Navigation – Plan du site

Dupuis-Déri Francis (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme

Quidora Morales La Mura
Par-dessus le marché !
Francis Dupuis-Déri (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme, Editions Ecosociété, coll. « Actuels », 2012, 264 p., ISBN : 978-2-923165-86-8.
Haut de page

Texte intégral

1Dirigé par Francis Dupuis-Déri, Professeur au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), cet ouvrage collectif s’inscrit dans le prolongement d’un colloque organisé à l’UQAM en 2010 et intitulé « Capitalisme / anticapitalisme ». Il s’agissait alors de se faire l’écho de la refondation de la «Convergence des luttes anticapitalistes » et de contribuer aux mobilisations anti-G20 ayant eu lieu la même année à Toronto en amenant le débat sur ces thématiques dans l’espace universitaire. L’ouvrage collectif qui en découle réunit des textes relevant de champs disciplinaires variés (sciences politiques, sociologie, histoire, études littéraires) dont le trait commun est une analyse critique du capitalisme, des systèmes d’exploitation ainsi que des mouvements contestataires.

2L’ouvrage réunit huit contributions classées en trois parties. La première interroge l’économie de marché et sa contestation, la seconde porte sur l’État et le Patriarcat en tant que systèmes d’exploitation et la troisième sur les rapports entre capitalisme et culture.

3La première partie démarre par un chapitre questionnant la pertinence du slogan « We are the 99 Percent » emblématique du mouvement « Occupy Wall Street » initié en 2011 (Marcos Ancelovici). L’auteur prenant appui sur le concept goffmanien de « cadre de l’action collective » montre la capacité hautement mobilisatrice de ce slogan qui rassemble dans une seule et même catégorie une très large partie de la population que l’on oppose aux 1% les plus riches de la planète, ainsi que sa performativité qui lui permet rapidement de jouir d’une forte reprise par les médias de masse. Les principales limites d’un tel slogan exposées par l’auteur étant d’effacer les rapports de domination de classe, sexe et « race » en regroupant dans les 99% des catégories aux positions sociales, niveaux de vie et intérêts divers et parfois même divergents. Les deux chapitres qui suivent ont tous deux pour objet d’interroger « les finalités et modalités du modèle de développement économique qui domine nos sociétés » (p. 49) sous des angles différents. Le texte d’Éric Pineault, prenant comme principal appui théorique l’analyse marxiste du capitalisme, affirme la persistance d’une identité de classe de salariés et montre comment la « massification financière de la condition salariale » (p. 88-89), par le biais du développement des placements (aussi minimes soient-ils) et du crédit à la consommation permettant la consommation de masse, a conduit à l’endettement de cette même classe. Martin Petitclerc clôt cette partie par un chapitre décryptant les travaux de Karl Polanyi, dont la singularité de l’analyse historique proche de Marx se distingue des thèses de ce dernier par le rejet de l’approche matérialiste. Ce texte bat en brèche deux idées très répandues qui consisteraient, pour la première, à considérer que l’économie de marché serait propre à la nature humaine, et, pour la seconde que cette même économie s’accorderait naturellement à un fonctionnement démocratique, le texte de David Mandel sur la transition vers le capitalisme en Russie illustre bien cette critique.

4La seconde partie s’attache à analyser différents systèmes d’exploitation ainsi que leur contestation. Cette partie est découpée en trois textes, dont les deux premiers portent sur les rapports entre l’État et le capitalisme. Le premier texte de Francis Dupui-Déri est dédié à une critique de l’État et du capitalisme par le prisme des analyses anarchistes. Prenant appui sur les théoriciens de l’anarchisme tels qu’Emma Goldman et Pierre Kropotkine ainsi que sur les réflexions de Pierre Bourdieu sur l’État mais aussi sur un travail empirique composé d’entretiens, celui-ci s’interroge sur la stabilité désormais séculaire de la critique anarchiste sur l’État alors que celui-ci a connu des transformations significatives de l’État gendarme à l’État providence. L’auteur met en exergue les contradictions que porte le mouvement anarchiste. En effet, la volonté de se distinguer des discours libéraux ou libertariens contre l’intervention de l’État dans des sphères autres que celles attenantes aux fonctions régaliennes, le conduit à défendre l’État providence en se joignant aux luttes pour des services publics de santé, d’éducation etc., tout en affirmant, d’autre part, que l’État défend avant tout les intérêts du capital. David Mandel, quant à lui, analyse les rapports entre État et bourgeoisie en Russie où s’est réalisé le passage d’une « économie étatisée » au capitalisme. En se basant sur une approche historique, l’auteur explique comment la transition vers une économie de marché en Russie s’est accompagnée dès 1993 d’un « arrêt » de la démocratie, le gouvernement d’Eltsine craignant une « explosion sociale » (p. 155) et comment s’est constituée une oligarchie encore au pouvoir aujourd’hui. Le dernier texte ouvre sur un autre système d’exploitation que constitue le patriarcat en passant en revue certains principes des théories féministes matérialistes. Mélissa Blais et Isabelle Courcy, s’appuient ici principalement sur les travaux de Christine Delphy, Jules Falquet et Catherine A. MacKinnon qui ont en commun la volonté de montrer l’existence d’une imbrication des systèmes de domination de classe, de sexe et de « race » (bien que cette dernière soit très peu exploitée).

5La troisième et dernière partie, bien plus courte que les deux premières, se décompose en deux chapitres qui portent sur les rapports entre culture et capitalisme. Anouk Bélanger montre, en s’appuyant sur les travaux de Raymond Williams, comment la culture agit (plus ou moins directement) sur le politique et l’économique en exposant le concept de « matérialisme culturel ». Après une présentation de Raymond Williams et de ses travaux, l’auteure met en exergue la manière dont Williams développe « une compréhension critique de la littérature et de formes culturelles diverses (…) comme la manifestation de processus sociaux impliquant des relations complexes entre les institutions, les idéologies, les forces de production et les dormes culturelles elles-mêmes ». Le texte de Luc Bonenfant vient clore cet ouvrage avec une réflexion critique sur « la place du poète sur la scène du slam montréalais » (p. 242). L’auteur s’appuie d’un point de vue empirique sur Slamérica, avant dernier album d’Ivy (slameur québécois) sorti en 2008, pour questionner l’ambivalence du slam entre « essence révolutionnaire » et « reproduction de la logique marchande et capitaliste » (p. 245).

6Pour conclure, cet ouvrage très riche offre une grille de lecture intéressante de l’économie de marché et de ses contestations permettant ainsi de comprendre les crises économiques, financières, sociales et politiques qui se sont succédées notamment ces dernières années. Néanmoins, l’on pourrait regretter deux aspects de cet ouvrage. Le premier est une certaine faiblesse du fil conducteur liant les différents textes. En effet, si l’introduction très courte problématise rapidement l’ensemble de l’ouvrage, une conclusion reprenant les questionnements généraux au cœur de l’ouvrage et créant du liant entre les différents chapitres aurait été appréciée. Le second aspect est le manque d’appui empirique de la plupart des textes proposés et a fortiori ceux relevant de la sociologie qui est très certainement dû à la volonté d’apporter un éclairage avant tout théorique des formes d’exploitation et des luttes émancipatrices, et ce à destination à la fois d’universitaires et d’acteurs de mouvements contestataires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quidora Morales La Mura, « Dupuis-Déri Francis (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10922

Haut de page

Rédacteur

Quidora Morales La Mura

Docteure en Sociologie, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (EA 3478), Université de Lorraine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page