Navigation – Plan du site

Jacques Bolo, La pensée Finkielkraut

Eric Keslassy
La pensée Finkielkraut
Jacques Bolo, La pensée Finkielkraut. (les émeutes, l'école, l'antisémitisme, le racisme) et sa réplique !, Paris, Lingua Franca, 2012, 168 p., ISBN : 9782912059024.
Haut de page

Texte intégral

1Alain Finkielkraut est un « intellectuel médiatique ». Depuis quelques années, ses prises de position sont à l’origine de vives polémiques. L’auteur de cet ouvrage, Jacques Bolo, diplômé de sociologie, se propose de revenir sur l’essentiel des interventions de l’un des « représentants de la pensée française contemporaine » autour de quatre thèmes : les émeutes des banlieues de 2005, l’école, l’antisémitisme et le racisme. Sa méthode est simple : confronter les points de vues développés par Alain Finkielkraut dans l’espace public à ce qu’il considère être la (véritable) réalité sociale. Le travail est donc empirique : les énoncés du philosophe sur une situation précise, affirmés de façon péremptoire selon lui, sont passés au crible des informations et des connaissances qu’il possède. On saisit aussi les limites de cette approche : Jacques Bolo ne prétend pas défendre un discours scientifique, simplement recenser ce qu’il perçoit être des erreurs. Nous voilà donc en présence de deux positions adverses qui, d’une certaine manière usent des mêmes procédés, pour faire valoir leur « vérité ».

2L’auteur de La pensée Finkielkraut se présente d’ailleurs immédiatement comme ne partageant pas les opinions du philosophe. Pour autant, il a pris l’habitude d’écouter « Répliques », l’émission d’Alain Finkielkraut diffusé le samedi matin sur France culture, qui lui donne une partie conséquente de sa « matière » à discuter. Il considère néanmoins qu’une « évolution déplaisante » est apparue : le débat lui parait aujourd’hui moins important et les questions de l’animateur purement rhétoriques. Au fond, Jacques Bolo reproche à Alain Finkielkraut de se servir de son émission « comme d’une tribune pour développer ses propres obsessions ». Avec cet ouvrage, il se propose de lui apporter une véritable « réplique »… Le ton est donné.

3Sa ligne directrice est explicite : la pensée de l’auteur de La défaite de la pensée présente une « idéologie rétrograde, identitaire, sur la base de lectures datées ». Le logiciel intellectuel d’Alain Finkielkraut serait désormais inadapté pour comprendre le monde qui l’entoure. Dès lors, on serait tenté de lui reprocher de se servir de Finkielkraut comme d’un prétexte pour avancer sa pensée progressiste – de façon, plutôt bien argumentée mais qui correspond bien à une certaine vision du monde et, de surcroît, ne répond pas toujours aux idées du philosophe. Un point reste intéressant : Jacques Bolo croit pouvoir trouver dans les écrits mêmes de l’« intellectuel médiatique » les « bonnes réponses » – ce qu’il ne démontre qu’imparfaitement. Ainsi, par endroits, il oppose des passages d’ouvrages d’Alain Finkiekraut à une pensée formulée plus spontanément – au micro de son émission ou lors d’entretiens donnés pour les médias.

4Pour apprécier cet ouvrage, il faut donc dépasser la volonté trop systématique de démontrer les erreurs du philosophe, pour se concentrer sur le travail de documentariste réalisé autour des émeutes populaires, des difficultés de l’institution scolaire et des questions touchant au racisme et à l’antisémitisme. Autant de domaines dans lesquels Finkielkraut s’est toujours beaucoup (trop ?) exprimé. Ainsi, le retour sur l’« affaire Finkielkraut » – l’équipe de France de football « black-black-black » qui « fait rire toute l’Europe » – est-il tout de même l’occasion d’une réflexion plus large sur le rôle des intellectuels dans une société démocratique comme la nôtre. Autre exemple : l’analyse de la « révolte populaire » de 2005 est en partie le moyen de livrer une sorte de leçon de sociologie et de pédagogie.

5Reste que la méthode utilisée par Jacques Bolo, on l’a dit, n’est pas celle qui est attendue d’un sociologue. Le ton employé n’est pas non plus approprié si l’on veut objectivement convaincre. Cet ouvrage ressemble à un livre d’humeur, de mauvaise humeur. Il est pourtant la reprise d’articles parus dans la revue Internet Exergue.com – à l’exception de deux chapitres. Cela n’aurait-il pas dû limiter l’utilisation de termes inadéquats ? Citons quelques lignes symptomatiques : « Dans une émission, [Finkielkraut] réitérait son délire habituel sur l’intégration, avec pour comparse Malika Sorel, une beurette républicaniste de service avec qui il s’opposait au sociologue (excellent à l’écrit, mais pas à la hauteur à l’oral). Finkielkraut poursuit son djihad contre les hordes étrangères inassimilables avec, comme ici, l’aide d’une transfuge soutenant que les victimes du racisme en sont l’unique responsable. » (p. 145) Le vocabulaire est outrancier (« délire habituel », « djihad », « beurette républicaniste de service »), les jugements sont lapidaires (« excellent à l’écrit, mais pas à la hauteur à l’oral ») et la pensée des « adversaires » est simplifiée à l’extrême : ni Finkielkraut, ni Sorel ne pensent que les « victimes du racisme » sont les seuls responsables de leur situation ; ils pensent qu’il ne faut pas négliger leur responsabilité. Ce n’est tout de même pas la même chose.

6La charge est donc excessive – ce qui lui fait perdre de sa force. Il est vraiment regrettable que l’ambition de Jacques Bolo se soit cristallisée autour d’une entreprise de démolition car il avait sans aucun doute les moyens conceptuels de faire un autre livre. Bien plus utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Jacques Bolo, La pensée Finkielkraut  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10917

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page