Navigation – Plan du site

Yves Gingras, Sociologie des sciences

Michaël Fortier
Sociologie des sciences
Yves Gingras, Sociologie des sciences, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2013, 127 p., ISBN : 978-2-13-058817-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Acot Pascal, L’Histoire des sciences, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1999.
  • 2  Lecourt Dominique, La Philosophie des sciences, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2000.
  • 3  Notons toutefois la parution, chez d'autres éditeurs, de Pestre Dominique, La sociologie des scien (...)

1Plus de dix ans après la parution de numéros consacrés à L’Histoire des sciences1 et à La Philosophie des sciences2, la collection encyclopédique « Que sais-je ? » accueille enfin un ouvrage de synthèse qui présente les principaux acquis de la sociologie des sciences. Cette publication vient combler une lacune dans la collection3 en introduisant le public français à une discipline dont le développement s’est, jusque-là, déroulé principalement dans le monde anglophone.

2L’objectif de l’auteur est de montrer que, malgré les polémiques opposant les sociologues des sciences (qui tendent à accentuer leurs désaccords), « les résultats empiriques, acquis au cours de plus de cinquante ans de recherches diverses, de même que les principaux concepts élaborés sont, en fait, plus cumulatifs qu’il n’est généralement admis » (p. 7). Il s’agit dès lors, pour mettre en valeur la dimension cumulative des travaux, au-delà des oppositions et des différends entre chercheurs, de distinguer clairement les différentes perspectives et échelles d’observation (microsociologique, mésosociologique et macrosociologique) dans le cadre desquelles ils s’insèrent.

3Aussi le tableau synoptique des travaux en sociologie des sciences que nous propose Yves Gingras se présente-t-il moins comme une histoire de la discipline, selon un découpage chronologique, que comme un emboîtement des différentes échelles d’observation, allant de l’analyse macrosociologique, où il est question des rapports entre science et société, à l’analyse microsociologique des interactions entre chercheurs et de la construction sociale des faits scientifiques particuliers. Découpage original donc, qui n’exclut pas pour autant les mises en perspective historiques, ni l’analyse des rapports entre la sociologie des sciences et les disciplines voisines telles que la philosophie des sciences et l’histoire des sciences.

  • 4  Yves Gingras retient deux dimensions de la notion d’institution, la première référant aux « organi (...)

4À ces différentes échelles d’observation correspondent, le plus souvent, autant d’approches et de courants théoriques, ainsi que des problématiques communes. Ainsi s’intéresse-t-on surtout, au plan macrosociologique, aux conditions socioculturelles du développement des sciences. Il apparaît par exemple que l’adhésion ou la croyance au savoir scientifique repose, en dernière instance, sur des valeurs culturelles, et plus précisément sur la présence, dans une société, d’un « ensemble particulier de présupposés tacites et de contraintes institutionnelles » (p. 19) sans lequel la science, frappée de suspicion, ne peut se développer. À ces conditions socioculturelles s’ajoutent des conditions institutionnelles4 de possibilité du développement des sciences. Si celles-ci ont connu l’essor que l’on sait depuis le xviie siècle, c’est à la faveur de leur institutionnalisation : la multiplication des académies, des sociétés savantes, des universités (qui deviendront bientôt le plus important lieu de production du savoir avec le succès du modèle humboldtien) et des divers laboratoires contribue à stabiliser et à normaliser une production scientifique jusque-là limitée à des initiatives individuelles, pour ainsi faire apparaître de véritables communautés scientifiques.

5Au plan mésociologique, l’attention est portée davantage sur le « système social de la science » lui-même et sur les règles et les normes qui régissent son fonctionnement. Robert K. Merton par exemple, un des ténors américains de la sociologie des sciences auquel Yves Gingras consacre plusieurs pages, en identifiait quatre : l’universalisme (impersonnalité et objectivité des énoncés scientifiques), le communisme ou communalisme (la dimension collaborative de la production scientifique doit se traduire par la mise en commun des connaissances), le désintéressement (recherche de la vérité pour elle-même) et le scepticisme organisé (attitude critique vis-à-vis des énoncés scientifiques). Discutables et discutées, ces normes et ces règles n’en ont pas moins suscité diverses interrogations portant aussi bien sur l’adhésion de la communauté scientifique à celles-ci que, de manière plus générale, sur le cycle de production et de reproduction des connaissances scientifiques lui-même.

  • 5  L’expression est empruntée à Mohamed Nachi, Introduction à la sociologie pragmatique, préface de L (...)

6Enfin, au plan microsociologique, on s’intéresse moins aux aspects organisationnels, institutionnels ou normatifs de la recherche scientifique, qu’à « la question de savoir si les contenus des connaissances […] et leur émergence à un moment et en un lieu précis, sont eux aussi déterminés, ou du moins influencés, par des facteurs sociaux et culturels » (p. 87), renouant ainsi avec la sociologie de la connaissance du début du xxe siècle. Il s’agira, par exemple, de rendre compte, dans la perspective d’une sociologie des intérêts, des choix scientifiques en étudiant la façon dont les intérêts (cognitifs, techniques, etc.) qui sont en jeu dans la pratique scientifique « structurent les inférences et expliquent les jugements » (p. 100) ; ou encore de décrire, dans la perspective d’une « sociologie pragmatique5 », la science en train de se faire en insistant sur le caractère construit des connaissances scientifiques.

7Le petit ouvrage d’Yves Gingras est émaillé d’exemples qui allègent la lecture et facilitent la compréhension du lecteur non-spécialiste. Ainsi nous expose-t-on les grandes lignes de diverses controverses, plus ou moins connues, comme celle de Robert Gallo et de Luc Montagnier autour de la découverte du virus du sida, celle des statisticiens britanniques Karl Pearson et George Yule sur la mesure de la corrélation entre deux variables, ou encore les « querelles de priorité » d’Einstein. Pour compléter le portrait, il aurait été intéressant d’accorder une plus grande importance aux principaux courants théoriques et méthodes en sociologie des sciences, plutôt que de s’en tenir à décrire ses objets d’étude, ses problématiques et ses résultats. Quoi qu’il en soit, cette lacune est compensée par des indications bibliographiques très riches qui sauront orienter le lecteur soucieux d’approfondir ses connaissances dans le domaine.

Haut de page

Notes

1  Acot Pascal, L’Histoire des sciences, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1999.

2  Lecourt Dominique, La Philosophie des sciences, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2000.

3  Notons toutefois la parution, chez d'autres éditeurs, de Pestre Dominique, La sociologie des sciences, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2006 ; et de Vinck Dominique, Sciences et société : Sociologie du travail scientifique, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2006.

4  Yves Gingras retient deux dimensions de la notion d’institution, la première référant aux « organisations officielles au sein desquelles les sciences sont pratiquées » (académies, universités, sociétés savantes, etc.), et la seconde « à tout système social doté de “règles, de procédures et d’usages stables pesant sur les croyances et les comportements des acteurs sociaux” » (profession de scribe, musée et bibliothèque d’Alexandrie, académie de Platon, lycée d’Aristote, etc.) (p. 29).

5  L’expression est empruntée à Mohamed Nachi, Introduction à la sociologie pragmatique, préface de Luc Boltanski, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Fortier, « Yves Gingras, Sociologie des sciences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10883

Haut de page

Rédacteur

Michaël Fortier

Étudiant à la maîtrise à l’Université de Sherbrooke.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page