Navigation – Plan du site

Louis Dupont, Charlotte Prieur (dirs), « Les espaces des masculinités », Géographie et Cultures, n°83

Lucie Bony
Les espaces des masculinités
Louis Dupont, Charlotte Prieur (dir.), « Les espaces des masculinités », Revue Géographie et Cultures, n° 83, 2012, 150 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782336004716.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Géographie et cultures, dirigé par Charlotte Prieur et Louis Dupont, entend interroger la dimension spatiale des masculinités, et plus exactement les espaces des sexualités masculines. En effet, la plupart des contributions qui y sont rassemblées s’inscrit dans le champ des « géographies des sexes, genres et sexualités », apparu en France il y a une dizaine d’années mais plus ancien dans les pays anglo-saxons.

2Le dernier article du livre (Karine Duplan, « Les géographies des sexualités et la géographie française ») présente une bonne introduction de ce champ de recherche. Trois courants ayant influencé la recherche française y sont présentés : la géographie de l’homosexualité, la géographie féministe et la mouvance queer qui s’attache à déconstruire la norme hétérosexuelle et son mode d’inscription dans l’espace. Une autre revue de littérature (Charlotte Prieur, Louis Dupont, « Etat de l’art : géographies et masculinités ») donne une vue d’ensemble des travaux existant sur le sujet. Louis Dupont y recense des études de cas mais aussi des analyses théoriques interrogeant les masculinités hégémoniques et les normes de genre alors que Charlotte Prieur se concentre sur des travaux traitant des masculinités alternatives (féminines, queer et trans). Ces deux articles offrent de riches bibliographies sur le sujet. Ils précisent par ailleurs le cadre scientifique de ce numéro thématique de la revue. La masculinité y est en effet définie comme étant situationnelle, c'est-à-dire relative et située. L’ « ordre des genres » y est remis en question par l’appréhension de la masculinité comme un champ compétitif, avec une masculinité hégémonique et des masculinités non hégémoniques, marginalisées et subordonnées. Cette géographie des masculinités questionne finalement aussi bien les lieux et les espaces de déploiement des différentes formes de masculinité que le caractère genré et hétéronormatif de la production du savoir scientifique.

3Ainsi, Anne Jégou, Antoine Chabrol et Edouard De Bélizal dans leur article « Rapports genrés au terrain en géographie physique » interrogent la représentation du géographe physicien classiquement associée à une figure masculine. Ils reviennent sur l’évolution de la discipline, l’importance qui y est accordée au terrain et la place des femmes qui s’y sont investies depuis les années 60. Une enquête réalisée par questionnaires et par entretiens auprès de la communauté des géographes physiciens français leur permet ensuite de montrer que le terrain en géographie physique, lié notamment à sa dimension corporelle, se présente dans un cadre masculiniste mais que celui-ci peut prendre des formes multiples.

4Stéphane Leroy (« "Tu cherches quelque chose ?" Ethnographie de la drague et des relations sexuelles entre hommes dans le Bois de Vincennes ») décrit ensuite les lieux de rencontre d’homosexuels, à la fois notoires et cachés. Ces lieux sont aléatoires, mouvants, construits au gré des opportunités. L’auteur montre ainsi les modes d’érotisation des lieux par la recherche de partenaires anonymes. Il décrit l’appropriation spatiale et la constitution de secteurs aux fonctions différentes, l’ensemble formant une zone quasi-interdite pour les non-initiés. Ces pratiques transgressent la norme hétérosexuelle qui a produit l’espace dans lequel elles se déroulent : elles doivent alors composer avec la répression des forces de l’ordre et les divers aménagements dissuasifs qui tentent de les proscrire.

5Gwénola Ricordeau et Oliviers Milhaud (« Prisons : espaces du sexe et sexualisation des espaces ») interrogent l’articulation du sexe et de l’espace dans l’univers carcéral où cette pratique est à la fois interdite et omniprésente. Ils montrent les différents lieux carcéraux et le type de pratiques sexuelles qui s’y déploient : de la masturbation en cellule aux pratiques homosexuelles dans les douches ou les salles de musculation en passant par les pratiques hétérosexuelles dans les parloirs. Ils montrent ensuite la façon dont les politiques pénitentiaires cherchent à contrôler ces pratiques par une gestion de l’espace carcéral (la séparation des détenu-e-s selon le sexe depuis le XVIIIe siècle, les débats autour de l’encellulement individuel, la création de parloirs intimes). Enfin, à partir de discours essentialisant les désirs sexuels féminins et masculins, ils montrent que la prison est un révélateur des représentations des rôles sociaux de sexe.

6Nicolas Boivin (« Territoires hédonistes du sexe. Pour une géographie des subjectivations ») poursuit ces réflexions sur les relations entre espace et sexualité à partir d’une double approche. Il montre tout d’abord le caractère structurant de l’espace dans les pratiques sexuelles qui sont elles-mêmes créatrices de lieux, par le détournement du sens de certains lieux et par leur plus ou moins grande visibilité. Il intègre à son analyse l’opposition classique rural/urbain et souligne l’importance de la prise en compte des temporalités dans l’analyse géographiques des pratiques sexuelles. Considérant que le corps sexué construit le Soi à travers l’espace, l’auteur propose dans un second temps une lecture foucaldienne de ces processus de subjectivation alors appréhendés comme des systèmes de fabrique territoriale.

7Cet article est suivi par la retranscription d’un entretien réalisé par Charlotte Prieur avec une drag-queen montréalaise (« Luc Provost présente Mado : entretien »). Outre l’histoire de ce personnage, ses influences et son rapport à la masculinité, on y apprend le rapport de son interprète au quartier du Village à Montréal, du Marais à Paris et de Castro à San Fransisco.

8Cet ensemble d’articles est enfin complété par les recensions de trois ouvrages, un film (Laurence Anyways) et une série (Skins).

  • 1  On pourra par exemple se reporter à l’ouvrage Masculinités : état des lieux dirigé par Daniel Welz (...)

9Au final, cet ensemble d’articles s’avère riche en réflexion quant à la déconstruction de la notion de « masculinité ». Ainsi, ces textes montrent bien que la masculinité et la féminité ne peuvent pas être pensées séparément et que l’étude des marges permet d’éclairer pertinemment la norme masculiniste. Toutefois, la focalisation de nombre de ces articles sur la sexualité ne doit pas faire oublier que les identités masculines se construisent aussi dans d’autres situations1.

Haut de page

Notes

1  On pourra par exemple se reporter à l’ouvrage Masculinités : état des lieux dirigé par Daniel Welzer-Lang et Chantal Zaouche Gaudron, et au compte-rendu qu’en a fait Elodie Santagiuliana (http://lectures.revues.org/5257), pour prendre la mesure de la pluralité des pratiques par lesquelles s’expriment et se définissent les masculinités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bony, « Louis Dupont, Charlotte Prieur (dirs), « Les espaces des masculinités », Géographie et Cultures, n°83 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10886

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page