Navigation – Plan du site

Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi

Rachel Paul
Femmes du Maghreb, une écriture à soi
Christine Detrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi, Paris, La Dispute, 2012, 246 p., ISBN : 978-2-84303-231-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elsa Dorlin, « Épistémologies féministes », in Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités, PUF, coll. P (...)

1« Le personnel est politique » : de ce slogan féministe des années 1970, Elsa Dorlin dit qu'il « demeure l'emblème [du] savoir féministe »1. On peut, dans une certaine mesure, résumer la problématique de l'ouvrage de Christine Détrez par la discussion de ce slogan. La principale question posée dans cette recherche sur les femmes écrivains au Maghreb est en effet celle du rapport qu'entretiennent, en l'occurrence dans l'acte d'écrire, sphère privée et sphère publique, engagements quotidiens et engagements politiques. Cette question est au cœur des réflexions sociologiques menées depuis les années 1980 sur le genre et les rapports sociaux de sexe, domaine dans lequel s'inscrit sans conteste le travail de Christine Détrez. Mais cette tension entre ce qui relève du personnel et ce qui relève du politique, et plus généralement du social, est également présente dans une autre tradition sociologique : celle des études sur la production littéraire qui, dans la continuité des travaux de Pierre Bourdieu, s'intéressent aux conditions sociales de cette production. Et de fait, Femmes du Maghreb, une écriture à soi croise ces deux perspectives sociologiques pour opérer une relecture de la portée politique, au sens le plus large du terme, de l'engagement dans l'écriture des écrivaines maghrébines rencontrées au cours de l'enquête.

  • 2 Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, La Découverte, Paris, 2006 (v (...)

2Tout d'abord, les entretiens menés auprès d'une soixantaine d'écrivaines vivant ou ayant vécu jusqu'à la fin de l'adolescence en Algérie, au Maroc ou en Tunisie, mettent en lumière les conditions sociales et matérielles de l'acte d'écrire. Cet aspect de l'enquête de Christine Détrez lui permet de discuter, en le replaçant dans son contexte social, le caractère purement personnel du travail d'écriture. En d'autres termes, il s'agit d'objectiver ce qui est couramment considéré comme irréductiblement subjectif. On peut d’ailleurs noter que, par la réalisation d’entretiens biographiques relativement nombreux et riches, l’enquête fait une place importante à l’expérience des femmes rencontrées, dans une démarche résolument qualitative. Dans son analyse, l'auteure s'appuie sur un certain nombre de travaux contemporains, dont ceux de Bernard Lahire, qui affirme, dans une enquête effectuée auprès des écrivains de la région Rhône-Alpes, qu' « [i]l existe bien de grandes conditions sociales de production des écrivains – et de leur nécessité intime d'écrire »2. On retrouve d'ailleurs un certain nombre des caractéristiques sociales mises en valeur par Bernard Lahire chez les écrivaines maghrébines interrogées par Christine Détrez : appartenance à des milieux favorisés et exercice d'un second métier, en particulier. Cette perspective permet de questionner l'image, encore présente dans l'espace public français, de la femme maghrébine enfermée et réduite à ses fonctions domestiques.

  • 3 Pierre Bourdieu, Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, 1998 (1992 po (...)

3Néanmoins, les femmes interrogées dans le cadre de cette enquête insistent souvent sur les difficultés qu'elles rencontrent pour mener à bien leur projet : difficulté de dégager du temps après le travail et les tâches domestiques, difficulté à faire accepter à la famille la publication, qui expose aux jugements publics le nom du père ou du mari, difficulté à s'affirmer comme individu dans une société ou le collectif est privilégié, etc. Dès lors, l'une des principales questions que pose l'auteure est la suivante : pourquoi ces femmes continuent-elles d'écrire malgré les obstacles ? Dans l'analyse qu'elle propose des entretiens réalisés, elle mobilise pour y répondre certains concepts développés par Pierre Bourdieu3à propos du champ littéraire, qui permettent de dépasser l'affirmation, héritée de la théorie littéraire, d'une vocation à toute épreuve et d'une singularité irréductible de l'écrivain. Elle a ainsi recours aux concepts de disposition et de capital (culturel, scolaire, économique), très présents chez Pierre Bourdieu. Elle souligne par exemple que « [l]a combinaison [des] capitaux culturels et scolaires, hérités et transmis par les parents, objectivés dans les bibliothèques et les revues, appropriés par la réussite scolaire, s'actualise dans de fortes dispositions à la lecture et à l'écriture ». L'auteure cite également, parmi les dispositions communes à un grand nombre de ses enquêtées, l’aspiration à l'autonomie par rapport aux hommes héritée d'une généalogie féminine prestigieuse. Les entretiens retracent souvent les histoires familiales. « Ma grand-mère maternelle, dit une enquêtée, c’est une femme qui avait demandé et obtenu le divorce au moment où son mari a voulu prendre une seconde épouse... À la fin des années trente ! »

4Mais de façon symétrique, cette analyse en termes de dispositions et d'espace des possibles débouche également sur la mise en avant de l'intériorisation par ces femmes des normes de leur société. Christine Détrez écrit à propos de l'une de ses enquêtées : « elle associe d'emblée cet égalitarisme [revendiqué par son père] avec l'accès à l'éducation, et ne le situe absolument pas sur la scène domestique, comme si l'égalitarisme dans les tâches n'était même pas pensable ». Car c'est là un point très important de ce que l'auteure veut démontrer dans son ouvrage : il n'y a pas de paradoxe dans le fait que ces femmes, qui transgressent par l'écriture un certain nombre d'assignations sexuées, en acceptent d'autres par ailleurs.

  • 4 Si l'on retrouve bien dans l'ouvrage de Christine Détrez un certain nombre de concepts hérités des (...)
  • 5 On retrouve à ce propos les problématiques liées aux représentations sociales du corps des femmes, (...)
  • 6 Delphine Naudier, « Les écrivaines et leurs arrangements avec les assignations sexuées », Sociét (...)

5À travers l'analyse des dispositions sociales et des conditions d'exercice des écrivaines maghrébines rencontrées, ce sont donc bien les rapports sociaux, les rapports de pouvoir entre les sexes qui sont interrogés4. De ce point de vue, le travail réalisé parChristine Détrez dans Femmes du Maghreb, une écriture à soi prolonge et revisite certaines pistes de réflexion proposées par la sociologie du genre. Elle y fait une large place aux concepts, très présents dans ce domaine sociologique, de domination et de résistance. Et c'est là qu'intervient le principal résultat présenté dans cet ouvrage. Selon Christine Détrez, contrairement à ce que soutiennent certaines études sociologiques et littéraires, ce n'est pas dans le contenu des œuvres publiées, beaucoup moins systématiquement transgressif qu'on le dit parfois, ni dans le rapport, souvent ambigu, des écrivaines au féminisme, que se situe l'enjeu primordial de l'acte d'écrire et de publier – et ce même si certaines s'engagent parallèlement dans le secteur associatif. C'est surtout cet acte d’écrire en lui-même qui permet d'agir sur les structures sociales. Cette activité a pour conséquence directe une renégociation quotidienne des rapports au sein du couple, des assignations et des interdits imposés à la femme. Une femme dit par exemple à propos de son mari : « il n’est plus maître des décisions comme il l’a été… Ni de mon emploi du temps… Et il sait surtout que c’est irréversible. Et c’est ça qui est très important… ». Ces renégociations peuvent, entre autres, élargir les possibilités des femmes dans leurs déplacements (aller à la bibliothèque, dans des salons littéraires, voire obtenir l’autorisation de voyager à l’étranger) ou dans leurs habitudes vestimentaires (porter des pantalons)5. Les contestations de l'ordre établi peuvent prendre, plus rarement cependant, des formes plus radicales, comme le divorce ou le refus du mariage. Il faut noter par ailleurs que l'idée d’une résistance quotidienne de ces femmes prend une dimension particulière pendant la décennie noire algérienne (1991-2000), sur laquelle l'auteure a recueilli de nombreux témoignages. Les écrivaines racontent comment, malgré les interdictions, elles ont continué de travailler, de se déplacer, de se maquiller, en refusant souvent de porter le hijab. En somme, on peut appliquer à l'échantillon étudié par Christine Détrez cette remarque de Delphine Naudier à propos de son corpus d'auteures françaises contemporaines : « L’investissement dans cette activité de création, très individualiste, effrite les normes de genre et réinterroge les assignations sexuées qui prévalent dans l’univers de la vie privée »6.

  • 7 Chandra Talpade Mohanty, « Sous le regard de l'Occident : recherches féministes et discours coloni (...)

6Considéré sous cet angle, le travail de Christine Détrez permet, au terme d'une description détaillée de la place faite aux femmes dans les sociétés étudiées, d'inscrire son échantillon dans le groupe plus large des écrivaines francophones (et des écrivaines tout court), et de nourrir ainsi un regard critique sur les discours publics concernant la condition spécifique de la femme maghrébine. Si la dureté de cette condition et, avec elle, le caractère émancipateur de l'écriture, souvent mis en avant par les enquêtées, ne sont évidemment pas niés, Christine Détrez montre combien les références occidentales à une telle spécificité peuvent s'avérer réductrices. Dans le même ordre d'idées, l'auteure interroge, en analysant les réticences manifestées par ses enquêtées à l'égard du féminisme, l'image de la femme imposée par une certaine tradition féministe occidentale. Une question se pose alors : dans quelle mesure cette tradition, en réduisant la femme musulmane à une « image exotique » et victimisante,  se rend-elle coupable de ce que Chandra Talpade Mohanty appelle une « colonisation discursive de la diversité matérielle et historique de la vie des femmes »7 ? Si le travail de Christine Détrez s'inscrit dans le cadre de la sociologie du genre et des études féministes, il participe donc également à une entreprise récente de refondation de ce domaine.

Haut de page

Notes

1 Elsa Dorlin, « Épistémologies féministes », in Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités, PUF, coll. Philosophies, 2008.

2 Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, La Découverte, Paris, 2006 (voir la notice bibliographique de Lectures à l'adresse suivante : http://lectures.revues.org/4548).

3 Pierre Bourdieu, Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, 1998 (1992 pour la première édition).

4 Si l'on retrouve bien dans l'ouvrage de Christine Détrez un certain nombre de concepts hérités des travaux de Pierre Bourdieu, en particulier ceux concernant le champ littéraire, il faut néanmoins noter que l'auteure met en question, sans s'y opposer pour autant d'ailleurs, l'idée bourdieusienne selon laquelle « les dominés [...] peuvent contribuer à leur propre domination » (Pierre Bourdieu, La domination masculine, Seuil, 1998).

5 On retrouve à ce propos les problématiques liées aux représentations sociales du corps des femmes, qui traversent les différentes recherches de l’auteure. Voir à ce sujet Christine Détrez et Anne Simon, A leur corps défendant. Les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Seuil, 2006.

6 Delphine Naudier, « Les écrivaines et leurs arrangements avec les assignations sexuées », Sociétés contemporaines, 2010/2, n° 78.

7 Chandra Talpade Mohanty, « Sous le regard de l'Occident : recherches féministes et discours colonial », in Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, PUF, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Paul, « Christine Détrez, Femmes du Maghreb, une écriture à soi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10816

Haut de page

Rédacteur

Rachel Paul

Etudiante en sociologie à l'École Normale Supérieure (ENS) de la rue d'Ulm et à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page