Navegación – Mapa del sitio

Alexandra Ouroussoff, Triple A

Guillaume Arnould
Triple A
Alexandra Ouroussoff, Triple A. Une anthropologue dans les agences de notation, Paris, Belin, col. « Anthropolis », 2013, 128 p., trad. Aurélien Blanchard, postf. Jonathan Friedman, ISBN : 978-2-7011-6503-5.
Inicio de página

Texto completo

1L’anthropologie peut être d’un grand secours à la compréhension des mécanismes économiques et financiers contemporains. En étudiant la manière dont les agents sociaux expriment leurs croyances sur le fonctionnement du processus de notation des entreprises, le livre d’Alexandra Ouroussoff est une plongée captivante dans les eaux troubles du capitalisme financier. Fruit d’un travail de terrain de plusieurs années sur « la guerre à Wall Street » (titre original de l’ouvrage) cette enquête décrypte la manière dont les analystes financiers des agences de notation et les dirigeants d’entreprise conçoivent l’évaluation de la qualité des stratégies financières adoptées.

2Véritable complément analytique des évolutions des théories économiques de la finance, le lecteur ressort de l’ouvrage à la fois satisfait de mieux saisir les enjeux d’un processus extrêmement commenté et discuté (le processus de notation des entreprises) et également stupéfait de la manière dont fonctionne concrètement cette activité. Le constat de base de l’auteure est la nécessité d’interroger d’une part les dirigeants d’entreprises pour comprendre en quoi les évaluations des agences de notation leur apparaissent si contraignantes et presque contre-productives et de questionner d’autre part les analystes de ces mêmes agences pour mieux apprécier la vision de l’économie qu’ils défendent. L’enquête a été menée aux États-Unis avant la crise financière dite des subprimes et s’appuie sur de longs extraits d’entretiens d’Alexandra Ouroussoff avec les protagonistes. Les difficultés rencontrées par l’auteure pour aborder le sujet, les réticences ou les inquiétudes de ces interlocuteurs sont palpables et montrent à quel point la thématique relève d’une question socialement vive.

3L’ambition de cette recherche est d’éclairer la vision du risque qui découle du fonctionnement des agences de notation. En effet, à rebours de la vision économique traditionnellement établie depuis Adam Smith pour les classiques ou Joseph Schumpeter concernant l’économie de l’innovation, le processus de notation aboutit à l’idée qu’il est possible pour une entreprise d’accroître le profit en minimisant le risque. Pourtant les théories financière et économique reposent sur l’idée que la contrepartie des gains découle d’une prise de risque (c’est le rôle de l’idéal-type de l’entrepreneur) en proposant sur le marché un bien ou un service qui n’avait pas été offert jusqu’à présent. Il y a ainsi une incertitude qui permet à des entreprises de réaliser des gains qui n’étaient pas anticipables. S’inscrit dans ce raisonnement toute une lignée de la pensée économique qui de Frank Knight à John Maynard Keynes font de cette incertitude radicale le fondement de la dynamique économique : en d’autres termes « sans risque pas de profit ». L’introduction de l’auteure est à cet égard exemplaire de l’évolution de la perception du risque par les agents économiques.

4Ce que l’ouvrage expose en creux est la révolution intellectuelle qui s’est produite dans la théorie financière et qui a été décrite par Peter Bernstein dans plusieurs ouvrages : la sophistication des techniques d’analyse du risque. En important certaines hypothèses fortes de fonctionnement idéal des marchés financiers (comme la notion d’efficience par exemple qui suppose que le mécanisme de marché permet de disposer de toute l’information disponible), des auteurs ont développé des modèles permettant de valoriser le capital des entreprises en incorporant le risque : risque de faillite, risque d’évolution défavorable du cours d’un actif etc. C’est ainsi que les agences de notation s’inscrivent dans un paradigme mis en valeur par les économistes français André Orléan, Robert Boyer ou Michel Aglietta : le capitalisme financier. En cherchant à évacuer le risque spéculatif, ces nouvelles théories financières incarnées par les outils popularisés par les agences de notation vont au contraire bercer les agents dans l’illusion de la maîtrise du processus d’accumulation du capital.

5Après avoir exposé le principal atout de la notation (un processus synthétique donnant une évaluation lisible et binaire de la qualité d’un investissement dans une entreprise) le livre d’Alexandra Ouroussoff permet de lire et de vivre le quotidien des agents concernés. Le discours des dirigeants d’entreprise est tout à fait remarquable : pour eux le processus de notation est un exercice contraint et forcé vécu de manière très désagréable comme une intrusion dans le management de leur firme. Alors que la note obéit au même principe qu’une assurance qualité et qu’elle est censée fournir un gage d’un pilotage efficace ; aux yeux des manageurs elle se transforme en une procédure inquisitoire et incohérente. Les entreprises devant convaincre les analystes de leur capacité à maîtriser les risques, elles seraient incitées à produire un discours convenu voire trompeur pour répondre à la demande. Il est dans cette optique saisissant de constater que les stratégies plébiscitées par les agences de notation sont celles qui visent à dominer les marchés en réduisant la concurrence… Ce sont ainsi les processus de concentration économique ou d’intégration verticale et horizontale qui sont perçus comme les meilleures manières de rassurer les investisseurs financiers sur la pérennité de leur placement.

6De même, Triple A, en exposant la vision des analystes financiers des agences de notation, montre à quel point la crise de 2008 semblait inéluctable. En interrogeant les directeurs d’agence sur le rôle primordial occupé par la notation aujourd’hui, Alexandra Ouroussoff obtient des réponses paradoxales : ce serait en raison de faillites d’entreprises que le besoin d’analyser le risque serait devenu primordial et que la compétence des agences de notation se serait imposée. Or aucun élément historique ne permet d’appuyer ce constat (et la débâcle spectaculaire d’Enron est venue le rappeler) qui relève plus d’une vision performative de la modélisation économique. C’est d’ailleurs une des principales leçons de ce livre : les agences de notation ne sont pas des agents diaboliques de l’économie néo-libérale, mais bien des producteurs de services consciencieux et cherchant sincèrement à défendre les intérêts de leurs clients, les investisseurs financiers. Il est à cet égard particulièrement marquant de noter à quel point les analystes ont fait leur la vision économique défendue par la théorie de l’agence qui suppose que les agents rationnels ne sont incités à satisfaire que leur propre intérêt. Les dirigeants d’entreprises sont ainsi perçus comme des personnes irresponsables qui prennent des risques avec le capital des autres.

7Cet ouvrage très court et très dense est à combiner avec une lecture des grandes évolutions dans les domaines économique et financier pour en apprécier toute la saveur. C’est en effet, à partir des bouleversements de la mondialisation financière (le développement d’une compétition mondiale pour attirer les investisseurs) et des avancées théoriques en finance (la théorie des options, la constitution d’un portefeuille de placement réduisant le risque, les modèles d’évaluation des actifs financiers ou la constitution de dérivés de crédits …) que le besoin d’un baromètre fiable est apparu. Les dysfonctionnements actuels des agences de notation sont ainsi éclairés de l’intérieur par cette incapacité à envisager ce qui fait le fondement de la vie économique : son caractère radicalement imprévisible.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillaume Arnould, « Alexandra Ouroussoff, Triple A », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 05 marzo 2013, consultado el 16 junio 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10871

Inicio de página

Redactor

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie Inspecteur pédagogique régional – Académie de Strasbourg – Agrégé d’Economie gestion

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página