Navigation – Plan du site

Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d'un imaginaire

Igor Martinache
Les bas-fonds
Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d'un imaginaire, Paris, Seuil, coll. « L'Univers historique », 2013, 394 p., ISBN : 978-2-02-096762-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil, 1989

1Dans leur séminaire consacré à la manière dont sociologie et littérature traitaient de la culture populaire, Claude Grignon et Jean-Claude Passeron remarquaient que les auteurs en question oscillaient entre deux écueils symétriques : le populisme et le misérabilisme1. En reconstituant l'histoire des représentations sociales des bas-fonds, Dominique Kalifa vient en quelque sorte durcir le constat, en montrant que la réaction commune à leur endroit mêle pour sa part horreur et fascination. L'expression de « bas-fonds » est en effet à la fois puissamment évocatrice et considérablement floue comme l'observe d'entrée l'auteur, d'où l'intérêt d'entreprendre d'en faire la généalogie, sans pour autant prétendre à « épuiser les manière d'explorer et de dire les bas-fonds ».

  • 2 Voir La Potence et la pitié, Paris, Gallimard, 1987
  • 3 Voir Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Plon, 1958,

2Si le terme en lui-même a émergé - si l'on ose dire...- au XVIIe siècle dans le registre maritime, c'est au milieu du XIXe siècle qu'il a véritablement pris son sens moderne, désignant indissociablement certains lieux et les êtres qui les peuplent, et qui semblent marqués dans tous les récits par trois caractéristiques particulières : la misère, le vice et le crime. C'est en effet précisément le moment où émerge la « question sociale », sous l'effet de l'industrialisation et de l'urbanisation rapides qui déstabilisent les structures sociales traditionnelles et voient les migrants de l'intérieur venir gonfler les faubourgs des villes, qui deviennent alors une source de préoccupations pour la bourgeoisie, qui hésite entre « pitié » et « potence », à l'instar de leurs ancêtres médiévaux soucieux de distinguer les « bons » et les « mauvais » pauvres, comme l'a bien montré Bronislaw Geremek2. Les « classes laborieuses » sont alors assimilées à des « classes dangereuses », comme l'a montré pour sa part Louis Chevalier dans un autre ouvrage historique fameux3, lui-même non dénué d'ambivalences.

3Ce n'est donc pas directement de ces lieux ou de ces populations dont traite ici Dominique Kalifa, mais des représentations qui en sont faites dans les écrits - littéraires, journalistiques ou sociologiques -, d'époque ou postérieurs, reflétant en même temps qu'entretenant les imaginaires sociaux. Car « pour l'essentiel, les bas-fonds relèvent d'une "représentation", d'une construction culturelle, née à la croisée de la littérature, de la philanthropie, du désir de réforme et de moralisation porté par les élites, mais aussi d'une soif d'évasion et d'exotisme social, avide d'exploiter le potentiel d'émotions "sensationnelles" dont, aujourd'hui comme hier, ces milieux sont porteurs » (p. 17), résume-t-il sa thèse en même temps que le propos général de son ouvrage.

  • 4 Voir Gérard Mauger, L'émeute de novembre 2005, Bellecombe-en-Bauges, éd. Du Croquant, 2006 : http: (...)

4Ainsi en va-t-il des « bas-fonds » comme des « gueux » auxquels ils ont succédé, figures liminaires dont les discours véhiculés à leur égard en disent plus sur ceux qui les tiennent que sur les réalités qu'elles prétendent désigner. On pourrait d'ailleurs en dire autant aujourd'hui, toutes proportions gardées, des habitants des quartiers populaires, et en particulier des participants aux mouvements émeutiers qui y surviennent sporadiquement4. Au fil des chapitres, Dominique Kalifa écume donc une vaste littérature, tant française qu'anglo-saxonne, pour traquer les différents motifs par lesquels sont dépeints les parties de ville étiquetées comme bas-fonds. Il pointe ainsi notamment le succès du genre des « mystères » urbains, à la suite des Mystères de Paris d'Eugène Sue, publiés en 1842, la manière dont les récits insistent sur la saleté tant physique que morale de ces lieux, puis distingue cinq grandes familles qui composent, toujours selon ces derniers, composent le peuple des bas-fonds : les pauvres, parmi lesquels il convient de distinguer entre « vrais » et « faux » - qui falsifieraient la pauvreté pour en faire recette-, les voleurs, les prostituées, les « enfermés » de toutes sortes et enfin les bohémiens.

5Il montre que ces récits s'alimentent en réalité plus ou moins consciemment de textes plus anciens, bibliques ou descriptions des « cours des Miracles » peuplées de mendiants dont les mutilations disparaissent sitôt la quête terminée,  les ancrant dans une certaine continuité leur conférant ainsi une dimension « immémoriale » qui accroît encore la fascination à leur égard.

  • 5 Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1966

6Le quatrième chapitre est sans doute celui qui retiendra le plus l'attention des sociologues, dont l'activité de catégorisation constitue l'une des principales préoccupations. Intitulé « l'empire des listes », celui-ci revient, dans la perspective ouverte par Michel Foucault5, sur la manière dont les populations des bas-fonds ont servi de support à une intense activité classificatoire, notamment de la part de policiers comme Vidocq.

  • 6 Voir notamment Tête de Turc, Paris, La Découverte, 1986
  • 7 Sur l'histoire des héros de Detective Comics et Marvel, voir notamment Thierry Rogel, Sociologie d (...)

7Dominique Kalifa revient sur d'autres thèmes récurrents dans la mise en récit des bas-fonds : le danger, le « prince déguisé » qui s'encanaille et qui se décline dans la figure du journaliste « undercover », dont Günter Wallraf est sans doute le plus fameux représentant contemporain6, la « tournée des grands ducs », dont le sens a largement dévié par rapport à son acception originale, sans oublier les divers investissements poétiques dont ont pu faire l'objet les bas-fonds, y compris dans au cinéma. Car si les bas-fonds en tant que tels ont été résorbés par le développement de l’État social - ce qui ne signifie évidemment pas pour autant que ne subsistent pas aujourd'hui d'importantes poches de misère au sein et aux marges des villes comme y insiste l'auteur-, l'imaginaire qui les entoure ne s'est lui pas tari, se retrouvant notamment là où on ne l'attend pas forcément, comme dans les récits de super-héros qui ont émergé aux États-Unis à l'orée de la Seconde guerre mondiale7. Si la lecture de l'ouvrage érudit de Dominique Kalifa s'avère aussi récréative qu'instructive concernant de « petits » faits, comme l'origine de certaines expressions, elle n'en est pas pour autant dénuée d'intérêt pour les sociologues ou historiens, celui-ci réussissant au final à faire la démonstration que « l'histoire des imaginaires ne consiste pas comme le signalent parfois ses détracteurs, à "recopier" les discours du passé, mais bien à en déconstruire les agencements pour mettre à nu ses significations » (p. 375).

Haut de page

Notes

1 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil, 1989

2 Voir La Potence et la pitié, Paris, Gallimard, 1987

3 Voir Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Plon, 1958,

4 Voir Gérard Mauger, L'émeute de novembre 2005, Bellecombe-en-Bauges, éd. Du Croquant, 2006 : http://www.liens-socio.org/L-Emeute-de-novembre-2005

5 Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1966

6 Voir notamment Tête de Turc, Paris, La Découverte, 1986

7 Sur l'histoire des héros de Detective Comics et Marvel, voir notamment Thierry Rogel, Sociologie des super-héros, Paris, Hermann, 2012 :  http://lectures.revues.org/8611

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d'un imaginaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10864

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page