Navigation – Plan du site

Pascal Brissette, Anthony Glinoer, Bohème sans frontière

Laëticia Stauffer
Bohème sans frontière
Pascal Brissette, Anthony Glinoer, Bohème sans frontière, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2010, 357 p., EAN : 9782753510715.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage regroupe des articles qui interrogent la figure de la bohème en tant que posture collective et mythe littéraire. Les différentes contributions s'intéressent aux modes de constitution, de représentation et de légitimation de la bohème, ainsi que la diffusion de son imaginaire au-delà des frontières géographiques et culturelles de la France.

2Les deux premiers articles de la première partie de l'ouvrage mettent en évidence la complexité de cette notion de bohème et de son appréhension par les sciences sociales et humaines, la diversité de la « réalité » qu'elle recouvre, en tant que mode de vie et conditions d'existence, des valeurs qu'elle sous-tend, de l'imaginaire littéraire qu'elle a suscité et suscite aujourd'hui encore.

3Nathalie Heinich procède à une analyse sociologique de la bohème dans une triple dimension constitutive comme autant de niveaux de rapport à l'expérience : celui du réel (les faits), celui de l'imaginaire (les valeurs véhiculées par les fictions) et celui du symbolique. Identifiant les innovations et changements de la fin du XVIIIème et du XIXème siècle, tels que l'entrée du terme artiste comme catégorie administrative, la limitation par numerus clausus de l'accès aux beaux-arts, l'accroissement considérable du nombre de peintres, sculpteurs et graveurs attirés par un art devenu populaire, elle montre comment la conjonction de ces différents facteurs ont conduit à la paupérisation d'une grande partie des praticiens et une crise du monde de l'art, et dont la solution n'a pas été institutionnelle mais vocationnelle, s'incarnant dans la figure de la bohème. Au niveau de l'imaginaire, l'auteure met en évidence deux versions de la bohème de fiction. De l'apparition du paradigme de l'artiste romantique chez Balzac, à la bohème artistique et aux revenus misérables de Murger, se dessine une figure de la bohème entre idéalisation et réduction cynique. Ce mythe de la bohème artistique, pouvoyeur d'imaginaire collectif, de récits et de représentations partagées, mais également fondateur de statut, créateur de réalités, a contribué à l'émergence d'un nouveau régime de valeurs, celui de la singularité1.

4Au niveau symbolique enfin, apparaît alors une nouvelle forme d'excellence où se voit reconnaître une nouvelle élite, celle des créateurs, remplaçant l'artistocratie traditionnelle déchue au sommet de la hiérarchie sociale.

5Jerrold Seigel s'intéresse quant à lui aux liens complexes entre la bohème et la bourgeoisie. Caractérisant le tournant individualiste qui s'est opéré à la fin du XVIIIème siècle, il montre en quoi celui-ci a constitué une configuration favorable au développement d'une forme spécifique d'individualité et les succès qu'elle a permis dans le champ de l'art et la culture, tout en s'articulant avec d'autres valeurs centrales de la bohème, telles que la solidarité, mettant en évidence sa double dimension, à la fois individuelle et communautaire. Pourtant, s'appuyant sur l'exemple de la France, l'auteur montre que cette double dimension est également présente dans la bourgeoisie du XIXème siècle, qui face au déclin des formes communautaires de l'ancien Régime a développé de nouvelles formes de sociabilités fondées sur l'association volontaire (dans un objectif de développement individuel et social), autant d'éléments contribuant à rejeter l'argument selon lequel ceci constituerait une spécificité distinctive de la bohème.

6S'intéressant alors plus spécifiquement aux écrits de Henri Murger, ainsi qu'à sa carrière, Seigel met en évidence la diversité des figures de la bohème qui traversent son oeuvre. De la bohème ignorée (les stoïques et martyrs qui souhaitent préserver leur pureté artistique et morale, qu'ils soient artistes ou non) à la bohème amateur (souvent d'origine sociale confortable et désireux de prendre leur indépendance par rapport à leur famille et destinée bourgeoise tout autant que par solidarité avec la jeunesse), Seigel montre en quoi ces figures combinent des valeurs puritaines et hédonistes de par les origines sociales différenciées de ses membres. D'autres formes d'ambivalences s'ajoutent à cette opposition entre frugalité et hédonisme, à savoir une opposition entre la bohème comme période de vie temporaire et la bohème comme une forme d'existence permanente et indépendante, un rapport parfois dédaigneux et parfois empreint de fascination à l'argent, autant d'éléments qui viennent délimiter les contours de figures de la bohème aux orientations morales contrastées.

7Les 16 articles de la deuxième partie de l'ouvrage présentent la vie de bohème en France (essentiellement parisienne et urbaine), à travers ses écrivains et les oeuvres qui la célèbrent, ses personnages et ses lieux. Ne pouvant rendre compte en détails de la richesse de tous les articles contenus dans l'ouvrage, revenons néanmoins sur quelques thématiques qui traversent les différentes contributions.

8Alors que Martine Lavaud nous présente les liens entre le mythe de la bohème du XIXème siècle et les figures archétypales de la marginalité héritées du Moyen-Age et du XVIIème siècle, Pascal Brissette, à travers l'étude des textes de chanson de Béranger met en évidence la présence dans les discours de la première moitié du XIXème siècle d'une bohème pré-mugerienne, qui prétend à l'universalité et ne s'incrit pas encore dans le régime de singularité et le milieu artistico-littéraire2.

9Plusieurs textes reviennent ensuite sur un des traits posturaux de la bohème : la pauvreté. Anthony Glinoer, s'intéressant à A. Glatiny, nous présente un écrivain-personnage dont le portrait de poète-vagabond, bohémien pauvre et méconnu, devient un « bohème intégral » construit collectivement. C'est son échec à entrer dans la bohème officielle et le système littéraire qui lui garantit paradoxalement son authenticité et sa reconnaissance par un mouvement poétique en voie de consécration. Inversément à cette représentation d'une pauvreté valorisée ou perçue comme une concession très relative, Vallès (contribution de Lise Dumasy-Queffelec) construit son oeuvre sur la critique de la bohème mugerienne selon lui idéalisée et son exhaltation hypocrite par la bourgeoisie, présentant une bohème « réaliste », et une pauvreté souvent destructrice.

10A travers l'exemple des récits sur le salon de Nina Villard, Marie Boisvert met en évidence elle aussi une polarisation des représentations textuelles. De récits nostalgiques sur un lieu de sociabilité où régnaient la richesse intellectuelle et littéraire et l'importance des liens qui unissaient les habitués, aux écrits rendant compte avec burlesque d'un lieu où l'on est mal ensemble, l'auteure interroge dans son article le rôle de l'écrivain-médiateur dans la construction des représentations.

11D'ambiguité textuelle il est encore question dans l'article critique de Vincent Laisney. S'intéressant à une série de volumes spécialement dédiés à la bohème et publiés entre 1928 et 1930, l'auteur met en évidence le positionnement ambigu des rédacteurs de ces ouvrages, d'où des volumes écartelés entre le genre du roman fantaisiste et celui de la biographie documentée. Ainsi, au fil des textes et écrivains analysés par les différent-e-s auteur-e-s de cet ouvrage, se dessinent une multiplicité de figures de la bohème : idéalisée, « réaliste », « bouffon », burlesque, s'inscrivant dans ses lieux de sociabilité : salon, cafés, ateliers.

12Pour terminer, deux articles s'intéressent à l'influence de la bohème (et sa mise à distance) dans le champ littéraire : d'une part dans ses liens avec le mouvement surréaliste et le désir de celui-ci de rejeter une certaine idée de la bohème à un phénomène du passé, et d'autre part par le positionnement de Debord et l'Internationale Lettriste puis Situationniste s'inscrivant dans la tradition des conspirateurs attachés à la pratique de la clandestinité.

13Le modèle de la bohème du XIXème siècle étant né historiquement, culturellement et littérairement à Paris, qu'en est-il de cette figure historique et mythique dans d'autres espaces socio-géographiques ? C'est à cette question que tentent de répondre les auteur-e-s de la troisième partie de l'ouvrage, où sont présentés tour à tour la bohème bruxelloise, la bohemia latina, la bohème littéraire espagnole et enfin la bohème à Montréal et au Canada français, mettant en évidence des ancrages et des possibilités de réappropriation différenciés selon les régions. Enfin, autour de la Beat Generation, Clémentine Hougue nous présente une bohème de la deuxième moitié du XXème siècle qui, se caractérisant par un rapport nomade non seulement à l'espace géographique, mais également disciplinaire et culturel, devient littéralement « sans frontière ».

14Faisant dialoguer trois disciplines, les études littéraires, la sociologie et l'histoire, Bohème sans frontière s'inscrit dans une démarche compréhensive et interdisciplinaire (ou à tout le moins pluri-disciplinaire) pertinente et stimulante dans l'appréhension du phénomène de la bohème. La multiplicité des objets littéraires étudiés fait la richesse de l'ouvrage, mais constitue également une limite inhérente à ce type d'ouvrage collectif quant à sa cohérence d'ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laëticia Stauffer, « Pascal Brissette, Anthony Glinoer, Bohème sans frontière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1090

Haut de page

Rédacteur

Laëticia Stauffer

Diplômée en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page