des mondes inviolés, et l’on choisit des objets apparemment immuables plutôt que de représenter l’histoire.

  • 1  L’enquête est d’ailleurs décrite comme une « analyse de la réception de la muséographie du Plateau (...)

7Cet ouvrage déçoit quelque peu par sa brièveté (avec une cinquantaine de pages, il tient plus du long article que de la monographie), et ce d’autant plus qu’il amorce plusieurs réflexions des plus intéressantes, et qui mériteraient de plus amples développements. Alors que les premiers chapitres sacrifient, malgré l’avertissement contraire (p. 21), aux thèmes classiques des études d’évaluation en insistant sur le dispositif muséal1, les passages sur les relations avec les objets recèlent d’idées et de données stimulantes. L’intérêt des visiteurs pour le statut des objets, qui oscille entre l’acceptation de la désignation par le musée (ces objets ne sont pas là pour rien) et le regret de ne pas avoir plus de cadres, aurait par exemple pu être analysé plus avant.

8Enfin, les auteurs font preuve d’une certaine sensibilité empirique en citant généreusement et avec pertinence les visiteurs. On regrette encore, cependant, que les entretiens ne soient pas plus souvent accompagnés d’autres formes de matériaux : les observations et suivis de visites, en particulier, décrits dans la méthodologie ne sont mobilisés que brièvement, à deux reprises, dans le texte. Voyage au musée du quai Branly n’en reste pas moins une très bonne synthèse d’une enquête dont on espère pouvoir lire d’autres analyses.

Haut de page

Notes

1  L’enquête est d’ailleurs décrite comme une « analyse de la réception de la muséographie du Plateau des collections », p. 4, et les visiteurs sont étonnamment absents de la majorité des photographies qui illustre l’ouvrage, au profit des objets eux-mêmes, ou de l’architecture du musée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Octave Debary, Mélanie Roustan, Voyage au musée du quai Branly. Anthropologie de la visite du Plateau des collections », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 février 2013, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10794

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant, ENS de Lyon, Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page