Navigation – Plan du site

Strip Tease. Vous déshabille (Vol. 17)

Yannick Le Hénaff
Strip Tease
Strip Tease. Vous déshabille (Vol. 17), Éditions Montparnasse, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Émission culte pour certains, précurseur de la télé-réalité pour d’autres, ou bien encore enquête ethnologique, Strip-tease ne cesse depuis plus de 20 ans de nous proposer ses documentaires. À feuilleter – sans prétention analytique – les médias qui lui font écho, elle réfléchit une image plutôt élitiste, et parfois même intellectuelle. L’un de ses fondateurs, Jean Libon, se plaît d’ailleurs à souligner qu’elle aide à comprendre son voisin, et devrait constituer « une mine formidable pour un ethnologue de l'an 3 000 » (Le Monde Télévision, 03.07.2012). Il serait aisé de démontrer que cette démarche n’utilise pas les canons d’une enquête de terrain en sciences humaines et sociales, mais le fait qu’un compte-rendu soit proposé ici lui offre indéniablement un certain crédit.

2Ce plébiscite est généralement porté sur la foi d’une neutralité – pivot rhétorique de l’émission – que l’absence de présentateur et de commentaires est censée mettre en scène. Ainsi proposé, le téléspectateur serait laissé libre d’élaborer sa propre opinion. La parole est laissée aux individus filmés dans une intimité parfois dérangeante (ce qui fait écho au slogan « Strip Tease vous déshabille »), et dont le quotidien est relevé par la musique lancinante, et la réalisation censément minimaliste. La mise en scène est généralement la même d’un épisode à l’autre, même si les réalisateurs se succèdent : le propos démarre dénué d’historicité, laissant entendre qu’il est pris sur le vif.

3L’originalité du procédé génère la question du statut à accorder à l’image, mais ne doit pas dissimuler la mise en récit d’une certaine réalité à partir de rushs, mais également le casting opéré : les personnages, hauts en couleurs, sont exposés comme des bêtes un peu curieuses. Bien qu’ils s’en défendent, les portraits esquissés jouent sur les ressorts du stéréotype par un travail sur le temps et l’image.

4Et malgré quelques détournements, ce volume 17, composé de cinq documentaires, s’inscrit pleinement dans cette lignée. Le premier d’entre eux, la piste aux étoiles, nous entraîne dans les pas d’Adrien, vraisemblablement directeur d’un cirque itinérant. Si l’on partage quelques aspects de cette vie (représentations, vie collective, soins des animaux, etc.), c'est en fait l’histoire de son couple qui sert de trame ici ; et peut-être même davantage de sa conjointe, qui reste une présence un peu absente, personnage mystérieux, qui rend les hommes « un peu fous ». Leur union apparaît houleuse, comme en témoigne l’une de leurs disputes ou les plaintes répétées de l’un ou de l’autre. Sans élément pour comprendre les causes de ces tourments, le spectateur est invité à avancer ses hypothèses. Comme souvent dans la mécanique Strip Tease, nous sommes toutefois un peu orientés : l’amour de ses bêtes (il partirait avec son cheval finir ses jours sur une plage, embrasse sa chèvre ou se plaint de sa mélancolie) et sa direction autoritaire laisse deviner chez Adrien une difficile séparation des sphères privées et professionnelles.

5Dans Adieu mégot, c'est encore un couple que l’on suit, mais d’amies : Aline et Michelle. La première, fumeuse, multiplie les tentatives pour arrêter, quand la seconde la supporte dans ces essais. Mais en fait d’encouragements, sa conduite est davantage culpabilisatrice, nourrissant son argumentaire de références religieuses et d’affiches de campagne de santé publique au goût un peu surannée. Son personnage concentre les traits stéréotypiques de la moralisatrice un peu morne que croquent les caricaturistes moquant ceux qui se refusent certains plaisirs. L’esquisse est assez binaire : derrière ces postures santéistes et paternalistes (on la voit par exemple ôter une cigarette de la bouche d’Adeline), Michelle cacherait mal ses tourments, ici mis en évidence par la juxtaposition des scènes. La mise en parallèle de son désarroi et de la bonhommie d’Adeline produit son effet. Et là encore, les faits sont suggérés, les indices distillés.

6Le troisième volet de ce DVD fonctionne à la manière d’un huis clos, celui du bureau du président du Centre Public d’Aide Social de Uccle. Ici encore, c'est par un jeu de miroir que se révèle (ou que l’on voudrait nous révéler) le pouvoir quasi discrétionnaire de cet individu dans la distribution de ces subsides. Dans le premier acte, une candidate réfugiée politique sollicite une aide financière. On apprend que, Tutsie s’est enfuie de Kinshasa pour chercher l’exil en Europe. Le titre du documentaire, Ça m’interpelle, fait référence à l’expression qu’utilise incessamment le fonctionnaire suspicieux face à une demande qu’il juge peu crédible. Exposant tout haut son raisonnement, ses fondements racistes mêlés de condescendance se découvrent sans peine. Ces positions se dissimulent sous une posture bureaucratique et gestionnaire (« je ne veux pas que l’on rende ces situations là trop faciles » ; « je suis ici pour défendre les deniers publics »). La deuxième entrevue se déroule sur un mode radicalement différent, le président du CPAS se montrant bien plus conciliant à l’égard de cette femme d’une soixantaine d’années, vraisemblablement de nationalité belge, jusqu’à apparaître comme un généreux bienfaiteur.

  • 1 David Le Breton, La sociologie du corps, Paris, PUF, 1992.

7Dans cette quatrième réalisation, Pour la vie, la mise en scène rompt avec les codes habituels de l’émission, en prenant la forme d’une succession d’interviews d’individus tatoués, dans lesquelles le journaliste se découvre par le biais des questions posées. Les personnages présentent tous des trajectoires de vie singulière, ou au moins présentées comme telles : ancien toxicomane, détenu, ou déporté à Auschwitz, mais aussi nostalgique du IIIe Reich et adepte du sadomasochisme. Leur identité, tout comme leurs marques corporelles, sont largement réduites à ces traits. Malgré une approche caricaturale (associant le tatouage à la déviance sociale) et parfois psychologisante, ce documentaire fait écho aux travaux portant sur le corps, marqué ou non. Il est ici clairement brouillon et alter ego, une matière sur laquelle travailler pour l’investir et le construire à notre image1. Le tatouage se fait tour à tour souvenirs d’épisodes heureux ou malheureux, métaphorique ou scriptural, provocateur ou esthétisant. Il joue avec le regard de l’autre tout autant qu’il se veut indicateur de celui qui le porte. La dimension plurielle de cet acte, sa dynamique genrée et l’importance qu’il revêt auprès de son détenteur – ils viennent le plus souvent signifier un passage important de leur vie – sont ainsi bien mis en évidence.

8Dernière partie de ce volume, Les larmes de Ludovic ou le concerto imposé nous fait entrer dans les coulisses du concours de piano de la Reine Elisabeth de Belgique. En nous exposant d’emblée, par le biais d’un panneau défilant, le contexte, la réalisation fait une entorse aux procédés généralement mis en œuvre par l’émission : 12 jeunes gens, présentés nommément, sont enfermés pendant plusieurs jours pour s’entraîner à jouer un concerto inédit spécialement écrit pour eux. C'est particulièrement Vladimir que l’on suit dans cette réclusion temporaire, de son installation jusque son concert, en passant par les répétitions. La tension générée par la compétition, la vie commune, les préparatifs (interviews, coiffeurs, etc.), rythment ce quotidien où la compétition est métaphorisée par une course d’escargots qui servira de fil rouge.

Haut de page

Notes

1 David Le Breton, La sociologie du corps, Paris, PUF, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Le Hénaff, « Strip Tease. Vous déshabille (Vol. 17)  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10833

Haut de page

Rédacteur

Yannick Le Hénaff

Maître de conférences en sociologie, Laboratoire DYSOLA

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page