Navigation – Plan du site

Frédéric Lordon, D’un retournement l’autre

Patrick Cotelette
D'un retournement l'autre
Frédéric Lordon, D'un retournement l'autre. Comédie sérieuse sur la crise financière en quatre actes et en alexandrins, Paris, Seuil, 2011, 134 p., ISBN : 978-2-02-104577-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Et notamment ces vers : « Quelque sujet qu'on traite, ou plaisant, ou sublime / Que toujours le bo (...)
  • 2  Dont plusieurs ont été chroniqués par l’équipe de Lectures : L’intérêt souverain. Essai d’anthropo (...)

1C’est un étrange livre que D’un retournement l’autre. Œuvre de théâtre en alexandrins classiques, proches des conseils de Boileau1, mais aussi œuvre d’économiste spécialisé dans la philosophie économique et dans l’analyse financière, comme en témoignent son blog La pompe à phynance et ses nombreux ouvrages2. Dans cet opus, Frédéric Lordon propose une narration — plutôt qu’une analyse — de la crise économique et de ses conséquences en quatre actes. Quatre actes qui sont en même temps quatre moments intellectuels qui permettent de décrire étape par étape le déroulement économique et politique de la crise récente.

2Comme dans toute tragédie, il faut déjà se rappeler qu’une narration repose sur des péripéties, qui vont constituer l’ensemble des retournements annoncés par le titre de la pièce. Le premier retournement renvoie à la situation des banquiers qui découvrent avec stupeur leur faillite au début de la crise financière. Et qui, après l'avoir découverte, décident de se retourner vers leur « pire ennemi » : l'État, pour en faire leur sauveur. Dans le deuxième acte, le premier retournement consiste à la découverte à nouveau par le chef de l'État de sa grande impuissance sur l'état de l'économie. Puis, après avoir rencontré les banquiers et refusé tout de go de les aider, on voit un chef d’État qui « retourne sa veste » en refusant des mesures fortes et dures qui pourraient, comme le pensent Frédéric Lordon et d’autres commentateurs financiers3, réduire radicalement l'instabilité structurelle des marchés financiers. Les troisième et quatrième actes constituent ensuite un retournement en soi, en passant de la sphère économique à une sphère plus proprement politique. C'est ainsi qu'au début de l'acte trois s'ouvre une réunion politique dirigée en principe par le chef de l’État. Mais très vite, par un effet de mise en scène,  on constate que ce sont essentiellement les banquiers qui prennent la parole — et donc le pouvoir — pour simplement commenter la prospérité financière retrouvée et l'amélioration de leur bilan sans que l'état de l'économie soit pour autant globalement amélioré. La deuxième péripétie de l'acte trois consiste alors à transformer les banquiers, accusés potentiels, en accusateurs de la « masse ignorante » et des hommes politiques qui « exciteraient » la population. On voit alors le chef de l’État se ranger à leur position en déclarant ne vouloir que moraliser la finance. Dans le quatrième et dernier acte, les péripéties antérieures se redoublent. D'une part, le pouvoir politique découvre que c'est maintenant lui qui porte une faute économique sous le nom de dette publique. D'autre part, les banquiers deviennent pleinement accusateurs en indiquant que la situation de l'État conduit les marchés financiers à une nouvelle situation de panique dont le seul remède serait de mettre fin aux dépenses publiques sous la forme de plans d'austérité. La dernière scène de la pièce est alors le retournement final — mais le seul qui n'est pas encore advenu pleinement dans la réalité — c'est-à-dire le moment de « l'insurrection qui vient », lorsque la prise en compte des évènements économiques passés conduit à une révolution politique profonde

  • 4  À l’exception du très médiatique cas de Jerôme Kerviel qui constitue à lui tout seul un véritable (...)
  • 5  À ce titre, la position de Frédéric Lordon dans cette pièce est une reformulation de ses propos th (...)

3L'intérêt de cette pièce est que les péripéties narratives sont en même temps des péripéties intellectuelles. En effet, on y observe plusieurs grands mécanismes au cœur des crises financière et économique. Dans le premier acte, le retournement de situation initiale sur le marché financier découle de ce qu'on appelle les anticipations mimétiques. Elles désignent une des manières qu'ont les acteurs financiers de prendre la décision sur les marchés en jugeant de la qualité des titres financiers non par leur sous-bassement réel (autrement dit la production actuelle des entreprises et leur rentabilité espérée raisonnablement) mais par le jugement commun des autres acteurs du marché, ce que Keynes en son temps avait appelé le principe du concours de beauté. Puis, la requête annoncée par les banquiers de s’en remettre à l'aide de l'État correspond à une situation d'aléa moral. On constate en effet sur les marchés financiers que, dans certaines situations, les individus ont intérêt à prendre plus de risques que de raison simplement parce qu'ils sont assurés implicitement par une personne extérieure en cas de mauvais pari sur l'avenir. C'est le cas par exemple du trader dont la rémunération est à la hausse lorsqu’il fait des plus-values mais qui n'est pas à la baisse lorsqu’il fait des moins-values4. Dans le deuxième acte, Frédéric Lordon évoque ensuite les limites propres à l'action publique. D'une part, toute politique économique est limitée dans ses effets. D'autre part, toute politique économique est contrainte par le contexte dans lequel elle est mise en œuvre. Parmi les contextes pertinents, il est alors nécessaire d'avoir en tête aussi bien le contexte économique que le contexte idéologique et social dans lequel se trouvent les preneurs de décision. C'est alors la connivence sociale entre les élites politiques et les élites financières5 qui justifie dans le troisième acte le gros plan mis sur les banquiers plutôt que sur le chef de l’État lorsqu'il s'agit de parler de politique. Et c'est également pour cette raison que l'on comprend qu'un président puisse opter pour une politique in fine favorable à la profession financière même si objectivement, en tenant compte des intérêts macroéconomiques en jeu ou de ce que d’aucuns appelleraient l'intérêt général, on ne peut pas comprendre cette politique. Ou qu’un chef de l’État puisse accepter les critiques émises par la profession financière et croire en la vertu des politiques d'austérité pour rétablir la situation des finances publiques alors même que la dette publique n’est que la conséquence des politiques de sauvetage des banques mises en œuvre suite à la crise financière et des politiques de relance chargées de soutenir une activité plombée par la raréfaction du crédit.

4Tout en déroulant les différents mécanismes économiques et politiques au cœur des crises récentes (crise financière, crise économique, crise de la dette), Frédéric Lordon fait ainsi entendre une voix différente — en la personne du deuxième conseiller chargé de mettre en mots les critiques envers, et les incohérences, des politiques choisies. Reste que, en raison du vocabulaire utilisé et de l'absence de lexique, on pourrait adresser au théâtre de Frédéric Lordon les mêmes griefs qu’envers le théâtre engagé. D’un côté, une pièce intellectuelle peut-elle être une œuvre d'art ? D’un autre côté, une pièce de théâtre peut-elle remplir un objectif politique ? Nous ne saurions nous prononcer sur la première question. Quant à la deuxième, Frédéric Lordon apporte une réponse nourrie de ses lectures et de ses travaux antérieurs. Comme il l'explique dans la postface du livre, Surréalisation de la crise, et conformément à la pensée spinoziste qu’il affectionne, les idées seules, même bonnes, ne suffisent pas forcément à changer les esprits, tandis que les émotions, notamment artistiques, peuvent créer des « déclics » et entraîner des mutations dans les comportements. À ce titre, on peut ainsi conclure en considérant que Frédéric Lordon a rempli son pari puisque la pièce a fait l'objet d'une adaptation cinématographique6 justifiant par la même occasion la nouvelle distribution de l'ouvrage. Raison supplémentaire pour s’y plonger, et s’y faire surprendre.

Haut de page

Notes

1  Et notamment ces vers : « Quelque sujet qu'on traite, ou plaisant, ou sublime / Que toujours le bon sens s'accorde avec la rime / L'un l'autre vainement ils semblent se haïr / La rime est une esclave et ne doit qu'obéir. / Lorsqu'à la bien chercher d'abord on s'évertue, / L'esprit à la trouver aisément s'habitue ; / Au joug de la raison sans peine elle fléchit / Et, loin de la gêner, la sert et l'enrichit. / Mais, lorsqu'on la néglige, elle devient rebelle, / Et, pour la rattraper, le sens court après elle. / Aimez donc la raison : que toujours vos écrits / Empruntent d'elle seule et leur lustre et leur prix ». Boileau, L’Art Poétique, Chant I.

2  Dont plusieurs ont été chroniqués par l’équipe de Lectures : L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, avec deux chroniques, ici et là ; Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme ; Spinoza et les sciences sociales, avec deux chroniques, ici et là ; Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza.

3  Voir notamment le blog d’Olivier Berruyer ou les publications de Finance Watch.

4  À l’exception du très médiatique cas de Jerôme Kerviel qui constitue à lui tout seul un véritable arbre cachant la forêt.

5  À ce titre, la position de Frédéric Lordon dans cette pièce est une reformulation de ses propos théoriques puisqu’il récuse toute forme de « complot » dans les événements récents. En cela, il s'inscrit dans la veine de Pierre Bourdieu, donc il utilise les écrits par ailleurs. Voir sur cette question : « Conspirationnisme : la paille et la poutre ».

6  Le grand retournement, par Gérard Mordillat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Frédéric Lordon, D’un retournement l’autre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 mars 2013, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10875

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page