Navigation – Plan du site

Alain Mons, Les lieux du sensible. Villes, hommes, images

Lionel Francou
Les lieux du sensible
Alain Mons, Les lieux du sensible. Villes, hommes, images, Paris, CNRS, 2013, 258 p., ISBN : 978-2-271-07619-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette étonnante monographie, Alain Mons propose un périple parmi les perceptions, une « errance de la pensée » ouvrant sur le sensible, cherchant à faciliter l’appréhension et la compréhension de notre environnement urbain pris dans les mutations contemporaines. Il ouvre des voies inattendues et interroge la rationalité scientifique dont il juge qu’elle ne peut tout saisir à elle seule, et doit ainsi être dépassée et complétée. L’auteur nous livre une étude dont le but est de permettre un déplacement de notre regard, en mettant l’accent sur le « sensible » qui éclaire, à l’aide d’un regard nouveau, nos environnements, nos milieux de vie.

  • 1  Il cite P. Sansot d’après qui « le sensible, c’est toujours ce qui nous affecte et retentit en nou (...)
  • 2  « Là se situe la perméabilité de l’expérience sensible qui nous intéresse, entre ce qui m’affecte (...)

2Un parcours, tracé tout au long de ce texte, serpente, d’une part, entre objets concrets et matériels et, d’autre part, atmosphères et climats sensibles, imperceptibles à défaut d’y prendre garde. Dans les pas de la poétique, il porte ainsi un intérêt certain aux « formes sensibles » de la ville1, cherchant à dessiner une « esthétique existentielle » relevant les influences réciproques2 entre les formes et leurs perceptions, soulignant l’importance des microsphères qui forment une « atmosphère esthético-sociale » dans laquelle évoluent les individus.

3L’ouvrage est divisé en quatre parties consacrées aux villes, aux lieux, aux corps et aux images, articulées autour du fil conducteur qu’est l’étude de l’« esthétique généralisée » caractérisant notre environnement. Bien qu’il soit mobilisé tout au long de la réflexion, l’art n’est qu’un moyen pour saisir les modalités de cette esthétique et non pas l’objet d’étude en soi. La ville est étudiée sous toutes ses coutures, à travers ses différentes représentations et les façons dont elles précisent et mettent en scène les subtilités des ambiances urbaines. Dans son propos, l’auteur s’appuie sur de nombreuses œuvres, se reposant ainsi tour à tour sur des films, des romans, des photographies, des peintures, la danse ou la musique, etc. Il mobilise ces œuvres pour démontrer ce que l’art peut nous dire sur la ville et, notamment, sur ses ambiances, ses acteurs, ainsi que les perceptions, expériences et vécus de ceux-ci. Il explique ainsi comment les agencements de lumières ou d’ombres ainsi que leurs effets, inaccessibles au passant, sont mis en avant par de telles œuvres, celles-ci attirant l’attention sur ce qui paraît, à première vue, n’être que des détails, insignifiants. Au-delà des espaces et formes matérielles, l’auteur porte son attention sur les corps, y compris leur coprésence et la communication qui peut en découler avec plus ou moins de succès ou de volonté. L’espace et ses formes percolent dans ces corps, par l’intermédiaire des sens, principalement par la vue, le touché et l’ouïe. De plus, l’étude du décor urbain ne peut faire l’économie des jeux de lumières, des événements sonores, des mouvements, etc.

4Dans la première partie Villes, images et irruptions, l’auteur explique que lorsque le corps, dénudé, surgit dans l’espace public, notamment sur les images publicitaires, il brise certaines limites puisque l’individu se retrouve alors confronté à l’intime. Compte tenu de la place que les images ont pris dans notre société, celles-ci atteignent les imaginaires et influencent les perceptions de l’espace. Désormais fragmenté, l’espace urbain témoigne du passage d’une « ville scénique » à « une ville séquence constituée d’une suite de scènes disparates » (p. 36). A. Mons montre que la ville est sculptée, que ce soit par des spécialistes de la lumière qui mettent en place des plans visant à présenter une « image de la ville nocturne » particulière, ou par ces aménagements visant à faire correspondre des lieux à l’image médiatique, celle que le touriste recherche, nette, sans aspérités.

5Ensuite, dans Lieux, mouvements et suspens, l’auteur souhaite étudier le « lieu urbain » à partir des perceptions et des imaginaires. Celui-ci est pour lui le résultat de la superposition de différents phénomènes, il se construit à partir « des impressions, des affects, des souvenirs, des émotions, des imprégnations de l’environnement immédiat ou lointain » (p. 76). Il analyse aussi l’appartement, une enveloppe privée, « fissurée », selon lui, par « des lézardes de toutes natures : matérielles, subjectives, médiatiques » (p. 97). Face aux aménagements urbains découlant d’une « transparence urbanistique imposée », « habiter » la ville reviendrait à s’aménager des espaces protecteurs, à se mettre à l’écart, tapi dans l’ombre.

6Dans Corps, sensations et interstices, la troisième partie de l’ouvrage, l’auteur approche les rencontres des corps et, plus particulièrement, des visages qui en sont la partie la plus visible dans l’espace public. Le visage doit s’y conformer aux attentes, jouer le jeu. L’accélération induite par l’expansion des nouvelles technologies de l’information et de la communication s’inscrit dans la ville et la marque, tandis que « les corps (…) colorent les sites urbains, paysagers ou naturels » (p. 171).

7Enfin, Images, trous et troubles aborde notamment la question de la mémoire, des images qui, en certains lieux, jaillissent à notre esprit, morcelées. La ville se complète d’une épaisseur spectrale renvoyant à des souvenirs, expériences, sensations, etc. qu’elle évoque ou permet de se remémorer. La perception des lieux, à la fois changeante et partielle, repose à la fois sur le monde tel qu’il se présente au sujet et sur la lecture qu’en fait celui-ci, dépassant ainsi la séparation traditionnellement opérée entre l’objectif et le subjectif. L’auteur enrichit les travaux de Merleau-Ponty sur la perception en y adjoignant l’imperceptible et l’aperçu.

  • 3  « (…) les subjectivités habitantes, les imaginaires particuliers ou collectifs, les expériences in (...)

8En définitive, l’entreprise de l’auteur est vraisemblablement fructueuse puisqu’il parvient à démontrer que la ville peut être approchée tant par l’objectivation de certains de ses traits que par le saisissement de l’insaisissable3. Néanmoins, cet ouvrage restera ardu pour le lecteur friand de sciences sociales mais non-spécialiste. En effet, l’érudition dont fait preuve l’auteur lorsqu’il illustre son propos en se référant à une multitude d’œuvres d’art est redoublée de questionnements théoriques poussés nécessitant que le lecteur puisse se positionner par rapport à des écrits complexes et abondants (Merleau-Ponty, Deleuze, Guattari, Sansot ou Simmel). Malgré tout, étant donné qu’une série de chapitres sont d’anciens articles retravaillés pour l’occasion, la lecture pourra se faire tout aussi aisément de bout en bout qu’en piochant ici et là. Un index aurait certainement été un atout non-négligeable pour faciliter l’utilisation de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Il cite P. Sansot d’après qui « le sensible, c’est toujours ce qui nous affecte et retentit en nous ». (Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, PUF, 1986, p. 38).

2  « Là se situe la perméabilité de l’expérience sensible qui nous intéresse, entre ce qui m’affecte et ce que j’affecte en retour, dans un va-et-vient permanent entre le dehors et le dedans » (p. 12).

3  « (…) les subjectivités habitantes, les imaginaires particuliers ou collectifs, les expériences indéchiffrables, les sensations fugaces, les mémoires morcelées, brisées, les imperceptibles ou les aperçus, les pulsions et les pulsations des corps dans l’espace. » (p. 237).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Alain Mons, Les lieux du sensible. Villes, hommes, images », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10916

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page