Navigation – Plan du site

Adolphe Nysenholc, A. Willy Szafran (dir.), « Humour et identité », La matière et l'esprit, n° 24, 2012

Laure Célérier
Humour et identité
Adolphe Nysenholc, A. Willy Szafran (dir.), « Humour et identité », La matière & l'esprit, n°24, 2012, 80 p., Lansman, ISBN : 9782872828951.
Haut de page

Texte intégral

1Dans le roman de Romain Gary intitulé La Danse de Gengis Cohn, le dibbouk du personnage éponyme, un juif tué lors de la Shoah, hante et épuise, à force de blagues, l'esprit d'un ancien nazi, le commissaire Schatz. Multipliant les agressions « à main désarmée », Gengis Cohn nous montre, comme nombre de personnages de Gary et comme Gary lui-même, la force de l'humour, « seule défense contre l'absurde », selon Primo Levi.

2D'humour juif, ce numéro de La matière et l'esprit, assurément traite, à travers la plume de quatre auteurs, professeurs de philosophie et de psychologie, psychanalystes et psychiatres, qui étudient, essentiellement dans un registre psychologique, l'intervention de l'humour dans les constructions identitaires. « Forme particulière de l'esprit qui consiste à se représenter de façon plaisante les aspects insolites de la réalité » (p. 8), l'humour, analysé principalement à partir des travaux de Freud, est présenté surtout comme élément de construction de l'identité individuelle et de définition de la culture juive.

3Produit de la créativité humaine, au même titre que la science et l'art, l'humour est « une affirmation de la supériorité de l'homme sur ce qui lui arrive » (Gary, 1980). Comme l'a montré Freud dans divers travaux, l'humour repose sur des processus créateurs analogues à ceux qui sont au fondement des rêves ; il est également fonction d'un rapport à l'enfance, à notre premier moi. Mais à la différence du rêve, l'humour est résolument social. Contribuant à forger les identités collectives et individuelles, l'humour est non seulement socialement situé - Pierre-Laurent Assoun rappelle que l'humour est nécessairement de situation - mais encore culturellement structuré. Mécanisme de défense d'un moi qui refuse de se laisser imposer la souffrance, l'humour est « auto-consolation (...) du surmoi à l'adresse de ''son'' moi » (p. 29), par lequel on se traite soi-même en enfant. Parce qu'il « fait triompher ce ''je'' dans le cas où il subit une agression plus ou moins forte sur le plan social ou historique » (p. 5), l'humour est également un pied-de-nez à cette « plaisanterie pas drôle du tout », ultime castration qu'est la mort. L'humour est psychothérapique : il protège l'individu et le collectif de sentiments anxiogènes ; il permet de s'approprier le malheur et de s'affirmer narcissiquement vis-à-vis du monde extérieur. Il est ainsi nécessairement lié à l'angoisse. L'humour est aussi constitutif de la culture et de l'identité juive, en tant que marquées par l'errance et les persécutions.

4Face à des situations dramatiques, l'humour a une fonction ambivalente. D'une part, l'humour et son corollaire qu'est le rire peuvent jouer un rôle de castration de l'identité, analysé par Daniel Sibony : l'humour et le rire, altérant et désaltérant l'ego, secouent l'identité pour mieux la retrouver inchangée. Ainsi, le rire est un conservateur actif et plaisant de l'identité. Ensuite, l'humour est l'acceptation d'une situation, reconnaissance d'une condamnation à (se) donner un spectacle, à défaut de toute autre possibilité. D'autre part enfin, l'humour a un potentiel résolument subversif et politique qui n'est pas analysé dans cet ouvrage. L'exemple de Gengis Cohn illustre ces deux dernières facettes : Cohn hantait la mémoire de Schatz, notamment parce qu'il avait, avant d'être fusillé, dans un ultime défi, baissé son pantalon, et montré son postérieur à ses bourreaux. Expression de l' « invulnérabilité du moi qui s'affirme victorieusement », l'humour est la dernière possibilité qui reste à Cohn, qui n'échappe pas à la fusillade à venir, mais cette dernière farce est aussi dénonciation imparable d'un absurde implacable et mise en ridicule de la situation.

5Pour plusieurs autres raisons, l'analyse proposée du rôle de l'humour dans la construction des identités paraît partielle. Au-delà de l'exemple juif, lui-même peu approfondi, l'ouvrage ne traite pas tellement de l'identité collective. Szafran expose de manière trop peu fouillée le rôle de l'humour dans l'élaboration des identités collectives. Si les ressorts psychologiques de l'humour sont présentés, les autres disciplines sont réduites à la portion congrue et le lecteur peut rester sur sa faim, tant une analyse de l'intervention de l'humour dans la construction identitaire ne saurait se dispenser de détours par l'anthropologie et la sociologie. Enfin, de nombreux propos tenus par les auteurs de cette revue sont hors du sujet censé être traité. Parmi eux, certains reposent sur des postulats contestables et interpellent. L'expression de « peuple juif » est employée (à tort) et à travers tout l'ouvrage : il pourrait sembler plus rigoureux et pertinent d'employer le concept de culture. Lorsque Adolphe Nysenholc déplore, dans les dernières lignes de la revue, « un retour en puissance de l'antisémitisme [tel que] le Juif est de nouveau diabolisé, honni, haï », on s'apprête à refermer l'ouvrage avec l'impression d'avoir été dupé sur la marchandise, victime d'une mauvaise blague et de s'être fait refourguer, en plus d'analyses sur l'humour, quelques prises de position que l'on ne demandait pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Adolphe Nysenholc, A. Willy Szafran (dir.), « Humour et identité », La matière et l'esprit, n° 24, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10915

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Agrégée de sciences sociales, doctorante en comptabilité / contrôle de gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page