Navigation – Plan du site

Robert Markus, Au risque du christianisme. L'émergence du modèle chrétien (IVe-VIe siècle)

Ghilène Hazem
Au risque du christianisme
Robert Markus, Au risque du christianisme. L'émergence du modèle chrétien 
(IVe-VIe siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012, 362 p., ISBN : 978-2-7297-0852-8.
Haut de page

Texte intégral

1On ne présente plus Robert Austin Markus (1924-2010) dans l’espace académique anglo-saxon. Cet historien de l’Antiquité tardive reste pourtant inconnu du grand public en France, et demeure peu cité chez les spécialistes francophones. En traduisant The End of Ancient Christianity (Cambridge, 1990), Damien Kempf vient non seulement de combler un vide mais aussi de réparer un tort.

2L’éclairante préface de D. Kempf s’ouvre par une chaleureuse lettre personnelle de Peter Brown. Ce dernier, à qui l’ouvrage fut initialement dédié, y faisait part de son admiration intellectuelle envers Markus et son récent travail. Au-delà du témoignage d’amitié, c’est un ordre de grandeur qui est ainsi donné au lecteur, offrant un gage de qualité à une étude historique qui mérite assurément d’être lue.

3Si le titre original du livre est explicite ‑ la fin du christianisme ancien, celui de la version française demeure, malgré le sous-titre, quelque peu énigmatique. De quel risque parle-t-on et pour qui ? Une piste de lecture semble envisageable : c’est la conversion de l’empire romain sous Constantin (en 312) qui fait paradoxalement courir un risque au christianisme, et ce sous forme de crise identitaire.

4Face à la rapide christianisation de l'empire, « qu'est-ce qu'être chrétien ? » (quid sit christianum esse ?) deviendra une question centrale entre les années 380 et 430 de notre ère. Il faudra non seulement se redéfinir par rapport aux « païens » et à la culture romaine (profane) mais aussi par rapport aux autres tendances du christianisme (ascétisme, gnose, pélagianisme, etc.). Ce sont toutes ces questions que Markus examine lorsqu'il déclare vouloir étudier les « changements qui transformèrent l'horizon intellectuel et spirituel du monde chrétien, entre les années 400 et 600 de notre ère » (p. 16).

5L’auteur indique clairement comment il a structuré l’étude de cette vaste thématique (pp. 42-43) : la première partie « esquisse les incertitudes que la révolution constantinienne apporta dans la prise de conscience de son identité par la communauté chrétienne, particulièrement avec la christianisation à grande échelle de la société romaine, à partir de la fin du IVe siècle» ; la seconde « explore certaines des pressions qui conduisirent à éradiquer de la conscience chrétienne la dimension ‘profane’ » ; la troisième partie « s’attache à examiner le résultat final, l’absorption du ‘profane’ dans le ‘sacré’(…) », avec pour point d’orgue, la large diffusion des règles ascétiques dans la société chrétienne, marquant de ce fait la fin du christianisme ancien évoqué dans le titre original.

6Comme on peut le constater, cette étude mobilise d’incontournables notions, présentes aussi bien dans les sources que dans les études historiques contemporaines : paganisme, religion, culture, survivance païenne, christianisation, conversion sincère ou partielle, demi-chrétien, orthodoxie, etc. Mais plutôt que de s’en servir de manière non critique, Markus, dans son introduction, en appelle à une saine vigilance épistémologique. Les écueils sont connus : ils vont de l’anachronisme au jugement de valeur plus ou moins assumé, tel celui de « déclin », ou le topos du divin mis à distance, tel que peut le véhiculer une certaine tradition (d’origine protestante, en l’occurrence).

7Plutôt que de décider arbitrairement de ce qui est religieux ou culturel, sacré ou profane, Markus se propose de cartographier les frontières mouvantes de ces partages telles que délimitées par des auteurs allant de Saint-Augustin à Grégoire le Grand. Car il y a bien eu changement d'attitude face à ce que nous appelons la « culture classique ». La gamme de ces attitudes est en effet variée. Elle peut prendre la forme du respect qu'une nouvelle religion peut éprouver face à une culture impériale ancienne, ou tout simplement celle de l'emprunt culturel vécu comme allant de soi. Quant à l'hostilité comme posture identitaire structurante, elle constitue bien évidemment un moment rhétorique fort dans l’histoire de la définition du soi chrétien. La question qui se pose alors à l'Église post-constantinienne est bien celle de la fidélité à une mémoire : comment être chrétien alors qu'il n'y a plus de persécution (martyrs) ?

8La réponse à cette angoissante interrogation sera apportée à deux niveaux : la rédaction ‑ à l’usage des élites ‑ d’une histoire ecclésiastique (celle d’Eusèbe) réaffirmant la continuité de l’être chrétien comme croyant persécuté; et, pour les masses, l’instauration du culte des martyrs, aboutissant ainsi à une christianisation tangible du calendrier et de la géographie antiques, avec ses célébrations annuelles et ses pèlerinages. La « dé-sécularisation » deviendra alors le terme de ce processus de christianisation du temps et de l’espace, phase dans laquelle le profane sera englouti par une culture religieuse désormais biblique.

9Abordées dans les deuxième et la troisième parties du livre (Karoï et Topoï), ces dimensions influent sur les rivalités entre groupes et tendances du même bord. Les querelles deviennent pour ainsi dire internes : le chrétien s’améliore-t-il en vivant en ville ou dans le désert ? En communauté ou en solitaire ? Dans le célibat ou dans le mariage ? Dans le désir de perfection ou dans la « médiocrité » ?

10À toutes ces problématiques sont associées d’illustres figures ‑ Augustin, Jérôme, Pélage, Cassien, Jovinien, Césaire d’Arles ‑ dont les caractéristiques pourront être retrouvées par le lecteur curieux grâce à un index fort utile. À titre d’exemple, en recherchant « Jovinien », les premières occurrences (pp. 71-74) indiqueront qu’il fut à la fois considéré comme « ‘le premier protestant’ par l’historiographie partisane du XVIe siècle », et raillé par Jérôme pour son opposition à l’ascétisme sous l’épithète d’ « Épicure des chrétiens ». Ce dernier détail est certes bien connu mais on admirera justement chez Markus cet art qui consiste à synthétiser de façon claire et captivante l’essentiel des positions émises ou attribuées à chacun des protagonistes tout au long du livre. Autre avantage qui seconde ce talent didactique : les notes de bas de page sont consultables sur la même page et certaines références sont directement données dans leur version française. On ne peut être que reconnaissant au traducteur et aux Presses universitaires de Lyon d’avoir maintenu ce dispositif péritextuel sous cette forme.

  • 1  Une partie de l’introduction de Christianity and the Secular (2006) peut être consultée sur le sit (...)
  • 2  Citons les actes de la journée jeunes chercheurs sur la conversion (numéro spécial de 2011 des Cah (...)
  • 3  Ce droit de réponse de MacMullen dans The New York Review of Books suite à la recension favorable (...)

11Pouvoir suivre les notes et les références est d’autant plus utile qu’une vingtaine d’années s’est écoulée depuis la publication de cet ouvrage devenu classique. Si Markus a eu le temps de nuancer certains de ses propos sur la sécularisation1, les problématiques relatives à la conversion2 ou à une possible résistance païenne durant la christianisation de l’empire font encore l’actualité scientifique. Et les acteurs sont parfois les mêmes. Du moins, les grands noms réinvestissent régulièrement ces questions. En témoignent les récentes publications et réactions d’historiens comme Peter Brown, Alan Cameron, Ramsay MacMullen ou Stéphane Ratti3. La traduction de cet ouvrage de Markus est donc plus que bienvenue. Elle complète notre connaissance de l’historiographie et de ce champ d’étude si foisonnant qu’est devenu l’Antiquité tardive.

Haut de page

Notes

1  Une partie de l’introduction de Christianity and the Secular (2006) peut être consultée sur le site de University of Notre Dame Press.

2  Citons les actes de la journée jeunes chercheurs sur la conversion (numéro spécial de 2011 des Cahiers d’études du religieux), ou encore le numéro 3 (2012) de ThéoRèmes, « Réfléchir les conversions ».

3  Ce droit de réponse de MacMullen dans The New York Review of Books suite à la recension favorable du dernier ouvrage d’Alan Cameron, The Lasts Pagans of Rome, par P. Brown, montre bien les clivages dans le champ des late antique studies. Côté français, Stéphane Ratti fait clairement entendre son opposition à une transition en douceur du paganisme au christianisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghilène Hazem, « Robert Markus, Au risque du christianisme. L'émergence du modèle chrétien (IVe-VIe siècle) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 27 février 2013, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10849

Haut de page

Rédacteur

Ghilène Hazem

Bibliothécaire, docteur en sciences du langage.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page