Navigation – Plan du site

Judith Butler, Ce qui fait une vie. Essai sur la violence, la guerre et le deuil

Alexandra Levasseur
Ce qui fait une vie
Judith Butler, Ce qui fait une vie. Essai sur la violence, la guerre et le deuil, Zones, coll. « Zones », 2010, 176 p., EAN : 9782355220289.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Judith Butler Ce qui fait une vie. Essai sur la violence, la guerre et le deuil est composé de textes écrits et revus entre 2004 et 2008. Le contexte politique mené par l'administration de Georges W. Bush constitue le terreau de cette critique de la guerre qui donne l'occasion de repenser le lien social, les conditions d'exercice de la violence, leur reproduction et les manières de lutter contre. Le cœur de la réflexion de Judith Butler concerne les conditions qui pourraient rendre les vies plus vivables, sujettes au deuil et reconnaissables.

2L'introduction « Vie, deuil et précarité » situe la réflexion de Judith Butler à la suite de son précédent ouvrage intitulé Vie précaire, en continuant son interrogation sur ce qui fait une vie, ce qui fait qu'elle est pleurée, donc digne d'être considérée et appréhendée comme vivante. La réflexion met en avant les cadres épistémologiques permettant de définir une vie qui compte ou pas. Aussi, deux points s'avèrent primordiaux pour penser ces vies. Le premier concerne la question du cadrage et de ses mécanismes opérant à la classification des vies selon qu'elles sont reconnaissables ou pas. Le second concerne les conditions épistémologiques même de l'interrogation et l'appréhension d'une vie.

3Pour mener sa réflexion, Judith Butler propose de « repenser l'ontologie corporelle et la politique progressiste - ou de gauche » (p.8) au moyen de l'interrogation des « modes culturels de régulation des dispositions affectives et éthiques opérant par un cadrage sélectif et différentiel de la violence. » (p.7). Son point de départ est le postulat d'une condition généralisée nommée précarité (precariousness) permettant d'aborder la question des conditions rendant une vie viable ainsi que les manières d'améliorer les vies et de lutter contre la précarité différentielle et spécifique (precarity). L'ouvrage engage une réflexion sur la responsabilisation d'autrui en s'interrogeant sur les ressemblances et les différences qui constituent et transcendent les identités, pour questionner le fonctionnement des normes d'exclusion/inclusion, fondations des « champs de reconnaissabilité » et des pouvoirs politiques. L'enjeu du livre est de faire correspondre une appréhension de la précarité des vies avec une politique de l'affect pour un jugement et une pratique éthique, sociale et politique qui permette de revendiquer des droits, des protections et des statuts pour la persistance et l‘épanouissement des vies.

4Comme Judith Butler le montre dans son premier chapitre « Survivabilité, vulnérabilité, affect », c'est bien parce que ce que nous ressentons est conditionné par des cadres servant à soutenir une certaine « hégémonie de la vie » que nos interprétations et actions sur le monde se font sur un mode différentiel où des vies sont « pleurables » et d'autres pas. C'est la possibilité et l'impossibilité de deuil qui classe d'une manière différentielle les vies et les populations qui sont jugées comme étant dignes d'être pleurées, dès lors considérées comme vivantes et à protéger, et celles qui ne le sont pas, et pour le coup sont considérées comme mortes voir menaçantes et sont sacrifiées au nom de la protection de la vie des autres. Judith Butler se demande alors comment transformer ces vies construites comme des menaces en vies « pleurables » ? Pour répondre, dans le premier et le deuxième chapitre « La torture et l'éthique de la photographie : penser avec Susan Sontag », elle s'interroge sur ce que signifie tenir compte de la souffrance d'autrui et réfléchit à la circulation des photographies et des poèmes de Guantanamo. Son objectif est de formuler une réflexion sur les possibilités d'accès à la souffrance d'autrui en étudiant d'une part les manières dont la souffrance est présentée et d'autre part les manières dont nous sommes affectées par ces représentations.

5Le chapitre trois sur « La politique sexuelle, la torture et le temps laïque », questionne le traitement différentiel des minorités sexuelles et religieuses. Judith Butler propose de continuer la réflexion sur la construction des cadres avec les termes de progressisme et de liberté. En notant une antinomie provenant des discours du droit libéral et du pluralisme culturel, du fait de la forclusion des autres droits, notamment religieux, au nom d'une certaine idée de la progression et de la modernité, Judith Butler porte l'interrogation sur la manière de concevoir « le temps du maintenant » et de ses différentes configurations géopolitiques en querelle. Ceci invite à remettre en question l'idée d'un lien clairement établi entre la liberté et le progrès temporel, ainsi que les politiques s'en servant comme cheval de bataille, construisant de ce fait « le sujet de la différence culturelle » et créant des oppositions et des différences permettant de saper les possibilités d'alliances et de contacts avec d'autres minorités afin de « détourner durablement l'attention de la critique de la violence elle-même » (p.132).

6Dans le chapitre quatre, « Ne-pas-penser, au nom du normatif », Judith Butler part de l'idée selon laquelle il ne faut pas présupposer l'existence de vérités. Elle interroge les cadres que nous utilisons, que ce soit au niveau de politiques multiculturelles ou au niveau du libéralisme politique, en montrant que tous deux présupposent certains types de sujets. Il est important selon elle de parvenir à saisir le différentiel de pouvoir qui intervient pour distinguer ceux qui sont reconnaissables ou pas, et ainsi de se demander à chaque fois, quelle est la norme du sujet qui devient le présupposé normatif du débat. Selon Judith Butler, c'est avec cette attention critique que la création de nouvelles alliances permettra de repenser la normativité. Elle propose de se concentrer sur l'état et les pouvoirs régulateurs, notamment sur «  la manière dont ils orchestrent le débat et manipulent les termes afin de créer l'impasse politique », pour se déplacer «par-delà le type de cadre qui présuppose une opposition dyadique ou qui extrait un « conflit » d'une configuration complexe de façon à occulter les dimensions coercitives et orchestratrices des cadres normatifs. » (p.143). Dans cette tentative de repenser les termes de la normativité, peut-être est-il possible, note-t-elle, de former des alliances mobilisatrices qui ne partent pas forcément de revendications identiques, mais plutôt d'une critique de la violence, du différentiel des pouvoirs et de la violence d'état. Dans tous les cas, il paraît nécessaire « que nous étendions les cadres existants ou que nous perturbions par de nouveaux lexiques, voilà ce qui déterminera en partie le succès de nos recours au passé et à l'avenir pour nos pratiques critiques d'aujourd'hui. » (p.156).

7Le chapitre cinq, « L'appel à la non violence », amène l'idée selon laquelle la non-violence est un combat. Il s'agit pour Judith Butler de formuler une réflexion sur comment la violence vit en nous et comment l'on peut vivre avec. Pour se faire, elle propose d'étudier le lien entre violence et moralisation en passant par un appel à la non-violence. Et c'est bien en réaffirmant la précarité comme condition généralisée et non comme trait individuel ou comme manière de définir une population, qu'elle fait un appel à la résistance à la violence. Comme elle le note, si la violence opère en distinguant d'une part ceux contre qui la violence ne devrait pas être engagée et d'autre part ceux contre qui la violence est possible, c'est « à partir d'une compréhension des possibilités de ses propres actions violentes en rapport avec les vies auxquelles on est lié » (p.172) qu'il est possible de surmonter le différentiel de précarité et d'entrer dans une politique de non-violence. Autrement dit, c'est bien parce que nous dépendons des autres et que nous partageons la même condition de précarité (precariousness) que la violence ne peut plus se faire, au moins sur le mode du différentiel puisque nous sommes sur le même plan. Alors, comme le souligne Judith Butler, « la question n'est plus de savoir ce qu'est ou sera une vie », mais plutôt de « trouver et de soutenir les modes de représentation et d'apparence qui permettent à l'exigence de la vie de s‘exprimer et d'être entendue » (p. 174). « Dans ce sens, la non-violence n'est pas un état pacifique, mais un combat social et politique destiné à rendre la rage articulable et efficace - c'est un « fuck you » soigneusement élaboré (p.175) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Levasseur, « Judith Butler, Ce qui fait une vie. Essai sur la violence, la guerre et le deuil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 12 juillet 2010, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1086

Haut de page

Rédacteur

Alexandra Levasseur

Doctorante en sociologie à l'université Lyon 2, Centre Max Weber

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page