Navigation – Plan du site

Virginie Tournay, Vie et mort des agencements sociaux. De l'origine des institutions

Igor Martinache
Vie et mort des agencements sociaux
Virginie Tournay, Vie et mort des agencements sociaux. De l'origine des institutions, PUF, coll. « la politique eclatee », 2009, 389 p., EAN : 9782130579120.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le rapport en réalité plus ambivalent qui existe entre les œuvres des deux auteurs, voir Peter (...)

1Les métaphores biologiques ne sont guère en odeur de sainteté dans les sciences sociales. Le succès des thèses spontanées du « darwinisme social », qui maltraitent autant la théorie de l'évolution du savant britannique que les acquis de la sociologie n'y est sans doute pas pour rien, et l'on se souvient des diatribes répétées que Durkheim adresse aux écrits de Charles Spencer, notamment dans sa thèse De la division du travail social 1. Et pourtant, Virginie Tournay n'a pas peur de s'aventurer sur ce terrain dans un ouvrage issu de sa thèse. Il faut dire que la chercheuse possède la double-casquette de biologiste et politiste, puisqu'elle est arrivée aux science sociales après un DEA de biologie cellulaire. Le moins que l'on puisse dire est qu'elle s'est bien acclimatée à son nouvel environnement scientifique, comme en témoigne sa mobilisation aussi pointue que quantitativement impressionnante de travaux de politistes, sociologues et juristes tout au long de son travail. Il s'agit en effet pour elle de proposer ici rien moins qu'un nouveau paradigme pour penser la naissance et l'évolution des institutions. Elle opère pour ce faire un détour par l'histoire naturelle et la fameuse question : « pourquoi les girafes ont-elles un long cou ? ». Parmi les multiples tentatives d'explication qui ont été avancées, deux options concurrentes ont davantage retenu l'attention du public du XIXe siècle, celles de Jean-Baptiste Lamarck et de Charles Darwin. Pour l'auteur de la Philosophie zoologique (1809), la nécessaire adaptation des espèces aux transformations de leur environnement induit une tendance générale à la complexification de ces dernières, tandis que pour le second, la différenciation des espèces provient d'une sélection adaptative parmi les variations aléatoires de ces dernières. C'est cette seconde, moins évolutionniste, qui l'a finalement emporté dans les paradigmes des naturalistes, mais pas dans ceux des sociologues du politique. Les deux ont en effet tendance à cohabiter parmi eux, selon qu'ils postulent les institutions, à commencer par l'État, comme le résultat provisoire d'une propension à s'institutionnaliser perturbée par des « variations des circonstances » comme les appelle Lamarck ou comme un « agrégat social inachevé parmi d'autres continûment renouvelé par les épreuves qu'il rencontre » (p.330).

2Pour défendre cette deuxième perspective, qui rompt notamment avec l'idée d'une « cause finale » à l'origine de l'émergence d'une institution telle que la postule souvent implicitement ses collègues, l'auteure se livre donc à une dense démonstration théorique appuyée sur des études de cas relevant du domaine médical qu'elle connaît bien, et plus précisément de l'émergence d'institutions a priori fort distinctes : la Société Royale de médecine et l'AFSSAPS (agence française de sécurité sanitaire de produits de santé). Plutôt que d'institution, elle préfère employer l'expression d'agrégat social pour rendre compte du fait que, loin d'être un état binaire et stabilisé, l'institutionnalisation est bien un processus de regroupement comportant une infinité de degré, toujours en mouvement et réversible. Autre originalité, l'auteure se réclame de la théorie des institutions de Maurice Hauriou, que l'on redécouvre à peine aujourd'hui après qu'elle ait été clairement disqualifiée par Maurice Duverger qui la considérait comme « fumeuse ». Sans reprendre à son compte toute cette théorie, elle s'inspire toutefois largement de deux de ses concepts : celui de matière sociale - qui invite à penser la vie en société comme un tissu marqué par l'indétermination plutôt que comme un organisme finalisé- et celui de force instituante - impliquant un principe endogène dans l'évolution des regroupements sociaux. Pour l'auteure, la science politique - qui comme elle le rappelle justement, est avant tout l'étude des phénomènes qu'une société étiquette comme « politiques » à un moment donné- s'apparente ainsi à une sociologie des agencements, entendue comme la description de « la production d'agrégats sociaux allant de collectifs à texture fluide et instable dans le temps tels que des mouvements vindicatifs, des réseaux thématiques, des électeurs indécis ou des groupes en cours de structuration, jusqu'à ds organisations bien caractérisées, tant dans leurs prérogatives que dans leurs modes de fonctionnement » (p.90).

  • 2 Faisant écho sans doute involontairement au titre de l'émission animée par Emmanuel Laurentin sur F (...)

3Après un long préambule - passage obligé de la thèse- où elle détaille le cadre théorique dans lequel elle s'inscrit, l'auteure traite dans une première partie de la « fabrique de l'Histoire » 2 en cherchant à montrer que celle-ci n'est pas seulement réductible à l'interprétation subjective de ses différents auteurs, mais fait également intervenir deux mécanismes essentiels que sont la constitution d'espaces publics où certaines interprétations vont être partagées et acceptées par le plus grand nombre, ainsi que par la production de sources archivistiques qui vont matérialiser les traces du passé. Elle élabore ce faisant ce qu'elle appelle un « régime historiographique » constitué de trois moments de régulation : le premier interprétatif, le second représentatif et le troisième matériel qui renvoient respectivement aux trois mécanismes précédemment évoqués. Elle s'appuie ce faisant sur l'étude des deux initiatives évoquées précédemment en montrant qu'au-delà de leurs dissimilitudes, toutes deux s'appuient à deux siècle d'écart sur un même mouvement de collecte centralisée des données à grande échelle. Dans ces recueils, les instruments de mesure jouent un rôle primordial dans la mesure où ils rendent indiscutable leur scientificité et ce faisant les dépersonnalisent, c'est-à-dire les distinguent radicalement de la personne qui effectue les mesurent, instituant le dogme de ce que Neil Friedman appelle l'immaculée perception. Ces « standards de standards », ou opérateurs de standardisation comme les appelle l'auteure, jouent ce faisant un rôle essentiel dans la théorie de l'auteure quant au développement des divers agrégats sociaux.

4C'est ainsi aux mouvements sociaux qu'elle consacre la seconde partie de l'ouvrage, en reposant une question classique : « pourquoi y a-t-il une action collective organisée plutôt que rien ? ». Caractérisées par leurs « texture fluide » qui, comme le remarque justement l'auteure, n'a pas toujours tendance à se consolider dans une institution stable et reconnue, les mobilisations constituent en premier lieu des entreprises d'enrôlement, de persuasion d'un public le plus large possible en usant notamment du « pouvoir d'immédiateté de la monstration » afin d'imposer une certaine perception de la réalité sociale. L'auteure illustre cette idée à partir des différentes conceptions de l'éthique médicale qui se sont succédées ou concurrencées. Elles montrent ainsi que, loin d'être simplement le résultat de l'avènement de certains groupes ou instances particulières, elles sont au fondement même de leur développement. Les différentes agences sanitaires et styles bioéthiques qu'elles portent respectivement sont ainsi indissociables, formant ce que d'aucuns nomment un « agencement socio-technique » spécifique. En d'autres termes, le registre éthique joue un rôle essentiel en tant que « fiction instituante » selon l'expression de Lucien Sfez, et lui-même s'appuie pour une large part sur la fonction métonymique d'un indicateur biologique donné, qui se substitue à l'individu qui en est porteur pour constituer une communauté clinique. Ce faisant, les principes éthiques interviennent comme des « dispositifs d'épreuves dont la finalité est de naturaliser le dispositif socio-technique soumis à controverse » (p.256).

  • 3 Qui n'est logiquement pas sans faire écho par moments au dernier ouvrage de Luc Boltanski (De la cr (...)

5Pour plus de détails, et de clarté, quant à cette démonstration, on pourra se reporter avec profit aux nombreuses pages que Virginie Tournay consacre au développement progressif des différentes agences biomédicales qui régulent l'utilisation des produits du corps humains en France, tout en affirmant que, contrairement à une thèse souvent avancée, « loin de signifier un démantèlement libéral de l'État », celles-ci incarnent des « bureaucraties techniques de second rang » selon l'expression de Daniel Benamouzig et Julien Besançon, qui intègrent différents acteurs de la chaîne médicale pour intégrer les différents dispositifs d'épreuves permettant de requalifier certaines entités biologiques en « produits de santé ». Ce faisant, « l'agence n'est pas la reformulation du problème mais plutôt sa reformulation » (p.263). L'ouvrage pourra ainsi intéresser à la fois les lectrices et lecteurs intéressés par l'histoire récent du champ médical, et plus largement celles et ceux qui se préoccupent des transformations de l'État - dont la dénomination usuelle ne doit pas cacher la forte hétérogénéité qu'il recouvre. L'auteur s'interroge d'ailleurs également en conclusion sur le statut spécifique à accorder au pouvoir et à l'État dans une telle sociologie pragmatique 3 - et dynamique- des agencements sociaux, au centre de laquelle elle place également la notion de zone technologique empruntée à Andrew Barry pour désigner ces lieux où sont adaptés localement des normes globales, et conclut que ce dernier « agit à la manière d'un puissant convertisseur de la matière sociale qui ne cherche pas tant à stabiliser les agrégats sociaux qu'à les convertir et les incorporer », et ce alors qu'il faut se garder selon elle d'une vision de l'institutionnalisation comme « de la captation d'un « petit » agrégat par un plus « gros » » (p.332). On l'aura compris, le propos est dense et par moments assez ardu à suivre -pour ne pas dire quelque peu nébuleux...-, tant il est riche de concepts et autres références théoriques. Il n'en reste pas moins que les propositions théoriques développées dans cet ouvrage n'en sont pas moins stimulantes et embrassent suffisamment de domaines pour inspirer des chercheurs inscrits dans des champs suffisamment différents (institutions, mouvements sociaux, action publique et regroupements de toutes sortes), et, souhaitons-lui, susciter de nombreuses discussions. Afin justement que cette théorie reste elle aussi en mouvement, ce serait la moindre des cohérences !

Haut de page

Notes

1 Sur le rapport en réalité plus ambivalent qui existe entre les œuvres des deux auteurs, voir Peter A. Corning, "Durkheim and Spencer", The British Journal of Sociology, vol. 33, n°3, sept.1982, pp. 359-382

2 Faisant écho sans doute involontairement au titre de l'émission animée par Emmanuel Laurentin sur France Culture

3 Qui n'est logiquement pas sans faire écho par moments au dernier ouvrage de Luc Boltanski (De la critique, Paris, Gallimard, 2009), consacré justement à cette question des institutions

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Virginie Tournay, Vie et mort des agencements sociaux. De l'origine des institutions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 16 juillet 2010, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1081

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page