Navigation – Plan du site

Sandra Revolon, Pierre Lemonnier et Maxence Bailly (dir.), « Objets irremplaçables », Techniques et cultures, n°58, 1er semestre 2012, Maison des Sciences de l’Homme

Stéphanie Messal
Objets irremplaçables
Sandra Revolon, Maxence Bailly, Pierre Lemonnier (dir.), « Objets irremplaçables », Techniques & cultures, n° 58, 2012, 228 p., Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1512-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ces illustrations se trouvent en grande quantité dans l’ouvrage et accompagnent généreusement la l (...)

1Ce numéro « Objets irremplaçables » de la revue Techniques et cultures fait suite au colloque qui s’est tenu les 23 et 24 mai 2011 dans les locaux de l’université de Marseille Saint Charles. Un colloque fort animé, aux présentations régulièrement illustrées1 et dont le cœur du sujet reposait sur tous ces objets parfaitement irremplaçables, chacun à leur façon. La couverture de la revue reprend la photographie de l’affiche, celle d’un ours en peluche de dos, fort élimé et dont on découvre le visage et l’histoire dès lors que l’on débute la lecture. C’est Frédéric Joulian qui, en tout début d’ouvrage dans l’Éditorial, délivre le nom de ce doudou : « Ninisse ». Et c’est Mike Rowlands qui, clôturant de son chapitre le Théma de la revue, nous livre le nom de son propriétaire : Pierre Lemonnier. Ainsi, se créent les liens avec les objets, pour certains si forts qu’ils ne peuvent être remplacés.

2L’engouement pour les objets va croissant ces derniers temps. Ce renouveau d’intérêt ne se limite pas à un simple effet de mode (p. 7) mais trouve ses origines dans le fait que l’objet ne nous a pas encore tout dit. La rencontre d’anthropologues, d’archéologues et d’historiens est l’opportunité de pouvoir ré-interroger l’objet sur sa place dans les vies et les sociétés, et plus particulièrement sur son « irremplaçabilité ». Qu’est-ce qui fait l’irremplaçabilité d’un objet ? Des réponses nous sont proposées en deux temps dans le Théma.

3La première partie intitulée « Faire de l’unique » révèle, pour chaque objet étudié, combien l’unicité est primordiale pour conférer une force, une puissance ou encore une position particulière à l’objet. Lorsque cet objet disparaît, soit par destruction, soit par perte, il est alors impossible à remplacer. C’est le cas des grands tambours à fente, les garamut, fabriqués à Reite. Plus que des objets de bois sculptés par des hommes, James Leach nous explique qu’ils sont la voix d’un homme et parce qu’ils ont une voix propre, ils sont respectés comme tels. Il ne peut y avoir plusieurs tambours pour un seul homme. À chaque homme son tambour. Et plus encore, ils sont l’expression de « moments émergents dans les relations qui n’appartiennent à aucun groupe ou aucune autre personne. » (p. 45). Cette idée d’appartenance fait écho à l’utilisation du chaudron (nganga), objet primordial à la pratique du palo monte à Cuba : il est le nouveau corps de l’esprit avec lequel le palero conclue le pacte. « Sans nganga, il n’y a pas de palero » (p. 50). Le choix du chaudron n’a rien d’anodin : celui-ci doit être en ligne directe dans la parenté rituelle et contenir le passé de son groupe. Et bien sûr, la nganga est d’autant plus irremplaçable qu’elle héberge désormais les vestiges d’un mort. Comme pour le tambour à fente, nous n’avons plus seulement à faire à un objet inanimé. Son contenu le dote d’une personnalité humaine. Dans les Andes, les croyances animistes sont vivaces, plus particulièrement « en nourrissant ce monde animé » (p. 69). Lors de préparatifs pour quelques offrandes, les familles sortent des illas et des conopas qui sont considérées comme des entités vivantes. Dans ce chapitre, Bill Sillar comme ses deux prédécesseurs, confirme l’importance du rituel qui relie l’homme à l’objet et par lui « aux lieux, aux choses et aux personnes d’importance » (p. 77). Ces rituels régulièrement renouvelés renforcent l’attachement émotionnel entre les familles et leurs illas. Leur irremplaçabilité se tisse dans l’enchevêtrement des vies mêlées entre les hommes et leurs objets. Enfin, l’irremplaçabilité réside aussi dans le savoir-faire transmis de femmes en femmes, de mères en filles. Tel est le cas des tisserandes de Jalq’a de Bolivie. Avec cette pratique du tissage, c’est un style graphique unique et des motifs spécifiques qui au final lient des sociétés andines diverses. Gil Bartholeyns propose une transition de choix avec les notions de « nécessaire » ou encore de « substituable » lorsque le terme « irremplaçable » n’existait pas encore dans l’occident médiéval.

4La deuxième partie intitulée « Remplacer l’irremplaçable » amène à réfléchir sur la qualité des objets à être remplaçables. Mais alors où se tient l’irremplaçabilité de l’objet dès lors qu’on peut le remplacer ? Elle peut se retrouver dans l’exigence des accomplissements cérémoniels (p. 137), des cérémonies qui sont toujours au cœur des sociétés Kanak et qui ont évolué au fil des années. Mais avec le temps, la quantité et la qualité des objets se sont adaptées. Seul l’igname ne peut se remplacer. Cette tuberculeuse, lorsqu’elle atteint une taille suffisamment conséquente est publiquement présentée dans la région de Maprik. Mais pas de culture d’igname sans pierre (mayëra)! Et si l’une ne va pas sans l’autre, il en est de même des clans dont les relations ne pourraient être sans ces pierres. De la pierre à la sculpture, de l’objet au déchet, l’œuvre d’art est-elle irremplaçable ? L’art contemporain ne fait-il pas œuvre des objets devenus remplaçables, « volontairement abandonnés » ? (p. 173) Pour conclure, Mike Rowlands remet en question l’idée première de cette ouvrage : est-ce l’unicité de l’objet qui le rend nécessairement irremplaçable ?

5En Varia, nous découvrons une étude fascinante de Tatiana Benfoughal, réalisée au Sahara autour de femmes qui introduisent la matière plastique dans le tressage des vanneries pour l’aspect esthétique qu’elle apporte à leur fabrication, proposant une nouvelle palette de couleurs. Cette innovation permet une véritable pérennisation d’un savoir-faire qui va au-delà du discours sur le recyclage. On assiste au travers de cette pratique à un « métissage » entre l’ « ici » et l’ « ailleurs » préservant ainsi la différence culturelle.

6Avec le Curiosa, nous partons pour des voyages inattendus : au pays des ombres avec Sandra Revolon et en autorickshaw avec Yann-Philippe Tastevin. La poésie des îles Salomon se cache dans l’irridescence de la matière, celle qui révèle la part de l’inexistant, de ce qui n’est plu mais persiste encore : de la présence des morts. Et faire un petit tour en autorickshaw, c’est découvrir son statut résolument « hybride » qui développe l’ingéniosité et la créativité de ses utilisateurs.

7Le lecteur voyagera dans un monde d’objets qui n’ont pas fini de nous livrer tous leurs secrets et découvrira déjà les pistes qui s’offrent à lui pour en comprendre leur irremplaçabilité notamment par les rapports intimes et délicats qui lient les hommes et les objets. Les raisons en sont multiples et diverses : rituel et cérémonie, transmission d’un patrimoine ou d’un savoir-faire, représentation d’une époque ou d’un talent, etc. Mais l’objet ne saurait être ce qu’il est sans l’imagination et la créativité de l’homme qui n’est jamais en reste pour innover dans ses usages et réinventer ses passions.

Haut de page

Notes

1  Ces illustrations se trouvent en grande quantité dans l’ouvrage et accompagnent généreusement la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Messal, « Sandra Revolon, Pierre Lemonnier et Maxence Bailly (dir.), « Objets irremplaçables », Techniques et cultures, n°58, 1er semestre 2012, Maison des Sciences de l’Homme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10921

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Messal

Doctorante en Anthropologie, membre de l’IDEMEC, UMR 7307

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page