Navigation – Plan du site

« Sexualités, normativités », Raison Présente, n° 183, 2012

Virginie Sauzon
Sexualités, normativités
« Sexualités, normativités », Raison Présente, n° 183, 2012, Nouvelles éditions rationalistes.
Haut de page

Texte intégral

1Après un hommage à Maurice Audebert signé par Guy Bruit, Patricia Legouge, Roland Pfefferkorn et Jean-Noël Sanchez annoncent dans leur avant-propos (pp. 7-12) l’objectif de ce numéro de Raison présente : « Refusant toute perspective moralisante, il a pour ambition d’interroger les orientations contemporaines en matière de normes, de représentations et de pratiques sexuelles » (pp. 9-10). La perspective moralisante est également régulièrement identifiée et mise à distance par les auteur-e-s du numéro, qui exploreront, comme le signale l’avant-propos, les « enquêtes sur la sexualité », les « tensions entre homosexualité et (hétéro)-normativité » (p. 10) et « deux thèmes polémiques, la pornographie et la prostitution » (p. 11).

2Les trois premières contributions introduisent le volume en clarifiant les cadres conceptuels de son objet d’étude et en offrant des résultats d’enquête permettant d’identifier certaines persistances, tendances et évolutions. Elles rappellent que les implications de la sexualité dépassent le domaine sexuel, et suggèrent que la mise au jour de ces implications ne peut se faire sans une réflexion approfondie sur un certain nombre de facteurs.

3D’abord, Patricia Legouge (« La Sexualité, un produit social et un objet sociologique », pp. 13-21) retrace les étapes importantes de la constitution de la sexualité humaine en objet sociologique et en dégage différents enjeux. Ce texte mentionne les rapports ayant contribué à dénaturaliser et à politiser la sexualité, certains travaux majeurs (notamment ceux de Gagnon et Simon), et enfin le rôle déterminant des recherches sur le Sida. Les deuxième et troisième articles présentent des résultats d’enquête. Dans « Sexualité et appartenance sociale à l’âge adulte » (pp. 23-44), une contribution rédigée par Nathalie Bajos et Michel Bozon, il s’agit de résultats de l’enquête Contexte de la sexualité en France (CSF), réalisée en 2006 et publiée en 2008. L’article « se propose d’aborder les liens entre sexualité et appartenances sociales » (p. 24), en retenant l’indicateur de la catégorie socioprofessionnelle. Outre que les données recueillies permettent d’identifier des différences (et similarités) entre les hommes et les femmes concernant pratiques et représentations, et de mesurer plus précisément des phénomènes persistants ou certaines évolutions, les résultats révèlent que les différences entre groupes sociaux sont plus marquées chez les femmes que chez les hommes, et qu’« il n’existe pas de groupes sociaux qui se montreraient "traditionnalistes" à tous points de vue ou systématiquement "avant-gardistes", si ces expressions ont un sens » (pp. 40). Charlotte Le Van rend ensuite compte d’une recherche fondée sur une série d’entretiens dans « Infidélité conjugale, genre et sexualité ». Ces entretiens ne corroborent pas le mythe d’un-e infidèle type, et l’article contient une typologie des « "infidèles" » (les guillemets mettent à distance le point de vue moralisant, p. 47) qui aide à saisir la diversité autant que les implicites des arguments avancés. Cette contribution aborde les enjeux du contexte contemporain et la perspective de genre, en soulignant certaines différences persistantes dans la manière d’envisager la sexualité, et se conclut sur la nécessité d’appréhender plus largement les implications de la sexualité, puisque l’infidélité ne se limite ni à la recherche du plaisir physique ni à la simple compensation d’une insatisfaction sexuelle.

4Les contributions suivantes ont en commun d’éclairer la complexité de discours militants et engagés, ainsi que les différents aspects (médiatiques, politiques, législatifs et moraux) que peuvent prendre les discours prescriptifs. Plusieurs de ces contributions évoquent la possibilité — ou non — d’être le propre locuteur de son discours sur sa sexualité, et les implications de diverses prises — et non-prises — de parole. Jean-Noël Sanchez (« Tristes folles tropicales. Normes et homosexualités aux Philippines », pp. 79-88) montre par exemple que le phénomène des baklas est au cœur d’un réseau de représentations complexe : à la fois violemment attaqué et dénoncé par certains intellectuels gays et mis en avant dans des mouvements LGBT, figurant un transsexualisme toléré, familier, mais instrumentalisé par « l’oppression hétéronormative la plus obtuse » (p. 87). Or la complexité présentée ici tient également compte du point de vue des baklas et bayots qui, revendiquant une existence sociale féminine, « ne sauraient stricto sensu se reconnaître comme homosexuels » (p. 86), et n’apparaissent pas comme défendant de « posture queer, subversive eu égard au système de genre » (p. 86). L’influence de multiples foyers de discours est également au cœur de l’article « Images de soi, discours sur elles. Constructions médiatiques du féminin sexuel : les actrices pornographiques » (pp. 89-98) de Stéphanie Kunert, qui étudie, à travers les représentations du « féminin-sexuel », les « effets de la pornographie en tant que "tatouage social" sur ses protagonistes » (p. 89) et « technologie de genre hypertrophiante » (p. 93). En se penchant sur certains propos ou interviews de Judy Minx, Ovidie, Coralie Trinh Thi, ainsi que sur les séries télévisées Xanadu et Hard, elle montre que les actrices pornographiques sont constamment ramenées, médiatiquement, à la question de la sexualité, et sont dépeintes comme étant soit « légères et stupides », soit victimes ; des jugements qui peuvent informer le discours des actrices pornographiques militantes, les conduisant par exemple « à minimiser les aspects négatifs de leur travail afin de ne pas alimenter une vision de la pornographie comme avilissement systématique » (p. 90). Stéphanie Kunert remarque toutefois la possibilité de tentatives de représentations alternatives. Une autre contribution s’intéresse aux discours tenus sur l’univers pornographique : dans « La Répression morale et légale de la curiosité sexuelle » (pp. 99-108), Ruwen Ogien remet d’abord en question l’argument de la défense des femmes dans les discours anti-pornographie, avant de se concentrer sur l’argument, garant d’une certaine vision de la sexualité, de la protection de la jeunesse (et la notion d’ « intérêt de l’enfant »). Ce texte en ébranle les fondements et en souligne l’hypocrisie : « [c]e qu’on appelle la protection de la jeunesse n’est rien d’autre qu’une façon, pour les adultes, de se protéger de la jeunesse, et de sa curiosité sexuelle » (p. 100).

5Ce numéro permet aussi de s’intéresser à différentes tensions et variations discursives, de manière synchronique et/ou diachronique. Cette réflexion peut prendre corps autour d’un axe notionnel : Natacha Chetcuti (« Hétéronormativité et hétérosocialité », pp. 69-77), replace dans les contextes théoriques queer et féministe matérialiste ces deux concepts majeurs qui permettent une critique efficace du système hétérosexuel. Elle montre comment le courant théorique queer s’est saisi du concept d’hétéronormativité, en soulignant les résonances et les différences entre deux approches cristallisées par les positions de Teresa de Lauretis et Judith Butler. Elle explore ensuite le travail de Monique Wittig pour expliquer le concept d’hétérosocialité : « À la différence du concept d’hétéronormativité, qui renvoie davantage au régime des normes, la notion d’hétérosocialité insiste sur le rapport social qui met en relation des groupes d’individus aux intérêts opposés : la force, la domination et l’antagonisme sont les moteurs du système » (p. 74). Les variations discursives sont aussi explorées, à travers l’angle du débat, par Gabriel Girard et Lilian Mathieu. Dans « Prévention du Sida. Médicalisation et politisation du risque chez les gais dans les années 2000 » (pp. 57-67), Gabriel Girard replace dans leur contexte historique, politique et moral ces débats sur la prévention du risque ; notamment autour d’AIDES, qui choisit de développer « une approche de "réduction des risques sexuels" » au travers de messages qui « mettent l’accent sur des pratiques de diminution du risque lorsque le préservatif n’est pas utilisé » (p. 61), et Act-Up, pour qui « la promotion du préservatif est la pierre angulaire du discours » (p. 62). Les normes de prévention, déjà complexifiées par les revendications (minoritaires mais médiatisées) du bareback (rapport sexuel non protégé), se voient également infléchies par les découvertes du monde biomédical et le déplacement de certaines perspectives. Enfin, dans « Répression ou éducation ? Les paradoxes de la pénalisation des clients de la prostitution » (pp. 109-118), Lilian Mathieu s’intéresse au modèle suédois de pénalisation des clients, avant d’en venir à la mobilisation française, notamment autour des positions du Mouvement du Nid, association abolitionniste d’abord opposée à cette pénalisation mais qui en vient par la suite à revendiquer la répression. Lilian Mathieu explore la « coalition entre abolitionnistes et féministes » particulièrement prégnante à la fin des années 1990, et décelable dans le discours de certaines personnalités ou le travail de certaines organisations. C’est dans le sillage de leurs revendications que s’inscrit le débat autour de la loi française, aux intentions plus ou moins avouées.

6En plus d’interroger les normes et représentations dominantes, ce numéro de Raison présente donne accès, à travers diverses méthodologies, à plusieurs analyses de postures et/ou pratiques moins médiatisées et se situant hors du cadre hétérosexuel légitimé : le double pluriel du titre (« Sexualités, normativités ») trouve là une de ses expressions les plus intéressantes. Dans ce numéro cohérent, la richesse des perspectives apporte de nombreux éclairages, qu’ils soient notionnels, factuels ou analytiques, et chaque article rappelle l’importance de saisir la sexualité en tant que phénomène social complexe. Ces contributions présentent autant d’études informées pour appréhender de façon critique les systèmes normatifs, déconstruire des phénomènes d’instrumentalisation et historiciser certains débats. Enfin, elles nous encouragent à mieux comprendre la charge que peuvent revêtir certains stigmas et discours sur les parcours individuels. Etant donné le nombre de disciplines investissant les représentations des sexualités, ces précisions et observations s’avèrent à la fois judicieuses et justifiées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Sauzon, « « Sexualités, normativités », Raison Présente, n° 183, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10851

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page